Prem Ratan Dhan Payo de Sooraj R. Barjatya

dabYo dans Critiques, Films le 29 février 2016, avec aucun commentaire
Critiques

S’il y a bien quelque chose de commun à la plupart des films de de Bollywood, c’est le what the fuck de ses scénarios qui partent bien souvent en live à coup de oh, that escalated quickly. Du coup, quand on se lance dans un nouveau on ne sait jamais trop sur quoi l’on va tomber, un peu comme une dragée de Bertie Crochue. Reste à savoir si c’est sur un succulent bonbon que nous sommes tombés avec Prem Ratan Dhan Payo de Sooraj R. Barjatya ou bien un goût ordure. Synopsis.

Prem Ratan Dhan Payo de Sooraj R. Barjatya

Yuvraj Vijay Singh est le prince de Pritampur et s’apprête à se voir couronner. Pour l’occasion, de grandes fêtes vont être organisées où tout le peuple sera nourri par son altesse pendant plusieurs jours. Manque de pot, moins d’une semaine avant le prince se voit kidnapper par son frère pour le ridiculiser et devenir calife à la place du calife ! Mais c’est sans compter que par un hasard total, le garde du corps de son altesse tombe sur un sosie qui pourra faire illusion en attendant que le vrai prince revienne montrer le bout de son nez !

On retrouve donc deux héros, le premier est le prince et le second est un homme du peuple qui se rendait aux cérémonies pour son propre objectif: apercevoir la princesse qui doit assister aux cérémonies. Il est en effet un fan absolu de la princesse et vu le synopsis, ça tombe bien n’est-ce-pas ? Car en effet, en plus de remplacer le prince lors des cérémonies, comme les deux altesses sont fiancées depuis peu, il va aussi devoir la « draguer » et conquérir son cœur ! Vous le sentez gros comme un camion d’Euro Truck Simulator ? Nous aussi.

Prem Ratan Dhan Payo de Sooraj R. Barjatya

En fait, dès le début du film on va démarrer un believe total où les évènements sont de plus en plus wtf et le réalisme de moins en moins présent. La première partie va s’axer autour des quiproquos et du jeu de la mise en personnage du héros du bas peuple. Car évidemment, pour que ce soit rigolo, il faut que le bonhomme ne se plie pas si facilement aux règles et en face trop, se rebelle, joue sur le protocole et mette les gens qui l’encadrent très mal à l’aise.

Prem Ratan Dhan Payo de Sooraj R. BarjatyaEt franchement, c’est lourdingue. En fait le, le believe total des films indiens on en a vraiment l’habitude ici, mais c’est généralement bien fait. Ici c’est juste trop gros, trop stéréotypé et sans aucun intérêt. L’acteur principal dans son rôle moralisateur, que ce soit vis à vis des gens du palais qui sont à cheval sur le protocole, du prince à qui il expliquera l’amour ou tout simplement de sa belle aimée, donne envie de lui envoyer des grosses patates dans la gueule. Cet aspect tête à claques n’est malheureusement pas sauvé par un scénario gros comme une maison.

Les films de Bollywood sont longs et divisés généralement en deux parties. Et si la première partie pouvait presque passer, l’escalade est totale sur la deuxième partie avec un scénario qui n’a plus aucun sens. Le film d’amour devient film d’action avec des combats loufoques et des effets spéciaux dignes de Plus belle la vie.

A côté de ça, les images sont belles et on y découvre de beaux paysages de l’Inde. Alors bon, forcément, c’est dans un contexte où le scénario est mauvais et les acteurs jouent les clichés au plus haut point. Mais voilà, ça rend bien. De même, les rares phases de danse sont plutôt bien conçues. Mais ça ne suffit clairement pas pour compenser l’inintérêt total de l’histoire.

Prem Ratan Dhan Payo de Sooraj R. Barjatya

Bref, les films indiens sont un monde bien particulier et certaines pépites valent clairement le coup. Et puis il y’en a d’autres comme Prem Ratan Dhan Payo de Sooraj R. Barjatya qui doivent juste être évités à moins de vouloir perdre trois longues heures de votre vie.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?