Bien avant qu’un certain James Cameron ne fasse un film du même nom, Avatar désignait une série animée américaine que l’on a pu découvrir sur TF1 à partir d’août 2005. C’est cette série, dont le titre complet est en fait Avatar: Le Dernier Maître de l’Air, qui vient tout juste d’être adaptée au cinéma par M. Night Shyamalan. Sans doute afin de ne pas porter à confusion, le film est simplement sorti sous le titre Le Dernier Maître de l’Air. Synopsis, voulez vous.

Le Dernier Maître de l’Air, Avatar Livre I, de Night Shyamalan

Quatre nations peuplent le monde : celle de l’air, de la terre, de l’eau et du feu. L’équilibre est sensé régner entre ces quatre pouvoirs mais ce n’est plus le cas depuis la disparition un siècle plutôt de la nouvelle réincarnation de l’Avatar, personnage capable de maîtriser les quatre éléments. En effet la nation du feu exerce depuis son emprise sur les deux autres nations restantes, celle de l’air ayant été annihilée pour détruire le nouvel Avatar. Un jeune garçon de 12 ans, Aang, est retrouvé avec son bison volant dans un immense iceberg du pôle Sud par deux adolescents : Katara et son frère Sokka. Il s’avère rapidement qu’étant le dernier maître de l’air, Aang est l’Avatar que cherche à détruire la nation du feu. Commence alors une quête pour les trois enfants qui permettra à Aang de maîtriser les quatre éléments et de rétablir l’équilibre.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, parlons brièvement de la série Avatar. Créée par les américains Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko, elle est souvent présentée à tort comme un dessin animé exclusivement américain rivalisant avec les animés japonais. Cependant, il faut tout de même rappeler que l’animation de cette série est prise en charge par un studio coréen. La série se présente en trois livres d’une vingtaine d’épisodes. Le film qui vient tout juste de sortir ne concerne que le premier livre de la série.

Côté scénario, rien de bien transcendant, on a des adolescents menant une quête de pouvoir dans un monde dominé par les principes du Ying et du Yang. Mais d’entrée je vous annonce la couleur : ce film (vu en 3D pour le coup) est la pire chose que j’ai eu l’occasion de voir au cinéma, et ce alors que je suis quand même allée voir les adaptations de Twilight et de Harry Potter ! J’ai failli sortir de la salle, ce qui ne m’avait encore jamais traversé l’esprit pendant une séance. Je me suis bien entendu poser la question habituelle, « aurais-je pu apprécier le film si je ne connaissais pas la série », mais à priori non.  Enfin comparons rapidement les deux formats.

Le Dernier Maître de l’Air, Avatar Livre I, de Night Shyamalan

L’univers présenté par la série est donc fondé sur les quatre éléments et repose sur des principes d’équilibre. Les références les plus évidentes sont chinoises mais d’une manière générale toutes asiatiques : écrits, architecture, philosophie, technique de combat et costumes. Chaque peuple possède ses caractéristiques, sa culture, sa mentalité. Ainsi, on se retrouve par exemple avec une nation du Feu dont le peuple est très discipliné, qui récompense le courage et la force, et que l’on voit surtout au travers de ses armées. Série pour enfant oblige, ce sont eux qui vont jouer le rôle des méchants. Face à eux, on retrouve trois autres peuples, tout aussi typés, et très connotés gentils.

Bien entendu, ce côté très typé des peuples est conservé dans sa version cinématographique. Cependant, là où le bât blesse, c’est qu’on peut tout de même se poser des questions sur d’éventuels sous entendus raciaux. Les méchants qui ne connaissent pas le mot diplomatie sont tous incarnés par des arabes, ou alors des hindous, tandis que, bizarrement, les gentils sont tous américains. On pourrait argumenter sur le fait que le peuple arabe vit dans des pays chauds, mais alors pourquoi les gentils qui dans la série ressembleraient plus à des esquimaux sont devenus blonds aux yeux bleus ? J’exagère à peine.

Le Dernier Maître de l’Air, Avatar Livre I, de Night ShyamalanNoah Ringer, est dans la série un jeune garçon de 12 ans qui passe son temps à rire, s’amuser et qui a fuit son rôle d’Avatar par peur des responsabilités, normal c’est un enfant. Ici il semblerait que l’acteur choisi pour le rôle ait un problème avec le fait de sourire. Il est juste chiant à mourir. La psychologie de son personnage est inexistante « quoi, j’ai fui il y a 100 ans les responsabilités dans un monde en paix mais maintenant je dois me battre car c’est la guerre ? … ok ». Katara, jouée par Nicola Peltz, maître de l’eau sans formation, est un personnage agaçant dans la série mais auquel on s’attache. L’actrice choisie me va, puisqu’ils sont tous devenus américains, mais alors le personnage… Fade au possible, elle n’a juste aucun trait intéressant ou un tant soit peu fouillé. Enfin Sokka joué par Jackson Rathbone est l’élément comique du groupe dans la série mais n’a ici juste aucun intérêt. Il fallait trois personnages donc il est là, mais sinon, ce serait pareil.

Alors que la série a pris soin de fouiller le caractère de chaque personnage, leur réservant parfois des épisodes et évitant les raccourcis faciles (non les méchants ne sont pas juste méchants pour le plaisir, ils ont une bonne raison de l’être), le film se contente de très peu… De plus, niveau jeu d’acteur, tout est mauvais. C’est dit je n’aurais plus besoin de le répéter. Des personnages importants sont passés à la trappe et d’autres ont juste un rôle figuratif, je pense notamment au singe Momo ou au bison volant Appa que l’on entraperçoit de temps en temps, histoire de dire qu’ils étaient bien présents.

Bon on va me répondre que c’est une adaptation librement inspirée et tout ça, m’enfin ça n’excuse pas tout le reste. L’histoire qui se tient parfaitement dans la série souffre dans le film de raccourcis multiples rendant les choses incohérentes. Cela se voudrait pourtant parfaitement enchaîné grâce à l’usage d’une voix off pour résumer les morceaux manquants. Sauf que ça ne prends pas, on a juste l’impression d’avoir des scènes qui s’enchaînent comme si on manquait la moitié des épisodes d’une série, et qu’on essayait de la reprendre en cours. Bon ok, ça marche pour les Feux de l’Amour mais c’est à peu près tout.

Le Dernier Maître de l’Air, Avatar Livre I, de Night Shyamalan

Reste l’intérêt visuel du grand écran. La série originale est jolie et l’animation de qualité, mais c’est vrai que certains effets spéciaux valent le coup du grand écran. Il est juste dommage que la 3D ne soit pas du tout mise en valeur.

Au final le film ne rend pas hommage à une série qui sous ses dehors enfantins est de grande qualité tant au niveau scénaristique que graphique. Je la conseille vivement même si le côté pour enfants, notamment sur les gags faciles, peut agacer. Le Maître de l’Air quant à lui, se destine à des petits qui n’iront pas chercher une logique profonde à l’histoire et regarderont surtout les images. Presqu’aucune violence dans les combats et des raccourcis improbables. Pour ma part une déception monumentale.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
10 Comments, donnez votre avis !
  • Bartimeus a écrit le 30 août 2010 à 17 h 45 min:

    Moi aussi j’ai beaucoup aimé la série animée Avatar, et c’est pour ça que j’avais envie de voir ce film, même si je m’attendais à être beaucoup déçu ! Vous me faites peur là ! :p
    En tout cas, un cousin à moi y est allé et il a adoré, comme quoi ce film, à la base fait pour les enfants, a réussi à les convaincre :p (il en faut pas beaucoup, c’est certain, mais bon :p)

    RépondreRépondre
  • slash a écrit le 30 août 2010 à 22 h 19 min:

    Peux-t’on le comparer, en niveau de nullité, à Dragon Ball Evolution, qui fut lui aussi affubler des mêmes tares ?

    RépondreRépondre
  • Aya a écrit le 30 août 2010 à 23 h 07 min:

    @ Bartimeus : je ne doute pas que certains aient pu apprécier le film, tous les goûts restent dans la nature mais pour y être allée accompagnée je dois avouer que les autres n’ont pas été plus convaincus que moi (certains même plus traumatisés en fait XD)

    @ Slash : je dois avouer que je n’ai pas eu l’audace-courage-inconscience totale d’essayer de le regarder (la bande annonce m’avait déjà trop piqué les yeux)

    RépondreRépondre
  • slash a écrit le 31 août 2010 à 0 h 10 min:

    @Aya : c’était de l’audace-inconscience trip entre potes pour le 1er Avril, j’essaie toujours de me dire que c’était pas prévu pour la date mais ça me parait impossible.

    RépondreRépondre
  • illman a écrit le 31 août 2010 à 7 h 49 min:

    Juste pour amener la lumière/vérité : C’est à cause de slash si on a été voir Dragon Ball Evolution (hahaha).

    Sinon ben ça donne pas envie d’aller au cinéma tout ça…

    RépondreRépondre
  • Gutyx a écrit le 31 août 2010 à 8 h 44 min:

    Déjà bienvenue à Aya parmis les gens de IID.
    J’ai vu la bande annonce d’Avatar il y a un bail maintenant, croyant à tort au même titre que Dragon Ball Evolution que c’était un fake, j’ai eu un sentiment que j’appelle « Ca va être à chier. »
    Le dessin animé j’avoue n’avoir pas tout vu encore, bien que suivi un minimum et avoir une critique qui va dans ce sens ne me donne qu’une envie, continuer comme prévu et me priver du grand plaisir que serait d’aller voir le film.

    @Bartimeus, il y en a bien qui ont aimé Prince Of Persia (film), ce genre de films ne fait en général vomir que les puristes de l’oeuvre originale.

    @dabYo/Seraf, je suis le vrai moi, c’est mon IP Strasbourg c’est tout.

    RépondreRépondre
  • Aya a écrit le 31 août 2010 à 8 h 56 min:

    @ Gutyx : merci bien ^^ mais je pense perdre le peu de crédibilité que j’ai encore en disant que j’ai apprécié Prince Of Persia film mais je m’en explique. Là où Le Dernier Maître de l’Air pêche par des incohérences et un manque flagrant de jeu d’acteur, P.of P. est à la hauteur de ce qu’il visait, un film divertissement grand public. Des effets spéciaux sympas, un acteur principal connu, des clins d’oeil au jeu, tout est assumé pour faire un block buster. Tu ne retrouves pas ça dans le Le Dernier Maître de l’Air ou alors des partis pris mais qui ne donnent pas un ensemble cohérent. C’est toujours pareil, une adaptation est très rarement réussie (je ne parle même pas d’être fidèle hein) mais certaines s’en sortent un peu mieux que d’autres quoi.

    RépondreRépondre
  • Farence a écrit le 31 août 2010 à 10 h 27 min:

    Bonjour tous :)
    En ce qui me concerne, j’ai un avis plus mitigé sur le film. Je ne trouve pas que c’est un film génial, mais je n’ai pas tellement apprécié la série non plus. J’ai trouvé, les décors vraiment bien et le rendu des pouvoirs franchement sympa. Le jeu d’acteur n’est effectivement pas terrible, mais tout le monde ne peut pas être Dakota Fanning, ce ne sont tous que des enfants après tout…
    Pour ce qui est des caractères moins excentriques des persos, je pense que c’est tout simplement pour rendre le film plus « tout public ». L’oncle machin (du feu) est par exemple bien mieux dans le film que dans la série (j’ai arrêté à la moitié de la saison 1). En revanche notre avatar est effectivement plus intéressant dans l’animé car plus insouciant etc… Sokka, de mon humble avis, ne sert à rien non plus dans la série…
    En bref, les fans ne pouvaient pas être satisfaits par cette adaptation selon moi. Tout comme POP que j’ai trouvé vraiment limite. Désolé, mais le Prince c’est le prince ;)
    Ceci dit (car je l’ai vu celui là aussi) Avatar, est loin d’être aussi mauvais que DBE puisque la trame principale est respectée et l’univers aussi.
    Après on aime ou pas…

    RépondreRépondre
  • fabY a écrit le 31 août 2010 à 12 h 16 min:

    Je regardais l’anime quand j’étais (plus) petit et j’aimais beaucoup ^^. Le dessin animé passait parfois à la télé le matin et il se distinguait bien des autres par son histoire (au moins c’est pas des gags/missions qui s’actualisent chaque jour …) et sa réalisation (pas du 3d caca c’est déjà ça). Mais le film sentait de toute façon mauvais, la majorité du temps on sait d’avance si un film est mauvais en regardant la bande d’annonce, non ?
    http://www.youtube.com/watch?v=h5QM_kbq8pU, ça fait un peu réalisation amateur pour le coup (au niveau des acteurs, des combats…).

    RépondreRépondre
  • Gutyx a écrit le 31 août 2010 à 13 h 17 min:

    @Aya, non tu perds rien, c’est ce que je disais, pour les puristes ou juste les gens qui ont connu le précédent c’est forcément difficile à apprécier. Si je devais critiquer le film PoP par rapport au premier jeu dont il ets tiré j’en aurai des reproches, mais simplement parce que j’ai joué et été fan du jeu étant gosse.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?