Dhampir est le premier tome de Les Nobles Morts, une série de romans écrite par Barb et J.C. Hendee. Traitant des vampires et des dhampirs, comme le titre l’indique, cette série vient tout juste de démarrer aux éditions Eclipse, avec une traduction signée Mélanie Rouger. Sa couverture, basée sur une photographie se transformant en multiple petites chauve-souris, est assez sobre mais ne m’a pas réellement convaincu. Cela dit, comme d’habitude avec les éditions Eclipse, on est face à un très joli objet. Commençons par un synopsis.

Dhampir, Les Nobles Morts Tome 1, de Barb et J.C. Hendee

Magirie est une chasseuse de vampires. Enfin, c’est ce qu’elle fait croire aux habitants superstitieux des villages dans lesquels elle se rend. Car s’ils pensent la voir combattre un vrai démon à chaque fois, c’est pourtant simplement contre son complice Lihsil, déguisé à l’aide d’une cape noire, qu’elle se bat. Mais pourquoi arrêter d’arnaquer ces gens quand ils sont assez idiots pour croire ses mises en scènes ? Après tout, s’il y a bien quelque chose dont Magirie est certaine, c’est que les vampires n’existent pas.

Dhampir est un livre dont le début m’a beaucoup surpris, et amusé. J’ai bien failli croire qu’il s’agirait là bel et bien d’une farce qui amènerait nos héros de péripéties en péripéties à force de se jouer des villageois qu’ils rencontraient. Mais la quatrième de couverture ne trompe pas, du moins pas complètement, et le roman des deux Hendee est bien celui d’une chasseuse de vampires. Du moins, d’une chasseuse en devenir.

Le roman ressemble en effet assez fortement à une sorte de quête, très Fantasy, où notre héros confronté à la réalité des choses et de son destin va d’abord passer par une longue phase de déni avant de, peut être, accepter sa lourde tâche. C’est un élément difficile à bien amener dans un roman, il nous arrive de reprocher que ce passage soit trop rapide, d’autres fois, il se révèle bien trop lent. Et quand le dosage est réussi, on ne s’en rend même pas compte. Malheureusement, dans notre cas, j’avoue que la phase de déni de Magirie, en plus d’être assez frustrante, transforme ce premier tome en gigantesque introduction. Une introduction qui va peiner à se mettre en place et pendant laquelle nous n’apprendrons finalement assez peu de de choses concrètes sur l’univers dans lequel se place notre série.

Alors il y a certes de nombreux éléments qui sont insérés, vous vous en doutez nous parlerons vampires et dhampirs, mais aussi des spectres et autres fantômes. Mais d’une manière, j’ai trouvé que cela restait somme toute assez léger. D’autant que ce sont des éléments seulement connus du lecteur: à n’en pas douter qu’ils seront répétés et appris à Magirie que plus tard dans l’aventure. L’approche reste cependant assez originale, notamment au niveau du mythe du vampire.

Dhampir, Les Nobles Morts Tome 1, de Barb et J.C. Hendee

L'une des couvertures de la version originale

Ce premier tome est centré autour des personnages principaux, Magirie et Lihsil, deux vagabonds. J’avoue ne pas avoir réussi à m’attacher à eux, leurs personnalités respectives étant assez caricaturales, bien que leur volonté commune de se « poser » et de vivre une vie honnête soit un sentiment que le lecteur partagera très vite. L’ambiance du roman se veut assez sombre, nous allons en effet suivre d’un côté les traqueurs de vampires, Magirie et Lihsil donc, et de l’autre, les traqués. Une sorte de chasse. On va ainsi faire la connaissance de trois vampires vivant ensemble et se cachant des yeux humains. Ce sont les personnages qui m’ont le plus intéressé, notamment grâce à un passé assez fouillé et très bien expliqué. Alors bien sûr, on pourra dire que ce sont encore des vampires, mais ils restent assez originaux.

Mais malgré cette tentative des auteurs de donner un air sombre et triste au roman, notamment à l’aide de ce sentiment de traqueurs/traqué, il se dégage une sorte de sensation bisounours, ce qui m’a donné assez de mal à accrocher à la course-poursuite annoncée. En effet, si du côté des vampires, les personnages sont plutôt intéressants, de l’autre côté, en plus des héros on retrouve différents protagonistes dont les personnalités sont lissées à l’extrême. Les méchants sont complètement méchants, et les gentils complètement gentils. Et les rares changements d’avis sont tellement prévisibles qu’on le sent dès la rencontre des différents personnages. Alors il y a bien un ou deux qui arrive à sortir du lot mais ça ne permet pas à la galerie de personnages de spécialement briller.

Dhampir, Les Nobles Morts Tome 1, de Barb et J.C. HendeeLe style d’écriture des deux auteurs est cependant très correct, plutôt bon même, agréable à lire et n’est pas perdant pendant les scènes de combat, ce qui est un gros plus puisque le roman en regorge. Et c’est plutôt un point positif, car cela donne une très bonne dynamique au récit, dynamique accentuée par la présence de quelques flashback assez bien placés nous racontant un peu plus en détails le passé de tel ou tel personnage. N’ayant aucune idée de la teneur de la version originale, je dirai tout de même que la traduction de Mélanie Rouger est de bonne facture et je n’y ai pas vu de bourde spéciale.

Bien que j’ai cité de nombreux défauts, Dhampir est loin d’être un bouquin déplaisant. En tant que tome d’introduction, l’œuvre de Barb et J.C. Hendee a de nombreuses lacunes, mais que ce soit pour son univers original, ou les derniers chapitres présages une suite d’un niveau bien meilleur, je pense lire la suite. Reste à voir si elle arrive à faire prendre son envol à la série ou non. Rendez vous pour le second tome, Voleur de Vie !.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?