Guerrière de l’américaine Marie Brennan est le premier tome du diptyque Les Deux Sœurs, une histoire de Fantasy traduite en 2010 par Thierry Arson pour les éditions Eclipse. J’ai vraiment accroché sur l’apparence du livre. Un beau format, une belle illustration de Larry Rostant et une quatrième de couverture très attractive, bref de quoi me donner envie de me plonger dedans mais qu’en est-il du contenu ? Synopsis.

Guerrière, Les Deux Sœurs Tome 1, de Marie Brennan

Mirage est une chasseuse, une guerrière issue de l’école du Feu d’Argent qui s’ennuie, enchaînant des missions inintéressantes et trop peu dangereuse à son goût. Elle finit alors par accepter un type de mission qu’elle a toujours refusé jusqu’ici, un contrat avec des sorcières. Elle doit retrouver l’assassin de l’une d’entre elles. Miryo est une jeune sorcière qui termine son apprentissage de la magie et ne connaît rien du monde extérieur. A la fin de son épreuve d’initiation, elle apprend qu’elle ne deviendra une sorcière à part entière que lorsqu’elle aura retrouvé et éliminer son double. Pour les deux jeunes femmes, la traque commence.

Une traque, de la magie, du combat, des ingrédients simples mais efficaces  qui peuvent donner d’excellentes intrigues. Ce livre s’est lu très rapidement, je suis facilement entrée dans l’histoire une fois l’action lancée et j’avais ensuite envie d’en connaître le déroulement, mais le début ne me donnait pas vraiment envie. En effet l’intrigue nous fait suivre les deux héroïnes en parallèle, bien que l’on voit beaucoup plus Mirage malgré tout, raison pour laquelle j’ai eu du mal à accrocher, le personnage étant profondément antipathique. Elle est en effet parfaite, forte, courageuse, indépendante, capable de réussir tous types de missions et madame s’ennuie car aucune de celle proposées avant n’est à sa hauteur.

Marie Brennan

Marie Brennan

J’ai souvent vu ce genre de dérive avec les personnages féminins guerriers de Fantasy qui, pour pallier à leur sexe, sont du coup totalement caricaturaux tellement leurs capacités sont sur-développées. Cependant l’arrivée dans un premier temps du personnage secondaire d’Eclipse, un autre chasseur du Feu d’Argent, et surtout la rencontre avec Miryo permettent d’oublier un peu ces traits trop appuyés. Le personnage de Miryo est lui plus nuancé ce qui la rend plus sympathique au lecteur. Quant à Eclipse, c’est le personnage masculin inintéressant et surtout inexploité dans toute sa splendeur. Il est tellement en retrait et tellement plat qu’on en vient à se demander à quoi il sert. Je suis déçue que l’auteur n’ait pas su utiliser le potentiel de ce personnage masculin qui aurait pu apporter un contrepoids non négligeable et une profondeur dans les interactions entre les deux femmes.

L’univers de cette diptyque Les Deux Sœurs, en revanche, m’a beaucoup plu. Teinté de culture asiatique avec l’utilisation de suffixes honorifiques, il est fouillé et vraiment bien construit. La hiérarchie des sorcières est tout à fait sensée dans son articulation autours des cinq éléments (terre, air, eau, feu et néant) et la différenciation en écoles des différents guerriers est elle aussi très bien amenée. Seul bémol, le glossaire des termes qui fait quand même huit pages. On peut suivre l’intrigue sans mais on perd du coup pas mal en compréhension de l’organisation de cet univers.

Guerrière, Les Deux Sœurs Tome 1, de Marie BrennanEnfin la différence de rythme de l’intrigue m’a aussi un peu déplu. Alors que la première partie (avant la rencontre des deux femmes) est relativement lente et descriptive, la suite enchaîne action et combat très vite, bien trop vite. On a presque l’impression de sauter des passages tant les choses ne sont plus expliquées, ou trop succinctement. De la même manière, et alors qu’on avait des descriptions sans intérêt notable au début, on aimerait ici avoir des détails sur certains endroits, personnages ou rites au lieu de juste les survoler. Malgré cela j’avoue avoir été surprise par le dénouement, pas tant par son originalité mais par son explication très logique. Marie Brennan n’a pas choisi la facilité et a su amener les choses sans ce côté « c’est comme ça parce que ça doit l’être » que l’on voit parfois. Je me pose désormais question sur ce que pourra contenir le tome deux, Guerrière étant un roman qui peut se suffire à lui-même.

Au final une lecture en deux teintes mais qui reste sur un versant positif, la déception venant surtout d’un sentiment de trop peu. Reste à saluer le travail des éditions Eclipse qui proposent un très beau roman dont la couverture cartonnée contient même un marque page assorti. Rien que pour ça il mériterait de figurer sur mes étagères.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 commentaires, donnez votre avis !
  • binoclard a écrit le 28 janvier 2011 à 14 h 52 min:

    Je l’avais lu en vo mais m’en étais justement arrêté au tome 1 avec justement ce sentiment en demi teinte même si univers très cohérent et personnages attachants. Peut-être en attendais-je trop d’après quelques critiques glanées sur le web à cette époque : déception serait le seul mot pour synthétiser mon après lecture.

    RépondreRépondre
  • Theoma a écrit le 28 janvier 2011 à 23 h 48 min:

    Vu ton avis, je crois bien que je vais passer.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?