Disque-Monde: Ankh Morpork de Martin Wallace

C'est le bazar à Ankh Morpork

dabYo dans Critiques, Jeux de Plateau, Jeux de Société le 21 mars 2012, avec aucun commentaire
Critiques

Fin de l’année dernière est sorti un jeu de plateau qui ne pouvait qu’entraîner l’enthousiasme complet de notre part: l’adaptation des Annales du Disque-Monde. Il faut dire qu’après l’excellente expérience que nous avions eue en goûtant au jeu de plateau du Trône de Fer, il aurait fallu être fou pour ne pas se laisser succomber à l’appel d’un jeu tiré de l’univers déjanté de Terry Pratchett. Mais bon, c’est toujours un risque de se lancer les yeux fermé dans une adaptation de licence, le tout pouvant être relativement mauvais et avec un système de jeu décevant. Qu’en est-il de ce cher Disque Monde: Ankh Morpork ?

Disque-Monde Ankh Morpork de Martin Wallace

Le matériel est plutôt de bonne qualité, bien qu’en assez petite quantité. On retrouve tout d’abord un plateau de jeu, il est à l’effigie de la fameuse ville d’Ankh Morpork où prend place une bonne partie des différentes histoires des annales. Elle est divisée en 18 quartiers de ville sur lesquels nous allons pouvoir déplacer des pions et construire des bâtiments. A côté, on retrouve donc ces petits pions en bois, aux couleurs assez vives (rouge, bleu, orange…) qui représentent des Agents, des Bâtiments, des Démons et des Trolls. Enfin, pour finir, près de 200 cartes de personnages, évènements et autres quartiers qui sont toutes aux couleurs du Disque-Monde et de ses héros.

Plateau du Disque-Monde Ankh Morpork de Martin Wallace

Le plateau et les pions placés

Tout cela va permettre à quatre joueurs de lutter pour prendre le pouvoir à Ankh-Morpork, car le vénérable patricien Vétérini a disparu et son poste est vacant. Pour cela, il va falloir étendre son influence sur les différents quartiers de la ville afin de gagner le cœur de son peuple. Bien entendu, nous sommes sur le Disque-Monde, tous les coups sont donc permis, et tout peut arriver: attaque de dragons, révolte de la populace, incendies multiples… L’influence sur la ville se matérialise par la construction de bâtiments et le placement d’Agents sur les différents quartiers. Pour compliquer quelque peu les choses, si le but est commun à tous les joueurs, la façon de prendre le pouvoir peut être différente pour chacun.

En effet, en début de partie chacun des joueurs pioche une carte personnage parmi les huit que compte le jeu. On y retrouve des personnages clefs du Disque-Monde comme le commandant Vimaire, Chrysoprase, le Dragon ou encore… Vétérini lui-même. Bref, suivant le personnage pioché, l’objectif pour remporter la partie peut varier. Quand Vétérini doit placer des agents dans un grand nombre de quartiers de la ville, Chrysoprase doit lui accumuler près de 50$, et le Dragon répandre le chaos dans une majorité des quartiers de la ville. A noter tout de même que Vimaire lui, doit attendre que l’ensemble des cartes aient été tirées pour gagner.

Bien entendu, l’objectif est là d’ajouter un pan de stratégie et d’observation tout au long de la partie, puisqu’il faudra essayer d’atteindre son but en étant discret, pour que les autres joueurs ne puissent pas découvrir quel but vous visez et vous en empêcher. Même si nos expériences là-dessus ont été positives, il faut l’avouer, les situations n’étant pas assez variées, il est très facile de bloquer toutes les façons de gagner.

Disque-Monde: Ankh Morpork de Martin Wallace

Je n’ai pas encore parlé de la manière dont les joueurs vont pouvoir poser leurs Agents, construire des bâtiments et autres joyeuseté sur le plateau. Chaque joueur a une main de cinq cartes, ces cartes lui permettent d’effectuer des actions de certains types : poser un agent sur le plateau, construire un bâtiment moyennant une certaine somme, tuer un agent adverse, empocher de l’argent ou encore jouer une autre carte de sa main. Une fois les effets appliqués, la carte part dans la défausse et s’il a fini ses coups, le joueur pioche des cartes pour en avoir cinq à nouveau. C’est là la base du gameplay du jeu et il faut dire que c’est assez fun. Certaines cartes vont aussi permettre de semer la panique dans la main d’un autre joueur, en échangeant les cartes par exemple, réduisant souvent la stratégie réfléchie à zéro.

C’est peut être là que le bât blesse, car les cartes ont des effets vraiment énormes sur le jeu en cours, et ce dernier évolue très rapidement entre deux tours pour un même joueur. Difficile alors de prévoir ses stratégies à long terme, tant le chaos est ambiant et la situation bien trop variante. Il arrivera souvent même que vous n’ayez plus les mêmes cartes au moment de jouer, mettant à plat toute votre stratégie. C’est assez dommage, il faut le dire, et cela oblige les joueurs à reconsidérer la situation le moment de jouer venu. Du coup, le rythme est ralenti, et le tout subira quelques lenteurs, rendant une partie qui aurait dû être rapide et fun un poil trop lente. Dommage, car sur le papier, il y avait tout les éléments nécessaires.

Cartes du Disque-Monde Ankh Morpork de Martin Wallace

SALUT

Au final, le jeu Disque-Monde: Ankh Morpork est sympathique à jouer mais pas franchement marquant, que vous soyez ou non fan de la série. Ces derniers y retrouveront avec un certain plaisir l’univers déjanté des Annales du Disque-Monde, qui est bien présent. Il se ressent à travers le principe, les cartes, le chaos ambiant, et c’est toujours un réel plaisir de découvrir les différents personnages de l’univers en piochant les cartes. Pour les fans, c’est assurément un jeu à avoir, mais si la série vous a laissé de marbre, difficile de vous conseiller le jeu, bien qu’il ne faudra pas hésiter à y jouer à l’occasion. Bon, ici, on est fans…


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?