Déchirures de Sire Cédric, second avis

Aya dans Critiques, Livres le 30 juillet 2011, avec aucun commentaire
Critiques

Déchirures est un recueil de nouvelles fantastiques et horrifiques de l’auteur français Sire Cédric. Il s’agit là d’une réédition par Le Pré aux clercs du recueil que dabYo vous avait chroniqué il y a quelques années. Les éditions ont livré un bel ouvrage, à la présentation extérieure sobre et à l’intérieur soigné. Il se compose de 9 nouvelles qui ont été écrite par l’auteur il y a maintenant quelques années. Elles sont précédées pour certaines d’une dédicace ou d’une citation tirée de chansons ou de prières en rapport avec leur contenu. Puisqu’il s’agit d’un recueil, pas de synopsis.

Déchirures de Sire Cédric

Ce que nous livre ici Sire Cédric, c’est un recueil sombre qui nous montre toute la cruauté du monde humain et de ses travers. Satyre pour certaines, conte surréaliste pour d’autres, chaque histoire possède une forme qui lui est propre et un combat particulier. A la fin de la lecture on prend conscience de toute la justesse du choix de ce titre, Déchirures. Car qu’il agisse de celles de l’âme, du corps ou de la conscience, c’est une suite de ruptures violentes auxquelles on assiste. Le style est incisif et sans complaisance. Les thèmes abordés (viol, enfant battu, meurtre) le sont de manière percutante pour ne pas dire « trash ». Difficile de ressortir entièrement de cette lecture sans en être un peu retourné.

J’ai pour ma part lu presque toutes les nouvelles d’affilée mais cela n’a en rien gâché mon plaisir, et ce malgré des changements au niveau du style et du rythme vraiment grands. Je pense d’ailleurs que cela m’a permis de remarquer plus rapidement et de mieux apprécier la récurrence de certains personnages, qui apparaissant dans plusieurs nouvelles de manières plus ou moins importantes. J’ai choisi de vous parler de trois d’entre elles que j’ai particulièrement appréciées.

Sisters

La première nouvelle nous plonge dans l’univers de Candice, une femme fragile ayant toujours vécue dans l’ombre de sa sœur jumelle. Aussi fut-elle soulagée par sa mort un an plus tôt, mais des cauchemars l’obsèdent et la rongent, lui rappelant ce lien étrange qu’elle avait avec sa jumelle et qui semble persister.

Cette nouvelle menée comme un thriller nous fait rapidement entrer dans l’univers de l’auteur, rapidité accentuée par l’absence de chapitre qui donne à l’action plus d’intensité.

Hybrides

Déchirures de Sire Cédric On croise ici une jeune fille métisse indienne, tyrannisée par son père fanatique religieux, jusqu’à sa rencontre avec un être surnaturel qui la renvoie à ses racines. Cette nouvelle de 37 pages est sans doute celle dans laquelle j’ai le plus peiné à m’immerger.

Paradoxalement, j’ai choisi de vous la présenter car  le format d’une nouvelle permet rarement une bonne évolution après un début poussif.  Absolument pas convaincue aux premières lignes, j’ai été agréablement surprise par sa suite.  Elle s’est révélée poétique et dramatique, avec un final qui a su me charmer.

Carnage

Cette seconde et courte nouvelle de 10 pages est sans doute ma préférée du recueil. J’ai apprécié son sujet : un jeune garçon qui tente de prendre la défense  d’une jeune fille attaquée dans un bus par des skinheads. Mais j’ai surtout aimé son final et sa critique acerbe de notre société et de ses comportements égoïstes.  Je l’ai relue une seconde fois avec plaisir.

Au final le recueil Déchirures de Sire Cédric s’est révélée être une excellente lecture qui m’a donné envie de vite lire d’autres productions de cet auteur dont le style me plaît beaucoup.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?