Go To Hell Tome 1 de Oxanna Hope

Serafina dans Critiques, Livres le 11 octobre 2014, avec 3 commentaires
Critiques

Oxanna Hope fait partie de ces auteurs de Bit-Lit françaises qui ont débutés dans une petite maison d’édition indépendante, ici Nergal, pour être ensuite republiée dans une grande maison. Cette fois, ce sont les éditions J’ai Lu qui ont récupéré le bébé, ceux qui ont fait la même chose avec Georgia Caldera. Du coup, j’étais plutôt intriguée par ce premier Go To Hell, le transfuge a t’il été profitable ? Synopsis.

Go To Hell de Oxanna Hope

Cassie a 18 ans et a beaucoup voyagé. Quand elle arrive au lycée dans une petite ville un peu paumée, elle ne connait personne mais se fait rapidement une réputation. Sa grande gueule et ses réactions extrêmes se font vite remarquer. En réalité, elle fuit son passé pas si « normal » et la rencontre avec son professeur de philo Damian ne va pas arranger les choses.

Bon, il faut l’avouer directement, ce premier tome de Go To Hell ne m’a absolument pas convaincu, tellement que je ne sais pas trop réellement par quoi commencer. Le moins pire est probablement le style d’Oxanna Hope: assez simple mais qui a le mérite d’être assez clair à comprendre. Le seul point noir étant l’orthographe employée pour écrire les grolles de l’héroïne : elle y porte des « docks« . On notera aussi le prologue de 4 pages qui est a peu près repris tel quel en plein milieu du roman, qui donne un peu l’impression d’une solution de facilité.

Cassie est un personnage à peu près insupportable : hautaine, qui réagit au quart de tour et qui s’en fiche un peu de blesser les gens qu’elle côtoie. On ne peut pas réellement dire que cela soit une héroïne à laquelle on s’attache. Elle cache un lourd passé, on sait qu’elle a fuit, mais à la fin du premier tome, on ne sait réellement toujours pas qui elle est – ni même ce qu’elle est – ni réellement pourquoi elle est poursuivie. Le bouquin nous laisse avec a peu près autant de questions qu’au départ. Pour les autres personnages, Damian, le prof n’agit pas du tout comme un professeur, il semble avoir une mission, mais là encore à la fin du premier tome on n’a toujours pas réellement compris ce qu’il venait faire ici.

Go To Hell de Oxanna HopeIl n’y a pas réellement d’intrigues dans ce tome, on suit l’arrivée de Cassie, et sa rencontre avec son prof et le frère de celui-ci. La première moitié du livre ne sert à peu près à rien, et ensuite une sorte d’intrigue se met en place, on sort les esprits et les méchants fantômes du chapeau. Bref, c’est comme si l’intrigue était concentrée sur les 50 dernières pages et pas du tout préparée.

Vous l’aurez compris, j’ai réellement eu du mal avec ce roman. Je ne sais pas à quel point il a été retravaillé entre la parution chez Nergal et chez J’ai Lu, mais clairement il n’est pas à la hauteur par rapport aux autres publications du même genre. On ne comprend pas réellement ce que sont les héros – sans compter que l’héroïne est à baffer – et on reste totalement sur notre faim après ce premier tome. Mais pas genre le cliffhanger qui nous donne trop envie de continuer, non, plutôt l’impression de s’être faite balader sans fil conducteur. J’ose espérer que le deuxième tome de Go To Hell relève le niveau mais je ne pense pas que je le lirais.

 

 


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 Comments, donnez votre avis !
  • Perla a écrit le 12 octobre 2014 à 0 h 06 min:

    Je me permets d’intervenir en m’interrogeant parce que ce n’est pas la première fois que je lis vos chroniques… une chronique ne sert pas normalement à montrer objectivement des points sensibles ? Ou bien à faire de la critique juste pour le plaisir de casser un auteur ?
    Perso, je n’ai pas lu le livre mais voir ce genre de critique ne me donne pas envie de continuer à suivre ce blog que j’aimais bien avant… c’est consternant tant de méchanceté concentré en si peu de lignes…
    Puis à titre indicatifs, entre grolls et docks, je crois que si le second mot existe, le premier pas du tout, sauf en langage vulgos.

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 12 octobre 2014 à 21 h 37 min:

    @Perla: Je ne pense pas que quiconque puisse se prétendre totalement objectif en faisant une critique. Il est clair qu’elles sont d’habitude moins négatives, mais en même temps c’est probablement une des lectures que j’ai le moins aimé de l’année.
    Et oui, grolle est un terme familier, quand à dock si c’est un vrai mot, il est employé dans le bouquin comme diminutif de la marque Dr Martens.

    RépondreRépondre
  • Nicolas Potter a écrit le 20 octobre 2014 à 20 h 11 min:

    Je ne suis absolument pas d’accord avec vous Perla. Je consulte régulièrement ce site pour éventuellement y trouver des livres, albums, films ou séries susceptibles de m’intéresser et je trouve que globalement les chroniqueurs respectent le plus souvent les artistes. Alors oui bien sûr, certaines critiques peuvent sembler assez dures (Alice au pays des Merveilles de Tim Burton au hasard), mais IfIsDead n’a pas non plus la critique facile comme Les Inrocks par exemple qui eux, pour la peine, m’ont vraiment déçu. Cordialement.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?