De bons présages de Gaiman et Pratchett

dabYo dans Critiques, Livres le 28 février 2009, avec 3 commentaires
Critiques

N’importe quel livre a beaucoup de mal à passer après l’excellent Guide du Voyageur Galactique de Douglas Adams, et d’autant plus lorsque l’on joue sur la même corde: l’humour anglais. Sauf, bien entendu, si l’on est écrit par quelqu’un qui s’appelle Terry Pratchett, l’un de nos auteurs préférés et à l’origine de la série du Disque-Monde, ou encore Neil Gaiman, un autre auteur vénéré par Serafina. Et ça tombe bien, puisque De Bons Présages, plus communément appelé Good Omens, est écrit en collaboration par les deux. Dingue non ? Un synopsis, s’il vous plait.

De bons présages de Neil Gaiman et Terry Pratchett

L’apocalypse vous connaissez ? Oui, bien sûr, puisqu’elle aura lieu en 2012. Mais moi, je vous parle de la vraie, de celle qui est très proche. Oui oui, vous ne le saviez pas ? Les deux joyeux lurons anglais le savaient, eux, grâce aux tribulations des deux envoyés du Ciel et de l’Enfer sur Terre: Aziraphale pour les gentils, gérant d’une petite boutique vendant de vieux livres mais qui n’en a jamais vendu depuis des siècles, et Rampa pour les méchants, portant à longueur de temps ses lunettes noires au volant de sa Bentley qui n’a jamais besoin d’essence pour rouler. Bien entendu, les deux se haïssent cordialement, et font tout pour se marcher sur les pieds. Enfin, ça c’est en principe, et ce qu’ils racontent à leurs supérieurs, car il semblerait qu’ils puissent s’entendre… Surtout lorsqu’il s’agit d’un intérêt commun. Bref, vous l’avez compris, il ne faut pas chercher de cohérence dans le scénario mais plutôt de l’incohérence, et c’est bien ça que l’on aime ! En principe.

Car c’est malheureusement là l’un des gros points faibles du bouquin. A trop en faire, à trop tenter de rendre chaque intervention loufoque et drôle, les deux cents premières pages deviennent lourdes, très lourdes. On fini par ne plus en voir le bout… Certes on s’amuse, tout du moins au début, et puis on se lasse. La ficelle scénariste est trop menue, il y a trop de points de vue différents qui n’apportent que peu à l’histoire et qui ne sont pas expliqué le moins du monde. Trop de personnages qui n’apparaissent que le temps de quelques pages, simplement pour un gag. Sur une cinquantaine de pages ça passe, mais sur autant, on s’en lasse et c’est vraiment dommage. Alors que j’ai mis une bonne semaine à passer ce début, j’ai dévoré la fin du roman, deux cents autres pages, en moins de deux jours.

De bons présages de Neil Gaiman et Terry Pratchett

On a donc une très bonne fin, où les passages s’imbriquent les uns avec les autres, au mieux, et on fini même par comprendre certains courts paragraphes du début du livre, mais ça ne suffit pas totalement à compenser. Certes l’impression finale est très bonne, mais on reste déçu d’avoir été ennuyé par un livre écrit par ces deux personnalités… Alors n’étais je pas apte ? Je ne sais pas, Serafina ne semble pas avoir été choquée par ces passages. Mais moi, je l’ai été.

Ceci n’en fait donc pas un mauvais livre, au contraire, il est excellent et je vous le recommande chaudement. Ne faites pas attention aux premières pages, elles lui portent injustement préjudice et il ne faudrait pas vous priver d’une nouvelle rencontre avec la Mort, et ses motards de l’apocalypse, pour si peu. Le héros, bien que Candide est finalement attendrissant et on fini par aimer ses pseudos réflexions sur le monde, tussa tussa. Les Eux, car c’est leur nom, sont tout simplement excellent. Et je ne parlerai pas de nos deux envoyés, qui sont stéréotypiquement génial. Je dirai même plus, leur anti-stéréotypisme est excellent.

Bref, si vous aimez l’humour anglais, sautez le cap, si vous n’aimez pas, tentez tout de même. Et si vous ne connaissez pas Terry Pratchett, ou Neil Gaiman, ou les deux, sautez dessus aussi !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 commentaires, donnez votre avis !
  • Thalia a écrit le 29 août 2009 à 22 h 37 min:

    ah ben voila j’essaye lol c’est vrai que pour le moment où je suis ça passe. J’aime beaucoup Rampa. On va voir si j’ai la même impression par la suite. En tout cas, ça a l’air un peu déjanté :)

    RépondreRépondre
  • Tara a écrit le 21 mars 2012 à 20 h 07 min:

    J’ai découvert Terry Pratchett grâce à ce livre <3

    RépondreRépondre
  • capt everton a écrit le 17 mars 2014 à 9 h 33 min:

    Ce livre est l’un des plus drôle qu’il m’ait été donné de lire, un curieux mélange du film « dogma » est de H2G2. Ange et démon sont plutôt bien équilibrés ni trop nunuche, ni trop méchant. Les cavalier de l’apocalypse de manquent pas de charme non plus, même le chien (molosse) est cool.
    Chaque séquence prête à rire jaune, noir… on en voit de toute les couleurs. Il n’y a pas de débat philosophique qui viendrait plomber la lecture, ou peut-être sur la conscience d’un enfant de 11 ans qui est à mon avis bien composé, j’ai retrouvé à travers lui mes 10 ans où la cohérance de mes jeux n’avait guère d’importance.
    L’ensemble de la société passe à la moulinette avec intelligence: les hyppies, les hells angels, les cadres, les iulluminés, les beaufs…

    http://sfsarthe.blog.free.fr

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?