L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman

Serafina dans Critiques, Livres le 17 décembre 2010, avec 9 commentaires
Critiques

Dans ma très haute pile à lire se trouvait L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman que m’avait offert dabYo à Noël dernier. The graveyard book en V.O. est un roman paru en 2008, et traduit en 2009 par Valérie Le Plouhinec pour éditions Albin Michel. Il s’agit d’un roman jeunesse, en partie illustré à l’intérieur par Dave McKean et avec une très sympathique couverture de Laurent Besson. Il a reçu le prix Hugo et le prix Locus. Avec ça, on peut s’attendre au mieux. Synopsis ?

L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman

Une nuit, le Jack décime une famille. Les parents et la fille succombent, mais un petit enfant de 2 ans parvient à s’échapper et aller jusqu’au cimetière. Cimetière où il sera adopté et surnommé Nobody Owens, Owens étant le nom de famille du couple qui l’adopte. L’enfant grandit, entre les fantômes et Silas, son « éducateur ». Relativement protégé dans son cimetière, il ignore qu’à l’extérieur, le Jack est bien décidé à terminer son travail.

Nous sommes donc en présence d’un roman jeunesse à l’ambiance très sombre dans du pur Fantastique mais surtout, aux thématiques très Burtonniennes. Il est difficile de ne pas faire le parallèle entre les deux, d’autant plus que les illustrations sont très tourmentées, « à la Burton« . Un soin tout particulier est d’ailleurs apporté au roman, de sa superbe couverture glacée aux illustrations intérieures, nous sommes vraiment en présence d’un bel objet et on ne peut que souligner le travail de l’éditeur qui signe un roman très soigné.

Comme on peut le pressentir, il s’agit d’un roman sur l’enfance, et sur la passage de l’enfance à l’age adulte. Le récit commence comme un Harry Potter, le héros découvre le monde du cimetière, les personnages… Personnages qui ne sont d’ailleurs pas en reste, bien que comme dans beaucoup de romans jeunesse, ils soient assez caricaturés. Ils sont traités avec beaucoup d’humour et on s’y attache très rapidement. Cependant, malgré le traitement jeunesse, ils sont loin d’être tous tout blanc ou tout noir, et on est a mille lieues des clichés qu’on aurait pu trouver dans le premier tome d’Ellana ou plus récemment, Doregon.

L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman

On retrouve un assez grand nombre d'illustration en noir et blanc de Dave McKean

Le conte prend ensuite un tournant plus initiatique, et est pétri de bonnes morales mais c’est effectué de manière assez délicate, et de ce fait cela ne devient pas agaçant pour les vieillards que nous sommes. Par bonne morale, j’entends par exemple la fois où lorsque Nobody désobéit, il lui arrive ensuite un malheur. Évidemment, certaines situations sont cousues de fil blanc, et assez « simples » notamment au niveau de leur résolution. Cependant, bien que destiné à la jeunesse, le livre est aussi un poil angoissant, notamment avec ces Jack organisés, et près à surgir à chaque coin de rue. Je pense que le coté horrifique est un point trop souvent délaissé dans la littérature jeunesse, pourtant, les plus jeunes aiment frissonner, comme en atteste le succès sans équivoque de la collection Chair de Poule. Je pense que cette peur littéraire est une bonne chose, bien que le livre puisse donner quelques cauchemars aux plus jeunes.

L’étrange vie de Nobody Owens de Neil GaimanLa plume de Neil Gaiman, et sa traduction par Valérie Le Plouhinec, est toujours aussi succulente… Tout comme pour Stardust, il y a cependant de nombreuses références à la culture anglo-saxonne, bien que Nobody Owens soit beaucoup plus accessible que le livre su-cité. Mais les clins d’œils à des comptines enfantines sont intraduisibles et nécessitent des notes en bas de page. Je suppose que là, malheureusement, la barrière de la culture nous fait louper plusieurs traits d’humours. Car le bouquin n’en est pas dépourvu. Comme dans Burton, on oscille entre humour et noirceur.

Au final, ce roman de Neil Gaiman est clairement un de mes chouchous de l’année, je l’ai dévoré en un allez-retours à Paris, et je n’en suis pas déçue. Je vous le conseille sans hésiter, que vous soyez adultes, ou pour offrir cette année aux plus jeunes. Pour moi dès l’âge de 10 ans le roman peut plaire, bien qu’un poil effrayant. Et encore plus si vous aimez les contes gothiques, courrez !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
9 Comments, donnez votre avis !
  • Thalia a écrit le 17 décembre 2010 à 19 h 00 min:

    Ce livre est une merveille! Je l’ai aussi dévoré et savouré.

    RépondreRépondre
  • boubou a écrit le 17 décembre 2010 à 22 h 28 min:

    pour ma part, je suis jamais objective avec le monsieur donc bon… x)

    RépondreRépondre
  • Kameyoko a écrit le 18 décembre 2010 à 14 h 47 min:

    Moi aussi j’aime bien le monsieur :)

    Mais c’est vrai que ce Nobody Owens est quand même un livre jeunesse de qualité. Comme dit dans la critique le petit coté effrayant est appréciable.

    Il est clair que Gaiman est vraiment le Burton de la littérature.

    J’ai beaucoup aimé suivre le pas de Nob’ dans ce cimetière et le voir grandir à la sauce fantômes et autres créatures.

    RépondreRépondre
  • Mili-chan a écrit le 18 décembre 2010 à 14 h 47 min:

    lu et adoré ^^
    les illustrations sont sublimes et j’adore la manière d’écrire de gaiman
    je conseille aussi american god de Gaiman qui est lui pour les adulte mais qui est aussi très bien

    RépondreRépondre
  • Iluze a écrit le 18 décembre 2010 à 15 h 02 min:

    J’ai bien aimé ce roman pour ado mais je trouve qu’il lui manque un petit quelque chose pour le rendre inoubliable :).

    RépondreRépondre
  • boubou a écrit le 18 décembre 2010 à 22 h 30 min:

    faudrait que Burton adapte du Gaiman au cinéma en fait. ^^

    RépondreRépondre
  • Vladkergan a écrit le 19 décembre 2010 à 11 h 28 min:

    Rares sont les textes de Gaiman à m’avoir déçu (la liste doit se limiter à Stardust et plus récemment à Entremondes), et force est d’avouer que cette Etrange Vie de Nobody owens n’en fait pas parti. Déjà, pour l’amateur du thème que je suis, trouver un vampire sous la plume de Gaiman est un réel plaisir de lecture.

    D’autant que le livre dans son ensemble brille autant par sa narration que par ce qui y est raconté. Gaiman a une imagination débordante et sait très bien la mettre au service de ses histoires, sans jamais verser dans le trop plein ou le trop fouillis.

    Ma chronique sur Vampirisme.com va d’ailleurs bien dans ce sens : http://blog.vampirisme.com/vampire/?451-gaiman-etrange-vie-nobody-owens

    RépondreRépondre
  • Aya a écrit le 25 décembre 2010 à 16 h 42 min:

    On vient de me l’offrir pour noel je suis ravie (faut dire que j’étais pas très subtile depuis la lecture de cet article en disant qu’il m’avait vraiment l’air bien ce livre hein quand même XD) Il est superbe si ce n’est cet immonde genre de tache rouge sur la couverture directement imprimé dessus hein sinon c’est pas marrant si ça l’enlève…. Trop dégoutée T_T mais bon j’ai quand même drôlement hâte de le lire :)

    RépondreRépondre
  • badaboum a écrit le 9 mars 2011 à 11 h 13 min:

    vraiment un livre génial, qui fait le rapport entre les vivants et les morts sympathique a lire :D
    c’est vrai que le seul blême et la tache rouge sur cette merveilleuse couverture comme toutes les autre collection wizz d’ailleurs:)

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?