C’est lundi, que lisez vous ? #101

Serafina dans Actualités, Livres le 5 août 2013, avec 8 commentaires
Actualités

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. if is Dead vous propose donc de nous retrouver pour les partager chaque semaine.

dabYo

Le Silence des Agneaux de Thomas HarrisJ’ai donc fini le premier tome de L’Opéra Macabre de Jeanne Faivre d’Arcier, mais malheureusement sans grand entrain. L’univers dépeint, le principe, l’histoire, tout avait pour plaire. Et pourtant, la narration est trop éloignée, on a beau être au présent et suivre les personnages, on a une impression de synopsis. Comme si l’on était pas entrain de lire la vraie histoire, mais un résumé des chapitres… Tout va trop vite, on ne s’attache à aucun personnage, on ne ressent rien. Quel dommage.

Après cette fin, j’ai enchaîné sur tout autre chose avec un Thriller connu de tous: Le Silence des Agneaux de Thomas Harris. J’avais lu le premier tome de l’histoire du Docteur Lecter il y a quelques mois, Dragon Rouge, et ça m’avait complètement captivé. Pour l’instant, ce deuxième tome s’annonce toujours aussi bien, et le fait d’avoir vu la série Hannibal n’en gâche rien.

Serafina

Winter Of The World de Ken FollettJ’ai terminé très rapidement Warm Bodies, qui est vraiment un très bon bouquin, je vous recommande vraiment de passer outre la couverture proprement degueue. Ensuite, j’ai commencé Winter Of The World de Ken Follett, la deuxième partie de sa Century Trilogy dont j’avais adoré le premier tome (que je n’ai toujours pas chroniqué). On retrouve très vite la capacité de Follett à nous créer des personnages super attachants, mais je suis un peu déçue du manichéisme ressenti. Je suis à plus du quart de l’histoire et tous les héros sont contre le nazisme et contre le fascisme… Ca me semble pas super crédible d’avoir 100% des gens contre… Mais bon, ça reste agréable à lire.

Et vous, qu’avez vous lu cette semaine ?


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
8 Comments, donnez votre avis !
  • Amaltheren a écrit le 7 août 2013 à 13 h 57 min:

    Tiens, je suis aussi en train de lire Winter of the World, mais je suis moins sensible au sujet du manichéisme que tu semble ressentir : je trouve au contraire que Follett parvient à dépeindre les subtilités lié à ces régimes avec pas mal de brio. Si les personnages qui ont la parole ont tendance à se placer contre le fascisme ou le nazisme, ce n’est pas nécessairement parce que « c’est mal », mais plutôt par le travers du prisme politique, de la démocratie, de la peur de l’obscurantisme. Même la manière dont est montré le nazisme me semble intéressant : c’est brutal et cru, mais amené finement, d’un angle inattendu et soudain. Un certain nombre de personnages y adhèrent aussi, comme les Fiztherbert, le fils Von Ulrich, on a une vision plutôt complaisante aussi des régimes fascistes avec la société, et le climat ressentis est extrêmement hostile, malsain et déplaisant. Du coup ça me plait pas mal : je préfère nettement d’ailleurs avoir des personnages qui ont tendance à avoir une vision globalement éclairé, et qui sans être des full-résistants, veulent se préserver des régimes totalitaires, par peur du bolchévisme également. J’en suis à peu près au tiers maintenant, j’attends de le finir pour me faire une opinion définitive, voir si j’aime mieux éventuellement le premier, comme j’avais préféré Les Piliers de la Terre à Un Monde Sans Fin !

    D’ailleurs j’ai aussi acheté World War Z après en avoir lu la chronique sur IID, ça m’a extrêmement plu, même si je n’ai pas exactement la même opinion que la chronique du coup, j’y laisserai sûrement aussi un commentaire :)

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 7 août 2013 à 14 h 16 min:

    @Amaltheren: En faite, ce qui me dérange surtout, c’est que les personnages dont on a le PoV sont tous « contre » et meme si y’a des efforts pour avoir des persos secondaires pro-nazis, ils sont tous présentés sous un angle peu sympathique (le fils Von Ulrich est a tapper, Boy aussi …).Je trouve qu’il manque clairement un personnage de nazi convaincu et « sympathique ». Non pas que j’ai forcément envie de kiffer un nazi, mais je trouve que ca ote carrément a la crédibilité :s

    RépondreRépondre
  • Amaltheren a écrit le 8 août 2013 à 19 h 46 min:

    En même temps je trouve extrêmement difficile de pouvoir faire un tel personnage. Quand on adhère à des idées aussi nauséabondes, on est forcément quelqu’un de raciste, brutal ou complètement à côté de ses pompes. Comment rendre un tel personnage sympathique ? Si on présentait un full-nazi, il serait forcément en train de cracher sur les juifs, les homos et les malades, il programmerait des arrestations, des attaques, des plans militaires, la préparation des camps de concentration chanterait les louanges de la dictature. Même en choisissant un militaire ou un agent du renseignement, ça me semble franchement impossible de faire intervenir un personnage intégralement nazi et le rendre sympathique, il faudrait forcément qu’il soit nuancé, comme l’est Volodia Pechkov, qui adhère quand même à un régime dégueulasse, mais est assez refroidi par moment par ses méthodes ! Pour un auteur c’est franchement délicat de préparer un scénario pour ce type de personnage, que le lecteur ait envie de le suivre malgré tout. J’ai essayé d’y réfléchir en tout cas, et ça me semble énormément d’efforts de narrations pour un résultat vraiment compliqué à équilibrer. Ca me parait plus efficace de jouer sur les personnages plus détourné, qui sont en prime parfaitement crédible.

    Déjà, le simple fait que j’ai été aussi mal à l’aise avec la complaisance générale envers le fascisme en Angleterre, ça prouve pour moi que Follett sait ce qu’il fait et qu’il n’y a pas besoin de ce type de personnage : si déjà je rage comme une ouf à lire ce qui se passe, et à avoir l’impression que rien justement ne peut arrêter le nazisme, c’est un bon boulot d’auteur !

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 8 août 2013 à 20 h 00 min:

    @Amaltheren: Je ne pense pas que toutes les personnes qui ont été voter pour le parti nazi aient forcément été brutales ou a coté de leur pompe. J’veux dire, si y’a eu une telle montée du fascisme y’a malheureusement eu une raison, et un terreau propice. Des personnes qui croient au nazisme et qui finalement se font ‘rouler’ je pense qu’il y’en a eu pas mal. Dans le tome 1, Follett nous montre le terreau qui va conduire a la révolution russe et au bolchevisme, alors que l’état de l’allemagne des années 30 et le ressentiment suite a la WWI est a peine évoqué :s. Sans forcément suivre un mec du genre Goering, un équivalent de la famille russe du premier tome (des gens du peuples, qui ont juste envie de nourrir leur famille) me semble clairement manquer…

    RépondreRépondre
  • Amaltheren a écrit le 11 août 2013 à 13 h 22 min:

    Là on ne parle plus de la même chose : il me semblait que tu parlais d’un personnage nazi convaincu dans ton premier commentaire, comme un sergent SS ou SA (que l’on a par ailleurs avec Thomas Macke, détestable au possible, bien plus que Erik), d’un médecin nazi pourquoi pas, et non d’un personnage qui aurait simplement adhéré à l’idéologie ambiante, personnages que l’on a avec Ludwig Franck, Daisy Pechkov ou Erik, qui me semble bien plus idéaliste que détestable.

    Follett donne beaucoup de place justement aux raisons de la montée du nazisme et lui donne beaucoup de légitimité, la séquence de vote du Parti du Centre était passionnante pour ça, et il y a au final très peu de personnages véritablement méchant ou brutaux parmi les Allemands ou les Russes, même s’ils ne tentent pas de s’opposer au régime. Franchement, le climat ambiant en Allemagne ne m’a pas spécialement manqué : c’est un sujet tellement rebattu qu’il n’était pas indispensable, tout comme Follett n’a pas fait de scénario côté français, et qu’il n’évoque même pas De Gaulle ou Pétain, alors qu’on a beaucoup d’évocations de la politique anglaise. De Gaulle étant réfugié à Londres j’ai été surprise que son nom ne soit pas évoqué une seule fois, mais ça peut se défendre. Il y a trop de choses à dire sur cette période : on aurait pu avoir des personnages Italiens ou Espagnols également, ou même Japonais, mais sur un pavé de 1000 pages il faut aussi faire des choix.

    C’est sûr que ça aurait été intéressant de suivre d’avantage pas à pas le terreau du nazisme, avec un équivalent comme tu dis de la famille Pechkov, mais je pense que ça aurait été trop gros pour ce bouquin, qui est déjà très fournis. Je peux aussi comprendre l’envie de Follett de se pencher d’avantage sur la Russie et le communisme plutôt que l’Allemagne et le nazisme, il y a tellement de trucs qui ont été écrit dessus ! Ca ne l’a pas empêché de faire une très chouette intrigue avec Carla (même si j’ai eu envie de me taper la tête contre la table avec la conclusion de son arc, ça se justifie, mais j’ai vraiment trouvé ça trop facile dans le pathos, ce qui arrive à Walter et Maud respectivement m’a beaucoup plus touchée) et l’ensemble des persos Allemands. Et avec le tome 3 qui va se focaliser sur la Guerre Froide, ça me semble un choix intelligent aussi.

    Du coup je l’ai finis hier soir, et je préfère quand même La Chute des Géants, qui m’a semblé un peu plus solide sur ses pieds et se disperse un peu moins. Plus d’impact fort avec les persos, et j’ai trouvé que L’Hiver du Monde a essayé d’en montrer un peu trop justement, avec beaucoup de petits chapitres pour se déplacer partout, ce qui m’a donné une impression un peu artificielle parfois (comme Pearl Harbor, la plage de Bougainville ou l’accident en Ukraine, mais si c’était toujours intéressant, c’était parfois un peu déconnecté des intrigues principales), mais du coup ça renforce mon impression qu’il n’y avait vraiment pas besoin de se centrer en plus de tout ça sur une autre famille allemande qui aurait subi la montée et la chute du nazisme. Pour ça il y a des tas et des tas d’autres romans qui s’y concentrent, on aurait bien pu parler du STO, des nombreux autres programmes médicaux secrets, de Hitler quittant la SDN, de l’indexion sauvage de la Pologne, mais encore une fois je pense que ça aurait été trop. Ca en reste une très chouette lecture avec de grands moments (avec en tête pour moi ce qui arrive à Jörg et Wlater (deux allemands du coup tiens), et l’arc avec Volodia, et j’ai hâte qu’il termine le tome 3 !

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 11 août 2013 à 13 h 56 min:

    @Amaltheren: En faite, je pense au final que l’un des gros probleme du livre, c’est d’avoir voulu garder toutes les familles suivies dans le premier tome. Du coup, non seulement ca limite beaucoup les points de vues (Maud ne peux pas adherer au nazisme, par ex, et du coup on a déja une famille allemande, mais qui peut pas jouer le role de la famille allemande typique…) mais aussi les familles qui étaient dans une position interessante pour l’intrigue pour la WWI ne le sont plus réellement pour la WWII… Et du coup, en prime on a trop de coincidences vrmt trop grosses pour être avalées (l’arc de Daisy notamment)

    Le fait de ce centrer sur l’angleterre me semble un choix logique (après tout, follett est anglais) et assez interessant (on a pas toujours le point de vue UK en france), mais du coup, je trouve quand meme que ca manque d’ampleur par rapport au premier tome… Et j’avoue êter du coup perplexe sur le troisième tome. J’ai plus l’impression que les personnages des tomes précédents deviennent des handicaps plus qu’autre chose …

    RépondreRépondre
  • Amaltheren a écrit le 11 août 2013 à 14 h 57 min:

    C’est pas faux ! Certains ont été sacrifiés quand même, comme Billy, mais vu les conclusions je pense qu’on va avoir droit à un recentrement (ouh ce merveilleux mot qui ne veux rien dire x)) sur les problématiques américains et russes autour du nucléaire, du coup c’était malin aussi d’inclure Zoïa et Greg, Greg qui va certainement faire ricochet pour aborder les histoires de race, Luther King, Rosa Parks etc avec son fils (ça j’avoue que je le vois un peu venir gros comme un char Panzer, ça manque cruellement de subtilité, mais si ça conduit bien à ça, alors ça en vaut la peine, ça sera intéressant !), et le revirement de Gus dans le journalisme servira sûrement à être encore en première ligne de tout ça. Je pense aussi qu’on va avoir droit au déclin de l’industrie du charbon et des houillères, et ça j’ai vraiment hâte, vu comment Follett y a mis l’accent dans le tome 1 pour n’en glisser que de discrètes allusion au tome 2, c’était bien joué ! On aura sûrement droit à Lloyd qui sera pris dans les émeutes Londonienne, et le passé de suffragette de Maud sera sûrement évoqué quand Margaret Thatcher va venir au pouvoir. Et puis bon, maintenant que l’on sait que les Von Ulrich sont côté Soviétique dans Berlin, c’est pas très difficile de comprendre qu’on aura droit à un gros arc sur le mur de Berlin.

    L’un dans l’autre ça augure sûrement du bon pour le tome 3, mais comme tu dis j’espère qu’il ne va pas continuer sur son envie de garder tout le monde, un certains nombres de persos ne servent plus à rien maintenant, comme les Fitzherbert. Je trouve que ça passe encore pour l’Hiver du Monde, et leur passé rends d’autant plus percutante ce qui leur arrive pour certains, mais à partir d’une troisième génération, ça devient un peu artificiel. Et j’ai vraiment pas hâte de découvrir le moutard russe de Carla =____= C’est vraiment le point qui m’a soûlée dans la fin.

    RépondreRépondre
  • Amaltheren a écrit le 11 août 2013 à 14 h 59 min:

    *Maud et Ethel pardon

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?