Capitaine Alatriste de Agustín Díaz Yanes

Serafina dans Critiques, Films le 8 février 2009, avec 3 commentaires
Critiques

Capitaine Alatriste est un film espagnol de 2006. Il est sorti en France au cinéma durant l’été 2008, de manière tout a fait confidentielle et dans un nombre de salles très réduit. C’est du coup seulement en Fevrier 2009 que le film se révèle au grand public à l’occasion de sa sortie en DVD. Je n’avais absolument aucune idée de quoi parlait le film. A vrai dire, la seule chose qui m’a decidée à le voir fut le nom de l’acteur principal : Viggo Mortensen. Ce nom ne vous est pas inconnu je suppose, probablement plus pour sa prestation d’Aragorn que pour son rôle dans Appaloosa. Mais voila, Viggo Mortensen est un de mes acteurs favoris alors forcément…

capitaine alatriste

Ca fait un peu "retour du roi" là quand même...

Capitaine Alatriste est en faite l’adaptation d’une serie de romans de Arturo Pérez-Reverte, très populaire en Espagne. Ces romans nous content l’histoire de Alatriste, un soldat de sa majesté Phillipe IV d’Espagne. De guerres en missions d’assassinat pas très glorieuses, nous suivons ce « D’artagnan » espagnol et son fils adoptif Inigo dans le cadre d’un pays en décadence. Il s’agit en effet de l’Espagne sous le règne d’un monarque faible, corruptible. C’est l’avant dernier des rois de la maison d’Autriche en Espagne et cette atmosphere de décadence, de « tout fout le camp », est très bien rendue au fil du film. On voit peu à peu le pays sombrer.

Dès les premières scènes nous pouvons être sûr d’une chose: nous ne sommes pas dans une production américaine. C’est dingue comme cela saute un minimum aux yeux. Pas de mouvements exotiques de caméra lors des batailles, pas ce petit truc dans la manière de filmer. Je ne saurais pas l’expliquer. Peut être que je le remarque encore une fois car je suis plus portée sur le graphisme que d’autres, mais en tout cas c’est visible. Et ce n’est pas un mal loin de là.

A vrai dire, la manière de filmer, et la cadence du film (souvent très lent, voir contemplatif entre deux scènes de combats plus effrénées) n’est pas sans rappeler le Western. Alors certes, nous ne sommes pas dans l’ouest américain et le film se passe quelques centaines d’années trop tôt. Mais pourtant, il est impossible pour un amateur de Western de ne pas sentir la petite touche Spaghetti.

capitaine alatriste

Si Cervantes de Soul Calibur devait être incarné, Alatriste serait parfait.

Car en effet, Alatriste n’a ni la droiture ni le sens de l’honneur de D’Artagnan. Pauvre comme pas deux, à la moralité achetable, volontier désabusé. Exactement le genre de héros que le Western affectionne. De plus, ce rôle est parfait pour Viggo Mortensen qui semble taillé pour. Le mercenaire un peu pouilleux, taciturne, vieillissant, qui en a trop vu, il le joue à merveille. Il n’est pas spécialement beau, non, mais il a ce petit quelque chose qui lui donne un charisme certain dans ce genre de personnages. Il transpire la classe sous ses habits dépenaillés et ses cheveux sales, et on s’attendrait presque à l’entendre sortir un « voyageons leger » en attachant son épée. Dans tous les cas, il porte le film sur ces épaules et l’empêche de sombrer.

Car en effet malgré sa plastique indéniable, ses costumes excellents, son ambiance extrémement bien retranscrite et un jeu d’acteur fort bon, le film pâtit d’un très gros défaut. Il emprunte un peu à chacun des cinq livres d’Alatriste, et en 2h30, il n’y a pas le temps pour expliquer toutes les intrigues: on saute du coq à l’âne. Des personnages arrivent, trop en trop peu de temps, on ne comprend pas toujours ce qu’il se passe ni qu’est ce qu’on fout là en pleine bataille, et contre qui ? Il aurait probablement été préférable de faire plusieurs films que de tout condenser de cette manière. Ou alors de ne cibler qu’une seul livre… Parce que forcément on n’a pas le temps de tout comprendre, ni même de réaliser qui se bat contre qui. Il en suit donc une narration totalement hachée, voir inexistante.

capitaine alatriste

C’est dommage, car avec peut être moins d’intrigues et en se concentrant sur un peu moins de livres, le film aurait pu se révéler excellent. Ce n’est pas mauvais non, les acteurs et la plastique sont agréables et au final, bien que très long, on ne s’ennuie pas.  Mais le film manque de clarté pour être bon. Enfin, Viggo Mortensen suffit à lui seul comme raison pour voir le film. Il semble quand même important de noter, que depuis Aragorn, il enchaîne les Westerns, Appaloosa le Western spaghetti, Hidalgo le Western couscous, et puis Capitaine Alatriste. Serait-il l’espoir d’un genre moribond ?

Sachez enfin que les cind romans du Capitaine Alatriste sont édités en France par Points en version poche. Et personnellement ils me tentent assez.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 Comments, donnez votre avis !
  • Fauve a écrit le 4 avril 2010 à 12 h 28 min:

    Sa me rassure quand tu dis le gros défaut du film passer du coq à l’âne car le coup il se bat avec qui ? Purée la dernière bataille, on sait pas avec qui ? A un moment, je me dis c’est pas possible les soldats français n’étaient pas habiller comme ceci…
    Bref, je vais me rapatrier aussi sur les livres !
    Le western couscous ? Je connaissais pas le terme !
    Par contre, je reconnais quand c’est un film allemand et français… Le reste entre ricains et autres j’arrive pas encore a faire la différence vu que la « pellicule » est souvent la même…

    RépondreRépondre
  • Isa-sama a écrit le 21 avril 2010 à 9 h 53 min:

    Pour avoir lu les livres, je ne peux que vous conseiller de les lire.
    Personnellement je les trouve excellents.
    Le style est très travaillé, les références historiques et littéraires sont nombreuses et grâce à une écriture à la première personne (point de vue d’Inigo) on rentre aisément dans l’histoire.
    Bonne lecture à tous ceux qui veulent se lancer, moi je vais essayer de voir le film ^^

    RépondreRépondre
  • Moot a écrit le 25 octobre 2011 à 20 h 17 min:

    Ne pas oublier non plus que(Viggo Mortensen)c’est aussi devenu l’acteur fétiche de Cronenberg : A History of Violence, Les Promesses de l’ombre, A Dangerous Method,…

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?