Ikebukuro West Gate Park de TBS

dabYo dans Films, Séries le 21 décembre 2015, avec 1 commentaire

Ikebukuro West Gate Park fait partie de cette liste de grands classiques des Drama Japonais que nous sommes actuellement entrain de regarder. Il s’agit de l’adaptation en série du roman du même nom écrit par Ira Ishida, il se déroule dans Ikebukuro, véritable ville dans la ville de Tokyo, quartier sulfureux où toutes les traditions japonaises viennent s’entrechoquer avec la modernité, le grand banditisme et la détresse des habitants. Diffusé en 2000, les onze épisodes ont un petit goût de daté bien charmant. Synopsis.

Ikebukuro West Gate Park

Makoto a 21 ans, pas de copine, pas de travail, pas d’études, bref, à part zoner dans le West Gate Park, Makoto ne fait pas grand chose de ses journées. Quand il a quelques yens de côté il va faire du bowling ou essaye de trouver des filles avec lesquelles trainer. Mais quand son pote devient le King des G-Boys, un groupe d’adolescents délinquants qui impose sa loi sur Ikebukuro, les embrouilles se mettent soudain à arriver par paquet de vingt. Entre meurtres, kidnapping, yakuza et policiers véreux, Makoto ne sait pas franchement où donner de la tête.

Ikebukuro West Gate ParkLes premières minutes d’Ikebukuro West Gate Park mettent tout de suite dans le ton, on est face à une série trash qui veut nous montrer la réalité des adolescents et/ou jeunes adultes japonais. Ceux qui vivent dans ce qu’on appellerait ici des cités, qui trainent sans but, n’ont pas de vrai lien avec le reste de la société. Bref des paumés qui sont à deux doigts de passer du mauvais côté, qui ont plus de respect pour leurs propres règles que pour celles d’une société dont les seules marques de présence sont celles de policiers incompétents dans le meilleur des cas, corrompus dans les autres.

On suit donc Makoto qui est joué ici par Tomoya Nagase, un acteur dont on avait déjà vanté les mérites dans My Boss, My Hero. Il tient ici une fois de plus le grand rôle, portant une bonne partie de la série sur ses épaules. Charismatique, il est le seul « non aligné » d’Ikebukuro, entre les flics, les membres des gangs de gamins et les yakuzas qui essayent d’étendre leur influence sur la ville. Du coup, ils font tous appel à lui pour les aider dans des affaires qui mêlent souvent tous les acteurs pré-cités.

Ikebukuro West Gate Park

Dans Ikebukuro West Gate Park la loi a rarement le dernier mot, la morale non plus, et c’est souvent la jungle. Les personnages sont crus dans tous les sens du terme, au niveau des dialogues, des thématiques, de leurs actes, rien n’est censuré et c’est souvent très explicite. Trash à souhait, même la mère de Makoto, super personnage par ailleurs, a une morale qu’on pourrait qualifier de minimaliste. Pour le coup, elle participe à un système pyramidale à la limite de la légalité et n’hésiteras pas à recruter de nouveaux membres.

Ikebukuro West Gate ParkDu coup, la série est vraiment violente et n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il y a des moments crus où la violence physique est très forte et vraiment dérangeante. On peut difficilement regarder les choses et ne pas se sentir mal en voyant le manque de justice dans lequel évoluent les habitants d’Ikebukuro. Cette sensation est-elle vraie ? Peut être bien. Il y a maintenant un mois nous étions pendant une semaine dans cette ville en tant que touristes, nous n’y avons certes pas vue cette violence et ces gangs, mais la prostitution et les clubs vraiment bizarres y étaient légion…

Le rythme de la série est assez inégal, certaines fois on aura vraiment du mal à comprendre où le tout nous mène. Il n’y a pas de réelle intrigue sur l’ensemble des épisodes au début, même si certains éléments vont revenir peu à peu. La guerre des gangs prend en effet de plus en plus d’importance et les derniers épisodes se concentrent sur cela. Le reste du temps, ce sont des épisodes relativement indépendants où Makoto va aider une connaissance ou quelqu’un qui est dans une mauvaise passe. C’est sympa, mais c’est principalement l’ambiance de la série et la découverte du Japon mal famé qui va motiver le visionnage. Car à ce niveau là, on est plutôt servi. Ikebukuro West Gate Park nous plonge vraiment dans ce quartier et fait découvrir les mœurs des jeunes japonais comme on peut difficilement les percevoir en tant que touristes.

Ikebukuro West Gate Park

Au final Ikebukuro West Gate Park est une série coup de poing qui est vraiment dépaysante. Non sans faire penser à un The Wire, cette plongée dans le monde urbain et injuste de la ville dans la ville est vraiment prenante. Des personnages attachants qui font que les onze épisodes passent tout de même très rapidement malgré son rythme assez bizarre et lent.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • illman a écrit le 21 décembre 2015 à 9 h 49 min:

    Je l’ai vu il y’a quelques années et le souvenir que j’en garde est celui d’un très bon drama, à l’aise dans mon top 3.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?