Generation Kill est une mini série de HBO en 7 épisodes de 2008 basée sur le roman de Ewan Wright. Les gentils ricains sont de sortie pour protéger le monde, leur nouvelle cible ? L’Irak. On va donc suivre les premiers jours de l’invasion avec le First Recon Platoon, les gars les plus couillus de l’armée étasuniennes si tu les écoute divaguer. En plus de cela, ils font partie des premiers marines à être entrés sur le sol irakien de la guerre du golf de Bush junior.

Generation Kill

La série commence avant l’invasion dans un camp au Koweit où l’on va poser tout les personnages les plus importants de la série. On retrouve la plupart des archétypes de psychopathes qu’on s’attendait à rencontrer. Ça va du Marine dont c’est la première vraie mission et qui ne penses qu’à ajouter des bad guys à son tableau de chasse au lieutenant au grand sang-froid en passant par les officiers incompétents. A tout ce beau monde vient se greffer le scribe, un journaliste de Rolling Stones, qui n’est autre qu’Ewan Wright. C’est apparemment le héros dans le bouquin mais j’ai trouvé sa présence quasi anecdotique dans la série.

Les bidasses en folie vont se retrouver confrontés à tous les aléas d’une guerre déclenchée à l’arrache, par exemple, un seul traducteur pour le bataillon, un manque flagrant de ravitaillement ou encore un équipement totalement inadapté. Les tenues de camouflage type forêt dans le désert, ça craint un max, on se croirait presque au sein d’un bataillon français. La quête de gloire des officiers va mener notre bataillon dans des situations totalement irréalistes dans une guerre moderne. Réussir à se paumer avec toutes leurs cartes et leurs GPS ou demander des tirs d’artillerie quasiment sur leurs têtes est uniquement faisable grâce à leurs fabuleux officiers pistonnés qui ne connaissent rien à leur boulot. Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler.

Alexander Skarsgard dans Generation Kill

Pour en revenir aux acteurs et personnages, hormis quelques uns aux caractéristiques physiques et à la voix clairement identifiables, j’avoue avoir eu assez de mal à les reconnaître vu qu’ils se trimballent en tenue de combat complètes avec casque. On s’y perd vu le nombre assez important de personnages dans le bataillon et je me suis servi de Wikipedia pour m’y retrouver pour faire la critique. A noter quand même des acteurs connus au casting comme Lee Tergesen (Oz) et Alexander Skarsgård (True Blood, meuh celui là c’est Serafina qui m’a forcé à le mettre). Des marines interprètent aussi leur propre rôle.

La série a été tournée dans le sud de l’Afrique et on s’y tromperait avec l’Irak. Après, niveau architecture irakienne, je m’y connais pas trop mais en tout cas ça colle à l’idée que je m’en faisais. La mise en scène se veut inspirée du style documentaire mais je ne trouve pas que l’objectif est rempli de ce coté là. C’est surtout dû au fait que la caméra est assez dynamique, les scènes d’action sont assez intenses même si elles ne sont pas trop nombreuses, ce qui peut paraître étonnant dans une série sur la guerre.

Generation Kill

Maintenant, le choc, il n’y a pas de musique. Au moins comme ça, elle n’est pas mise n’importe quand. Elle ne manque pas tant que ça d’ailleurs, les soldats se chargent de chanter (faux la plupart du temps) pour égayer leur séjour sur le front. Il s’agit de titres de 2003 et plutôt populaires, ne vous attendez même pas à les reconnaître si vous étiez pas dans la vibe à l’époque. Je n’ai pas grand chose à dire à propos des bruitages, parce que bon j’ai jamais entendu un M16 tirer pour de vrai, et vous ?

Je ne l’ai pas trop laissé transparaître dans mon texte mais j’ai regardé les épisodes à partir des DVDs from the UK. So, c’est tout dans la langue de Shakespeare, audio et sous-titres. Bon, je dirai plutôt dans un dérivé de la langue de Sharkespeare, car il faut avouer que ça n’y ressemble plus trop. Malgré le fait que la série soit passée sur la télé d’orange, il n’y a pas de coffret DVD français, donc les anglophobes sont mal sur ce coup là. Ça dénote encore une fois d’un manque d’intérêt des éditeurs mais en même temps si ça peut nous éviter des adaptations catastrophiques (cf les DVD français du Doctor Who)… Mais je m’égare. Il y a un gros paquet de jargon militaire dans la série et la plupart est expliqué dans le livret du coffret et c’est pas plus mal. Le livret est très agréable à regarder. En ce qui concerne les DVD en eux même les menus sont plutôt tristounets et un effort aurait pu être fait.

Generation Kill Platoon

J’ai beaucoup apprécié de regarder cette série. La série ne suit pas trop le schéma, Bang, bang, on va buter des méchants et on est les gentils et ne délivre pas un message si pro-américain et pro-militaire. C’est allé à l’encontre de ce à quoi je m’attendais et j’ai été agréablement surpris. J’ai enchainé les épisodes en deux soirées (alors que j’avais autre chose à faire). C’est donc une série que je conseille à condition que vous ne soyez pas anglophobes.

Note de dabYo: Vu que nous avons vu la série suite aux conseils d’illman, il faut quand même que je rajoute un petit quelque chose. La série, bien qu’américaine, est plutôt anti que pro. Elle fait surtout réfléchir à de nombreux moments, que ce soit en voyant ces marines balancés sans scrupule sous le feu ennemi pour une petite promotion, ou tout simplement la démesure de la guerre. Car notre bataillon ne va finalement avoir qu’un ou deux escarmouches dans toute sa progression sur le sol irakien, et la plupart du temps contre des soldats qui n’ont aucun armement. On est très proche de la série engagée contre la politique Bush, sans pour autant que cela devienne de la propagande. A de nombreuses reprises, le journaliste demande d’ailleurs ironiquement où sont les armes bactériologiques…


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 commentaires, donnez votre avis !
  • Seraf' a écrit le 21 décembre 2009 à 22 h 56 min:

    Bon, bah moi aussi j’ai beaucoup aimé. L’ambiance, un peu glauque est excellente. Bon j’avoue que a la base je n’ai regardé que parce qu’il y avait Sasgard dedans , j’ai honte, mais en faite c’est une tres bonne surprise.
    Les personnages sont bien foutus, c’est realiste, niveau ambiance c’est super bien retranscrit. Je trouve presque dommage que cela soit si court parce que j’aurais bien aimé suivre cette équipe sur d’autres opé

    RépondreRépondre
  • Mandrag' a écrit le 22 décembre 2009 à 12 h 16 min:

    perso, j’ai trouvé tout ca un peu bordélique
    Mais le coté anti-américain est original et c’est ça qui m’a fait regarder la série.
    Je vais pas dire que j’ai vraiment adorée, mais je l’ai plus au moins suivie et apprécié

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?