Déchirures de Sire Cédric

dabYo dans Critiques, Livres le 10 août 2009, avec 3 commentaires
Critiques

Décidément, les auteurs français proche du Fantastique ont la côte en ce moment sur iiD ! Après le Traité de Vampirologie de Brasey et Vierge Noire de Mignaval, voici un recueil de Sire Cédric, publié il y a de ça quelques années déjà aux éditions Nuit d’Avril. L’auteur français a notamment sorti récemment un nouveau livre, L’enfant des Cimetières, que Serafina vient tout juste de commencer. Mais c’est de Déchirures que je vais vous parler cette fois ci, recueil de neuf nouvelles de Splatterpunk donc.

Déchirures de Sire Cédric

Un synopsis serait superflux puisque toutes les nouvelles traitent de sujets la plupart du temps différents, bien qu’il arrive de retrouver certains personnages d’une nouvelle à l’autre. Enfin, de suspecter qu’il y a un lien entre deux personnages qui se ressemblent. L’auteur précise cependant que toutes se passent dans le même univers, et on veut bien le croire. Ce monde est très proche du notre, on pourrait même penser qu’il l’ait, mais il précise tout de même dans certaines interviews qu’il y existerait une sorte d’univers parallèle depuis lequel vient les démons et autres joyeuses bestioles qui peuplent ses nouvelles. Sire Cédric est pour nous l’homologue francophone de Poppy Z. Brite, auteur que nous adorons. Mélant savemment le Fantastique et le cru, gore, le français nous livre ici un recueil presque aussi bon que ceux de Brite. Et ça, ça fait vraiment plaisir quand on sait à quel point le Splatterpunk n’est pas du tout plébicité en France.

Pas étonnant que nous ayons fait un lien entre les deux auteurs puisque Sire Cédric lui dédie une nouvelle où l’ambiance des rues de Paris évoque irrémédiablement celle décrite par Brite dans les rues de la Nouvelle Orléans, notamment avec Ames Perdues. Original, le monde Fantastique du français l’est. Le mythe des vampires, si se sont bien des vampires, est remanié à sa façon, notamment par exemple leur façon de se reproduire. Poppy Z. Brite avait déjà bien mis à mal les principes des vampires, Sire Cédric enfonce le clou et nous propose des vampires qui sont finalement une sorte de mixe entre les suceurs de sang et les démons. Il y a d’ailleurs de nombreuses espèces différentes parmis les neuf nouvelles, et on passera des suceurs de sang aux changeurs, sans oublier les télékinesistes.

Sa plume est très agréable, tout autant que dans Angemort. Bien qu’il utilise souvent le sexe et le gore, on ne peut pas dire que cela fasse tache. L’auteur l’ammène bien, et comme il l’explique lui même dans les interviews, cette partie sexe est finalement indispensable. Bon, j’essaie tout de même de m’en convaincre et j’avoue rester perplexe sur certains passages, mais le tout permet de donner au recueil une ambiance malsaine qui est nécessaire à sa lecture. Bien entendu, c’est là où je dois vous avertir lecteur: ce livre n’est clairement pas à mettre dans toutes les mains !

Sire Cédric

Sire Cédric

La plupart des nouvelles sont d’un très bon niveau, bien que certaines tendent à être en deça. J’avoue avoir eu du mal à en lire une ou deux car je les trouvais finalement trop cliché. Non pas parce qu’elles étaient mauvaises par rapport à ce que j’ai pu lire ailleurs, mais parce que l’auteur ne se renouvelait pas assez. J’ai cependant beaucoup apprécié une nouvelle concernant deux jumelles, et une autre au sujet de changeurs, qui faisait finalement très Bit-Lit. D’un autre côté, la Bit-Lit étant de l’Urban Fantasy, elle même nom pompeux donné au Fantastique se déroulant de nos jours… Ahem. Toujours est il que cette nouvelle nous change carrément d’univers, puisque l’on quitte les rues sombres pour découvrir les paysages arrides des Etats Unis, la chaleur des mythes indiens, etc.

Le seul hic finalement réside dans le fait que le livre soit tout bonnement introuvable. Difficile de le conseiller du coup, puisque tout comme Angemort nous l’avons trouvé… chez les bouquinistes ! Mais ceux d’Aix en Provence cette fois ci. Par contre, son dernier roman, L’enfant des Cimetières, est disponible partout. Et pour une fois qu’un auteur français vaut vraiment le coup, il serait bête de le laisser de côté !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 commentaires, donnez votre avis !
  • Mili-chan a écrit le 12 août 2009 à 10 h 59 min:

    je me souvien avoir adoré ce livre
    Je regrette beaucoup de ne pas l’avoir acheté a l’époque vu que maintenant c’est pratiquement impossible
    (heureusement angemort est bien au chaud dans ma bibli… avec une belle signature de l’auteur dessus)

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 24 août 2009 à 17 h 26 min:

    @Mili-chan: tu te l’étais procuré comment ? bibliothèque ?

    RépondreRépondre
  • mili-chan a écrit le 24 août 2009 à 18 h 14 min:

    non une amie me l’avais prété
    sauf que maintenant on ne ce voie plus du coup je peu mème pas le relire

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?