Et Dieu se leva du pied gauche est un roman de Oren Miller, sorti aux éditions de l’Homme sans Nom. Il s’agit de la troisième aventure de Evariste Fauconnier, l’enquêteur phare de l’auteure. Cependant, il s’agit d’un roman qui peut être lu de manière totalement indépendante. Synopsis ?

A Venise, une jeune femme se réveille dans sa chambre d’hôtel pour découvrir que ses 6 collègues, avec lesquels elle assistait à un séminaire, sont décédés, dans leurs lits, sans cause apparente. Coupable toute trouvée, elle clame pourtant son innocence et la police n’arrive pas à expliquer ce qui a causé les décès. Les mystère du cas attire l’enquêteur spécialisé Evariste Fauconnier, accompagné de son assistant, Isabeau Le Duc.

J’avais découvert Oren Miller avec sa réinterprétation du Comte de Monte-Christo : Le Roi Sombre. Ce roman avait été un véritable coup de coeur, pour l’histoire bien sûr mais aussi pour la plume drôle et acerbe de l’auteure. C’est ainsi que je me suis retrouvée à lire ce nouveau roman, en espérant y trouver la même fraicheur. Je n’ai lu aucun des deux tomes précédents, et je n’ai pas été perdue dans cette histoire. Si il y avait des clins d’oeils, je ne les ai pas vus.

Comme attendu, on retrouve un style d’écriture frais, souvent sarcastique et qui sait tenir le rythme. Les deux personnages mis en avant, que sont Evariste et Isabeau, sont un duo d’enquêteurs dans la ligne direct d’un Sherlock et Watson. En effet, Evariste est très doué, mais aussi peu à même des codes sociaux. Parfois hautain, souvent cavalier, il fait la paire avec Isabeau qui est lui plus tempéré. Il s’agit donc de ce duo qui porte majoritairement l’histoire, et c’est un grand atout.

Cependant, heureusement, le livre ne se limite pas à deux enquêteurs savoureux. Très rapidement, l’enquête nous emmène en Suisse et plus précisément dans une institution médicale, dans l’après-guerre. Autant dire qu’il s’agit d’un sujet qui m’interesse particulièrement. La galerie de personnages secondaire est plutôt haute en couleur et le suspens s’installe rapidement. Le livre mêle divers sujets, entre la religion, les expérience médicales, et enfin, les conséquences de la guerre.

Les points de vues s’alternent, ce qui permet de garder en haleine tout au long de la lecture. Les chapitres sont relativement courts, et les pages se tournent vite. De plus l’écriture fluide fait que le roman se lit très aisément. L’enquête est rondement menée, même si il y’a un certain nombre de retournements qui peuvent sembler sortir, un peu de nulle part.  Cela reste cependant non gênant, puisque c’est tout de même relativement fluide et cohérent. Dans l’ensemble, c’est un véritable plaisir de lecture, que je ne peux que vous conseiller. Si vous appréciez les duos d’enquêteurs efficaces, l’ambiance d’après-guerre, les instituts médicaux sous le temps rude de la suisse, le tout enrobé dans une plume fraiche et acerbe, Et Dieu se leva du pied gauche est clairement un livre à lire. C’est aussi une bonne manière de découvrir cette auteure, et quelque chose me dit que vous ne vous arrêterez pas de sitôt.

 

Et Dieu se leva du pied gauche de Oren Miller

Et Dieu se leva du pied gauche de Oren Miller
7.8

Personnages

8/10

    Style

    8/10

      Rythme

      8/10

        Intrigue

        7/10

          Ambiance

          8/10

            Points positifs

            • - Un duo d'enquêteurs efficace
            • - Une ambiance d'après-guerre plaisante
            • - Une écriture fluide et très drôle

            Points négatifs

            • - Certains retournements peuvent sembler un peu rapides

            Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
            • No comments yet.
            • Donnez votre avis !

              Comment avoir son avatar sur ifisDead ?