Brasyl de Ian McDonald

dabYo dans Critiques, Livres le 2 novembre 2009, avec 3 commentaires
Critiques

Brasyl est un livre de Science Fiction écrit par Ian McDonald et qui vient tout juste d’être édité par Bragelonne en France. Il est comme son nom l’indique centré pendant près de quatre cents pages sur un pays bien lointain, que nous autres européens méconnaissons la plupart du temps : le Brésil. C’est donc aussi pour nous faire découvrir cette contrée que l’auteur irlandais a décidé d’y construire son récit qui va nous mener dans plusieurs époques à la fois. Il est temps d’en parler plus en avant, bien qu’il soit difficile de décrire avec détails trois histoires sans faire de longueurs pour autant. Synopsis.

Brasyl de McDonald Ian

Brasyl est un récit qui se déroule donc sur trois des différentes époques du pays, pour lesquelles on va à chaque fois suivre un personnage. Le Père Quinn est un admoniteur Jésuite fraîchement débarqué, et en mission dans le nouveau monde de 1732 qu’est le Brésil. Il doit remettre sur le droit chemin un autre Jésuite qui semble s’être bel et bien détourné de la voie sainte. De son côté, Marcelina est une productrice d’émissions de télévision au Brésil de notre époque, plus ou moins 2006, avec tout ce qu’il contient aujourd’hui, et notamment la fracture sociale énorme. Les émissions trash, elle aime ça, et elle a trouvé un concept génial de téléréalité pour la prochaine coupe du monde de futebol. Mais pour cela, entre la coke et l’exhibitionnisme, elle doit tant bien que mal retrouver Barbosa, un ancien gardien de but de l’équipe nationale du pays qui a disparu de la circulation suite à un échec. Enfin, en 2032, à Sao Paulo, on retrouve un jeune entrepreneur qui a trouvé un bon filon pour s’extraire de la pauvreté : les joueuses de futebol siliconées en bikini. Sauf que voilà, à force de faire des rencontres pour le business et d’aider son petit frère qui a le bon chic de se foutre dans des situations pas possibles, il a fini par tomber amoureux d’une informaticienne-physicienne quantique.

Brasyl de McDonald Ian

Les éditions anglaises mettent moins en avant le côté futuriste, pour privilégier la découverte de l'Amazone

Faire un synopsis de ce livre est difficile, tout comme en parler. Il faut dire qu’il est tout d’abord très difficile à appréhender, car le style de l’auteur va droit au but sans se soucier d’introduire ses scènes. C’est même plutôt l’inverse, et il arrive souvent que la narration revienne en arrière sans prévenir, pour expliquer un paragraphe qu’on vient déjà de lire. Du coup, suivant les époques que l’on suit la compréhension est plus ou moins difficile, en fonction de la complexité et le nombre d’expressions, mots, propres. Je pense par exemple aux narrations du futur où il y a beaucoup de termes totalement inconnus puisque inventés. De même, en 2006, la tradition brésilienne est très forte et l’auteur, pour plus d’immersion, réutilise bien plus souvent les termes du pays que ce que l’on peut imaginer. Heureusement, le livre est doté d’un lexique à sa fin qui liste la plupart des termes inconnus, et leur donne une signification. La partie du passé est donc, finalement, celle qu’on appréhende le plus facilement, car on suit des européens qui vont au Brésil, ce qui les fait parler notre langue. Il n’y avait pas de technologie à l’époque, pas d’instruments dont on peut ignorer le réel sens. Il s’agit là des premières impressions de lecture, difficiles, mais qui permettent finalement assez rapidement de lire la suite.

Car je le dis tout de suite, certes difficile au début, le style de McDonald est tout bonnement excellent. Contrairement à son homologue de la mal-bouffe, il n’est pas lourd. Les trois ambiances sont parfaitement recrées, et bien qu’on puisse se demander au début ce que fait là un récit au passé dans de la Science Fiction, tout va petit à petit prendre son sens. Pourquoi trois récits ? Par quoi sont ils reliés ? Les clés des énigmes vont petit à petit être découvertes, et c’est vraiment plaisant. De même, les personnalités des protagonistes (plus ou moins six au total) sont très bien travaillées. Si elle est très vulgaire, trash, et j’en passe des bonnes et des pas mûres, Marcelina Hoffman est un personnage attendrissant. Plaisant. Son récit est celui qui m’a le plus plu, et de loin. L’un de mes personnages préférés, je ne saurais expliquer pour quoi. Un coup de cœur, tout simplement. Mais les autres ne sont pas en reste. A chaque fois les univers sont très bien détaillés, et celui du futur est tout à fait crédible. Oppressant serait le meilleur mot pour le décrire, et cette sensation est celle que l’on ressent dès les premiers instants.

Brasyl de Ian McDonaldBrasyl est un titre de Science Fiction qui porte bien son genre, car la science va y être exploitée dans chaque univers. Bien entendu, dans le futur, lorsque l’on découvre la physique quantique et tout ce petit monde, mais aussi dans le passé, en suivant un français de l’Académie de Paris, le docteur Falcon, pour qui la raison et la logique peuvent tout expliquer. Un duo plutôt original puisque son voyage sur l’Amazone va l’obliger à faire équipe avec un Père religieux. La clé de l’énigme du livre est bien entendu très scientifique, mais pas vraiment besoin d’avoir fait S pour la comprendre. Ce sont avant tout tes idées philosophiques que nous présente Ian McDonald, et sa vision de l’univers est tout à fait intéressante, avec, sous-jacente, une guerre entre deux côtés qui concerne tout l’univers, toutes les époques. Il est difficile de parler du livre sans spoiler la fin, malheureusement.

Le plaisir de lecture est en tout cas présent du début jusqu’à la fin, et en nous obligeant à alterner les époques de façon cyclique, l’auteur ne fait que nous donner envie de dévorer la suite pour que ce cliff-anger s’arrête. Car il faut bien le dire, il peut s’avérer parfois frustrant de laisser Marcelina, dont le récit va toujours à 100 à l’heure, pour repasser au père Quinn dont les aventures sont plus posées. Mais pas d’inquiétudes car à aucun moment l’un des personnages est ennuyant, et à aucun moment on n’a envie d’arrêter cette lecture. La sauce finit par monter sur les 200 dernières pages, quand les mystères se délient, pour finir par tout comprendre.

Une lecture que je ne peux que recommander à tout amateur de Science Fiction, de voyage, d’action, de récit à 100 à l’heure, et de découvertes bien entendu. A noter que le livre a été nominé pour le prix Hugo et le prix Lotus en 2008.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 commentaires, donnez votre avis !
  • SBM a écrit le 3 novembre 2009 à 15 h 48 min:

    Son précédent traduit en France vient d’obtenir le GPI. Moi j’espère qu’il est mieux parce que je n’ai pas réussi à le finir… en tout cas, il a l’air très différent.

    RépondreRépondre
  • Kameyoko a écrit le 3 novembre 2009 à 16 h 36 min:

    Ca a l’air assez space, enfin du moins assez délicat à commencer.

    Mais en tout cas le principe de lier trois époques semble très bon. En plus prendre pour toile de fond un pays si contrasté comme le Brésil change.

    C’est ta période Bragelonne en ce moment?

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 6 novembre 2009 à 17 h 00 min:

    @SBM: Bah moi j’ai trouvé celui ci excellent :D D’ailleurs ça m’étonne qu’il ait pas eu de prix… Du coup je vais devoir lire l’autre ;)

    @Kameyoko: Yep :D Enfin oui et non, j’ai encore 2/3 critiques de livres non publiées :o

    Sinon j’adore l’idée et apparemment il reprend le même principe pour un bon paquet de pays… Du coup je pense que je vais en relire de lui.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?