L’olympe des infortunes de Yasmina Khadra

Serafina dans Critiques, Livres le 21 février 2010, avec 6 commentaires
Critiques

Yasmina Khadra est un auteur francophone, d’origine algérienne, dont j’avais beaucoup entendu parler, notamment pour son livre Les hirondelles de Kaboul. Je n’avais jamais lu de ses livres, parce que je suis généralement un peu perplexe devant les succès de librairie… Cependant, lorsque j’ai vu son dernier roman, L’olympe des infortunes, en partenariat sur Livraddict, je me suis dit que c’était l’occasion idéale de donner une chance à cet auteur. Nous sommes assez loin de mes styles de prédilection, mais c’est la tout l’intérêt des partenariat : la découverte. Et puis, ça évite la crise de foie de Fantasy, synopsis.

L'olympe des infortunes de Yasmina Khadra

Cette histoire prend place sur un terrain vague, une sorte de décharge abandonnée, en marge de la société. Là vivent plusieurs SDF, ils ont établi la leur vie, loin de la ville. Organisés en petit groupes, ces personnages ont tous leurs histoires, mais il n’en parlent pas beaucoup. Est ce là le bonheur ?

Un petit mot sur le livre, aux éditions Julliard, la couverture à rabat souple est toute douce et brillante et l’illustration est sobre mais agréable. C’est  un livre assez court, 240 pages par là, et écrit plutôt gros, ce qui fait que je l’ai lu très rapidement. Il se lit sans mal.

Je n’avais absolument rien lu de cet auteur, il n’y aura donc aucune comparaison. Il parait que c’est très différent, et je veux bien les croire. Ce roman s’intéresse au monde assez particulier des SDF, dans une décharge anonyme, dans une ville anonyme, même un pays anonyme.

Yasmina Khadra

Yasmina Khadra

On ne sait pas réellement où on est, et ça n’est pas important, leur monde c’est le terrain vague, et pour nous aussi. Ce procédé permet d’accentuer l’immersion. Nous sommes coupé de tout, le livre est donc beaucoup plus universel. Et ce procédé renforce le coté conte philosophique qu’on peut ressentir sur d’autres points.

Cependant là où l’auteur fait fort, c’est qu’il ne fait pas de concessions, mais qu’il arrive pourtant à donner une dignité et une grandeur à ses personnages. Ces hommes sont alcooliques, malades, pas toujours moraux, crades, bref, ce n’est pas tout rose. Cependant, ils ont une sorte de grandeur en eux. Surtout Ach auquel je me suis énormément attachée.

Ce vieux monsieur bougon, poète et musicien dispense à Junior, un jeune SDF un peu simplet, des leçons et des morales, qui sont autant de pistes ouvertes vers la philosophie et en tout cas vers la réflexion. J’ai trouvé le roman plutôt intelligent et pas trop moraliste non plus. Cependant, il y a un peu beaucoup de références à Dieu, ça ne m’a pas vraiment gênée, mais c’est à dire. Un autre personnage m’a vraiment semblé déplacé, celui de Ben Adam, une sorte de prophète qui ne rime à rien.

Il faut dire que le roman est très très court donc, du coup tout n’est pas totalement développé et je pense que sur certains points il aurait peut être fallu plus de pages afin d’amener mieux les choses. Cependant, il s’agit là d’un petit bémol, car dans l’ensemble le livre m’a charmée. La galerie est vraiment diversifiée, et j’ai été surprise à plusieurs reprise du respect envers les personnages. Malgré tout ce qu’on nous révèle, des morpions aux diarrhée, ce n’est jamais vulgaire et jamais irrespectueux.

L'olympe des infortunes de Yasmina KhadraDe plus la plume de Khadra est très agréable. Son écriture est poétique tout en restant très légère. Beaucoup de ses figures de style sont tout simplement superbes et j’ai été conquise très rapidement. J’aime sa simplicité et sa manière de brosser des portraits très intimes tout en aisance. Il a réussi à me toucher, et la fin m’a beaucoup plu. Je  ne pensais pas que cela me prendrait autant.

A noter que je m’attendais à un livre plus moralisateur. Alors certes, il l’est un peu c’est indéniable, mais ça ne saute pas à la gorge, et c’est assez léger dans le fond. Si c’est un roman engagé alors c’est bien caché même si il est impossible d’être totalement neutre sur le sujet évidemment.

Voilà dans tous les cas une très bonne découverte. Du coup, je compte m’intéresser un peu plus à cet auteur. Il n’est pas impossible que je me procure d’autres de ses romans car le style y est vraiment très bon.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
6 commentaires, donnez votre avis !
  • Nane a écrit le 21 février 2010 à 20 h 47 min:

    Totalement en accord avec ton billet ! Je l’ai lu aussi dans le cadre du partenariat et ça a été une belle découverte pour moi !

    Tu écris vraiment bien, j’aurai aimé réussir à tourner mon billet aussi bien que le tien ; tu as dit tout ce que je voulais dire !

    RépondreRépondre
  • Pef a écrit le 22 février 2010 à 18 h 32 min:

    Moi non plus je n’ai jamais rien lu de Khadra, mais il me semble qu’il n’a pas écrit Les cerfs-volants de Kaboul, mais plutôt les Hirondelles de Kaboul, le premier étant une oeuvre de Hosseini.

    RépondreRépondre
  • illman a écrit le 22 février 2010 à 21 h 44 min:

    Ton billet m’a donné envie de lire ce bouquin. Va falloir que je lui fasse une place dans mes « A Lire » XD

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 22 février 2010 à 22 h 19 min:

    @Illman, il se lit vraiment tres vite^^.

    @Pef corrigé

    @Nane, je suis contente de voir que je ne suis pas la seule a avoir aussi bien acceuilli ce bouquin ^^

    RépondreRépondre
  • Thalia a écrit le 24 février 2010 à 19 h 09 min:

    Tu me donnes envie de m’approcher de cet auteur bien que ca parle de dieu. :)
    Ca ne sera pas pour tout de suite … mais un jour surement. Je l’ajoute dans ma wish-list … c’est toujours ça de pris. :)

    RépondreRépondre
  • yahiaoui a écrit le 7 mars 2010 à 0 h 33 min:

    Bonsoir tour le monde, je me présente, je m’appele Rachid, j’ai 40 ans, j’ai découvert la lecture très tard, à l’âge de 35 ans, completement par hasard, attiré par un titre peu commode  » à quoi rêvent les loups » puis accroché comme un poisson dans l’ameçon par « les agneaux du ségneur » je fini par être completement foudroyé par « les hirondelles de kaboul » et les sirènes de baghdad ». je suis résté longtemps en apnée à attendre le roman suivant « ce que le jour doit à la nuit » à ce moment là j’ai su que Monsieur Yasmina Khadra est un prophète carressé par le souffle de dieu.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?