Castlevania – Le Manuscrit Maudit – de Gianno Molinaro est une bible de la saga vidéo-ludique de Konami sorti aux éditions Pix’N’Love spécialisé dans les bouquins de culture jeux vidéo ainsi que les goodies. Ce livre existe en 2 éditions dont une plus cher qui se paye le luxe d’une couverture en cuir dont je n’ai pas pu juger de la qualité car en tant que rapiat c’est l’autre édition qui orne ma bibliothèque. Il est temps de voir ce que cet ouvrage a dans le ventre, il avait d’ailleurs intérêt vu que je suis fan de cette saga.

Je vais tout de suite mettre les points sur les i, ce livre s’adresse principalement aux gros fans en manque d’une mine d’infos sur leur série fétiche. Il n’est point ici question d’illustrations grandioses ornant fièrement le livre mais bien d’une véritable bible bourré de textes, d’histoires et d’anecdotes en rapports avec Castlevania. D’ailleurs c’est quoi Castlevania, pour ceux qui se poserait la question.

Castlevania est une série de jeu vidéo qui a débuté en 1986 sur Famicom (la NES) et qui a su évoluer au fil des années tout en gardant ces codes et ses bases inaltérables. Les 100 premières pages vont être consacré à tout les épisodes de la série au travers de ces différentes évolutions de gameplay. Le jeu étant en effet passé de l’action 2D au metroivania, de l’action 2D avec un gros pan RPG, avant d’aller s’essouffler en 3D. L’auteur aborde aussi les dérives de la saga dans les machines à sous (pachinslot) et autres gadgets, des parodies et divers types de jeu au choix plus ou moins malheureux. Cette partie se veut très complète et les anecdotes sont plutôt intéressantes et permettent, entre autres de démêler le véritable sac de nœud que représente l’appellation du jeu (Akumajô Dracula au japon devient Caslevania en Europe et US) et de parler de la censure qui a frappé certains de ces jeux. C’est aussi dans cette parie que seront brièvement abordé les musiques du jeu.

La seconde partie se concentre sur la mythologie de la série. D’abord en fournissant une chronologie, basé sur une chronologie officielle de la série, qui part de 1094 pour terminer en 2036 et liant les jeux à ces événements dans le temps. Les différents protagonistes et antagonistes de la saga sont aussi décrits et associés au jeu dans lequel ils apparaissent dans l’ordre chronologique et non alphabétique. Cela m’a permis d’avoir plus de background sur des personnages croisés dans les jeux. La troisième partie concerne le bestiaire, ses origines et leur incorporation dans l’univers Caslevania. Ici cela parle de cerbère, de minotaures, de doppelgänger et autre joyeusetés que les joueurs ont pu croiser au fil de leurs aventures.

La dernière partie du roman est consacré à la suite de la cassure effectué en 2010 dans l’univers de la série. En effet c’est à cette période que sort le premier volet de la série des Lords of Shadow qui rase par le vide la mythologie et chronologie mise en place par Konami. Ces derniers ont confié leur bébé aux espagnols de Mercury Steam. L’idée n’est bien sur pas de parler de qualité du jeu dans le livre mais bien de permettre aux fans de pouvoir remettre en contexte ce nouvel univers avec sa chronologie et ses personnages différents. Cette partie couvre jusqu’à l’épisode Mirror of Fate, le 2 sorti en février 2014 n’étant pas disponible à la sortie du livre. J’en ai fini avec le livre qui se révèle être une vraie mine d’or pour les passionnés.

Attention, le bonus qui tue vous attend à l’intérieur (en nombre limité je crois), un épisode DVD de la TV réalité RIP, le chateau de Bran : La prison de Dracula. Comment vous expliquer le fou rire qui a failli me tuer lorsque c’est tombé du bouquin ? Sérieux j’ai regardé la bande-annonce, c’est un gros rip-off des émissions paranormales américaines présenté par des mecs qu’on dirait sorti des Marseillais à Cancun. Je n’ose même pas le regarder.

Cet ouvrage est donc un must have pour les fans francophones de la saga à mon sens tant il regorge d’informations. Par contre j’ai un peu de mal à voir l’intérêt que pourrait y porter n’importe quel autre population.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Vladkergan a écrit le 15 juin 2014 à 23 h 01 min:

    Et pourtant, en tant que gros passionné du thème du vampire ne connaissant la saga que de nom jusqu’à ce que je fasse l’acquisition d’une PS3 (et de Lord of Shadows donc), j’y ait trouvé de quoi me mettre sous la dent :)

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?