Je vous avais parlé l’année dernière avec énormément d’enthousiaste de la série Vampire Kisses de Ellen Schreiber. Depuis, la série a été traduite en français et distribuée en librairie sous le label Castelmore de Bragelonne. A l’occasion de la sortie de la sortie en France du tome 2, Cercueil Blues, j’ai décidé de le relire en version française pour vous en parler. Il est sorti en 2005 en version originale et est composé d’à peine 200 pages. Nous conservons la même couverture que la version originale, et c’est tant mieux car elle est plutôt jolie. Synopsis ?

Cercueil Blues, Vampire Kisses Tome 2, de Ellen Schreiber

Alexander, le petit ami vampire de Raven, a disparu. Cette dernière décide évidemment de se lancer à sa recherche. Sa quête la mènera notamment à HipsterVille et lui permettra de mieux connaitre les lourds secrets de son vampire adoré.

Bon, pardon pour le synopsis, mais vous vous doutez bien qu’avec 200 pages et un style jeunesse, ce n’est pas forcément le roman qui a le scénario le plus recherché. En effet, plus ou moins comme dans le premier tome, l’histoire est plutôt linéaire, les intuitions de Raven souvent bonnes et on trouve un certain nombre de grosses coïncidences qui arrangent bien l’histoire. Soit. Vampire Kisses n’a jamais été très intellectuel et on le sait bien.

Cependant, là où le premier tome multipliait les références à la culture sombre, celui ci se concentre surtout sur des références à un film, imaginaire, Cercueil Blues. Dans la version originale, le film s’appelle Kissing Coffins, et je ne sais pas du tout pourquoi cela a été modifié. Je regrette d’ailleurs que le film soit imaginaire, car je l’aurais sans doute aimé. Ceci dit Raven est toujours aussi légère et agréable.

Cercueil Blues est un roman se lit très vite, il n’y a aucun temps mort. Raven n’est jamais à court d’idée et ne se décourage pas. Il faut dire que cela fait plaisir de lire une héroïne de Bit-Lit qui ne se morfond pas sur elle-même et qui ne passe pas trois plombes en monologues intérieurs. Forcément, l’effet de surprise est passé, et ce tome est d’ailleurs un peu plus classique que le premier, mais reste dans l’ensemble une lecture très agréable.

Cercueil Blues, Vampire Kisses Tome 2, de Ellen SchreiberCependant, je tiens à mettre un gros bémol sur la traduction française de Nenad Savic que j’ai trouvé assez moyenne : des mots sont traduits de manière un peu littérale et sans garder le sens (Goulish goth devient goul-goth…). Il y a une nombre assez ahurissant de répétitions : « mon amoureux gothique » doit être employé 20 fois alors que cela ne m’avait absolument pas gênée en version originale et auraient peut être dû être modifiées en français.

Au final, Cercueil Blues est surtout une excuse pour révéler l’histoire d’Alexander et les prémices de la mythologie vampirique de l’auteur. Le final du roman laisse cependant présager du meilleur pour le troisième tome. En résumé, ce tome est en deçà du premier, espérons que ça ne soit qu’une baisse de régime temporaire. Le troisième tome, Vampireville, promet d’être bien plus palpitant, il sort le mois prochain en français et j’ai quand même bien hâte de le lire.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Moi-même a écrit le 7 septembre 2011 à 17 h 45 min:

    Les délais sont parfois très courts pour traduire un roman, et on ne fait pas toujours les meilleurs choix… Pour info, sachez cependant que le traducteur n’est pas seul responsable du texte publié en français. Diverses personnes interviennent dans le processus de traduction, et le ‘final cut’ appartient toujours à l’éditeur. Toutes les trouvailles ne sont donc pas forcément à mettre au crédit (ou au débit) du traducteur. Quant aux répétitions… Certains auteurs ont parfois des tics de langage difficiles à gommer.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?