Monster Hunter Freedom Unite sur PSP

aka oni dans Critiques, Jeu Vidéo le 8 juillet 2009, avec 4 commentaires
Critiques

Ce 26 Juin est sorti le nouvel opus tant attendu (en tout cas par moi) de la série des Monster Hunter Freedom sur PlayStation Portable. Ce jeu, célébrissime au Japon et, de l’avis général, de plus en plus prégnant en nos vertes contrées, mérite amplement cette popularité en croissance exponentielle. Mais pour ceux qui ne connaissent pas, un petit exposé sur ce qu’est Monster Hunter : le jeu prend place dans le monde de Gardemine, où des monstres gigantesques pullulent, depuis les immenses dragons cracheurs de feu aux singes colossaux, en passant par des monstres aquatiques, des sangliers géants, des Wyvern et j’en passe – bravo pour l’imagination des développeurs, en tout cas. Il n’y a pas de scénario à proprement parler, le jeu s’organisant autour d’un système de quêtes, qu’on accepte et remplit (quand on est assez bon pour les remplir).

Logo Monster Hunter Freedom Unite

Après avoir dûment éventré votre proie, vous devrez dépecer le monstre pour récupérer des composants, vous forger de meilleures armes et armures, puisque tout l’aspect RPG tient à cette montée en puissance uniquement par armure et arme : pas de niveaux dans Monster Hunter. Bien entendu, il s’agit là d’un résumé succinct de ce qu’est cet immense jeu, occultant tous les aspects minage, pêche ou collecte de plantes, par exemple. Voilà pour les traits principaux.

Qu’en est-il alors de cet opus précis ? Le premier Monster Hunter sorti sur PSP était Monster Hunter Freedom, puis est sorti Monster Hunter Freedom 2, et enfin le Unite. Tout d’abord, bonne surprise, on peut transférer l’intégralité du MHF 2 sur le nouveau, armures, armes, objets et argent compris. C’est heureux, parce que l’énorme quantité de temps passée sur le deuxième opus n’est pas perdu ( 450 heures dans mon cas, ç’aurait été dommage de recommencer). Pendant de la chose : le village où l’on se prépare pour ses quêtes, la maison où l’on entrepose ses objets, les magasins… n’ont pas changé d’un iota. En fait, ceux qui transféreront leur sauvegarde du 2 auront forcément l’impression d’acheter une extension. Mais c’est un peu plus que ça.

Monster Hunter Freedom Unite

Tout d’abord, le bestiaire s’agrandit, tout comme il l’avait été en passant du premier au deuxième ; ainsi, on aura le plaisir de croiser de joyeuses bestioles telles que le Lavasioth, déclinaison du Plesioth aquatique pour la lave, ou le Nargacuga, qui orne la couverture du jeu, et qui, au passage, est un monstre très original à combattre. Il y en a d’autres, et en plus de cela, de nombreux monstres ont été déclinés en sous-espèces ; on pourra joyeusement s’étriper contre des Congalala verts, des Blangonga des sables, des Ceanataur rouges…

Mais là où le jeu va plus loin, c’est que tous les monstres, y compris les plus anciens, ont tous quelque chose de nouveau ; ce peut être une panoplie d’attaques quasiment doublée, comme pour le Kirin, qui se fera une joie de vous électrocuter de plusieurs nouvelles manières, à un nouvel enchaînement, a priori sans conséquence mais qui devra vous faire trouver une façon de combattre totalement différente. Un exemple simple : la Rathian peut à présent enchaîner son fameux salto meurtrier tout de suite après une boule de feu. Pour les néophytes, rien de très parlant. Pour les connaisseurs, une technique de combat à revoir en profondeur…

Monster Hunter Freedom Unite

En plus de tout cela, le jeu possède à présent un nouveau rang de difficulté. La fameuse classe G des précédents, summum de la difficulté – car le jeu propose réellement un défi vidéoludique – est à présent détrônée par les quêtes de rang G*. Dans ces quêtes, on trouvera les nouveaux monstres, les nouvelles sous-espèces, et en général des Wyvern (monstres) d’une puissance défiant toute concurrence ; et je ne parle pas que de défense et de puissance d’attaque, mais aussi d’I.A. : les monstres de ce rang sont bien plus vicelards et bien plus intelligents que dans les autres quêtes. Ils ne commettent jamais d’erreur.

Nouveau rang oblige, on trouve de nouveaux composants extrêmement rares, permettant de créer de nouvelles séries d’armures, encore plus puissantes, et d’améliorer encore les armes que l’on croyait finales dans le deuxième opus. En plus de ces nouvelles améliorations, d’autres armes font leur apparition. Le nombre d’armes et d’armures pouvant être créées devient donc assez étourdissant. À ce propos, il convient de noter un point exaspérant du jeu ; les fameux « rubis », ces composants tellement rares à trouver (4% de chances d’en trouver en dépeçant !) sont détrônés par des composants encore plus rares : les « écailles Ciel », qu’on a… 1% de chances de trouver ! La chasse à ces composants devient rapidement énervante, d’autant que l’on en a besoin pour quasiment toutes les pièces d’armures et les améliorations ultimes d’armes.

Monster Hunter Freedom Unite

Ce dernier point écarté – avec difficulté, surtout pour ceux qui, comme moi, ont connu les interminables chasses aux rubis –, on est tout de même en face d’un jeu d’une durée de vie exceptionnelle. Les graphismes n’ont presque pas changé depuis les autres opus ; ils sont simplement superbes. La bande-son est enrichie de quelques thèmes et la jouabilité reste la même, la prise en main étant assez rapide (même si devenir un excellent chasseur, pro de l’esquive, prend un bon bout de temps !). Un point très intéressant à noter est que le jeu propose un système d’installation ; on pourra installer un bout du jeu sur son memory stick, permettant de réduire considérablement le temps de chargement entre les zones qui découpent une carte et le temps de préparation des quêtes. Pour beaucoup, c’était LE point insupportable du jeu, saccadant l’action ; c’est désormais quasiment résolu.

Autre nouveauté originale, on pourra désormais engager un Felyne (humanoïde-chat), qui auparavant ne faisaient que cuisiner des plats octroyant des bonus divers de santé, de défense, etc., avant une quête, afin que celui-ci vienne combattre à vos côtés. On aura le choix entre un partenaire plutôt orienté sur le bombardement à coups de bombes, ou alors un psychopathe se précipitant sur un monstre faisant vingt fois sa taille pour lui flanquer un coup de massue en pleine poire. A mesure qu’on l’emmène avec soi pour des quêtes, il devient plus fort (lui a des niveaux, 20 pour être précis, mais ça ne compte pas vraiment sur l’évolution de ses caractéristiques), gagnant attaque, défense, et points-compagnons, que l’on pourra dépenser pour lui apprendre des capacités intéressantes, comme vous régénérer, augmenter les dommages, paralyser les monstres, et beaucoup d’autres. En toute honnêteté, ils servent beaucoup à distraire le Wyvern en face, plus que le combattre réellement. Néanmoins c’est une nouveauté très intéressante et très amusante.

Monster Hunter Freedom Unite

Pour quelqu’un qui découvre, il a entre les mains un jeu d’une longueur et d’une richesse absolument monstrueuse. Pour quelqu’un qui « continue » sa partie du Monster Hunter Freedom 2, les nouveautés – je ne les ai pas toutes citées, car faire une liste exhaustive de tous les petits changements qui simplifient la vie du joueur serait fastidieux tant il y en a – seront une agréable surprise, et les nouveaux défis justifient amplement l’achat du jeu (40 euros) ; on a vu des jeux moins fournis que le rang G* ajouté !

Un mot sur le mode multijoueurs : la plupart des joueurs s’accordent à dire que ce jeu ne prend réellement toute sa saveur que lors de parties multijoueurs. Il est vrai que traquer un monstre gigantesque en compagnie d’un ami rend le jeu vraiment plus jouissif, et quelques-uns s’accordent à dire que certaines quêtes ne sont faisables qu’à plusieurs. Sans me prononcer sur ce dernier point, il est vrai que le mode multijoueurs, performant, sans l’ombre d’un ralentissement et ce depuis le premier volet des Monster Hunter Freedom (malgré, il faut l’avouer, parfois un bug ou deux sur le monstre chassé, consécutif à la coordination des PSP, mais sans que cela nuise au jeu), est vraiment excellent. Jouer à plusieurs est vraiment génial et transcende le jeu, mais ne pas pouvoir jouer à plusieurs ne veut pas dire que jouer seul n’est pas plaisant.

Sur ce, et selon la formule consacrée, bonne chasse !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
4 commentaires, donnez votre avis !
  • dabYo a écrit le 8 juillet 2009 à 17 h 06 min:

    Bon et bien relire l’article et le corriger (ahalala au moins une faute d’ortho !) m’aura vachement donné envie de le lire :D

    Je veux une sortie Xbox 360 :) Ca doit être possible nom de dieu !

    RépondreRépondre
  • joey a écrit le 19 juillet 2009 à 21 h 15 min:

    Rêve pas, c’est une liscence Capcom sony style a la mort =D !

    En attendant pulsion malsaine en vue de ma paye, j’ai acheter le jeu et la PsP…

    Bilan N°1 = Il faut être vachement skiller, et bouger la camera c’est vraiment caca, surtout quand t’as un truc qui te tue en 3-4 coup en face et que tu joue depuis même pas 2H :x

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 19 juillet 2009 à 21 h 30 min:

    @joey: ouais enfin le jeu sort sur Wii alors bon, pourquoi pas sur Xbox 360 ? x)

    RépondreRépondre
  • azerty a écrit le 11 mars 2011 à 17 h 03 min:

    il est oblige de jouer cote a cote en mode multijoueur sur monster hunter freedom unite ???????

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?