L’Empire Invisible de Jérôme Noirez

dabYo dans Critiques, Livres le 21 octobre 2011, avec aucun commentaire
Critiques

L’Empire Invisible est un roman de l’écrivain français Jérôme Noirez, publié tout d’abord par Gulf Stream, et récemment sorti en poche aux éditions J’ai Lu. C’est tout d’abord grâce à sa superbe illustration de Marc Simonetti que le roman a attiré mon œil. Et puis ensuite, la quatrième de couverture a fini par me convaincre. Synopsis de cette petite incursion dans le triste monde de Clara Walker.

L'Empire Invisible de Jérôme Noirez

Clara Walker est est la fille unique de son père, Nat Walker, qui représente ce qu’elle a de plus important dans ce monde difficile. Car Clara a eu le malheur, tout comme son père, de naître avec une peau noire dans les états du Sud des États-Unis. A ce qu’il paraît, les noirs sont libres dans ceux du Nord, mais Clara a bien du mal à y croire. Son monde se limite à la plantation de coton, où elle s’abime tantôt les mains pour ramasser le coton, tantôt pour des taches toutes aussi épuisantes.

Le roman prend donc place dans une plantation de coton au sein d’un des derniers états esclavagistes des années 1800 outre-Atlantique. La production de coton est alors en pleine mutation, et grâce à des inventions récentes, les nouvelles techniques permettent de rendre l’activité très rentable. Surtout lorsque la main d’œuvre y est « gratuite », basée sur l’esclavagisme. L’Empire Invisible se situe donc dans l’histoire, bien que celle qu’il raconte soit purement fictive, et malheureusement bien proche de ce que des humains ont dû vivre.

Je dois avouer que je ne sais que trop peu comment parler de ce livre, qui touche et dont on ne ressort pas. Nous suivons Clara, jeune fille de 14 ans, esclave depuis toujours et qui se demande bien souvent comment Dieu a pu la laisser là. Les esclaves étaient très croyants, et son père, Walker, est le plus pieu de sa plantation. La nuit, chaque semaine, il anime des messes où les esclaves se retrouvent en cachette, chantent et dansent leur amour. Malgré le désespoir de sa vie, malgré les souffrances que lui imposent les blancs, Walker arrive à leur pardonner. La haine se transforme en amour et en pardon.

L'Empire Invisible de Jérôme NoirezLe court roman de Jérôme Noirez est vraiment bien écrit. Il nous prend aux tripes et se lit très vite. Le sujet est fort, et fort bien traité. La narration est très bien retranscrites et les personnes sont entiers. Que ce soit Clara et son père, ou bien les esclavagistes, chacun a sa personnalité. Bien sûr, le roman étant court, on pourrait dire que l’auteur joue des stéréotypes. Mais qu’à cela ne tienne, on s’attache très vite, et c’est un moyen très pédagogique pour donner une idée aux jeunes de ce que l’esclavage pouvait être.

Au final, difficile de ne pas vous conseiller de lire L’Empire Invisible. Je n’arriverai pas à en dire plus, tant c’est une œuvre qui se suffit à elle même. Entre réalité historique, histoire prenante et fantastique qui n’est jamais bien loin, il n’y a aucune raison de ne pas s’y jeter les yeux fermés.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?