Saito San de Masahiro Fukuma

dabYo dans Films, Séries le 14 juillet 2016, avec aucun commentaire

On continue notre incursion dans le monde des Drama japonais avec Saito San, une série de onze épisodes écrite par Masahiro Fukuma et diffusée en 2008 par NTV. Après les hôtesses de l’air ou encore le yakuza qui se fait passer pour un lycéen pour obtenir le bac, c’est cette fois vers les mères de famille qui emmènent leur enfant à l’école maternelle que nous allons nous tourner. Oui oui, vous avez bien lu. Synopsis.

Saito San de Masahiro Fukuma

Mano Wakaba est la mère de Takeru et vient tout juste d’emménager avec son mari dans un nouveau quartier. C’est pour son fils que le changement est le plus difficile, il s’est fait exclure de son ancienne école maternelle pour violence envers les autres enfants, et Mano a peur que cette information circule parmi les autres mères d’enfants de l’école… Une de ses voisines, Saito, a son enfant dans la même classe et n’est pas très populaire auprès du quartier. Au lieu de faire profil bas, elle est toujours à rappeler qu’on ne jette pas les bouteilles de verre le mercredi et dès qu’une injustice a lieu, elle ne peut s’empêcher de s’en mêler pour rétablir le droit. Qu’est ce qu’elle est embêtante !

Depuis que nous regardons des Drama japonais je dis souvent dans ces colonnes que c’est une très bonne façon d’en découvrir les us et coutumes. En France une bonne partie des femmes travaillent, qu’elles soient ou non mères d’enfants. Mais s’il y a encore du travail pour garantir la parité chez nous, on est bien loin de l’état pitoyable de celle-ci au Japon, où une grande partie des mères deviennent mère au foyer et ont pour principale occupation l’éducation de leur enfant, comme principal cadre de vie celui qu’elle partage avec les mères des camarades de classe de leur enfant. C’est sur cet univers qu’est centré Saito-San.

Saito San de Masahiro Fukuma Gym

On découvre donc cet univers impitoyable dans lequel vivent les femmes japonaises, qui s’épient, se jugent, commèrent, le tout dans le respect du joug de la culture japonaise. Cette culture qui les poussent à tout intérioriser, à fuir le conflit, à accepter les humiliations pour ne pas faire de vagues pendant que les rares profiteurs jubilent impunément. Une sorte d’ambiance complètement toxique donc, qui met en exergue l’injustice chronique de la société japonaise, un vrai challenge à regarder tant cela peut être désespérément injuste pour le spectateur. Le second personnage principal, Mano, est obnubilée par ce que peuvent penser les autres mères, elle n’a qu’une peur c’est d’être exclue de leur groupe à cause des agissements de son fils Takeru. Du coup, plutôt que de se concentrer sur ce dernier, elle fait tout pour être bien vue quitte à délaisser ses réels besoins. Dans une même optique, plutôt que de chercher à résoudre les causes d’injustices, tout est fait pour qu’elles puissent perdurer, mais sans faire trop de vagues. Dur de se dire que c’est réellement réaliste, même si quelques connaissances japonaises semblent abonder dans ce sens.

Face à cet océan de conformisme et d’injustices, Saito-San notre personnage principal fait office de héros pour le spectateur, et la société japonaise dans son ensemble. Plutôt que de laisser les jeunes gens prendre les places des personnages âgées dans le train sans jamais se bouger, elle ira le leur reprocher. Icône japonaise d’après la professeure de Serafina -oula les références-, c’est donc une sorte de justicier à visage découvert, qui ose se heurter au conformisme de la société japonaise tout en sachant pertinemment qu’elle va plus en pâtir qu’autre chose. Combien d’épisodes nous montreront que finalement, ce sont les gens qu’elle veut aider qui le lui reproche le plus, par peur de faire des vagues. C’est du coup très dur à regarder, les injustices étant centrées autour d’enfants qui sont incapables de se prendre en main malheureusement.

Saito San de Masahiro Fukuma Gym

Ah ces enfants qui font du vélos sans être alignés !!!

Les épisodes passent et on s’accroche très vite aux personnages, Mano est tout simplement géniale. Avec son caractère qui passe de la joie complète à la tristesse et au stress total, c’est vraiment un personnage attachant dans lequel on peut tous un peu se reconnaître. Certes, c’est une personnalité bien loin de celles que l’on retrouve ici en France, mais on sait que ça peut exister, on la comprend. Saito quant à elle est tout simplement géniale, on ne peut que l’admirer. Les autres personnages sont eux aussi très « japonais », en tout cas donnent cette impression, avec de superbes références et cet esprit grégaire exacerbé.

Le rythme de la saison est assez lent au début, concentré sur des problem of the week à régler pour Saito, souvent quelque chose de centrer autour d’un problème d’une classe maternelle. Untel a volé un jeu, la kermesse doit être organisée, etc… Autour de ces problématiques l’histoire évolue entre les différents personnages de manière lente, mais prenante. J’ai vraiment apprécié les épisodes malgré une thématique (les enfants) qui ne me passionne vraiment pas.

Saito San de Masahiro Fukuma Family

Saito San est peut être l’héroïne du japon, mais c’est bien autour de Mano qu’est centrée la série, personnage dans lequel l’audience peut se projeter

Saito San est un Drama et vraiment, la façon dont les épisodes sont filmés et mis en scène le fait clairement ressentir. De nombreux moments sont très bien construits pour faire monter la détresse des situations et leur aspect dramatiques. Que ce soit via la musique très bien écrite et prenantes ou avec des montages de scènes exemplaires. La pression monte et on est pris au jeu.

Avec ces quelques épisodes, Saito San fini par nous convaincre de rester avec ces quelques enfants innocents dont est fait peu de cas. La série n’est pas sans défaut, et au final le personnage de Saito San représente tout de même un grand conformisme pour nous autres européens. Mais pas de quoi empêcher d’en profiter pour découvrir le Japon au travers d’une série très bien réalisée.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?