C’est au détour de notre boîte aux lettres que nous avons découvert l’année dernière un roman original de Science Fiction publié par les éditions l’Atalante: Métro 2033 de Dmitry Glukhovsky. Un petit pavé au synopsis bien comme on les aime, qui a tout de suite eu les faveurs de notre rédacteur illman dont vous pouvez retrouver la chronique par ici. Les romans traduits du russe ne sont pas légions en France, et encore moins au rayon Science-Fiction. nous avons donc tout de suite voulu en savoir plus en contactant son traducteur, Denis E. Savine. Et quoi de mieux que la sortie récente du second tome, Métro 2034 pour en parler ?

Metro 2033 de Dmitry Glukhovsky

Bonjour Denis, pourrais tu te présenter à nos lecteurs ?

Né sous un déluge de feux d’artifice par une froide nuit de novembre sous le règne du Camarade Président du Praesidium du Soviet Suprême Nikolaï Viktorovitch… non pardon, c’est la version longue… Que dire ? Essayons de procéder dans l’ordre. Instant zéro : naissance à Moscou. 6-7 ans : découverte de deux écrivains français, Jules Verne et Alexandre Dumas père. Je crois avoir préféré ce bon vieux Jules.

Quelques années plus tard : arrivée en France. Bon nombre d’années d’études plus tard, j’ai travaillé dans l’informatique, en tant que larbin (pardon employé) dans un premier temps, puis à mon propre compte. Puis j’ai été auteur jeunesse, disquaire et à présent je travaille dans un foyer qui accueille des enfants maltraités.

Sinon, je suis un gros lecteur et j’ai beaucoup pratiqué le jeu de rôle (avec l’âge les occasions se font plus rares) et le Grandeur Nature. Ah oui, j’aime aussi les chats.

Comment en es tu arrivé à la traduction de romans russes ? Quel est ton parcours, côté écriture en particulier ?

Denis E. Savine Mon parcours dans la traduction est erratique. J’y suis venu par le jeu de rôle en traduisant de l’américain des livrets de jeu pour un grandeur nature persistant. C’est à ce moment là que je me suis rendu compte que l’activité m’intéressait. Mais au sein d’une association (dont bon nombre de membres sont des fans), le niveau d’exigence n’est pas trop élevé vu que tout le monde est bénévole, ce qui ne permet pas d’évaluer réellement la qualité de son travail. Ensuite ce fut de la traduction de documents techniques dans le cadre de mon boulot en informatique, avec cette fois un niveau d’exigence plus élevé. Vu que mon poste n’était pas axé sur la traduction, mais l’ingénierie, les traductions n’étaient pas nombreuses, même si elles étaient régulières. Pour ce qui est de la traduction des romans russes, c’est l’occasion qui a fait le larron.

J’avais lu Métro 2033 pour les éditions L’Atalante afin d’en faire une fiche de lecture et un jour que nous en discutions, Mireille Rivalland (éditrice chez l’Atalante, ndlr) m’a demandé si je me sentais d’attaque pour le traduire. J’ai traduit une partie du premier chapitre pour voir si j’en étais capable et si le travail que je fournissais convenait. Visiblement, ce fut le cas.

Côté écriture, c’est une autre histoire qui a aussi commencé avec le jeu de rôle. A l’époque, comme un grand nombre de meneurs de jeux, j’écrivais mes propres scénarios. Puis est sorti le jeu Guildes, chez Multisim. Avec trois amis, nous avions monté et proposé à l’éditeur un projet de zine, intitulé Terra Incognita, et c’est à cette occasion qu’en 95 je faisais la connaissance de Stéphane Marsan (actuellement directeur éditorial chez Bragelonne, ndlr) qui venait de lancer un petite maison d’édition qui ne publiait que des auteurs français en format poche et qui s’appelait Mnémos.

journal_de_noel_kerbraz.jpg

Journal de Noel de Kerbraz

C’est Stéphane qui m’avait encouragé à écrire suite à la lecture d’un ou deux de mes textes. Pourtant, ce n’est pas à cette époque que j’ai publié mes premiers bouquins, mais 7 ans plus tard. J’ai eu la chance d’être contacté par une illustratrice qui travaillait pour les éditions du Rocher sur un projet d’albums pour les 8-12 ans. C’est comme ça qu’est née la série Le Collège des Six-Trouilles composée de trois albums (signés sous le pseudonyme de Kerbraz).

Suite à cette série, l’éditeur m’a proposé de rejoindre un autre projet Grand-maman… raconte ! / Grand-père… raconte ! L’idée de cette collection était d’offrir aux adolescents des biographies de personnages célèbres dans un format moins rébarbatif que des pavés de 600 pages et un peu plus ludique. Un projet passionnant. J’avais en outre eu la chance de signer pour 5 livres à paraître sur trois ans et demi. Je devais raconter la vie de Jules Verne (si, si, ce bon vieux Jules à qui je dois en grande partie mon amour de la lecture), Molière, Léonard de Vinci, Jean de La Fontaine et Victor Hugo. Au final seuls les trois premières biographies ont vu le jour car entre temps les éditions avaient changé de mains et la nouvelle direction aimait la collection jeunesse mais pas la création française. J’avais d’autres projets sous le coude, mais j’avoue ne pas avoir été très persévérant pour essayer de les placer.

Tu as vécu de ta plumes pendant quelques années, qu’est ce que ça t’a fait de passer traducteur ? Le travail t’a-t’il semblé totalement différent ?

Leonard de Vinci, quel génie ! de KerbrazLa traduction a été pour moi l’opportunité de revenir dans le monde du livre autrement qu’en tant que simple lecteur. Parce qu’après un parcours assez éclectique (hum… éclectique… j’aime bien ce mot… mais je pense que nous en parlerons un peu plus tard) je me rends compte que c’est ça que j’aime. J’aime les livres (je dois en avoir plus de 1500 à la maison), j’aime les langues et je pense que le travail d’auteur et de traducteur sont très complémentaires.

Dans les deux cas, il y a un attachement à la formulation, au choix des mots, à la construction des phrases. En ce moment, Denis-l’auteur apprend beaucoup de Denis-le-traducteur, mais Denis-le-traducteur s’est pas mal nourri initialement de l’expérience d’écriture de Denis-l’auteur (non, non, je suis tout seul dans ma tête, c’est juste pour expliquer).

Je ne te cache pas que l’auteur a l’avantage de maîtriser son univers et ses personnages. Alors que dans une traduction, notre rôle est de nous effacer au maximum et surtout de retranscrire le texte tel qu’il est qu’on soit d’accord ou non avec les directions que prend le scénario ou les actions qu’entreprennent les personnages.

La traduction du russe vers le français a-t-elle des particularités ? Les différences culturelles t’ont-elles parfois compliqué les choses ?

Je ne pense pas qu’on puisse parler de particularités… Si, en fait, il y a une chose qui est très lourde à gérer, c’est la translittération. Il n’y en a aucune que je trouve satisfaisante, il y a celles qui piquent les yeux et celles qui écorchent les oreilles. D’ailleurs, la remarque la plus fréquente concerne les noms de stations imprononçables ; d’autant plus imprononçables qu’on a du mal à se retrouver dans toutes ces successions de consonnes.

Les différences culturelles compliquent les choses, c’est vrai. Il y a des référents qui sont différents, des images qui font sens dans une langue et qui sont difficilement transposable dans une autre. La langue véhicule la culture et l’histoire d’un pays, d’un peuple. Plus ce peuple est éloigné de nous d’un point de vue géographique, historique et culturel, plus la passerelle sera difficile à bâtir. Mais c’est aussi tout le charme, tout le défi… tout l’intérêt finalement de la traduction. A l’époque de 2033, nous avions eu un certain nombre de discussions avec Pierre Michaut (fondateur et éditeur de l’Atalante, ndlr) à propos des notes de bas de page. De son point de vue, que je partage désormais, la note dans une fiction rompt la lecture et par conséquent le rythme du texte, la tension de l’intrigue. Elle est donc a éviter au maximum. Pour cette raison seules quelques notes indispensables émaillent les bas de pages de 2033 et 2034 (pour te donner une idée, il y avait à l’origine deux à trois fois plus de notes dans 2033 que dans la version imprimée).

Sinon, petite anecdote pour illustrer les différences culturelles et les moyens de les contourner. Dans Métro 2034, Homère, un personnage enclin à l’introspection, réfléchit à sa relation au métropolitain moscovite. Il fait à un moment référence à une série de contes russes qui mettent en scène une matrone sur une montagne. Dans le texte original ça donne quelque chose comme ça : « Passe encore de tomber amoureux de la Matrone de la Montagne, mais s’amouracher de la Montagne elle-même voilà qui était étrange… » Je pense que la lecture de cette phrase dans texte aurait laissé le lecteur français perplexe, à moins de connaître les contes russes ou que dans une note je fasse un bref explicatif de la chose. J’ai préféré me demander quelle histoire ou légende était aussi populaire en France et dont la référence pour un lectorat français serait immédiate. C’est ainsi que la Matrone de la Montagne est devenue la Dame du Lac.

Les romans de Dmitry apportant leur lots de termes techniques, voire des néologismes, comment as tu fais pour les traduire ?

Bah… euh… Dicos très techniques, sites de traducteurs, recherches diverses, mails échangés avec d’autres traducteurs de ma famille (j’en ai deux, c’est très pratique)… c’est long parfois. Très long. Mais c’est une occasion en or pour se cultiver. J’adore !

On a remarqué en tout cas via ton Twitter que tu aimais bien placer quelques mots tordus… Une sorte de défis ?

Toi, tu parles de la « chromolithographie immarcescible ». Alors, il était trois heures du mat’, j’étais vanné et je m’étais promis de changer ça pour un synonyme plus courant, je parle d’immarcescible, parce que chromolithographie ça définit assez bien ce que c’est. Et en fait, je crois que j’ai oublié de tenir ma promesse. Mais les deux mots sont parfaitement français et présents dans tous les bons dictionnaires… J’essaie toujours de rester au plus près du sens et des nuances du texte original (ce qui n’empêche pas de faire des bourdes parfois), d’où l’usage de mots parfois un peu trop précis ou peu usités, mais il ne faut pas y voir un défi, non.

denis_e_savine_tweet.jpg

Pour la petite histoire, j’ai appris le mot immarcescible en lisant un roman d’Andreï Makine.

Vu que Métro 2033 était ta première traduction, y-a-t’il eu des choses, méthodes que tu as fait différemment pour la traduction de Métro 2034 ?

Metro 2033 de Dmitry GlukhovskyOui, il y a eu une évolution entre mon travail sur 2033 et celui sur 2034. Là, comme ça, je suis incapable de te dire quoi. J’ai eu beaucoup de chance, je pense, d’avoir commencé à travailler pour L’Atalante.

Pierre m’a prodigué de précieux conseils et, comme je l’ai dit tout à l’heure, j’ai deux traducteurs dans la famille qui ont également partagé leur expérience avec moi. J’étais donc pas mal armé dès le premier roman. Cependant, je pense qu’il faut sans cesse se remettre en question et donc faire évoluer sa manière de travailler.

Ce second tome vient tout juste d’arriver chez les libraires, as tu déjà des retours de lecteur ? En es tu satisfait ?

Oui, j’ai eu deux retours, un direct, l’autre via mon blog. Ils sont très positifs tous les deux. Quant à moi… je suis un éternel insatisfait, surtout en ce qui concerne mon travail. Mais je me suis surpris à feuilleter le livre, voilà quelques jours, et m’arrêter sur des passages en me disant « Ah ? C’est moi qui ai fait ça ? ». En général, chez moi c’est bon signe. Donc, finalement, je dirais que je pense avoir fait du bon boulot et que oui, j’en suis content.

D’autres projets autour de la franchises sont ils en cours, que ce soit en Russie ou ailleurs ? Tu avais essayé l’adaptation en jeu vidéo, tiens ?

Metro 2033 UniverseLes romans dans l’univers de 2033 continuent à sortir en Russie à un rythme soutenu. Aux dernières nouvelles, plusieurs auteurs non russes avaient rejoint le projet : un britannique et un italien. Il y devrait donc y avoir une « Britannia 2033 » et une « Italia 2033« . Il avait également été question d’une adaptation en bande dessinée. Mais je n’ai plus trop de nouvelles ces derniers temps. J’avais eu quelques idées pour une « France 2033 » qui avaient intéressé Dmitry, cependant je n’ai pas eu le temps de m’y pencher sérieusement, vu qu’après 2034, j’ai enchaîné une autre traduction que je termine en ce moment.

Quant au jeu vidéo, non, je n’y ai pas joué. J’ai vu des gens y jouer, l’ambiance est très bien rendue, pour le peu que j’aie pu en voir.

Tu traduis de l’imaginaire, mais en es tu aussi un lecteur ? Comment es tu tombé dedans, quels sont tes classiques ? Tu en lis régulièrement ? En russe aussi ?

Je pars du principe qu’il est intéressant de lire de tout (enfin, si on excepte Marc Lévy, Guillaume Musso et quelques autres du même tonneau). J’ai dévoré de la Fantasy quand j’avais entre 15 et 20 ans, je dévalisais littéralement les librairies anglaises et américaines de Paris à cette époque. Puis, la proportion de SF a grandi et aujourd’hui elle représente la majeure partie des littératures de l’imaginaire que je lis. Je ne dis pas non à du Fantastique même si je suis assez difficile à contenter.

Comment suis-je tombé dedans ? Quand ma mère m’a lu 20000 lieues sous les mers à l’âge de 6-7 ans… Les classiques ? Je n’en sais rien. Tolkien, Verne, Asimov, Herbert, Shepard, Baxter, Wagner, Cook, Gibson, LeGuin, Whittemore, Verlanger, Lovecraft, Banks, Asher… Oui, j’en lis régulièrement. La quantité dépend des moments et des sorties d’autres auteurs dans d’autres genres littéraires ou des envies de se refaire des classiques de la littérature des deux derniers millénaires et demi de l’humanité. Quant à l’imaginaire en russe, non, je n’en lis pas. Je lis plutôt de la littérature dite générale… je déteste ce mot

Les étalages d’un libraire russe ressemblent-ils à ceux que l’ont peut retrouver en France dans notre domaine ? Qu’en est il de la « production » nationale du pays ? Y a t’il de grosses pointures russes de l’Imaginaire ?

Pour tout te dire, en octobre prochain, ça va faire 10 ans que pour mon plus grand regret et ma plus grande honte, je ne suis pas retourné en Russie. Mais je me suis promis d’y aller en 2012. Donc, à mon retour, je ne manquerai pas d’en faire un récit détaillé. Comme je ne lis pas trop d’imaginaire russe, je ne me tiens pas très au courant non plus. Mais tout cela va sans doute changer dans les mois qui viennent…

Quant aux pointures, il y en a une dont on a entendu parler en France il y a quelques années : Sergueï Loukianenko et sa trilogie NightWatch, par exemple. Et puis, il y a les ancêtres… Arkadi et Boris Strougatski. Je pense que la production dans le domaine littéraire est importante en Russie, il faut ensuite, mais c’est vrai partout ailleurs dans le monde, séparer le bon grain de l’ivraie.

Outre un compte Twitter, tu anime aussi Les Boulons Éclectiques, tu penses utiliser ces moyens pour parler un peu plus de ton travail, ou cela reste avant tout pour le « blogging » ? Tu lis des blogs à tes heures perdues ?

Les Boulons EclectiquesAh, les Boulons ! Et Twitter, sur lequel j’ai été bien silencieux ces derniers temps… Faut que je me rattrape… Oui, je vais parler davantage de mon travail sur les Boulons et sans doute sur Twitter, d’autant que j’ai pas mal de projets que j’aimerais voir avancer. En fait, je ne prends pas assez le temps de communiquer sur ce que je fais. Le problème vient de ce sentiment de culpabilité de se dire que le temps qu’on a consacré à un billet de blog à propos d’un projet, on aurait pu le consacrer à faire avancer le projet lui-même… C’est un serpent qui se mord la queue, mais je vais essayer d’y remédier.

Il m’arrive régulièrement de faire un tour sur quelques blogs : L’Ange du bizarre (blog de J.-P. Dionnet), Langue sauce piquante (le blog des correcteurs du Monde), Le traqueur stellaire, le vôtre aussi, celui des copains de la MLN (Mystérieuse Librairie Nantaise)… et ceux des visiteurs de mon blog qui laissent des commentaires… ou tout simplement au hasard, de lien en lien.

Merci pour toutes tes réponses, un dernier mot pour nos lecteurs ? Tes projets peut être ?

Aux lecteurs, tout d’abord, merci de votre patience et de votre persévérance de m’avoir lu jusqu’ici… c’est presque fini, promis.

Amortals de Matt ForbeckQuant aux projets… Alors, je termine en ce moment la traduction d’un roman américain, Amortals de Matt Forbeck, à paraître aux éditions L’Atalante en 2012.

Sinon, dans les choses en cours, il y a une trilogie space op pour la jeunesse dont les deux premiers tomes sont écrits, des nouvelles terminées ou encore en écriture que je vais essayer de placer de-ci de-là dans les mois qui viennent (Seb, si tu lis cette interview sache que je ne t’ai pas oublié). Dans les choses plus lointaines ou moins certaines, il y a une saga historique – qui aura pour point de départ Nantes – que nous avons imaginée avec un ami historien qui connait plutôt bien son Moyen-Âge. Et j’espère encore des traductions du russe ou de l’anglais. Bon, il y a bien deux ou trois autres projets dont je ne peux rien dire pour le moment qui viennent rallonger ma liste de choses à faire. Ah, si, il y a aussi un scénario d’un mini-GN qu’on doit écrire avec une amie depuis deux ans… et qu’on devrait mettre en chantier prochainement.

Merci avant tout de nous avoir répondu ! Et on espère bien avoir quelques informations supplémentaires sur les librairies russes après ton petit tour. En attendant, la rédaction a reçu son exemplaire de Metro 2034 il y a quelques jours, et illman va bientôt s’y mettre. On vous tient au courant pour la chronique !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 commentaires, donnez votre avis !
  • illman a écrit le 9 juillet 2011 à 14 h 04 min:

    Interview bien sympathique du seul traducteur dont j’ai retenu le nom parmi toute mes lectures.

    J’attends avec plus que de l’impatience de poser mes doigts sur Metro 2034, sa dernière traduction paru.

    RépondreRépondre
  • Eury a écrit le 12 juillet 2011 à 14 h 27 min:

    Je consulte votre blog depuis quelques semaines et j’ai trouvé qu’un sujet sur la littérature russe était un bon terrain pour un premier commentaire.
    Étant russophile et grande lectrice, il me semble que la science fiction est un genre assez répandu dans la littérature russe mais j’ai tellement de chose à lire que je n’ai pas encore eu vraiment le temps de creuser le sujet. N’hésitez pas à me demander si les références que j’ai vous intéressent (mais je n’ai encore rien lu ou presque donc ne peut juger de leur qualité).

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?