Dracula de Bram Stoker

dabYo dans Critiques, Livres le 5 février 2013, avec 1 commentaire
Critiques

Il y a des livres cultes qui ne donnent point envie d’être lus, par apriori, ou à cause d’une adaptation cinématographie à la qualité plus que désirable. Manque de pot, les deux facteurs s’appliquaient plus ou moins à Dracula de Bram Stoker, une œuvre qui a marqué à jamais de nombreux domaines, que ce soit la littérature Fantastique ou le mythe du vampire dans la société contemporaine. Bref, je n’ai jamais vraiment eu envie de lire cette œuvre culte. Et pourtant, il faut parfois aller au delà de ses préjugés, et quoi de mieux pour ça que la sortie chez J’ai Lu d’une nouvelle traduction signée Jacques Sirgent, la première édition avec texte intégral ? Synopsis.

Dracula de Bram Stoker

Jonathan Harker, un jeune clerc de notaire anglais, se rend en Transylvanie afin d’apporter aide et conseils au comte Dracula. Ce dernier, riche homme de la principauté fait partie des clients de monsieur Hawkins et l’a mandaté pour préparer son arrivée à Londres où il compte bien s’installer. Après un long voyage, un voyage plutôt déroutant d’ailleurs, Jonathan arrive dans le château du vieux comte et va de surprises en surprises, toutes plus… horrifiques.

Le roman de Bram Stoker est dit épistolaire, et ce doit sans doute être un des rares du genre que je lis depuis le lycée… Peut être le seul tout court d’ailleurs. Mais toujours est il que nous suivons l’histoire, l’action, de manière plus ou moins décalée dans le temps. L’auteur trouve à chaque fois un bon moyen de nous fournir toutes les informations qu’il nous faut et c’est très intelligemment mené généralement. Ici une lettre, un fax, ou encore les mémos vocaux que peut enregistrer tel personnage. Aucune omniscience donc, mais par contre, peut être des personnages qui se poussent un peu trop à l’introspection pour être réaliste ? C’est l’impression que j’ai eu à quelques moments, mais lorsqu’on lit aujourd’hui les blogs de gens se vouant à l’auto-analyse, on peut aussi se dire que c’est finalement assez réaliste. Il est d’ailleurs drôle de remarquer que Dracula serait sans doute aujourd’hui écrit à base de blogs, de tweets et autres status Facebook.

Ce qui sera une excellente transition pour aborder une autre particularité de l’œuvre: son ancrage dans son époque. Dracula se déroule pendant l’époque victorienne, où la chasteté est la mère des vertus. Et chastes, nos héros le sont. L’amour chaste et la galanterie y sont systématiquement évoqués, parfois jusqu’à l’écœurement. On ne comptera plus les passages où notre héroïne principale Mina vantera la galanterie des différents hommes qu’elle côtoie. On pourrait croire qu’il ne s’agit que de vulgaires copiés-collés, et pourtant non, Bram Stoker trouve toujours une nouvelle façon de dire à quel point tel homme ou tel autre s’est comporté avec bravoure et chevalerie.

Dracula de Bram Stoker

Ces répétitions sont bien le seul défaut que je puisse reprocher à Dracula. Car, contrairement à ce qu’on pourrait penser, le roman est loin d’être bloqué dans son époque ou encore dépassé. Plus d’un siècle après sa parution, l’œuvre de Bram Stoker est toujours aussi forte et… moderne. Oui, c’est peut être bizarre, mais je n’ai pas eu l’impression de lire quelque chose de vieux, de désuet. Certes, les technologies ont changé, les us et coutumes aussi, mais tout semble si contemporain. La lecture est du coup un vrai régal, et l’aspect épistolaire fait plaisir à voir.

La totalité des personnages sont religieux, et la religion va tenir une grande place dans la lute contre les vampires, ce qui n’empêche pas nos héros d’être des férus de logique et de rationalité. J’ai trouvé cet élément plutôt intéressant pour l’époque de l’écriture, et je me demande vraiment ce qu’il en aurait été aujourd’hui. Reste que du coup, les personnages ne se mettent pas tout de suite à croire aux vampires et à vouloir les éradiquer pour une raison inconnue. Le processus est beaucoup plus long, empirique, cartésien. Bref, c’est très réaliste et vraiment agréable à lire. On ne pourra évidement pas s’empêcher d’apprécier Van Helsing.

Dracula de Bram StokerC’est aussi ce qui va rendre le roman si… horrible. Un vrai roman d’Horreur, les premiers chapitres sont d’ailleurs terriblement flippants. On comprend aisément pourquoi le vampire était si craint lorsqu’on lit Dracula: vous n’auriez pas envie de passer une nuit de noces avec le comte Dracula, croyez moi. J’ai eu à de nombreuses reprises des petites sueurs froides tant l’aspect horrifique de la chose est lentement mais surement amenée. Le petit passage de la coupure est tout simplement géniale.

J’ai lu la version intégrale pour la première fois traduite en français. On retrouve Jacques Sirgent à la traduction, et il faut dire que le style est plutôt agréable à lire. N’ayant pas lu de version tronquée, je ne saurai évidemment pas dire si on y gagne ou non, mais en dehors de quelques passages, je n’ai pas trop eu le sentiment de longueur. Peut être un peu trop long à en découdre par contre.

Vous l’aurez compris, il y a des classiques qui méritent leur statut, et Dracula en fait partie, de loin. Avec un style qui reste encore aujourd’hui très original, un traitement moderne malgré son age, l’œuvre de Bram Stoker est tout ce qu’il y a de plus intemporel. On regrettera juste quelques lenteurs par ci par là, mais pas une raison pour bouder son plaisir pour autant.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Vladkergan a écrit le 5 février 2013 à 13 h 23 min:

    L’expérience de la re-publication du roman sous la forme de blogs / tweets a été tenté il y a quelques années : http://infocult.typepad.com/dracula/

    Ayant déjà chroniqué le roman (c’est la première chronique de vampirisme.com, historiquement ; http://www.vampirisme.com/livre/dracula-de-bram-stoker/), il va vraiment falloir que je trouve le temps de faire une lecture croisée des 3 traductions principales françaises, afin d’évaluer les forces / faiblesses de chacune d’elle

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?