Silence, ça tourne ! #51

Naufrage pour la Stratégie Ender

dabYo dans Actualités, Films le 14 novembre 2013, avec aucun commentaire
Actualités

Comme chaque semaine (ou presque), les films et séries que nous avons vu, et auxquels vous échapperez peut être, grâce à nous…

La Stratégie Ender de Gavin Hood

La Stratégie Ender de Gavin HoodCela faisait un moment que nous n’étions pas aller au cinéma, mais quand Harrison Ford se met en tête d’apparaître dans un film de Science-Fiction, on fini toujours par y aller. C’est comme ça que l’on s’était infligé le platissime Cowboys et Envahisseurs. Samedi, c’était donc au tour de La Stratégie Ender de Gavin Hood, l’adaptation d’un roman très apprécié d’Orson Scott Card dont nous ne savions pas grand chose. Bonne pioche ?

Je crois bien que le précédent film aurait du nous mettre la puce à l’oreille, tant sur le niveau de qualité des films qu’accepte Harrison Ford que dans ses prestations. La Stratégie Ender va nous compter le destin du jeune Ender, un gamin aux facultés extraordinaires et dans lequel l’armée nourrie de grands espoirs: le transformer en leadeur pour mener la future guerre totale avec des extra-terrestres. Ça vend du rêve.

On se retrouve donc avec un héros gamin, ça passe souvent bien en livre, mais en film c’est beaucoup plus difficile. Et vous l’aurez compris, ici, c’est complètement raté. Notre héros est amorphe, plat et sans aucun intérêt. Pour lui donner de la consistance, des adules autour de lui interprèteront ses moindres faits et gestes pour y voir des stratégies. Bref, une sorte de pseudo psychologie de comptoir visant à le faire paraître comme surdoué et très intelligent. Ça ne prend évidemment pas, c’est juste pathétique sur le moment, puis encore pathétique au moment des explications.

La Stratégie Ender de Gavin Hood

Gros gros charisme

Un personnage principaux plat peut parfois être rattrapé par des secondaires bien foutus. Ici, outre Harrison Ford, aucun d’entre eux ne va suivre notre héros plus d’une vingtaine de minutes. Bon, de toute façon ils étaient sans intérêt, mais le tout est symptomatique de la construction du film. Le livre de base n’est pas énorme certes, mais 420 pages à résumer dans un film de moins de deux heures avec un énorme univers de Science-Fiction, c’est relativement difficile. Ici c’est totalement raté et on aura l’impression de voir un énorme résumé, une sorte de bande annonce qui vous spoilerait tout l’histoire.

Sur les deux heures que durent le film, on attendra sans cesse que notre histoire commence réellement. Qu’il y ait enfin quelque chose qui nous prenne aux tripes, qui nous fassent vibrer pour notre héros. Mais rien. Et voilà la fin qui s’amène, décevante au possible. Non mais, c’est déjà fini ? Il ne se sera rien passé. Rien.

La Stratégie Ender Harrison Ford

L’armée, la vraie, avec plein de clichés !

Et vous, vous avez vu des trucs dernièrement ?


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?