Suicide Club de Sono Sion

illman dans Critiques, Films le 14 mai 2010, avec 3 commentaires
Critiques

Suicide Club est un film de 2002 du plutôt controversé Sono Sion. Ce réalisateur sulfureux est connu pour sa tendance à user et abuser de provocation et d’images choc, en particulier quand on voit comment il voit la passion: « un amour sanglant » ou alors « un amour comme un jaillissement de sang » en serait pour lui les meilleurs descriptions. On adore ou on déteste. C’est le premier film de ce réalisateur à atteindre nos contrées et j’avoue être tombé dessus par hasard, poussé ensuite par la curiosité et le fait que le réalisateur avait été cité dans un commentaire sous ma critique de Old Boy. Comme vous pouvez vous en douter critiquer un film comme celui-là n’est pas une mince affaire et je vais de toutes façons commencer par un synopsis.

Suicide Club de Sono Sion

L’intrigue est totalement allumée: une vague de suicide sans précédent frappe le Japon, à commencer par 54 lycéennes qui se jettent sous un train. Une enquête est ouverte par la police qui trouve alors des sacs de sport remplis avec des rouleaux de peau humaine sur les lieux des suicides. L’histoire nous perd alors, y’a t’il un club du suicide ? Une mode du suicide est-elle née ? Y’a t’il un responsable ? Une tripotée de questions qui m’ont titillé le long de ce film étrange.

On va donc suivre une équipe d’enquêteurs durant leur investigation et l’on prendra plaisir à les regarder se prendre la tête sur les énigmes, et à les regarder sombrer dans cette folie, réelle descente aux enfers. On reste néanmoins plutôt loin d’eux, on ne connaît que leurs noms et la famille de l’un d’entre eux. Il y a d’autres personnages plus ou moins importants qui gravitent autour, et qu’ils vont croiser la route durant l’enquête.

La bande son est plutôt marquante et sert l’ambiance intrigante du film, elle est même vraiment importante et permet d’adoucir des passages un peu limite niveau gore. A noter que quelques chansons parcourent le film, notamment une d’un groupe d’idoles pré-pubères (décidément je comprendrais jamais cette mode) et une autre chantée par un psychopathe, et que je trouve absolument géniale, mais dont vous n’aurez pas les sous-titres si vous le regardez en français. Défaut du DVD, on ne peut pas changer la bande son à la volée, il faut redémarrer le film pour pouvoir passer en VOST ou re-switcher en VF, qui n’est pas catastrophique mais pas géniale non plus, la faute à une synchronisation labiale pas super crédible et le ton des voix.

Suicide Club de Sono Sion

Mon petit psychopathe au bowling

Le grain de l’image fait assez vieillot et rajoute à l’ambiance. Les scènes gore ketchup sont présentes pour chaque suicide sanglant, comptez 40 litres de sang par personnes. Les mouvements de caméra font caméra à l’épaule, notamment quand on suit les flics, ce qui donne un effet reportage sur ces moments, ça renforce l’immersion. Toujours est-t’il que c’est complètement barré et jouissif de découvrir de nouveaux éléments de cette intrigue et un deuxième visionage ne sera sûrement pas de trop.

Concernant les bonus du DVD, on a droit une interview de Sono Sion qui nous aide à mieux comprendre cet homme -qui a un sacré grain- et  un documentaire sur le suicide au Japon, intitulé Au pays du suicide, très instructif pour comprendre cette culture où cet acte n’est pas aussi tabou que chez les chrétiens. La réalisation fait un peu cheap, l’orateur a peu de mal avec son texte, c’est purement génial, ça fait cinéma de quartier. Il y’a aussi quelques bandes-annonces de films qui ne donnent pas envie.

Suicide Club de Sono Sion

Bon appétit, bien sur

Un film à ne pas mettre entre toutes les mains mais qui saura se révéler à ceux qui supporteront les scènes un peu exagérée et gore du film. J’ai adoré et pas seulement parce que j’ai une prédilection pour le cinéma asiatique. L’histoire complexe, la mise en scène et plein de petits détails qui parsèment le film m’ont convaincu. Avec ce film vous aurez droit à 99 minutes de chamboulement de méninges.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 Comments, donnez votre avis !
  • Kameyoko a écrit le 15 mai 2010 à 11 h 29 min:

    Ca a l’air space quand même. Mais ça me tente ^^

    Je n’ai pas fais de recherche, mais le synopsis ressemble très fortement à celui d’un manga.

    Je suis persuadé que ce film est tiré de « Le Cercle du Suicide » de Usumaru Furuya : http://www.fant-asie.com/le-cercle-du-suicide-dusumaru-furuya/

    RépondreRépondre
  • illman a écrit le 15 mai 2010 à 13 h 10 min:

    Le film est tiré du roman écrit par Sono Sion himself. Il y a aussi eu un manga mais il s’appelle Suicide Club aussi me semble.

    RépondreRépondre
  • Fauve a écrit le 17 mai 2010 à 15 h 21 min:

    Je les vu il y a 3 ans et voici ce que j’avais mis pour l’époque.
    « Du coup j’ai matté cela cette après midi…
    Et bien faut dire que la première scène calme directe ^^’
    Et c’est vrai que la scène avec les enfants à la fin te fais triper O_O car tu te dis Oh putain c’est ça O_O
    Bref je pense que c’est a voir cela montre aussi comment la jeunesse Japonaise devient dépendante de tout ces joujoux informatique…
    Bon par contre à un moment une scène j’ai trouvé une forte ressemblance avec Orange Mecanique… Là pour ceux coup là ils sont un peu en retard …
    En tout cas a voir, ah oui âme sensible s’aptenir ^^ »

    J’avais mis 9/10 à l’époque !

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?