Tron de Steven Lisberger

dabYo dans Critiques, Films le 4 mars 2011, avec 8 commentaires
Critiques

Lorsqu’on parle des films de Science Fiction des années 80, l’exemple qui vient tout de suite à l’esprit est Star Wars, qui est sans aucun doute la série la plus connue et celle dont l’univers s’est le plus étendu par la suite. Mais à côté de ça, on retrouve de nombreux autres films, qui sont plus ou moins marqué la postérité. Parmi eux, Tron de Steven Lisberger, un film qui a marqué les mémoires et dont l’esthétisme très particulier fini toujours par réapparaitre. Ce film, nous ne l’avions jusqu’à présent jamais vu, aussi avec la sortie récente de sa suite, Tron: l’Héritage, nous avions envie d’y jeter un œil, histoire de voir si on n’allait pas en profiter pour faire un saut au cinéma. Alors, 30 ans plus tard, ça donne quoi, Tron ? Commençons par un synopsis.

Tron de Steven Lisberger

Dans un monde plus ou moins futuriste, les jeux vidéo sont devenus l’un des passe-temps favoris des jeunes. Ces jeux sont programmés par des concepteurs en informatique, et parmi eux il y a Flynn, un des meilleurs joueurs de jeux vidéo, mais surtout concepteur. Il est en effet à l’origine des jeux vidéo les plus populaires, sauf que ses codes sources ont été volés et sa paternité usurpée par un homme qui est très vite devenu puissant et redouté. Pour empêcher que quiconque découvre sa supercherie, il a développé un programme doté d’une I.A. qui intègre et assimile le comportement de tous les autres processus.

Cette chronique va être difficile à écrire pour la simple et bonne raison que, contre toute attente, j’ai été très déçu par le film. Et faire une chronique d’un film aussi populaire dans un certain domaine est toujours difficile. Il va donc falloir être très complet et expliquer pourquoi à toutes ces personnes qui crieront bien vite au scandale, à mon manque de goût certain ou à ma mauvaise foi chronique. Et pourtant, je le dis simplement, aujourd’hui voir Tron est tout sauf quelque chose que je qualifierai d’enchantant, et ne parlons même pas d’agréable. Je me suis même plutôt ennuyé.

Tron de Steven Lisberger

Deux processus, dans un environnement complètement calculé. Les lignes permettent d'oublier que les textures n'existaient pas à l'époque.

On passe bien entendu sur le côté vieillot des années 80 concernant l’informatique et les jeux vidéo de l’époque. Il serait idiot de reprocher ça alors que le film n’y est pour rien. Tron c’était l’époque des premiers effets spéciaux, mais surtout le premier film à utiliser des environnements complètement calculé. A l’époque, la technologie étant peu avancée, l’esthétique était à désirer, du coup cet élément a été intégré à l’histoire du film de façon habile, grâce à la mise en scène de l’univers des programmes. En effet, on va vite découvrir que l’informatique est, dans Tron, un vaste monde dans lequel, à l’image des hommes, les processus vivent et interagissent entre eux. Les processus y étant alors représentés et joués par des humanoïdes. Alors que le monde réel ressemble à celui de n’importe quel film, l’univers des processus est lui un environnement calculé en 3D (effets spéciaux) dans lequel se baladent nos acteurs vêtus de combinaisons bizarres.

La plus grande qualité du film, c’est bien entendu cet univers, un univers que trente ans plus tard on découvre toujours avec plaisir, et qui a fait sourire les informaticiens que nous sommes. Cette idée de créer un univers et des lois à partir des processus et autres que l’on retrouve sur les réseaux et ordinateurs était vraiment bonne et intéressante. A vrai dire, elle m’a surpris, car elle est la preuve d’une assez grosse prise de risques de la part de Disney pour ce film là. Mettre en scène un univers créé à partir des bases de l’informatique pour symboliser une quête vers la liberté et la fin d’une oppression est quelque chose d’assez couillu qui, aussi étonnant que ce soit, serait très étonnant aujourd’hui. Paradoxalement, alors qu’aujourd’hui les technologies font parti du quotidien, les films ne s’en servent plus que comme des outils, ne donnant jamais d’informations sur le pourquoi du comment.

Tron de Steven Lisberger

Très rapides, les scènes de course en moto devaient être très impressionnantes à l'époque sur le grand écran.

Mais c’est presque là la seule force du film. Alors que Star Wars pouvait compter sur le jeu d’acteur de Harrisson Ford, on ne retrouve aucun acteur très marquant. Ils sont effacés, que ce soit ceux jouant les personnages de la « vraie vie », ou ceux qui incarnent des processus. Hormis le héros, Flynn joué par Jeff Bridges,aucun ne possède une réelle personnalité, ils ne donnent que l’impression de faire figuration, que ce soient les gentils ou les méchants. Une mention spéciale pour l’acteur de Tron, Bruce Boxleitner, qui réussit l’exploit d’avoir été totalement oublié en moins de deux jours. Le personnage MCP non plus ne restera pas dans les mémoires, loin d’un Dark Vador, et ses soldats sont aussi ridicules que les Stormtroopers. Bref, le plus dommage au final étant que Flynn semble être un simple « copycat » de Han Solo.

A vraie dire, je ne sais pas si c’était le cas à l’époque, mais cette ressemblance avec la série de George Lucas est assez déroutante. La comparaison est tellement facile qu’il est difficile de ne pas y voir une grosse inspiration, voir une tentative de surfer sur la vague, comme Disney l’a fait 20 ans plus tard en sortant Narnia suite au succès des films sur Le Seigneur des Anneaux. Des processus oppressés par un empereur, une sorte d’élu qui part le combattre dans son quartier générale… Oui, il est difficile de ne pas y penser.

Tron de Steven Lisberger

Là aussi, on retrouve quasiment le même triangle amoureux que dans Star Wars.

Malheureusement, la narration du film est assez difficile à suivre et semble manquer de logique et de fluidité. Cela vient peut être des différents mots techniques employés plus que d’erreurs, je ne sais pas, mais on se demande tout au long où ils vont et pourquoi ils y vont. Alors que le début du film nous enchantait, il fini vite par trainer en longueur et l’ennuie s’installe, peu à peu. Les combats, présents à la fin pour relancer l’intérêt du spectateur sont assez mous, et les sabres lasers ont laissé leur place à des… Frisbees. Oui, des frisbees. De même, la mort de personnage laisse plus de marbre qu’autre chose, comme si l’on se trouvait face à un bon vieux nanar.

Bref, je m’arrêterai là car j’ai l’impression de taper sur un vieillard, qui est déjà à terre qui plus est. Il faudrait aussi que je parle des valeurs qu’apporte le film, et notamment l’état d’esclave qu’ont les processus, notamment lorsqu’ils sont soumis à des courses ultra rapides pendant lesquelles ils peuvent mourir, pour le bon vouloir des hommes qui jouent aux jeux-vidéo. Il y a aussi des notions de religion, notamment avec la croyance ou non en les concepteurs. Mais ce sont des notions survolées, qui apportent des sujets de débat sans vraiment les approfondir.

Tron de Steven Lisberger

Franchement, il y avait quand même largement de quoi faire des armes plus sexy.

Au final, si vous connaissez l’esthétique de Tron sans l’avoir vu, et que l’informatique ne vous intéresse pas, je ne vous conseillerai pas de le voir. Il y a des films cultes qui finalement sont bons à ne pas avoir vus. Bien sûr, ce film est une pierre importante de la Science-Fiction sur grand écran, mais finalement, je préférerai presque ne pas l’avoir vu. Voir Tron aujourd’hui, c’est sans doute comme voir Avatar dans 30 ans.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
8 Comments, donnez votre avis !
  • Pantalaimon a écrit le 4 mars 2011 à 17 h 32 min:

    Je l’ai vu également, il faut effectivement être accroché pour supporter les effets spéciaux, on se rend quand même compte de l’évolution qu’on a pu faire en 30 ans, c’est quand même remarquable je trouve.
    Avez-vous prévu de voir Tron: L’héritage ? Si oui, aura-t-on droit à une critique ?

    RépondreRépondre
  • Lou a écrit le 4 mars 2011 à 18 h 36 min:

    Je l’ai regardé quelques jours après avoir vu Tron Legacy et personnellement je l’ai bien aimé.
    En me mettant dans la peau de quelqu’un qui l’aurait vu à la même époque j’ai réussi à accepter la qualité des effets spéciaux.

    Et au final je ne me suis pas trop concentré sur le scénario en lui même, mais plutôt à rechercher les éléments qui ont permis à la SF d’évoluer et de devenir ce qu’elle est aujourd’hui.

    Finalement même avec cette déception, vous avez été voir le deuxième film ?

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 4 mars 2011 à 19 h 10 min:

    @Lou: Ce n’est pas vraiment la qualité des effets spéciaux qui m’a déplu, bien au contraire, ils m’ont ravi, tout comme l’univers.

    Mais voilà, alors que toi tu comprenais peut être des références de Tron 2, moi je n’ai pu que déplorer le vide intersidéral du film, passé la surprise des effets spéciaux :/

    @Pantalaimon, @Lou: on ne pense pas aller le voir, en DVD peut être, mais surement pas au cinéma (avec 3D ça revient quand même à près de 20€ :/)

    RépondreRépondre
  • Flokuro a écrit le 5 mars 2011 à 12 h 17 min:

    Je suis allé voir Tron Legacy il y a quelques jours et je comptais regarder le premier aussi mais ta critique me refroidi un peu… (sans vraiment m’étonner par ailleurs). A vrai dire j’aurais sans doute dû regarder le premier en premier (oui, c’est logique…) car du coup, des références m’ont sans doute échappé dans le deuxième et cette « ignorance » m’a peut être empêché d’apprécier pleinement le film. Oui parce qu’en ce qui concerne Tron Legacy, si l’esthétique est globalement réussie (univers et costumes) et si la bande son des Daft Punk est impeccable, je dois dire que sur deux heures de film je me suis ennuyé ferme à maintes reprises. :/ Bien sur certaines scènes d’actions (combats de disques, courses de motos entre autres) m’ont sorti de ma torpeur mais dans l’ensemble… C’est vrai que l’idée de départ est bonne mais là encore, rien ne m’a parut très développé. Encore un film soigné sur la forme mais pas assez sur le fond.

    Bref pour moi Tron Legacy a été aussi ennuyeux que semble l’être le premier donc je ne vous conseille pas vraiment d’aller le voir au cinéma (mais d’un autre côté c’est visuellement plus percutant au cinéma que chez soi c’est sûr… et en ce qui concerne Tron, c’est le visuel qui me semble le plus intéressant).

    RépondreRépondre
  • Frankie a écrit le 7 mars 2011 à 12 h 19 min:

    J’étais allée voir ce film à sa sortie et je l’avais trouvé plutôt bien. Un bon film de divertissement en somme. Parfois, j’ai envie de le revoir mais je me dis que ça doit avoir effectivement vraiment vieilli… et tu ne fais que me le confirmer ! Pour ce qui est de Tron legacy, j’ai trouvé la bande-annonce nulle et ça ne m’a pas du tout envie de le voir !

    RépondreRépondre
  • Lou a écrit le 10 mars 2011 à 18 h 21 min:

    Dabyo > Sérieusement si tu veux le voir, c’est au cinéma ou jamais, la 3D a un ENORME impact sur la réception du film.
    Je suis complètement d’accord sur le fait que la place 3D est très chère, mais crois moi vous allez en prendre plein les yeux ^^ (j’ai été le voir 3 fois et je m’en lasse pas tellement c’est une oeuvre magnifique d’un point de vue visuel)

    RépondreRépondre
  • Prince Masqué a écrit le 10 mars 2011 à 21 h 05 min:

    Tout à fait d’accord avec Lou. La plsu grande qualité de Tron Legacy est l’atmosphère de son esthétique qui n’a de charme qu’avec la 3D.
    Ce qui m’embête avec cette suite, c’est qu’on perds quasiment tout le côté un peu satiruqe de la société informatisé et marqué par le monde virtuel.
    Dans Tron des années 80, il faut se palcer dans le contexte où c’est la prolifération des machines électroniques avec les premiers ordinateurs, le minitel, les concoles de jeux,etc…qui s’installent progressivement dans les foyers. Avec ce film, il s’agit là de la peur constante d’une « prise de pouvoir » d’un système d’exploitation sur la raison humaine. Dans une société qui tends à se familiariser avec les machines et à être acoutumer à avoir une vie virtuel, commetn l’homem saura t’il contrôler cette technologie hors norme? Voilà la problématique que psoe ce film.
    Or dans le Legacy…Tout est pris au premier degré. Sinon, il reste fidèle dans ces défauts: des idées non approfondis et un film qui traien en longueur. En gros le scénariste nous offre à chaque fosi un brouillon de son travail. Heuresement que la mise ne image fait son effet( que ce soit pour le 1er ou le 2nd).

    RépondreRépondre
  • Serleena a écrit le 4 juin 2011 à 17 h 17 min:

    Personnellement j’ai vraiment sur-kiffé Tron, premier du nom. Le scénar/concept est original, il a un peu mal vieilli mais c’est largement regardable (je trouve que pour l’époque les effets spéciaux sont franchement bluffants), les acteurs sont sympathiques, c’est léger et en même temps on rentre vraiment dedans. Contrairement à aujourd’hui il n’y a pas de prétention dans le film: pas de scènes faussement épiques, non, juste une bande de potes sympathiques qui s’en vont se rebeller contre le MCP. Il mérite son côté culte je trouve, puis y’a vraiment des scènes géniales. Après faut aussi savoir regarder ça avec le recul du aux années. Alors que Tron: Legacy… non j’ai même pas envie d’en parler, ça c’est une vraie bouse façon Avatar: plein d’effets spéciaux, un humour bien lourd, et aucun scénar. On t’en fout plein la gueule mais y’a rien derrière. Alors que le premier, je trouve que c’est une tuerie, j’ai vraiment passé un super moment devant.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?