Even dead things feel your love est une des dernières publications des éditions du Chat Noir. Il s’agit d’un roman écrit Mathieu Guibé, un jeune auteur français que Serafina avait déjà entrevue dans Quintessence hiémale. Superbement illustré par Alexandra V. Bach, le titre nous promet du vampire et de romantisme dramatique dans une Angleterre en proie à l’industrialisation. Synopsis.

Even Dead Things Fell Your Love de Mathieu Guibé

Lord Josiah Eddington Scarcewillow est de retour dans son fief natal après de nombreuses années de débauche à la capitale du pays, où il étanchait sa soif sans se soucier de grand chose. Car Josiah est un vampire, évidemment, et qu’il est désormais temps pour lui de revenir en tant que son fils. Résigné à sa qualité de tueur d’hommes, ses piliers vont être ébranlés par une jeune fille, et pas n’importe laquelle…

Vous vous doutez bien que c’est l’histoire d’amour entre notre vampire dandy et cette chère Abigail qui va nous occuper tout au long du roman. L’auteur va essayer de construire le lien fort entre les deux personnages et les laisser souffrir au grès des circonstances tragiques et du temps. Le roman s’étale en effet sur un paquet d’années et nous allons suivre leur histoire avec de longues ellipses.

Mathieu Guibé

Mathieu Guibé

Objectivement, il faut avouer que le scénario qu’a préparé Mathieu Guibé est plutôt bon et contient son lot d’éléments qui lui permettraient d’atteindre son objectif narratif. Dans les faits par contre, trop souvent on devine aisément ce qu’il va advenir, relativement gros comme une maison. Trop souvent, l’auteur amène ses éléments de façon prévisible, voir stéréotypée. Il faut bien organiser la rencontre entre notre vampire et Abigail, mais un peu plus de subtilité aurait été agréable.

Les personnages ne seront pas plus subtils, Josiah est correct mais ne présente pas d’attrait particulier. C’est un vampire torturé certes, dans une tradition qui fera penser à ceux d’Anne Rice, mais sans arriver à lui tailler le même costard de charisme. Abigail par contre elle porte un florilège des caractéristiques qui permettent de repérer les mary-sue, ce qui empêche de la prendre en sympathie.

C’est malheureusement du coup ce qui va plus ou moins plomber le roman pour moi. Avec cette histoire d’amour qui manque de piquant, on a du mal à s’accrocher et encore plus à ressentir une tension dramatique. Le sort s’acharne certes, l’histoire est objectivement triste, mais je ne ressentais rien. Alors certes, je ne suis pas un lecteur de livres sentimentaux, mais je sais être fleur bleue et certaines histoires n’ont aucun mal à me toucher. L’auteur use et abuse des mêmes schémas et du coup, cela ne passe pas.

Even Dead Things Fell Your Love de Mathieu GuibéLa narration est à la première personne, on s’y fait plutôt vite et c’est bien écrit. A une exception prête cela dit, celle qui consiste à écrire des Rhahhhhhhaaaaaaa en plein milieu des dialogues. L’auteur nous décrit les us et coutumes de l’ère victorienne et je ne saurai dire si cela est bien respecté. De ce côté là ça ne m’a guère choqué, bien que j’ai trouvé que le personnage réagisse de façon très moderne pour un vampire du XIXème siècle. Il y a cependant de très bonnes idées dans les quatre épilogues, qui m’ont je dois l’avouer assez surpris.

Vous l’aurez compris, je n’ai malheureusement pas été conquis par le roman de Mathieu Guibé. L’équilibre que nécessitait Even dead things feel your love est sans aucun doute un des plus difficile à mettre en place: une histoire profondément triste, qui prend son lecteur aux tripes. Sur le papier, elle est belle et bien là, mais elle était aussi un peu trop ambitieuse pour la narration proposée.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?