Pokémon X et Y sur Nintendo 3DS

dabYo dans Critiques, Jeu Vidéo le 30 janvier 2014, avec 1 commentaire
Critiques

Il y a presque trois ans maintenant, je retombais dans la folie Pokémon avec la Version Noire et Blanche. Deux versions qui nous auront fait investir dans une Nintendo DS jusqu’alors snobée royalement, sur deux coups de tête. Cette fois, Nintendo n’a pas attendu longtemps pour fournir à sa dernière console portable ses premières versions de Pokémon, sa licence phare sur le support. Et évidemment, après un ou deux jours de résistance, j’ai fini par me précipiter au premier endroit me permettant de m’équiper pour pouvoir y jouer. Faut dire que cette fois, la série nous promettait un Pokémon Panda.

Pokemon X et Y logo

On prend les mêmes et on recommence. Au bout de six générations de jeux Pokémon (et on ne compte plus les épisodes annexes) on ne peut pas vraiment dire que les fans qui continuent d’en acheter les épisodes s’attendent à d’énormes révolutions. Il y a d’un côté ceux qui y jouent de manière hardcore, si on peut le dire, et qui cherchent à profiter au maximum des énormes possibilités de stratégies qu’offre la série. Ceux là sont évidemment à la recherche des changements dans l’équilibrage du jeu et qu’ils vont donc devoir apprendre, découvrir, puis maîtriser.

Et puis, il y a les autres, comme moi. Ceux de ma génération qui à chaque nouvel opus finissent par revenir vers la série pour y revivre encore et toujours la même aventure. Celle d’un petit dresseur qui commence avec ses quelques Pokémons, en capture de nouveaux pour les faire évoluer, récolter les huit badges et devenir un Maître Pokémon. Pour être honnête, j’ai commencé Pokémon Y avant tout par obsession. Celle de revivre une nouvelle fois cette aventure magique, la joie de voir son équipe grandir, de découvrir de nouvelles bestioles, de profiter en somme. C’est un peu comme aller au restaurant de temps en temps, toujours dans le même et où vous prendriez toujours le même plat. On y revient pour faire la même chose, parce qu’on sait qu’on va y prendre plaisir et aussi par nostalgie de la fois précédente.

Pokemon X et Y sur Nintendo 3DS - Paris

Illuminis, la ville centrale inspirée de Paris et qui donne le tournis

Et visiblement, les développeurs ont compris qu’une partie du public de Pokémon ne venait que pour ça. Car, parmi les nombreuses modifications, on en retrouve un paquet qui sont justement faites pour simplifier le jeu et lui enlever l’aspect long et fastidieux. Au temps où le jeu ne comptait que 150 bestioles, on pouvait évidemment accepter que tout soit fait pour ralentir la capture des Pokémons. En rendant le gain d’expérience lent et fastidieux par exemple, en jouant sur un nombre hallucinant de facteurs très contraignant comme l’heure. Mais maintenant que le bestiaire compte plus d’un demi millier d’entrées, cette barrière frustrante et inintéressante pouvait enfin sauter. C’est ce qui a été fait avec le multi-exp, une petite option à activer qui permet de faire gagner beaucoup plus d’expérience aux Pokémons du joueur. Et ça change tout.

Si Noir et Blanc m’avaient gardé jusqu’à la fin de l’aventure, je me suis retrouvé cette fois à retenter de capturer tous les Pokémons. Parce que c’est plus rapide à les faire évoluer, et parce que le jeu le présente d’une nouvelle façon. Plutôt que de nous laisser seul et désemparé face à un Pokédex de centaines de bêtes, il est divisé en plusieurs sections géographiques. Libre à nous alors de nous fixer des objectifs plus rapides à atteindre et plus motivants. Des zones spécifiques pour faire évoluer son bestiaires sont aussi disponibles, c’est beaucoup plus plaisant qu’avant.

Pokemon X et Y sur Nintendo 3DS - Pandespiegle

Pandespiègle, le premier Pokémon Panda

Graphiquement, c’est le premier épisode à présenter de la 3D. Il faut dire qu’au début, c’est clairement déstabilisant. Les caméras ne sont pas toujours super bien placées et certains endroits sont clairement casse-gueule. On finira par rentrer dans des zones pour en ressortir directement, puis y retourner… pour directement en ressortir. Chiant. Mais on fini par s’y faire, et à part ces quelques détails, la révolution 3D y est clairement super agréable. Les combats sont d’ailleurs du coup bien plus sympathiques, chaque Pokémon ayant des animations différentes et caractéristiques ! Ces deux épisodes se déroulent en France, du coup, il y a le petit bonus jeu vidéo de terroir, et on pourra s’émerveiller à Paris, sous la pluie de Bretagne ou encore aux Châteaux de la Loire. Génie.

Pokemon YCritiquer un épisode de Pokémon sans parler de ses nouvelles bestioles serait scandaleux. Le premier d’entre eux à m’avoir marqué est évidemment Pandespiègle qui aura fait partie de nos deux équipes respectives. Côté nom, c’est plutôt sympathique et il y a un paquet de nouveaux monstres, mais ça m’a moins marqué qu’avec les épisodes précédents. On notera quand même que le fan est brossé dans le sens du poil, avec du Pikachu sauvage dès le début, ou des starters de la première génération à faire évoluer. On regrettera seulement les bêtes légendaires qui sont complètement plates et sans intérêt.

Que conclure ? Pokémon Y n’est pas une révolution. Ce n’est que le sixième épisode d’une série qui a ses défauts, qui dans les faits n’a pas franchement évolué et qu’on voit difficilement changé. La recette est connue et maîtrisée, et tout ce qu’on peut espérer c’est des équilibrages qui conviennent mieux aux différents joueurs. Un mode difficile par exemple, mais pas bien plus. On y revient à chaque fois par nostalgie, et j’aurai quand même accroché les 70 heures de jeu, par ci, par là. Un très bon épisode, tout de même. Vivement le prochain !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • fabY a écrit le 1 février 2014 à 23 h 55 min:

    Je trouve que le jeu impose un rythme qui s’oppose avec le côté « je garde une équipe du début à la fin et je les attrape tous ! » notamment à cause du gain d’xp pour les captures qui finira tôt ou tard par trop augmenter l’écart de niveaux entre ta team et les pkmn sauvages =/.
    Y’a beaucoup moins de fun à capturer un pkmn si c’est pour faire un faux-charge avec un gros pokemon et le capturer. Si il n’y a pas de « est-ce que je vais le tuer ? est-ce qu’il vaudrai pas mieux l’endormir avant pour être sûr ? blabla… » le cours de l’aventure est moins intéressant (enfin je trouve). Finalement la « stratégie » dans les combats elle est inexistante (mmh il a des pkmn de quel type ce champion ? Boaf on verra…), à part pour le multi.
    Et pour le coup avec l’apparition des méga-evolutions, du type fée, des nouveaux pokemons, la banque pokemon… c’est vrai que ça change pas mal de choses pour le multijoueur. Enfin je dit tout ça mais il reste un très bon opus, particulièrement riche ^^ ».

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?