Il était une fois dans le nord de Phillip Pullman

Serafina dans Critiques, Livres le 20 septembre 2008, avec aucun commentaire
Critiques

Il y’a quelques jours en allant à L’espace culturel Leclerc de la ville de Blois je suis tombée face à un petit livre broché bleu dans une matière toute douce, avec, écrit en grosses lettres, le titre de « Phillip Pullman, il était une fois dans le Nord » . Un rapide coup d’oeil à la 4ème de couverture m’apprenant qu’il s’agissait du livre racontant la rencontre entre Lee Scoresby et Iorek Byrnisson, je ne mis pas très longtemps à me décider.

Car oui, je confesse, je suis une fane absolue de la trilogie de la croisée des mondes. Mes personnages favoris de ces romans sont Serafina (étonnant ?), Lee Scoresby et Iorek. Autant vous dire que le livre ne pouvait que me tenter. Malgré le prix, 12 euros, pour le nombre de pages, une centaine, je crois que je n’ai même pas hésité une minute. Il y’a des réflexes de fan. Bon, certes, l’édition est très agréable, le coté broché en tissus tout doux c’est très beau. L’histoire est illustrée par de jolies gravures, et entrecoupée de fac-similés de documents (manuels de navigation, bon de dépôt, article de journal…) en rapport avec l’histoire. Le livre s’accompagne aussi d’un jeu de l’oie version pole-nord, format A3, rangé dans un encart sur la troisième de couverture. Bref c’est un joli petit objet, fait évidemment pour les fans, et il faut croire que cela marche.

L’histoire en elle-même tient sur quatre-vingt petites pages. La rencontre de Iorek et Lee dans une petite ville du Nord. Ce deuxième personnage est sans doute un de mes favoris tous romans confondus, et le retrouver fait un plaisir fou. Un coté baroudeur à la Yan Solo, beau parleur, baratineur, bluffeur. Bref, le type même du bad guy mais gentil quand même dont je raffole tout simplement.

Une petite ville du nord, des magouilles d’une compagnie pétrolières, et deux êtres qui n’aiment pas l’injustice. Et surtout qui ont le courage de se dresser face aux-dites magouilles. Ils travailleront main dans la patte et scellerons le début d’une belle amitié. Iorek l’ours polaire, toujours égal à lui même, un brin taciturne, calme et posé malgré sa force énorme. Une belle paire quoi.

Je ne sais pas si l’histoire a un quelconque intérêt pour quiconque n’a pas lu La croisée des mondes. En effet, il s’agit plus de retrouver nos personnages qu’autre chose, et les éléments de base du monde ne sont pas expliqués (notamment les daemon). Il est donc préférable de toute manière pour bien comprendre d’avoir lu ou du moins de connaître un minimum la trilogie.

Cela se lit forcement un peu vite. Mais j’ai tellement été contente de relire les aventures de Lee (et Hester son daemon) que j’en ai adoré la lecture. De même la fin en est réellement une, et m’aura même fait verser des larmes. Cela nous laisse quand même un peu sur notre fin. Parce que oui je n’ai pas peur de le dire, je rêve d’une trilogie consacrée aux aventures de jeunesse de Lee ou même de Serafina (ou encore mieux des deux en même temps). Peut être… Toujours est il que « The book of Dust » un autre livre sur le même univers par Pullman est en préparation. Il se passerait quelques années après la fin de la trilogie et serait d’après son auteur un « gros gros livre ».


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?