Musique » Concert
11011 103 articles

Kells dont nous avions publié le clip La Sphère fait partie des rares groupes à venir nous voir de temps en temps dans notre région reculée qu’est le Centre. Alors forcément, vu que nous aprécions relativelement bien leur musique, nous allons à chaque fois les voir. Je vous rassure, ils ne font pas là une oeuvre de charité, mais il faut dire qu’il y’a un noyau dur de leur fan-club basé à Romorantin.

Kells est donc un petit groupe de Metal Symphonique français, avec une chanteuse, et qui tire un peu sur le Néo Metal de temps en temps. Ils viennent tout juste de sortir leur second album, Lueurs dont Serafina vous parlera prochainement, et nous les retrouvons donc logiquement en pleine tournée promotionnelle. Si il y a bien quelque chose sur lequel on peut les louer, c’est leur proximité avec le public. A chaque fois que nous sommes allés les voir, nous avons pu converser rapidemment avec la chanteuse ou le batteur. Bon, on ne reprochera pas à ce dernier de m’avoir confié qu’il n’avait pas eu le temps d’écouter ma démo et qu’il était désolé… Ahem, j’ai jamais eu de groupe, et encore moins une démo à lui faire écouter. Toujours est-il que les membres du groupes sont très abordables et accessibles.

Viriginie de Kells à la Pyramide (Romorantin)

Bref, après la finale du tremplin de la MJC de la ville (composée de trois groupes amateurs de la région), c’est donc sur une intro instrumentale passée en sample que les quatre membres du groupe prennent place sur la scène, devant deux centaines de personnes. La chanteuse qui nous avait habitué à de très belles robes gothico-victoriennes s’en est débarassée pour un habit qui fait penser à une abeille: mini tutu, colants noirs et deux sortes de boules pour coiffure. De moins bon goût, c’est sûr. L’effet « je tourne dans tous les sens en chantant » en prend tout de suite un coup niveau classe, et nous fait immanquablement penser à l’effet Parkison de Sharon (Within Temptation). Le guitariste, le bassiste et le batteur sont ce qu’il y a de plus banal dans un groupe du genre, et ce n’est pas leur jeu de scène qui en démentira. Sur scène c’est la chanteuse qui porte clairement le groupe.

Kells enchaîne ensuite la plupart de ses morceaux connus, que je ne connais bien évidemment pas vraiment puisque je n’écoute pas leur CD, mais qui finissent par m’entrer dans la tête. En effet, c’est bien la troisième fois que nous les voyons (et dans les trois cas, à Romorantin). Et ceci, dans un son assez déplorable. Je ne sais pas réellement ce qu’a fait l’organisation de la Pyramide, mais le son de la grosse caisse grésillait affreusement. Et apparement, il n’y avais pas de micro de rechange (celui du chanteur de Kosmos avait déjà rendu l’âme la demi heure précédente). Une honte quand même pour une salle de spectacle qui se veut professionnelle.

Virginie de Kells en concert

Enfin, comme on dit « Show must go on » et le groupe fera avec. Malgré un nouvel album je n’ai pas eu la réelle impression d’un renouveau des morceaux. Pire, j’ai cru qu’ils avaient joué deux fois le même morceau, alors qu’apparement, la set list ne fait pas état de répétition. Manque d’inspiration ? Peut être. Le groupe a du mal à renouveller ses chansons, et à moins d’être connaisseur on a tout de même la mauvaise impression d’écouter toujours le même morceau. Les structures se ressemblent, la voix de Virginie, bien qu’agréable, n’est pas transcendante, bref. Ceci dit, le groupe reste très agréable à voir en live.

L’acceuil du public fut mitigé, entre très bon et très mauvais. La Pyramide est une salle qui propose des gradins. Et du coup, le tiers du public est resté assis, avec l’air de se faire royalement *****. Alors certes il y en avait qui n’étaient venus que pour les premières parties, mais pour en connaître certains, ce n’était pas le cas de tous. A l’inverse, l’autre partie, celle debout, était déja toute conquise avant même le début du concert. Comme on le disait, il y a une bonne base de fans à Romo.

Patrick de Kells en concert

Je passerai sur les clins d’oeil au Fan Club, les Kells Crusaders, qui bien que sympathiques pour les personnes visées, faisaient plutôt sourire. On a vu plus classe qu’un gang arborant des épées en mousse comme symbole et snobbant toutes les autres représentations de la soirée pour boire un verre au bar du complexe.

Bref, concert sympathique, nous n’hésiterons pas à retourner les voir lors de leur prochain passage.


Lorsque dabYo vous présentait The Surgeries il y a quelques temps déjà, il mentait. Ce groupe de Rock n’est pas le seul jeune talent de notre région, et pour cause. Adrana est un groupe de Métal Symphonique originaire de la belle ville de Tours. Il se compose de cinq membres: Anae au chant, Grhyll aux claviers, Ludovic à la guitare, Emeric à la basse et Maxime à la batterie, aucun d’eux n’affichant 22 ans au compteur.

Adrana: Pertubation

Le groupe a beaucoup tourné dans la région Centre et a apparement bien plu vu qu’ils ont enregistré leur premier album, Pertubatio, en juin 2008. C’est pour promouvoir cet album que le groupe (ou du moins une partie) était présente à l’espace Culturel Leclerc samedi 17 janvier 2008. Evidemment vos serviteurs s’y sont rendus, on ne louperait pour rien au monde une animation dans notre ville si vivante.

Je préciserai cependant que nous connaissions déjà les chansons et le groupe en général vu que j’avais gagné leur album via un concours sur un forum de Métal. Ceci dit, pour ce concert, seulement trois membres étaient au rendez vous (la chanteuse, le bassiste et le clavieriste). Probleme logistique ? Ou tout simplement aseptisation du coté Métal pour conquérir plus de public ? Aucune idée, mais du coup cela change assez le rendu des chansons.

Exit les riffs de guitare et la batterie, exit aussi les quelques growls de l’album qui étaient effectués par un guest. Plus accoustique, plus posé, c’est certainement plus accessible. Et en tout cas, le public était au rendez vous (ce qui est rare, je précise car nous sommes allés à plusieurs showcase, et c’est la première fois que je le voyais aussi rempli). C’est aussi le moyen de voir que tous ont un sacré niveau. Le plus frappant étant bien evidemment leur chanteuse, qui n’a décidément pas besoin de micro pour se faire entendre.

Adrana en Show-Case à Blois

Si le Métal à chant féminin (voir lyrique) est assez répandu, les chanteuses de réelle formation classique sont assez rares pour être notées. Et la c’est clairement impréssionnant.

Au niveau des chansons, je ne saurai dire si je préfère la version accoustique ou album, mais en tout cas c’est prenant et assez équilibré. Je ne sais pas quels morceaux ont été joués mais pas de couac, le truc semble bien rodé, et la sauce semblait bien prendre. Les compos n’ont peut être pas encore ce petit quelque chose qui rend le truc génial, mais cela viendra avec le temps. Le groupe est un des espoirs de la région, peut être moins accessible qu’un groupe comme The Surgeries. Mais ca fait plaisir de voir que la région est capable de produire du bon Métal Symphonique.

Allé hop, on se quitte sur la seule vidéo disponible pour vous faire, sommairement, écouter le groupe. Je vous invite bien entendu à vous rendre sur leur myspace. Notamment parce que cette vidéo massacre le son du groupe et surtout la voix de sa chanteuse.


The Surgeries

dabYo dans Concert, En Vrai, Musique le 11 octobre 2008, avec aucun commentaire

Il est rare que nous allions voir en concert de bons groupes de Rock qui viennent de chez nous. D’abord parce que les bons groupes de Rock Indé ça ne court pas beaucoup les rues. Ensuite parce que dans le Loir-et-Cher, bah y’a encore moins de rues qu’ailleurs. Mais comble de la chance, nous sommes tombés sur The Surgeries au hasard de la fête de la musique 2008, alors que nous y allions initialement pour voir Kells, un groupe de métal à chanteuse comme Seraf’ en raffole tant. Et c’est pourtant ce sont ces inconnus de la région qui nous ont le plus impressionné.

The Surgeries

The Surgeries font majoritairement des compositions tout ce qu’il y a de plus banales, comme vous pourrez vous en rendre compte vous même. Du rock plus ou moins énervé par moment, suivi de jolies mélodies au piano avec une douce voix chantant tantôt en Français, tantôt en Anglais. Mais soit, la sauce prend bien plus qu’on ne pourrait le penser. Véritables Placebo à la française, c’est surtout en live que le groupe fait une très forte impression, notamment grâce au charisme rarement égalé par un amateur de leur chanteur/guitariste.

C’est d’ailleurs pour cela que nous sommes retournés les voir au Chato d’O, scène de Blois, à l’occasion d’un tremplin sur le département. Si les groupes qui sont passés avant eux ont laissé le public plus ou moins de marbre, celui ci s’est littéralement enflammée à l’arrivée des jeunes gens. Il faut l’avouer, le leader tient le groupe entièrement sur ses épaules, et ce ne seront pas les trois autres membres, un batteur, une bassiste et un pianiste qui feront la différence. Il a ce je ne sais quoi qui rend les morceaux du groupe vivant, arrivant à chaque fois à faire participer le public pour chanter un oooooh oh oh oho ohhhhhhhhhh. Même moi, c’est dire.

Comme le son parle mieux que des mots (si si), je vous invite à écouter leurs quelques morceaux sur leur site officiel ou bien leur myspace. Je vous conseille tout particulièrement Peter Pan ou Let’s Go To Party, en attendant on se quitte sur leur clip Holly.