Je vous avais parlé du premier tome de Rose Morte que j’avais adoré et qui avait été un coup de cœur. Le deuxième tome avait aussi été génial, même si je ne l’ai pas chroniqué. Flétrissures, le troisième tome vient de sortir aux éditions Milady et j’ai donc rapidement sauté dessus. Il est à nouveau servi par une très jolie couverture de Magali Villeneuve. Synopsis ?

rose-morte-3-celine-landressie-cover

Nous sommes au milieu du XXème siècle et tandis que les humains sont en train de se déchirer dans les tourments de la seconde guerre mondiale, les immortels essaient de faire face à leurs propres dissensions. Mais quand Artus est pris dans un guet-apens et se retrouve capturé, il se pourrait bien que les deux luttes se rejoignent.

Ce que j’ai dit dans ma chronique du premier tome reste valide au grès des tomes de cette série. Le style de Céline Landressie est particulier, parfois assez lourd, avec beaucoup de vocabulaire assez recherché. Ce n’est pas une critique dans mon cas, puisque ce style un poil pompeux m’amène à la comparer à Anne Rice qui a aussi un style très dense et qui peut en rebuter certains. Vous savez que je n’en suis pas. Au contraire, je trouve que ce style dense a l’avantage de donner un certain rythme et charme suranné à l’ouvrage.

Celine Landressie

Celine Landressie

L’autre point très important, c’est bien sûr la capacité de l’auteur à créer des personnages attachants et nuancés. Sa version des vampires est assez classique, ce sont des immortels, qui sont pour la majorité assez solitaires. Elle réussit très bien à rendre la mélancolie qui peut s’emparer de ces êtres qui ont vu les siècles défiler. C’est un traitement de la longévité des vampires qui est très crédible, et le référentiel est bien amené. Ce sont des vampires bien plus crédibles que les 3/4 de la production vampirique de ces dernières années. On est clairement dans la lignée des Chroniques des Vampires plutôt que du Twilight.

Nous retrouvons donc les personnages introduits dans les tomes précédents de la saga de Rose Morte. Le quator compose l’essentiel des personnages principaux qui ce coup-ci doit faire face à des heures assez sombres. Si ils ont traversés la Révolution Française dans le tome 2 sans trop y rentrer, ici ce n’est pas le cas et c’est d’ailleurs un point qui m’a un peu dérangée. On n’a pas l’habitude de mélanger vampire (ou même fantastique) avec les camps de concentration. C’est un mélange qui m’a mise un peu mal à l’aise. Je ne suis pas sûre que l’ajout de fantastique dans ces événements humains aussi dramatiques soit forcément nécessaire, j’aurais je pense préféré que nos héros traversent la guerre un peu à la marge comme ils l’avaient fait pour la Révolution. Voir ceux-ci entrer dans des camps et ne rien faire ou presque car ils ne se mêlent pas des affaires humaines m’a mise mal à l’aise.

rose morte 3 celine landressieEn dehors de ce point plutôt lié à l’époque, l’intrigue est rondement menée. On ne s’ennuie pas une seconde et il y a assez peu d’atermoiements, les personnages étant dans une sorte de course contre la montre. L’action est bien présente et facile à lire. J’aurais cependant apprécié une carte au début de l’ouvrage, n’étant pas forcément familière des lieux traversés, mais c’est du détail. L’auteur réussit très bien à nous faire trembler pour les personnages auxquels nous nous sommes attachés depuis plusieurs tomes.

Dans l’ensemble vous l’aurez compris, malgré le fait que l’insertion dans les camps m’ait un peu gênée, j’ai adoré ce livre, tout comme les deux précédents. Rose, Artus et leurs compagnons sont des personnages attachants, la manière d’aborder l’immortalité par l’auteur est tout à fait crédible, et surtout, l’intrigue nous tient en haleine. Si vous aimez Anne Rice, je ne peux que vous conseiller de lire Rose Morte, et vous me connaissez ce n’est pas une comparaison que je fais à la légère.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?