Fils de l’Ombre, Tome 1, de Juliet Marillier

Serafina dans Critiques, Livres le 3 octobre 2010, avec 4 commentaires
Critiques

L’année dernière j’avais lu Soeur des Cygnes de Juliet Marillier, une reprise d’un des comptes des frères Grimm. Je l’avais tellement aimé que cela est naturellement arrivé dans mon top lecture de 2009. Autant dire que la suite, Fils de l’Ombre, était plus qu’attendue, et que je me suis vite plongée dedans. La couverture, de l’illustrateur français Benjamin Carré, est absolument splendide et y aide fortement. Synopsis ?

Fils de l’ombre de Juliet Marillier

Ce second tome se déroule 20 ans après les aventures de Sorcha. La génération suivante arrive à l’age adulte, et le domaine de Septenaigue est géré par les survivants.  Nous suivons plus spécialement Liadan, guérisseuse comme Sorcha en son temps, qui est proche de la nature et a une sorte de don de double vue. Le projet de reprendre les îles sacrées est toujours présent à l’esprit du peuple d’Irlande. Entre mythes celtiques, anciennes traditions, montée du Christianisme, et sa propre vie de femme, Liadan aura fort à faire.

Tout d’abord, une fois n’est pas coutume, je vais commencer par sortir un carton jaune pour les éditions l’Atalante. Couper le roman en deux, je peux comprendre, ça nous permet en plus de profiter d’une seconde couverture de Benjamin Carré, mais le synopsis de quatrième de couverture fait partie des pires que j’ai pu voir. En effet, sa lecture vous révèle ce qu’on ne découvre en fait qu’à la page 260 du bouquin. Oui, page 260, autant dire que ça fait beaucoup pour un roman de 300 pages. C’est quand même aberrant !

Passé cette petite critique, totalement justifiée, intéressons nous à ce superbe livre. Des fois, une belle couverture peut cacher un livre qui l’est tout autant. Fils de l’Ombre est du même niveau que le deuxième tome de Soeur des Cygnes, c’est à dire tout bonnement excellent. Le style de l’auteur, et la traduction de Hélène Bury, rendent l’ensemble très doux. Les personnages sont grandement fouillés et les évolutions de leurs caractères sont crédibles.

Son of the Shadows de Juliet Marillier

Couverture V.O., encore une fois bien moins jolie que celle de Benjamin Carré

Tout le background de l’Irlande historique est très présent, et les vieilles coutumes ont la part belle. De même, les personnages content souvent des légendes, généralement celtiques. Vous découvrirez notamment, si vous ne le connaissez pas, Cu Chulainn. Ce background important permet une immersion totale et une ambiance très particulière. Dans le deuxième tome de Soeur des Cygnes je parlais de Marion Zimmer Bradley, et bien, je maintiens. Une Marion Zimmer Bradley des Dames du Lac, avant qu’elle ne devienne trop féministe et trop caricaturale. Ici les hommes ne sont pas tous des salauds, loin de là. Alors certes, il arrive parfois qu’on rage devant certaines injustices faites aux femmes, mais on échappe aux grosses ficelles. On évite l’autre écueil, celui d’une Mireille Calmel, à savoir de vouloir faire un personnage féminin trop moderne. Non, ici les femmes sont en phase avec leur temps, tout du moins ce que j’en imagine.

Marillier évite aussi de faire de ce livre un Soeur des Cygnes 2.0. C’était la plus grosse crainte que j’avais à propos du roman, saura-t-elle se renouveler ? La réponse est oui. Bien que certaines situations soient similaires (soin d’un malade, etc), le développement et le cheminement sont très différents. D’une part, le Fantastique est beaucoup moins présent. Liadan a quelques visions de temps à autre, mais on est loin des transformations en cygne du premier tome. De même, Liadan a son propre caractère et n’est pas qu’un simili de Sorcha. On est plus dans du roman historique qu’autre chose, au final.

Fils de l’ombre de Juliet MarillierLe rythme est lent, et il n’y a pas réellement énormément d’action. C’est plus subtil, plus intérieur, mais tout aussi palpitant. A noter que le roman a été arbitrairement coupé en deux, contrairement à la version originale, la fin est donc un peu abrupte. Heureusement, le tome 2 vient de sortir.

Au final, un livre que je vous recommande chaudement. Que vous aimiez ou non la Fantasy, nous sommes ici face à un roman qui peut plaire à un grand nombre. Si vous ne connaissez pas encore Juliet Marillier, il est temps de vous procurer le premier volume, Soeur des Cygnes, car la trilogie semble être à la hauteur. A noter aussi que depuis ma lecture, le roman a gagné le prix des Imaginales 2010 du meilleur roman traduit.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
4 commentaires, donnez votre avis !
  • L'Atalante a écrit le 5 octobre 2010 à 10 h 19 min:

    Merci !
    Et pour les curieux nous avons récemment mis en ligne le premier chapitre de ce roman sur notre blog!
    Bonne lecture à tous!

    Eva, pour L’Atalante.

    RépondreRépondre
  • pom' a écrit le 8 octobre 2010 à 8 h 54 min:

    je note cette auteur que je ne connais pas

    RépondreRépondre
  • Olya a écrit le 21 janvier 2011 à 14 h 59 min:

    Je viens tout juste de le terminer, et je n’ai qu’une hâte, c’est de continuer le 2nd tome !

    Heureusement en tout cas qeu je n’ai pas lu la 4ème de couv, d’ailleurs ça m’arrive de moins en moins de les lire … et c’est pas une mauvaise chose.

    Sinon, comme toi, j’avais peur que ce tome là soit trop similaire à Soeur de cygnes, et pas du tout, j’en suis grandement ravie.

    D’ailleurs, je me demande pas si je n’ai pas une petite préférence pour cette histoire là … fin je pourrai me prononcer réellement quand j’aurai lu le tome 2, pour avoir l’histoire entière ^^

    RépondreRépondre
  • Larouette a écrit le 25 janvier 2011 à 21 h 16 min:

    Ces livres sont vraiment excellents.
    Non seulement « Fils de l’ombre  » ne m’a pas semblé du réchauffé, mais je le préfère encore à « Soeurs des cygnes »… que j’ai adoré !

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?