Musique
130313233 324 articles

Dernièrement dans la section Musique d'if is Dead:

Nous voici parti pour le premier des trois articles de compte rendu de ce Hellfest 2009. Il se déroulait du 19, au 21 Juin à Clisson (Loire Atlantique). C’est à 4h de route de chez nous, mais pour un tel événement, on est prêt à faire des sacrifices, y compris celui du confort.

Toilettes au Hellfest

Parce que le Hellfest c’est 4 jours dans la crasse, à manger des barres de céréales ou un demi-kebab entouré par des cadavres de bières. Mais bon, vu l’affiche, on ne va pas faire la fine bouche. Ceci dit, un report du Hellfest, ce n’est pas que sur la musique, mais aussi sur l’organisation. Nous y avions été pour la dernière fois en 2007, où l’organisation n’était réellement pas jouasse (imaginez, une seule cabine de toilettes pour 30 000 personnes ! ) et où le mauvais temps avait transformé le festival en bain de boue. Ici le seul mot qui me vient à la bouche pour parler de l’organisation 2009 c’est « top ».

Très bien renseigné, par un personnel aimable (sauf peut être les fouilleurs, mais bon), le festival a aussi mis en place de nombreuses toilettes, un point d’eau en libre accès, et un feu pour les nuits froides. Vraiment, là dessus, rien à redire. Alors oui au bout de trois jours, les chiottes c’était zone rouge pour l’odorat, mais ça ils n’y peuvent rien.

dabYo me dit que le problème des live report, c’est que personne ne les lit si ils n’y ont pas été. Alors, on va essayer de rendre ça intéressant même pour ceux qui n’ont pas été au Hellfest. Des liens pour découvrir le groupe quand c’est possible déjà. Quelques photos voir vidéos ? Merci Youtube, nous n’avons pas fait de vidéo, notre appareil photo n’ayant pas de mode vidéo.

Le vendredi matin nous réveille avec la pluie, qui heureusement se calme très vite. Cette journée est la journée Hard Rock du fest, Mötley Crüe oblige. On vous invite d’ailleurs à lire notre live report de Mötley Crüe au Hellfest 2009. Voici la liste des groupes que nous avons vu:

Squealer
Melechesh
Girlschool
God Forbid
Backyard Babies
EyeHateGod
Nashville Pussy
Samael
Papa Roach
Entombed
Anthrax
Heaven And Hell
Saint Vitus
Mötley Crüe

(suite…)


Parce que ces headliners du premier jours méritaient bien leur article à part. Mötley Crüe est donc présenté comme l’événement de ce vendredi soir, premier jour du Hellfest 2009. Une journée plutôt typée Hard Rock et un Main Stage renommé en Crüe Fest Stage. Il faut dire que cela faisait 20 ans que la troupe bariolée (un peu étrange comme nom de groupe hein ?) n’était pas venue jouer en France. Entre les passages à vide, et les problèmes de santé de leur guitariste, leur venue en France est pour bien des fans un événement à ne pas manquer. Et comme nous vous l’avions annoncé dans notre présentation du clip de Staints of Los Angeles, nous ne l’avons pas manqué !

Mötley Crüe au Hellfest 2009

Mötley Crüe, vous connaissez sans doute. C’est une machine à tube datant des années 80 (ce qui veut dire aussi montagne de cheveux crépus), et vous ne pouvez pas ne pas connaître Dr Feelgood ou encore She’s got the look. En plus, les américains ont sorti un CD l’an passé nommé Saint of Los Angeles, qui est juste excellent. Bref, Mötley Crüe est un des groupes que nous attendions le plus en ce vendredi. Et nous aurons tenu dans le froid jusqu’à une heure du mat’ pour les voir.

Tombé du rideau, le concert commence. La première chose qu’on remarque est bien évidemment la voix du chanteur. En CD on ne s’en rend pas réellement compte, mais en live sa voix est ultra aiguë. Certains reports la taxent de bourrée à l’hélium. Apparemment c’est quand même sa vraie voix, qui est à la fois très haute mais surtout très puissante. Je sais que cette voix a divisé les fans, il faut dire qu’elle est très différente de celle sur CD. Mais vous me connaissez je n’aime rien tant que les voix aiguës pour les gars, donc j’étais aux anges… Chant juste, musique tout aussi juste. Peut être pas énormément de mise en scène comparé aux deux autres headliners (Manson et Manowar, mais ça c’est pour les prochains articles), mais ils sont là, ils sont énergiques et leurs morceaux, même après 20 ans sont toujours aussi excellents.

Mötley Crüe au Hellfest 2009Le groupe est dynamique, leur chanteur court partout (avec des déhanchés douteux) le batteur est pour une fois relativement bien en avant. Même lui a droit à son heure de gloire comme nous le verrons après.

Malheureusement, le groupe sert un set très haché. Des pauses de 5 minutes entre chaque morceau, soit un solo, soit une fin de tune à rallonge, soit le batteur qui vient faire un tour dans le public. Bon, en soit c’est cool, surtout que les batteurs sont généralement en retrait, le voir sur le devant de la scène c’est pas un mal. En plus c’est Tommy Lee quoi, c’est pas un Marilyn Manson, mais c’est pas n’importe qui quand même. Le public répond bien, mais ça empêche d’être totalement « dans » le concert. C’est peut être ceci dit pour permettre a leur guitariste de se reposer: on sait qu’il a du mal a se tenir debout de manière prolongée à cause de sa maladie. Ou pour permettre au chanteur de reprendre une dose d’helium qui sait ?

On notera aussi que contrairement à tous les autres groupes du festoch sur les Main Stage, le concert n’était pas retransmis sur le grand écran. Celui ci diffusait des courts-métrages adaptés à chacun des morceaux. Donc la plupart étaient engagés politiquement. J’avoue que c’était une facette du groupe que je ne connaissait pas. J’étais à mille lieu de m’attendre à un clip anti-Bush sur du Mötley Crüe. Ceci dit, ce n’est pas forcement un mauvais point, loin de là, car cela donne une autre dimension au groupe. Bon, on notera quand même quelques passages assez trash, notamment sur Girls, Girls, Girls. Mais bon. Je suppose que c’est un peu dommage pour ceux qui étaient dans le fond (nous on était devant bien entendu !).

Malgré les pauses, c’est quand même totalement jouissif d’entendre et de chanter sur des titres comme Saints of Los Angeles (qui OUI a été joué et OUI est juste ab-so-lu-ment génial). C’est le genre de concert dont on ressort le sourire aux lèvres, tellement les morceaux sont géniaux. On ne pourras bien entendu pas oublier de citer un morceau comme Motherfucker Of The Year qui prend tout son sens en live.

Mötley Crüe au Hellfest 2009Au final, pour moi l’un des meilleurs concerts de tout le Fest. Ex-aequo avec Epica c’est pour dire. Maintenant je n’ai plus qu’à acheter leur best-of et chanter (faux) sur Dr Feelgood.

La Set-list effectivement jouée :

Kickstart My Heart
Wild Side
Saints Of Los Angeles
Solo Mick (Voodoo Chile)
Live Wire
Tommy Talk
Motherfucker Of The Year
S.O.S.
Primal Scream
Looks That Kill
Girls, Girls, Girls
Dr. Feelgood.
Home Sweet Home

France 3 a fait un reportage d’une dizaine de minutes sur le concert, allez y jeter un oeil : Mötley Crüe au Hellfest sur France 3.

Et on vous quitte avec quelques vidéos sympathiques du show sur Youtube ! (suite…)


Photos du Hellfest 2009

Serafina dans Actualité, Concert, Musique le 23 juin 2009, avec 1 commentaire

Eh bien voilà, après divers tris, iiD peut d’ores et déja vous présenter ses photos du Hellfest 2009. Les live reports devraient arriver dans les jours prochains (un report par jour à peu près). Les photos sont hébergées chez Picasa.

Et bien sur, une selection de liens si vous en voulez encore plus:

Soul Kitchen

Flickr de Steve Grosbois

Emeute Visuelle

Metalorgie – Vendredi

Metalorgie – Samedi

Metalorgie – Dimanche


Bienvenue pour cette derniere édition MdM spécial Hellfest 2009. Ce dimanche s’annonce pour nous chragé, Pain of Salvation, Epica, Dragonforce, et enfin Manowar. Oui, Manowar. Pas la peine de rigoler, je sais déja ce que vous allez dire. Manowar est un groupe de Power Métal américain. Et par Power Métal, j’entend le premier sens, celui qui parle de batailles épiques, chanté par des mecs bodybuildés en cuir. Oui oui, on a tous nos tares. Probablement un des groupes les plus ridicules que j’aime.

Leur dernier album God of War date de 2007, le truc c’est que je n’ai pas pu en trouver de clips. Alors il faudra vous contenter de l’hilarant clip de Warriors of the World United (oui , oui …). Où on en viens à se demander si c’est une parodie ou pas.

Ce n’est pas spécialement la chanson que j’aurais choisie pour vous faire aimer Manowar (Wheels on Fire, ou Thor the Powerhead auraient été plus appropriées) mais il fallait bien finir cette série spéciale dans la bonne humeur, alors en exclusivité, une superbe parodie qui nous a fait pleurer de rire. A regarder après avoir vu l’original, bien entendu.


A vos souhaits. Nous voici repartis pour le deuxième article spécial Hellfest 2009 ! En cette soirée de samedi, nous allons assister au concert de Marilyn Manson. Sa venue n’a bien sur pas été annoncée sans faire des remous auprès des métalleux. Il faut dire que la plupart des true ont une certaine rancoeur envers Manson, qui est trop souvent donné comme exemple caricatural de ce qu’est le Métal. Alors bon, oui Manson fait peut être de la soupe et du pop-rock, mais il n’empêche que nous sommes relativement curieux de voir ce qu’il vaut en live. Nous estimons que c’est à voir, malgré le fait que nous ne soyons pas réellement fans.

Evidemment, il est là pour promouvoir son dernier album The High End of Low, porté par le single absolument inretenable Arma God Damn Mother Fucking Geddon communément appelé chez nous à vos souhaits. Peut être visuellement moins travaillé que ses clips de l’époque Mobscene, le clip reste tout à fait honorable. Quand au morceau, eh bien c’est du Manson quoi.. Reconnaissable entre mille, pas forcément original, un petit gout de Disposable Teens qui n’est pas déplaisant.

Et vous, vous en pensez quoi ?


A l’heure où cet article sera publié, nous serons probablement en train de joyeusement patauger au Hellfest édition 2009. Le plus grand festival de métal de France se tient en effet à Clisson et pendant trois jours, c’est le gros rassemblement des amateurs. Puisque nous sommes loin de toute connexion internet, enfin théoriquement, durant ces trois jours, un article sera posté de maniere automatisée, vous faisant découvrir (ou redécouvrir) un des groupes que nous verrons durant la journée.

Pour ce Vendredi, le groupe phare de la journée n’est autre que Mötley Crüe. Les américains, après 8 années de silence, ont sorti en 2008 l’album Saints of Los Angeles. Album qui contient le single éponyme The Saints of Los Angeles. Servi par un clip en noir et blanc, relativement rock n’ roll (comprendre, boissons, filles en bikini cuir, et public enthousiaste), le morceau est ultra entrainant, fait pour être repris en coeur par la foule (ou être chanté à Rock Band, au choix).

Je vous laisse admirer :

A noter les apparitions en guest-star à la fin de Jacoby Shaddix des Papa Roach, Josh Todd des Buckberry, Chris Borwn des Trapt et James Michael des Sixx: A.M.


The Classical Conspiracy par Epica

Serafina dans Critiques, Musique le 31 mai 2009, avec 11 commentaires
Critiques

Epica est un groupe de Métal Symphonique fondé en 2002 par Mark Jansen (ex After Forever). Depuis le groupe a pu s’imposer et est reconnu comme l’un des meilleurs de la scène Sympho, scène qui a tendance à tourner en rond depuis quelques années. En trois albums ils ont réussi à se renouveler tout en gardant un son « Epica », reconnaissable et efficace. Mais il leur manquait un live. Et en plus, vu que nous parlons d’un groupe de Métal Symphonique, quoi de mieux qu’un live avec un orchestre. Oui c’est la mode dans le genre, et il faut dire qu’il s’y prête bien. Epica en version studio incluant déjà des chœurs et des violons, l’orchestre était l’évolution logique. Miskolc leur en a donné l’occasion.

The classical conspiracy

Miskolc c’est une petite ville en Hongrie qui chaque année organise un concert de métal classique, enfin, plutôt un Opera Festival. En 2007 ils ont accueillis Therion (qui sort l’album la semaine prochaine) et en 2008 Epica. Alors il faut tout de même préciser que c’est une occasion relativement spéciale. Comme son nom l’indique, le public est en grande partie la pour de l’opéra et non pour du métal. Pour cette raison, pour ne pas trop effrayer le public, le groupe a été restreint au minimum syndical de grunts.

Donc sous cette très jolie pochette se trouvent deux CD. La partie Classical et la partie Conspiracy si on veut (sauf que 4 morceaux de la Conspiracy sont sur le premier CD, pour des raisons matérielles je suppose). Epica a donc repris 13 morceaux « classiques », en tout cas, tout sauf Métal. Vous n’en aurez que 12 sur le CD pour la bonne raison que le groupe n’a pas eu les autorisations pour diffuser leur reprise de O fortuna. On se rabattra sur les bootlegs. Vous retrouverez donc du Verdi, du Dvorak, du Vivaldi, etc. Bon on trouve aussi Pirates de Caraïbes et Star Wars, allez comprendre.

En soit, reprendre des classiques, pourquoi pas après tout. Sauf qu’au final, Epica n’y apporte pas grand chose. On entend certes la batterie qui est la seule à se détacher, mais à part ça, ces morceaux sont déjà connus et ne sont pas réellement personnalisés. Ce qui me fait m’interroger sur l’utilité de cette partie. A moins que vous ne connaissiez pas du tout le classique, il y a peu de chances que vous l’écoutiez souvent. Simone Simons ne chante que sur quelques titres, et si c’est l’occasion de prouver (si besoin était) qu’elle a une sacré voix, elle est quand même très loin d’une chanteuse lyrique « professionnelle ».

Au final il n’y a pas grand chose à dire de cette partie, qui ne me marquera probablement pas. Des groupes de métal qui reprennent des classiques, ce n’est pas spécialement original mais surtout certains groupes ont pu placer la barre très haut. On pense à Apocalyptica ou Therion, pour ne citer qu’eux. Malheureusement pour Epica, je trouve leurs personnalisations assez ‘fades’. Passons donc à la partie qui nous intéresse le plus je suppose.

Simone Simmons - The Classical Conspiracy

La partie Epica contient donc 16 chansons provenant de leurs trois albums. A cause de la particularité du festival, certaines chansons ont été occultées (The Obsessive Devotion) pour grunts trop présents, d’autres ont été modifiées telle Living a Lie totalement chantée par Simone. Bon que dire. Je ne sais pas trop par où commencer. Si vous me connaissez vous savez a quel point j’aime Epica. Et bien quand vous aimez un groupe, quand c’est votre groupe n° 2 sur votre top-liste, si il y a bien un exercice difficile, c’est d’écrire une critique négative.

Car oui, si la première partie ne m’a pas gênée, je ne l’ai pas spécialement aimée non plus. Ça va, mais sans plus. Le problème c’est la deuxième partie. Les compositions sont jouées de manière très propres, comme sur CD. Trop propres justement. Mince ils ont 20 choristes et 40 musicos derrière et il n’y a quasiment aucun réarrangement. C’est un peu dommage, car du coup, je ne comprend pas trop l’intérêt de faire un live avec 60 personnes si c’est pour que l’orchestre s’entende à peine… Les chœurs sont très discrets, il n’y a aucune intégration réelle de l’orchestre. Ils jouent comme si ils étaient avec leur orchestre de session (soit quoi 6 personnes….). Là où Within Temptation avec Black Symphoniy avait réussi à transcender des morceaux très très moyens par une orchestration niquel et des arrangements ultra efficaces, Epica malgré un meilleur matériel de base ne réussit pas à exploiter toute la puissance de l’orchestre.

Prenons Safeguard to paradise, une très jolie ballade sur leur album, seulement jouée au piano. On aurait pu penser à un renfort de violons et autres trucs bien larmoyants pour appuyer la puissance des paroles de cette chanson (qui est probablement l’une des plus tristes d’Epica). Bah non. On garde le piano tout seul. Ca fait un peu cheap. Bon certaines chansons rendent très bien, mais elles manquent de puissances et quand on voit ce qu’a pu donner Within Temptation à coté, on se dit que Epica a bien du chemin à faire.
Est-ce une question de post-production ? Je ne sais pas.

Simone Simmons - Classical conspiracy

Et je ne parlerais pas du chant. Simone a progressé oui. Qu’elle chante différemment les morceaux du premier album qui a près de 6 ans maintenant, je le conçois tout à fait. Elle était très jeune et peu expérimentée à l’époque. Qu’elle ne soit pas capable de chanter correctement Chasing the Dragon, je ne le conçois pas. Entre les souffles qui lâchent, les notes à la mauvaise hauteur, Chasing the Dragon et d’autres « ballades » sont joyeusement massacrées comparées à la version studio et perdent toute leur intensité.

On évitera de mentionner les lignes de chant pas du tout maitrisées sur les morceaux adaptés genre Living a Lie, à la limite, ils peuvent s’expliquer par le manque de temps. Par contre les tics de voix , les notes non tenues sur des morceaux fréquemment joués… J’ai du mal. Sans parler que certaines parties ont, parait-il, dûes être retapées en studio. Pour quelles raisons ? Ce n’est pas officiel, mais suffisamment de bootlegs circulent sur la toile pour que vous vous en fassiez une idée

Au final… Je suis assez amèrement déçue. J’en attendais plus d’Epica. L’orchestre n’est pas exploité à son maximum, le chant alterne entre très bon et très mauvais, les compos sont « propres » mais cela s’arrête là. On peut d’ailleurs regretter l’absence de DVD, mais bon, 15 euros pour deux CD et un digipack très joli, ça va. Bref, ca m’apprendra. Le CD-DVD de Therion à Miskolc sort dans moins d’une semaine. Espérons que Therion soit lui à la hauteur de mes espérances.

Enfin, l’album n’est pas sur Deezer, donc pour vous faire une idée je ne peux que vous proposer leur myspace.


Y a des jours comme ça où on tombe sur des perles sans vraiment le savoir. Ca fait un moment qu’on avait remarqué que l’introduction de Knights of Cydonia du groupe anglais Muse nous faisait étrangement penser aux Westerns, notamment Le Bon, la Brute et le Truand à cause de sa B.O. Sauf qu’on n’avait jamais poussé le vice jusqu’à aller voir le clip, se contentant de la jouer tranquillement dans le mode coop de Guitar Hero 3. Mais voilà, on aurait mieux faut de le voir. Et vous aussi du coup.

Des clips aussi géniaux que celui ci de Muse, il n’y en a pas tous les jours. Des clips qui présente autant de clins d’oeil à une très bonne culture cinématographique, voir de Science Fiction non plus. Quoi ? Vous n’avez pas remarqué ? Il y a pourtant… (du moins à notre humble avis)

– Matrix, avec de nombreuses expressions de Neo, notamment le combat où l’entre dans le salon…
– Star Wars, avec non seulement les hologrammes, mais aussi les robots, le côté désert, et le même salon…
– Blade Runner, avec la licorne, qui apparaît dans certaines des fins de ce film de Science Fiction.
– Lucky Luke, qui apparaît rapidement à la fin du clip.
– La trilogie du dollar, avec des reprises de décors, de nombreuses scènes.
– Retour vers le futur, avec notamment l’arrivée d’une voiture.

Hmm, du moins, c’est ce que nous avons déduis. Peut être est ce faux, peut être juste. En tout cas figurez vous qu’il y a plus de quinze clins d’oeil, et un petit concours pour les retrouver sur le site Knights of Cydonia. Sympa non ? Bon hein, le concours est bien entendu terminé depuis belle lurette…

Et sinon, vous avez trouvez lesquels vous ?


Quoi ? Des nouvelles d‘Evanescence ? Le groupe ne serait pas mort ? Pire un live ? WTF ?

Eh bien, oui, un nouveau live d’Evanescence est apparu il y’a un peu moins d’une dizaine de jours. Vous n’étiez pas au courant ? Moi non plus. Et pour cause. Le concert en question date de … 1999.

Ahem, oui ça choque un peu. Amy Lee et Ben Moody se produisaient, accompagnés d’une choriste à Vino’s (un bar apparement). Apparu sur Ebay us il y’a une dizaine de jours il a rapidement été posté sur le net. Et comme la politique du groupe Evanescence a toujours été favorable au donwload des anciens titres, nous allons vous proposer ici d’y jeter une oreille. Il s’agit donc de la formation originelle du groupe , ils sont ici agés de 17 à 18 ans, ils tenaient déja une bonne heure de show.

Et surtout Amy Lee chantait juste. Oui c’est à préciser car pour la plupart des lives qu’on a pu entendre depuis, c’était un peu catastrophique. Alors certes du coup elle ne bouge pas des masses, mais quel plaisir pour la fan qui someille d’entendre des titres très rares en live avec cette justesse.

Entre autre on notera Lies, Solitude , Where will you go ou encre Give unto me, qui font à mon humble avis parti des meilleurs morceaux d’Evanescence et qui ont été totalement zappés par la suite. Et encore mieux : une chanson totalement inédite, jamais entendue a ce jour, qui n’est cependant pas sans rappeler Missing, et c’est elle que je vous propose de visionner ici :

…Je serais tentée de vous dire a quel point ce bootleg moisi me fait plaisir, mais vous vous moqueriez de moi. Sachez cependant que Origin est un album qui compte énormement pour moi et que j’ai du écouter en boucle des centaines de fois. Et rien que parce qu’ils ont fait Origin je resterais une grande fan. Mais bon hein, je suis supposément sur un blog serieux ici (Kyyyaaa >3< quand meme na ;p).

Vidéos Youtube :

01 – Intro
02 – Whisper
03 – Imaginary
04 – Where will you go
05 – Unknow song
06 – Exodus
07 – Give unto me
08 – Don’t fear the reaper [reprise de Blue Oyster Cult]
09 – Understanding
10 – Lies
11 – Solitude

On remercie très fort Evthreads.


La raison pour laquelle nous allions à la Pyramide de Romorantin en ce 14 Mars était majoritairement la prestation du groupe Kells, dont vous avez déjà pu voir le report. Néanmoins, en première partie se trouvait la finale du tremplin de la MJC, permettant à trois groupes de la région de se produire sur une grosse scène chacun pendant trente minutes, et ce afin d’élire le grand gagnant. Les trois élus étaient donc Anksylion (Death Metal), SCAM (Pop Punk) et Kosmos (Folk Rock).

Anksylion en concert à la Pyramide

Commence donc Anksylion (le myspace est ici), un groupe de Death Metal tourangeau. Au vu de mes goûts musicaux, c’était probablement le plus suceptible de me plaire. Pourtant… Bon, premièrement, musicalement ce n’est pas réellement mauvais. Le chanteur alterne voix claire, grunts et voix black. Ce n’est pas sans rappeler le mélange opéré par les Old Dead Tree, mais sur une musique cependant plus lourde. C’est carré, mais pas spécialement original. Et on a du mal à distinguer une mélode ou autre. On a parfois plus l’impression d’une bouillie musicale en continue.

Le groupe est ok sur les passages rapides, par contre sur les ballades j’ai eu énormement de mal avec le chant. Je crois que les ballades sont un des trucs les plus casse gueules sur le niveau de la voix. Et la voix du chanteur y rend plutôt très mal. Limite affreux. Un groupe peut néanmoins compenser ses défauts par son jeu de scène.

Le probleme c’est qu’ici le jeu de scène oscille entre vide et pathétisme. Le chanteur nous fait penser à un Till Lindeman (chanteur de Rammstein) croisé avec un Bisounours. Il essaie de faire participer le public, et on ne peut pas le lui oter, mais personnellement ca n’a jamais pris. Au final, je ne garderai pas un grand souvenir d’Anksylion, sinon la possibilité de remettre enfin un tag Bisounous Metal !

SCAM en concert à la Pyramide

Après une petite pause, voici que s’installent les membres de SCAM, myspace par . Alors là clairement, c’est plus la même tranche d’age. Les enfants des membres sont dans le public, on tourne plutôt autour de la bonne quarantaine. Le groupe se compose de quatres membres : batteur , claviériste, bassiste/chanteur et guitariste. SCAM a amené son public, et cela s’entend. Pour cette raison aussi, on se retrouve avec pas mal d’enfants dans la salle.

Le groupe chante en français. C’est notable, car du tremplin, ils seront les seuls. Malgré la difficulté de l’exercice, ils s’en sortent plutôt bien. Bon, oui ce sont des paroles de Pop-Punk-Rock, pseudo engagées, donc pas forcément tres evoluées, mais ça ne les rend pas plus ridicules pour autant. Leurs chansons sont efficaces et maitrisées. Même si sur certains morceaux je trouvais le clavier en trop.

C’était là aussi très classique, mais la sauce prend. Niveau jeu de scène, nous noterons surtout le guitariste, totalement dechaîné, avec ses bouclettes, et son air d’angelot de Michel Ange.  Etrangement, j’ai bien plus accroché qu’avec Anksylion.

Kosmos en concert à la Pyramide

Puis viens le dernier groupe : Kosmos, myspace ici. Alors là… Je suis réellement perplexe. Le groupe produit une sorte de Rock Atmosphérique, avec des accents Folks et surtout légèrement planants. Commencent alors des problèmes techniques, tout comme pour Kells qui passeront juste après, notamment avec le micro du chanteur. Heureusement pour lui, il a un deuxième micro (qui lui sert probablement pour un effet quelconque, je n’ai pas trop compris) et gère cela d’une manière très pro, sans aucune répercution sur le titre. Puisqu’on parle de lui, il l’air totalement dans son trip. Même lorsqu’il parle au public, je n’arrivais pas à comprendre ce qu’il disait. Ceci dit, musicalement parlant, il y a de la recherche et pas mal de variations. La voix n’est ici qu’un instrument comme un autre, et plutôt très bien utilisée.

Comme ce doit de faire tout groupe de Rock Atmosphérique, certains morceaux sont assez longs, et parfois, un peu trop. On finit par s’ennuyer, car ce n’est pas très rapide. Le public là non plus n’a pas eu l’air très entousiaste. Il faut dire que contrairement aux deux autres groupes précédents, Kosmos n’a pas ramené de public avec lui, et la différence se ressentait.

Néanmoins, il serait difficile pour moi d’être objective, car nous les avons revus la semaine suivante, dans un tout autre contexte, et ce coup ci, la prestation m’a bien plus convaincue que lors de la finale à la Pyramide. Je ne saurais dire pourquoi.

C’est ainsi que se termine le tremplin de la MJC. Après vint le concert de Kells, les résultats seront révélés et sans grande surprise, il s’agira de SCAM.