Le tome 2 de l’Ennemi dans l’Ombre de David Weber est la suite plus que directe du premier tome, la version originale ne comptant d’ailleurs qu’un unique volume. Toujours traduit par Michel Pagel, illustré par Genkis et disponible aux éditions l’Atalante, il s’agit d’un roman de Hard Science-Fiction se déroulant dans l’univers d’Honor Harrington. Après ma chronique sur le début du mini-cycle, vous pourrez vous doutez que je n’étais pas spécialement chaud pour entamer cette suite. Je vous ferez grâce du synopsis pour ne pas vous spoiler le tome 1.

 L’Ennemi dans l’ombre, Tome 2, de David Weber

En commençant ce second tome, je m’attendais à ce que l’on continue sur la lancée du chapitre précédent, mais là même pas, on se retrouve avec de nouveaux personnages dans la boucle ce qui augmente encore leur nombre, au delà de la limite de ma mémoire des noms. C’est beaucoup trop foisonnant et Michelle Henke, notre fameuse amiral du Pic d’or, est loin d’avoir le rôle que lui prête le quatrième de couverture. Je vais même aller plus loin, si les personnages s’était appelé Manticore1, AmiralManticore1, Havrien1… Ça n’aurait pas fait grande différence. Le seul personnage à peu près notable, c’est Josef Byng, un taré de la flotte de guerre solarienne qui fait une nemesis parfaite pour Manticore. En clair c’est dispersé et ça amène au point suivant.

Pendant ma lecture de ce volume, j’ai enfin mis le doigt sur ce qui ne me plait pas avec cet auteur. Il fait tout trop trainer en longueur, pour moi les trois quarts des deux tomes ne servent qu’à mettre en place une guerre qui va éclater. Lorsque je suis arrivé au dernier paragraphe, je me suis dit : « Tout ça pour ça ?!? ». Vu qu’il nous laisse sur notre faim, c’est proche du cliff-hanger, de la provoc, pour acheter la suite. Au final, j’ai eu l’impression de lire une intro de 900 pages. Un parfum d’inachevé plane sur l’histoire et c’est une sensation plus que désagréable, d’autant que je suis désormais loin d’avoir envie de lire la suite.

 L’Ennemi dans l’ombre, Tome 2, de David Weber

Alors, oui, l’univers est ultra cohérent, super fouillé et réaliste, pour de la SF j’entends, l’intrigue est extrêmement complexe mais ça ne suffit pas à faire prendre la sauce si on la raconte en prenant trop son temps. Sans compter les références à des évènements d’autres bouquins de l’honorverse qui continue à nous perdre, comme la bataille de Manticore, dont on entend vaguement parler à de nombreuses reprises et sur laquelle la seule information disponible est qu’elle a été meurtrière.

Niveau rythme, la première moitié est carrément molle et j’ai vraiment eu du mal à suivre, la faute à l’absence d’événement intéressant, vu que les personnages ont tendance à se perdre en discussions. En comparaison, la seconde partie, où le ton commence à monter entre les camps, se dévore à une vitesse folle. C’est cher payé pour 250 pages de bonne lecture.

L’Ennemi dans l’ombre, Tome 2, de David WeberLa couverture, toujours par Genkis est plutôt sympa, cela reste dans le ton du premier tome et de la série en générale, du moins chez l’Atalante. Dommage que je n’arrive pas à identifier les personnages qui l’ornent. Mon petit doigt me dit que le traducteur, Michel Pagel, a pas du trop s’amuser avec la surabondance de dialogues.

Après la lecture de ce second tome, là c’est clair, je ne vous conseille pas ce cycle de l’univers d’Honor Harrington, à part si vous êtes un fan hardcore qui veut tout savoir de cet univers. En l’occurrence, très peu pour moi, ça m’a même convaincu de faire une pause dans la SF pour me relire un peu de Fantasy. L’Ennemi dans l’ombre de David Weber est roman en deux tomes qui a certes de bons côtés, mais pour lesquels l’investissement est trop important pour véritablement valoir le coup.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
4 commentaires, donnez votre avis !
  • Mylouki a écrit le 24 juin 2011 à 9 h 14 min:

    Quel courage ! se taper le tome 2 alors que le premier ne t’a pas emballé…
    beuhh j’aime pas les illustrations… (je sais, remarque complètement stupide…)

    RépondreRépondre
  • illman a écrit le 24 juin 2011 à 9 h 31 min:

    Tu veux encore plus rigoler ? j’ai mis 3 mois a me taper les 2 tomes… *sigh*

    RépondreRépondre
  • Mylouki a écrit le 24 juin 2011 à 9 h 43 min:

    … je vois totalement ce que tu veux dire…. je me suis fait un point d’honneur à lire les trois tomes du seigneur des anneaux…. j’ai toujours pas fini, ça fait 3 ans et je suis à la moitié du deuxième… une véritable quête initiatique, ou une une torture mentale… je sais pas…

    RépondreRépondre
  • MARS a écrit le 21 novembre 2011 à 23 h 22 min:

    Je pense qu’il faut en effet être un hardcore de sciences fiction pour lire ce genre de chose. Ou quelqu’un qui, comme moi,trouve les livres toujours trop petit. 3 mois pour lire 2 livres(même épais), c’est long. Je compte lire cela très prochainement(je vais aller les commander)mais cela ne devrait pas prendre plus de 2 jours(grand max).

    D’un autre coté, je dois admettre que j’ai vraiment beaucoup de mal avec les romans de fantaisy. Et j’ai pas réussi a dépasser les 20 premières pages du seigneur des anneaux.

    Chapeau pour avoir su tout lire jusqu’au bout, donc!

    Les honor harrington sont un peu mieux a mon avis. J’ai aussi adoré l’étoile de pandore (4 romans)que j’ai réussi a faire durer 2 semaines (2500 à 3000 pages). Le rythme de l’action est plus soutenu.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?