The Social Network de David Fincher

dabYo dans Critiques, Films le 21 juin 2011, avec 3 commentaires
Critiques

Il y a bien longtemps que je voulais voir The Social Network réalisé par David Fincher à qui l’on doit entre autres le cultissime Fight Club. Mais, je ne sais pourquoi, Serafina était complètement contre l’idée. Le côté polémique ? Le sujet, Facebook et généralement tout ce que la technologie apporte de mauvais aux films lorsqu’on s’y connaît : approximations, contre-sens, hérésies… Bref, toujours est-il que malgré une bande originale réalisée par Nine Inch Nails, impossible d’aller le voir au cinéma. Heureusement, il a fini par arriver. Synopsis.

The Social Network de David Fincher

Mark Zuckerberg est un adolescent fraichement accepté à Harvard. Comme tout autre étudiant de l’université, il a grosso modo tout réussi avec le meilleur score, et se demande ce qu’il pourrait faire pour se démarquer de ses camarades et pouvoir intégrer la fraternité qu’il vise. Lorsqu’il en fait part à sa petite-amie, la conversation tourne court, Mark étant sans le vouloir de nature très imbuvable. Vexé de se faire larguer comme cela, il va chercher à se venger de toutes les filles du campus.

Un lien vers la page Wikipedia de l’histoire du premier réseau social mondial aurait peut être été aussi bon que ce synopsis nauséabond. Mais bon, cela me permet tout d’abord de situer le contexte : The Social Network va nous raconter ce que David Fincher, son équipe et le monde en général a pu dégoter sur la genèse de Facebook, de sa création jusqu’au moment de l’écriture du scénario. Et donc naturellement, Mark Zuckerberg, son fondateur, en est le personnage principal et les éléments avancés ne prendront pas en compte les derniers évènements des différentes affaires. Tout le film va tourner autour de son créateur, à part deux ou trois scènes, il est toujours présent et joue le rôle central. C’est donc d’autant plus important que le film dure près de deux heures.

Justin Timberlake dans The Social Network de David Fincher

Un tag Justin Timberlake sur if is Dead ? Gosh

Heureusement pour nous, Jesse Eisenberg arrive à assurer le rôle et incarne vraiment bien le personnage, qui semblerait presque être taillé pour lui. Son jeu semble des plus naturels. Contrairement à ce qu’on pourrait initialement penser, Mark Zuckerberg n’est pas vraiment présenté comme un être frustré et inhumain. Je dirai même qu’au contraire, The Social Network nous présente un personnage qui pourrait presque devenir attachant, et qui n’est pas sans rappeler un personnage du même genre, Sheldon dans The Big Bang Theory. Certes, il a un comportement parfois imbuvable, mais on est loin de l’être machiavélique, et David Fincher dans sa réalisation va d’ailleurs très souvent laisser le doute et au spectateur le soin de se faire son opinion. Est-ce des précautions prises par la production pour ne pas être attaqué en justice pour diffamation ? Aucune idée, mais on a presque l’impression de se retrouver face à une reconstitution des évènements faite pour un reportage documentaire.

Le film tirerait d’ailleurs presque plus du film documentaire et scénarisé que d’un film à part entière. On va revivre certains passages clefs de la création du réseau social, les évènements et passages étant liés par les conséquences et par des procès. Au lieu d’user d’une construction linéaire dans le temps, David Fincher a fait le choix de sauter de flashback en flashback, avec entre chacun d’entre eux des courts dialogues entre les avocats de Mark Zuckerberg et ceux des plaignants. C’est donc ici que se trouve le « présent » du film, alors que le site a déjà été créé, les flashbacks équivalant aux retranscriptions de mails et autres souvenirs des personnages impliqués par les procès, qui sont au nombre de deux.

Procès dans The Social Network de David Fincher

Ici un des procès auxquels Mark doit assister

Le sujet étant la création d’un site internet, une tâche qui n’est pas spécialement palpitante, surtout lorsqu’il s’agit de retranscrire une réalité, vous vous doutez bien que les scènes d’actions ne seront pas très nombreuses. Pas de course-poursuite, quasiment pas de grande scène de hacking, non, du normal. Du coup, il était difficile de rendre intéressantes ces deux heures qui ne sont qu’une suite interminable de faits. Et pourtant, le pari est réussi. Pour cela, on a un rythme très soutenu dans les dialogues, notamment Mark Zuckerberg, qui a tendance à répondre très vite et au tac au tac. Ça pourra en agacer certains, d’autant que le flux continu de paroles est vraiment conséquent, mais j’ai adoré. A cela est ajouté quelques phrases comiques, et du comique de répétition avec le côté imbuvable du personnage.

Finalement, le seul gros point noir que j’ai pu trouver au film, c’est son but et son intérêt. Si je savais à quoi m’en attendre, je pense que certains spectateurs ont pu être déçus par le manque de position de l’équipe de production. Comme je le disais, Mark n’est pas jugé, loin de là. David Fincher nous fait parvenir des scènes, et nous sommes contraints de nous faire notre propre avis. En soit, ce n’est pas spécialement dérangeant, juste inhabituel.

The Social Network de David Fincher

Quelle scène palpitante

S’il n’est pas le meilleur film de son réalisateur, The Social Network a tout de même le mérite de nous faire passer un bon moment, et ce de façon original. Que ce soit dans sa structure avec le coup des procès, de son absence de jugement ou tout simplement de son sujet. Sujet qui doit d’ailleurs être le premier à voir un film lui être dédié si peu après sa création, par une entité indépendante.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 commentaires, donnez votre avis !
  • Serafina a écrit le 22 juin 2011 à 9 h 25 min:

    Tu as oublié de parler de la VF qui est plutot mauvaise au niveau des termes techniques (widget pour traduire wget au début du film par exemple !).. Qui du coup a aussi beaucoup contribué a mon agacement XD.

    RépondreRépondre
  • Fauve a écrit le 22 juin 2011 à 16 h 31 min:

    J’avais aussi des doutes sur ce film et un soir je me suis tenté ! Et j’avoue, j’ai été fortement surprise du résultat…
    La fin est mémorable : F5, F5, F5 XD

    RépondreRépondre
  • grochibre a écrit le 8 juillet 2011 à 18 h 17 min:

    @serafina
    quelle idée de regarder des films en VF, aussi !

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?