The Machine Girl de Noboru Iguchi

Tout ça parce que c'est le... JAPOOOOOOON !!!

illman dans Critiques, Films le 26 août 2015, avec aucun commentaire
Critiques

Alors que Seraf’ et dabYo s’enfonce dans les turpitudes bollywoodiennes, j’en suis resté à un whathefuckisme bien japonais et ce n’est pas cette nouvelle itération de mon parcours cinématographique qui me fera mentir. The Machine Girl est un film de 2008 de Noboru Iguchi, un réalisateur qui oscille entre le porno et le gore/horreur (c’est bien sur la seconde solution ici). Direction le synopsis.

The Machine Girl de Noboru Iguchi

C’est l’histoire d’une lycéenne japonaise orpheline, Ami Hyuga, qui perd tout du jour au lendemain lorsque son petit frère se fait assassiné par des brutes, dirigé par le fils d’un yakuza-ninja. Elle n’aura alors qu’une idée en tête, devenir une incarnation de la vengeance.

Si on omet la scène du début où le réalisateur a sans doute voulu faire mumuse à faire des plans de lycéenne qui saute en tirant à la gatling et qui ne s’insère pas vraiment avec le reste du film, tout le reste se déroule de manière presque cohérente, un cohérent sorti d’un cerveau malade certes, mais au moins c’est dans l’ordre. On pourrait croire que je n’ai fait que résumer succinctement l’histoire mais j’ai quasiment tout dit dans mon synopsis en fait. Pendant une 1h30 environ, ça va s’enchainer quasiment non-stop dans un torrent de violence et d’hémoglobine.

The Machine Girl de Noboru Iguchi

Les personnages sont tous super allumés, le personnage principal Ami pète complètement son câble même si perdre un bras lui remettra un peu les idées en place et puis de toute façons elle va avoir à sa disposition un super bras mécanique interchangeable avec soit une gatling soit une tronçonneuse. Le père de la famille de yakuza se prend pour une sorte d’incarnation du personnage historique Hattori Hanzo et va sortir des répliques totalement hallucinées sur ça tout le film. Il y en a bien d’autres mais je penses que ça vous donne une bonne idée de l’ambiance comme ça.

The Machine Girl de Noboru IguchiBien sur, ce film est un gros n’importe quoi avec des décapitations, des réductions de tête en pulpe à coup de gatling et autres mutilations et morts sanguinolentes. Bref un répertoire du gore assez fourni et qui fait sourire voire bien rigoler. Le glauque n’est pas oublié avec une trèèèèèèès forte suggestion de pedo-nécrophilie à un moment du film. Sinon on se moque allègrement des sentaïs ici avec des ninjas tout de rouge vêtus qui font des poses de power rangers et autres âneries. Bon okay juste un dernier, il y’a dans ce film… un soutien gorge foreuse (a drill bra en anglais), je penses que là c’est acquis, vous avez compris que c’était vraiment à l’ouest ce film.

Niveau qualité de l’image et du bluray, si j’vous jure c’est sorti en bluray, c’est pas bien terrible. L’image a un grain ultra moche et des saccades sont parfois apparues, ce que j’aurai du au lecteur et ce qui ne semble pas être le cas. Pour moi c’est carrément indigne cette qualité d’image, c’est un assez gros point noir. Pour un film de 2008 on sent que le budget devait vraiment être rikiki. Le doublage français rajoute à l’ambiance over the top, vu qu’il est déjà de base pas bien terrible et que les dialogues sont caricaturaux au possible. Une VOST est bien sur disponible mais je conseille la langue de Molière pour maximiser la blague.

The Machine Girl de Noboru Iguchi

The Machine Girl, c’est du pur divertissement de cinéma bis. Il est clair que ce n’est pas pour sa portée intellectuelle que vous regarderez ce film mais bien pour une bonne grosse tranche de rigolade. Je me suis presque autant marré à le voir qu’à écrire cette article, en un mot… JAPOOOOON !!


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?