Fils de l’Ombre, Tome 2, de Juliet Marillier

Serafina dans Critiques, Livres le 26 décembre 2010, avec aucun commentaire
Critiques

Ce deuxième tome de Fils de l’Ombre clos le deuxième volume de la Trilogie de Septenaigue, la trilogie de Juliet Marillier commencée avec Sœur des Cygnes, qui fut lui aussi coupé en deux en France. La couverture de Benjamin Carré est, à mon avis, la moins jolie de la saga, à cause de l’incrustation douteuse des tatouages. Cependant, comme j’ai adoré les trois autres tomes et qu’on ne juge pas un bouquin à sa couverture, je ne pouvais pas résister bien longtemps et j’ai rapidement commencé ce tome. Étant donné qu’il s’agit de la deuxième partie d’un même roman, je ne ferais pas de synopsis, et vous renvoie à ma chronique du premier tome.

Fils de l’Ombre, Tome 1, de Juliet Marillier

Le premier tome finissait de manière assez abrupte et pour cause, c’est une coupe arbitraire, au milieu d’un tome. Je ne suis pas fane de cette pratique, mais heureusement les éditions l’Atalante sortent les deux parties de manières rapprochée qui nous permet ainsi d’enchainer. Je vous déconseille de trop attendre entre les deux livres, c’est dommage, car on reprend exactement là où l’on s’était arrêté.

L’intrigue évolue doucement, et l’on retrouve les personnages de la première partie. Personnellement j’ai beaucoup apprécié Liadan, bien qu’elle soit fort différente de Sorcha. En effet, Liadan est un peu trop parfaite, et très intérieure. Elle pense beaucoup, agit peu ou prudemment. Cela pourrait être une Mary Sue, mais Juliet Marillier évite cet écueil en grande partie grâce à son style très agréable. Les personnages secondaires sont loin d’être laissés en rade et on a un panel assez attachant et émouvant.

Marillier semble cependant prendre le même chemin qu’avait emprunté Marion Zimmer Bradley, avec une Fantasy très féminine, voire féministe. Les hommes n’ont pas vraiment le beau rôle dans ce roman. On est encore assez éloigné de la caricature de Bradley, mais le roman est assez nettement engagé. Ce qui en ferait une littérature plutôt dédiée aux femmes, bien que les hommes pourront apprécier et trouver à la fois bien injuste leur image.

Son Of The Shadows Juliet Marillier

Une des multiples couvertures en V.O.

Nous sommes toujours dans une sorte de fantasy celtique, même si ce tome est bien moins riche en éléments fantastiques. On est très proche d’une histoire « plausible », et ce n’en est que mieux.  Le côté conte de fées est totalement absent de l’histoire. Si le premier Sœur des Cygnes était une réécriture d’un conte de Grimm, ici on est sur une histoire, apparemment, bâtie de zéro. Et je trouve que Marillier ne s’en sort pas mal du tout, son histoire est intéressante, et elle n’a pas besoin de background typé Fantasy pour être convaincante.

Fils de l’Ombre, Tome 1, de Juliet MarillierCependant, le rythme long, les nombreux passages de réflexion, les résolutions parfois convenues pourront rebuter certains lecteurs exigeants. Dont je n’ai pas fait partie. Je me suis peut être moins attachée à Liadan, il faut dire qu’elle ne vit pas les mêmes épreuves que sa mère, mais le livre reste d’un très bon niveau.

Ce tome clôt donc la deuxième partie de la Trilogie de Septenaigue. La dernière partie, elle aussi coupée en deux, sortira logiquement l’année prochaine aux éditions l’Atalante, et aucun doute que je me jetterais dessus. Pour le moment la série semble être de bonne facture, et je ne saurais que vous la conseiller. A coup sur dans les meilleurs romans que j’ai pu lire cette année.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?