Bien que ne m’en vantant pas beaucoup, je suis une abonnée France Loisirs depuis des années et une grande lectrice de Stephen King. Une date butoir de commande avant de recevoir une sélection minable et me voilà avec le premier roman de sa femme, Tabitha King. Avec une couverture aux couleurs flammes et un titre en lettres de feu, en regardant Calliope la voix des flammes je ne peux m’empêcher de penser à Charlie, l’un des romans de son mari. Alors synopsis ?

 Calliope la voix des flammes de Tabitha King et Michael McDowell

Nouvelle Orléans, années 60, Calliope a sept ans quand son père qu’elle adore est assassiné de manière effroyablement cruelle par deux inconnues. Pour des raisons obscures sa mère s’enfuit avec elle, laissant derrière elle son grand frère Ford et sa grand-mère. Elles vont se réfugier dans une pension de famille perdue au fond de la Floride tenue par une femme mystérieuse. Calliope qui a toujours été spéciale, commence alors à entendre des choses qu’elle seule peut saisir.

Ce premier roman de Tabitha King est une collaboration en l’honneur du défunt Michael McDowell. Connu pour ses scénarii de Beetlejuice ou L’étrange noël de monsieur Jack, il avait entamé l’écriture de ce roman avant de mourir. Tabitha a donc repris à son compte l’œuvre du monsieur pour en faire le roman que j’ai eu entre les mains. Tout laissait à supposer une bonne surprise quant au contenu donc. Malheureusement mon souhait ne s’est pas réalisé, et voici donc ma première chronique sur un roman que je n’ai pas pu terminer.

Le style de l’auteur m’a pourtant séduit dès les premières lignes. Les descriptions de la Nouvelle Orléans sont enivrantes et l’immersion est totale dans le mode de vie des États-Unis des années 60. Le talent de la dame pour l’écriture est évident. Malheureusement son approche du Fantastique est, elle, tout à fait boiteuse. Avec une première page prenante annonçant la mort du père et racontée tout du long à la première personne, l’histoire s’enlise ensuite jusqu’à devenir imbuvable.

 Calliope la voix des flammes de Tabitha King et Michael McDowellCe n’est plus Calliope la voix des flammes mais Calliope découvre la mer, Calliope aide à la maison, Calliope se coupe les cheveux… Ça ne vous rappelle rien ? L’auteur se perd dans des détails inutiles et des descriptions fumeuses de personnages qui n’auront aucun intérêt pour l’intrigue. On en vient à se demander si elle ne s’éloigne pas complètement de la trame imaginée par Michael McDowell. Là où la psychologie est très travaillée et fouillée, les péripéties sont inintéressantes, faisant perdre toute l’attention du lecteur.

C’est donc une double déception que m’a offerte Calliope. D’une part et malgré un début prometteur, je ne saurai jamais pourquoi est mort son père. Mais plus encore je regrette de ne pas avoir pu réellement profiter du talent de Tabitha King dont le style mérite pourtant d’être salué. Loin d’être mauvais, ce roman s’est avéré surtout terriblement ennuyeux et soporifique. Dommage.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?