Comme vous le savez, je suis en train de lire un peu tout ce qui peut me passer sous la main, et c’est ainsi que j’ai décidé de lire Faut-il Manger les Animaux de Jonathan Safran Foer via un partenariat organisé sur le forum de Livraddict. Il s’agit d’un essai sur le thème de la consommation de viande, logique vu le titre. Sorti en 2009 aux États-Unis et récemment publié en pochez chez nous aux éditions Points.

Faut-il manger les animaux de Jonathan Safran Foer

Johnathan Safran Foer est un romancier américain, végétarien, qui livre ainsi le résultat de trois ans d’investigations dans le domaine de l’élevage et de la pêche industriels. Il part de sa vie de tous les jours (des souvenirs de sa grand mère, de la naissance de son fils) pour s’intéresser plus largement à notre rapport à la nourriture et à l’état de l’élevage. Enfin, je dis notre…

On devrait plutôt dire du rapport américain à la nourriture. Car c’est la le gros défaut du bouquin : il est quasiment totalement américano-américain. Des chapitres entiers sont consacrés à Thanksgiving, une tradition que nous ne connaissons pas ou très mal, et plusieurs chapitres dénoncent des lois (ou leur absence) typiquement américaines. Du coup pour moi, française, difficile de savoir si chez nous c’est aussi pire qu’ailleurs, si les proportions de poulets infectés sont les mêmes. Bref, bien que le le livre soit très intéressant, il est parfois difficile de se mettre dedans tellement il semble dédié aux américains. Je n’aurais pas été contre une appendice expliquant les différences avec l’Europe par exemple.

Eating Animals

Ceci dit, il énonce de nombreuses vérités, pas toujours plaisantes à lires, même si soyons honnête, on les devine aisément. Les immersions dans les abattoirs ou dans les fermes industrielles sont éprouvantes, et c’est normal. Bien que végétarien, Foer ne fait pas de prosélytisme plus que cela, affirmant son amour pour les éleveurs « respectueux ». Il donne la parole à divers bords, autant la PETA que des éleveurs, du moins ceux qui ont acceptés de lui répondre. Il base ses dires sur des faits prouvés, ou qu’il a lui même constaté. Autant dire que ce n’est pas forcément une lecture plaisir, mais bien une lecture instructive. J’ai apprécié le fait que la conclusion ne soit pas juste l’apologie de son mode de vie alimentaire, ce qui est ce que je redoutais.

Faut-il manger les animaux de Jonathan Safran FoerSi les vérités sont dures à lire, heureusement, le talent de Foer est là pour faire passer la pilule. Son style est très agréable, mêlant anecdotes personnelles sympathiques et références scientifiques. Son livre est aussi construit de manière intéressante et non conventionnelle, comme cette trentaine de pages où sont répétés non stop les mêmes deux mots (mutisme et intolérance je crois), chaque mot représentant une sorte d’une unité de viande. On trouve ce genre de parenthèses plusieurs fois dans le livre. Ça permet de « casser » le rythme, et du coup de ressusciter l’intérêt du lecteur. Je serais vraiment curieuse de lire une de ces fictions. La traduction m’a semblé bonne, c’est fluide, et les jeux de mots non traduisibles sont expliqués via des notes de bas de page.

J’ai fini très rapidement Faut-il manger des animaux et je suis bien contente de cette lecture. Je la conseille fortement, même si il faudra faire ses propres recherches pour savoir ce qu’il en est sur notre vieux continent. Je ne qualifierais pas réellement ça de lecture plaisir, mais ça fait réfléchir.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 Comments, donnez votre avis !
  • sarahk21 a écrit le 10 avril 2013 à 14 h 45 min:

    Pour connaitre un peu le sujet via des groupes de defense pour animaux auquel je suis abonnées et qui defendent le végétalisme plutot violemment avec des images trés choquantes, en france et en europe ce n’est vraiment pas glorieux, au niveau des fermes laitiéres les vaches sont separés de leurs veaux quelques jours aprés la naissance (ils vont direct a l’abbatoir) pour être « pressé comme des citrons » alors qu’elles hurlent pour avoir leur petits, dans les abbatoires c’est ignoble (on a vu quelques exemples atroces notamment chez charal ou les bêtes étaient suspendu par les pattes arrières vivantes), les poules qui pondent en batterie passent leur vies bourrées d’hormone dans de petites cages dont elles ne sortent jamais (y compris pour certaines marques d’oeufs dit bio), je fais l’impasse sur la viande d’agneau, de veau, ect… parce que c’est moche, pour les lapins en batterie c’est terrible aussi ils sont bourrés de medoc et ne voit pas le soleil non plus comme les poulet… bref l’industrie agro alimentaire maltraite horriblement les animaux , je reconnais que j’aime la viande mais je trouve ca terrible, cependant ma tante est eleveuse de bovins elle s’en occupe trés bien, ses bêtes vont dans des prés, elle ne les malméne pas , donc il faut faire je pense une distinction entre les elevages intensifs monstrueux qui ne respectent rien et une exploitation typique qui gére les animaux humainement si on peut dire ;)

    RépondreRépondre
  • Meor a écrit le 10 avril 2013 à 16 h 39 min:

    Hey,
    Juste pour la précision, pour une enquête récente sur l’industrie de l’élevage en France il y a l’excellent « Bidoche » de Fabrice Nicolino.
    Il y a eu plusieurs autres publications récemment sur le sujet, mais ne les ayant pas lue, je n’en sais pas plus (je pense à « No steak » d’Aymeric Caron).

    RépondreRépondre
  • Senhal a écrit le 10 avril 2013 à 18 h 27 min:

    Bonjour,

    J’ai moi aussi commencé par ce livre-là de Foer, j’ai ensuite été tentée par son très connu Extrêmement fort et incroyablement près et n’ai pas été déçue du voyage !

    J’ai eu la même analyse que toi concernant Faut-il manger les animaux ? C’est écrit par un Américain pour des Américains, même si c’est très bien… comme Meor je conseille le Fabrice Nicolino, mais ma première lecture du genre était Toxic de Wiliam Reymond, rétrospectivement le bouquin que j’ai préféré sur le sujet et celui qui m’a le plus passionnée. Il dénonce d’une manière générale les pratiques de l’industrie agro-alimentaire et détermine finalement celle de la viande comme un rouage central.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?