Idlewild de Nick Sagan

dabYo dans Critiques, Livres le 8 mars 2013, avec 2 commentaires
Critiques

Idlewild est le premier roman de Nick Sagan, scénariste pour le cinéma et la télévision. C’est surtout un roman de Science-Fiction traduit par Patrick Imbert pour le compte des éditions J’ai Lu et sa collection Nouveaux Millénaires. Avec un format court et une couverture arborant la nuque d’un homme recouverte d’un code barre, ça sentait plus le Thriller que l’Anticipation contemplative. Synopsis ?

Idlewild de Nick Sagan

Quand Halloween se réveille en plein milieu d’un champ de citrouilles désert, courbaturé et complètement engourdi, il ne souvient plus de rien. Son nom, ce qu’il peut bien faire dans la vie, à quoi il ressemble, et surtout, il ne se souvient pas de pourquoi il est si content d’être encore en vie. Car c’est certain, s’il a tout oublié, c’est parce qu’il a frôlé la mort de peu. Mais qui, quand, où et, pourquoi ?

Je dois avouer que j’ai commencé le roman de Nick Sagan sur un mauvais pied. La narration est à la première personne, aussi, le réveil d’Halloween et ses tribulations mentales, faites de questions posées à lui même m’ont tout de suite très gêné. Les premiers dialogues ne sont pas en reste, tant ils manquent de réalisme. Le tout avait donc un petit goût de narration aux stéroïdes, une narration que l’auteur aurait dopé un peu trop fort pour donner un semblant de machination à son roman. Un personnage qui se pose plein de questions, qui ne se souvient de rien, le tout enrobé d’une narration ultra rapide pour donner un semblant d’action, ça ne suffit pas pour créer un Thriller. Et heureusement, ce n’était pas ça.

Nick Sagan

Nick Sagan

Les premiers chapitres sont laborieux il faut l’avouer, mais l’auteur va très vite réussir à nous transporter dans le monde d’Halloween et toutes les surprises qu’il peut receler. Et des surprises, nous allons en avoir, à plusieurs reprises le lecteur sera face à des révélations qu’il aura pu voir venir, ou non. L’amnésie est certes un axe que Nick Sagan va utiliser, mais Idlewind ne se résume pas à une simple quête du passé d’Halloween, bien loin de là. Un simple outil narratif, fort bien utilisé d’ailleurs, et qui va permettre d’insinuer le doute au cœur du lecteur et lui laisser libre cours aux suppositions.

Et c’est bien là un des premiers points forts du roman, l’envie du lecteur de découvrir la vérité et ce qui a bien pu arriver à Halloween. On va de supposition en supposition, les indices sont bien présents mais savamment cachés, et on passe un agréable moment là dessus. Idlewild propose surtout un univers et une ambiance du tonnerre, cohérente, et très Science-Fiction. On est vraiment à la limite du Post-Apocalyptique. Contrairement aux chroniques que j’ai pu voir ça et là sur internet, je n’ai pas envie d’en dire plus, tant la découverte de cet univers fait partie du plaisir de lecture. J’ai vraiment adoré ce côté et l’alternance de point de vue en début de chapitres, déroutante au début, fini par être jubilatoire.

Idlewild de Nick SaganLa quatrième de couverture cite en références de très beaux noms, Lovecraft, Dick ou encore Zelazny. C’est évidemment habituel, mais pour une fois, pas totalement volé. Ce premier tome n’est pas sans rappeler Les Neufs Princes d’Ambre de Roger Zelazny, tant dans la manière d’aborder l’histoire que dans les relations entre le personnage principal et ses congénères. Le tout recouvert d’une couche de Science Fiction complètement jubilatoire.

Bref, vous l’aurez compris, Idlewild de Nick Sagan m’a complètement conquis. L’ambiance se met relativement vite en place, le livre se dévore et surtout, l’univers est génial. Sa découvert est un vrai régal et on est vraiment frustré d’arriver si vite à la fin du tome. Pour un premier, c’est une vraie réussite et j’ai très hâte d’entamer sa suite, Edenborn, déjà publiée en grand format mais qui ne devrait pas tarder dans sa version poche.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 Comments, donnez votre avis !
  • Jennifer a écrit le 9 mars 2013 à 0 h 23 min:

    Et hop ! acheté. Effectivement, le synopsis donne très envie, les références à Zelazny et à Dick aussi. J’ai hâte de découvrir ce livre.

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 9 mars 2013 à 12 h 19 min:

    @Jennifer: j’espère qu’il te plaira autant qu’à moi, il se lit très vite en tout cas !

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?