La Fille Automate de Paolo Bacigalupi

Serafina dans Critiques, Livres le 30 novembre 2013, avec aucun commentaire
Critiques

La Fille Automate de Paolo Bacigalupi est un roman dont j’ai entendu énormément de bien et par de nombreuses sources. En plus, le nombre de prix qu’il a reçu est assez épatant : Nebula, Hugo, Locus et d’autres… Tant d’indicateurs qui m’ont poussé à commencer ce pavé paru il y a peu au format poche des éditions J’ai Lu. Synopsis ?

La Fille Automate de Paolo Bacigalupi

Dans un futur, pas si lointain et un poil post-apocalyptique, on trouve Bangkok. La pollution a fait monter les océans, les OGM ont déclenchés des maladies mortelles et les compagnies des calories contrôlent la nourriture. Dans ce monde, on suit un homme d’affaire d’Agrigel, une automate dédiée au plaisir des hommes d’affaires japonais, et un justicier, chacun essayant tant bien que mal de survivre.

La Fille Automate, contrairement a ce qu’on pourrait le croire, n’est pas tant que ça centré sur l’automate. Emiko n’apparaissant qu’à la centième page. On suit avant tout les hommes d’affaires, les magouilles, et on découvrir cette Thaïlande du XXIIIème siècle. J’ai assez apprécié cette vision du monde, qui n’est pas sans rappeler ce qui se passe de nos jours avec Monsanto. On retrouve là la bonne vieille habitude de la SF d’utiliser le futur pour nous faire réfléchir sur le présent.

The Windup Girl de Paolo Bacigalupi

La couverture de la version originale n’évoque même pas la fille automate

Le problème c’est qu’on est face à un état de fait, et qu’au final on ne sais pas énormément comment on en est arrivé là, ce que je trouve un peu dommage. J’aurais bien aimé avoir des flashbacks sur comment on en est arrivé là, tandis que là, il n’y a guère qu’a récupérer des bribes d’info à droite et à gauche. Bangkok est assez bien décrite et je n’ai pas eu de mal à l’imaginer alors que je ne connais pas grand chose de cette ville. L’immersion est aussi facilitée par les nombreuses expressions en thaïlandais non traduites mais dont on devine le sens.

La Fille Automate de Paolo BacigalupiJe dois dire que malgré ces qualités, je n’ai pas réussi à entrer dans le livre et j’ai eu totalement l’impression de passer à coté. Les personnages ne sont pas forcément attachants, ni l’homme d’affaire, ni Emiko, ni le justicier, ni le chinois, je ne me suis attachée à aucun. L’histoire est assez dure à suivre, ou plutôt il n’y en a pas réellement. On suit au jour le jour des personnages qui vont être pris dans des révoltes ou des histoires de maladie. Il n’y a pas réellement d’intrigue en soit, et on doit plutôt se laisser porter par l’histoire. Or dans mon cas, j’avais l’impression de ne pas savoir où le livre voulait nous emmener.

La Fille Automate est un livre assez dense, les chapitres plutôt longs, ce qui n’aide pas réellement à la lecture. J’ai mis assez longtemps à le lire, en tout cas pour mes standard, mettant plus d’une semaine pour enfiler ses 700 pages. Je dois dire que je me suis pas mal ennuyée, notamment à cause de l’absence de réelle histoire et de intrigue définie. Je regrette d’autant plus que l’univers est très intéressant et que je pense que tant de personnes l’ont aimé pour une raison, mais j’ai l’impression d’être totalement passée à coté. Je ne vous le recommanderais pas, mais c’est vraiment très personnel.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?