Et voilà, nous y sommes ! Après vous avoir présenté ce que l’on a aimé, et ce que l’on a pas aimé, lire, voici notre œuvre préférée. Celle qu’on retiendra comme la lecture de 2010. Le meilleur du meilleur en somme, le sommet du coup de cœur ultime ! Bref, vous l’aurez compris, j’essaye de faire du blabla pour faire monter le suspens, même s’il suffit de baisser un peu les yeux pour voir de quoi il en retourne…

Rétrospective if is Dead 2010
Le top littéraire de 2010
Le flop littéraire de 2010
S’il ne fallait retenir qu’un livre en 2010

dabYo: Les Magiciens de Lev Grossman

Et voilà, vient la partie la plus difficile de la rétrospective de l’année, celle d’élire son livre préféré… Le problème, c’est que comme je l’ai dit, ils étaient très nombreux cette année à pouvoir obtenir le sacre. Trop nombreux, et j’ai un pincement lorsque je constate que je n’ai pas retenu l’un des deux romans de Maïa Mazaurette, que j’ai vraiment adorés.

Les Magiciens de Lev GrossmanMais mon choix s’est finalement arrêté sur Les Magiciens de Lev Grossman aux éditions l’Atalante. Ce roman m’a touché comme rarement, si on peut dire cela. L’histoire de Quentin, je ne saurai exactement dire pourquoi, m’a remué. Cette absence d’espoir et cette descente aux enfers dans le monde des merveilles est une expérience littéraire des plus prenantes. On a envie de se réveiller, de ce dire que la vie n’est pas juste ça. Et pourtant, si. Étiqueté à tord par la presse d’outre-Atlantique comme un « Harry Potter pour adultes » ou encore un « merveilleux contes de fées », c’est un livre qui marque pour bien des raisons.

J’avais lu le roman d’une traite et je ne le regrette pas. Il a certes un défaut, son début assez lent et déjà vu, mais qu’est ce que sa fin vaut le coup. C’est sans aucun doute celui dont je me rappellerai le plus, quand je regarderai 2010 dans quelques années. Une expérience à avoir, car vous ne le regretterai pas.

illman: Metro 2033 de Dmitry Glukhovsky

Si je ne devais retenir qu’un bouquin pour 2010, c’est bien Metro 2033 de Dmitry Glukhovsky publié par les éditions l’Atalante au début de cette année.

Metro 2033 de Dmitry GlukhovskyJe ne m’attendais pas du tout à ça en ouvrant ce roman, j’ai été happé par son univers sombre et sans espoir. Doté d’un scénario haletant, de personnages énigmatiques, attachants, violents, humains, c’est sans conteste le meilleur bouquin de Science-Fiction de l’année pour moi, l’un des seuls avec World War Z que j’ai recommandé à mes amis.

La traduction de Denis E. Savine est de plus délectable et l’on attend plus qu’une seule chose: que Metro 2034 sorte sur nos étalages. Laissez vous happer par le métro moscovite, vous n’en ressortirez plus.

Serafina: Sorcières et Sortilèges par Les Enfants de Walpurgis

Cette année, mon top du top n’est pas un roman. Ce n’est même pas chez un grand éditeur. C’est un recueil de nouvelles édité par le collectif Les Enfants de Walpurgis. Si vous suivez le blog, vous savez qu’il s’agit là de Sorcières et Sortilèges que j’ai dévoré peu avant l’été.

Sorcières et Sortilèges par Les Enfants de WalpurgisPour un recueil multi-auteur, il a réussi à relever le pari fou d’offrir une qualité égale, et quelle qualité. Nous avons là des nouvelles absolument géniales pour la plupart, et surtout très variées. J’aime la sorcellerie , vous le savez peut être, et là toutes les formes y sont abordées, du vaudou à la wicca en passant par des thèmes plus habituels (moyen-âge, etc). Les auteurs, tous francophones, ont tous un style très agréable et l’ensemble est cohérent. On citera quand même ce qui pour moi est la perle du recueil, Le Miroir au Fond du Puit de Vanessa Terral mettant en scène du vaudou. Les 230 pages se dévorent.

Que ceux qui disent que les frenchies ne savent pas faire de bons écrits Fantastiques tournent leur langue dans leur bouche. Pour les autres vous pouvez acheter ce recueil seulement en ligne, via ThebookEdition, mais vraiment ne vous en privez pas. C’est la meilleure surprise de l’année.

Et vous ? Votre livre préféré de l’année 2010 ?

Bon et bien, du coup, je reviens avec mes questions à la con, mais c’était quoi pour vous, votre meilleure lecture de l’année 2010 ?


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
7 commentaires, donnez votre avis !
  • Plume a écrit le 5 janvier 2011 à 20 h 59 min:

    J’avais les magiciens dans les mains hier en m disant « j’en
    ai entendu du bien quelque part, mais où ? » Dans le doute je me
    suis fiée au résumé « conte de fée » et je me suis dit pour plus tard
    ! Je regrette là :s

    RépondreRépondre
  • Bartimeus a écrit le 7 janvier 2011 à 16 h 59 min:

    Oui les magiciens et Metro 2033 sont deux très bonnes surprises !

    RépondreRépondre
  • Larouette a écrit le 26 janvier 2011 à 20 h 39 min:

    J’ai adoré « Les magiciens », pour les mêmes raisons que DabYo.
    Et j’en suis un peu surprise, je croyais que ce livre avait beaucoup plus de chances d’enthousiasmer des gens de ma génération que de la sienne ! Ce n’est vraiment pas un livre pour enfants ou adolescents, car, à mon sens, il réveille des choses enfouies, les rêves de l’enfance qui, bien sûr, ne se sont pas concrétisés. Je ne sais pas si j’aurais été autant touchée si je l’avais lu 20 ans plus tôt.
    Et non, ce n’est pas du tout un HP pour adultes (Je suis une fan de HP, mais ça n’a vraiment rien à voir, école de magie ou pas).

    Mon livre de l’année n’est pas paru en 2010, mais en 2008, j’espère que j’ai le droit ?
    Bon, je fais durer le suspens…

    C’est « Miss Charity » de Marie-Aude Murail, une merveille, une de mes meilleurs lectures depuis toujours. Les avis sont unanimes, c’est drôle, émouvant, digne, passionnant, pour petits et grands, et très joliment illustré, qui plus est !

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 27 janvier 2011 à 13 h 38 min:

    @Larouette: C’est vrai que le livre évoque bien les désillusions du monde adulte, mais justement, en tant qu’ado ça peut être choquant de voir ces désillusions à l’oeuvre.

    Enfin c’est surtout ça ce qui m’a le plus touché avec Les Magiciens, cette narration sans concession qui a aucun moment ne nous laisse l’espoir que tout s’arrange…

    Et pour le livre, si tu l’as lu en 2010 c’est ce qui compte ;p

    RépondreRépondre
  • Larouette a écrit le 27 janvier 2011 à 17 h 30 min:

    Oui, c’est tout à fait ça ; l’ambiance est glacée, même si la conclusion surprend par son envol…
    Je crois que tous les lecteurs qui ont aimé ce livre l’ont apprécié pour cette raison même. Et que, du coup, ceux qui n’ont pas ressenti cette affinité, entendu cet écho, se sont sentis floué dans leur lecture : les avis divergents sont parfois très négatifs !
    Si j’avais lu ce livre adolescente, je ne l’aurais pas aimé, et peut-être même détesté. D’ailleurs, je ne l’ai pas proposé à mes enfants, pourtant très bons lecteurs. Ce sera pour plus tard…

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 27 janvier 2011 à 17 h 48 min:

    @Larouette: Hm, oui, peut être que l’adolescent n’arrivera pas à aimer ce bouquin à cause de ça. Enfin disons que la lecture est quelque part un plaisir masochiste, dans le sens où une lecture reste souvent sans savoir (du moins pour moi) lorsqu’elle ne s’accompagne pas de douleur.

    On le voit en général mieux dans les romans de Heroic Fantasy, où le héros va suivre toute une suite de malheurs plus malheureux les uns que les autres pour finir sur un bon de bonheur, qui procure alors au jeune lecteur de la joie immense.

    Je me suis aperçu au fil des lectures que finalement, il n’y avait plus que la phase de malheur qui m’était nécessaire. Enfin, quand elle est bien écrite comme ici.

    Quels ages ont ces enfants ? :p

    RépondreRépondre
  • Larouette a écrit le 27 janvier 2011 à 18 h 28 min:

    Moi, je que je recherche de plus en plus dans mes lectures, c’est l’humour. Mais surtout dans le sens de l’auto-dérision, du second degré qui permet de tenir la bride au Maaal.
    Je trouve que ça aide à faire passer la pilule en fantasy ! (Terry Pratchett, James Enge, Joe Abercrombie, Jennifer Fallon, Loïs Mc Master Bujold).
    En tout cas, dans ces livres où le héros souffre, il est indispensable que ça se finisse bien pour lui et ceux qu’on a appris à apprécier ! Sinon ça m’énerve vraiment…

    Mes goûts sont moins sombres ; mon style de prédilection est la comédie sociale (Jane Austen et Marie-Aude Murail sont deux exemples parfaits), drôle, sensible, mais aussi mordante et sans concessions envers la faiblesse humaine.

    Mes aînés ont bientôt 15 ans (garçon) et 13 ans (fille). Ils peuvent théoriquement lire « n’importe quoi » du moment que ça leur plait… mais je trie avant, en testant moi-même en général.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?