Musique
1231 305 articles

Dernièrement dans la section Musique d'if is Dead:

Chaque année est rythmée par les mêmes dates, la première annonce du Hellfest, l’affiche complète et enfin, le running order ! C’est l’heure de voir l’affiche de ce Hellfest 2016 être enfin dévoilée complètement avec l’annonce des trente derniers groupes attendus. Avec près de 160 groupes, il est difficile de ne pas y avoir d’ores et déjà une bonne petite liste de groupes à aller voir, et il nous reste encore quatre bons mois pour découvrir ceux que l’on ne connaissait pas encore.

Hellfest 2016

Bien que ce ne soit pas franchement ce que l’on préfère, parlons d’abord des têtes d’affiches qui se produiront sur les deux MainStages. Avec Rammstein qui vient enfin à Clisson, les grands noms qui ne seront pas encore venus fouler la scène du Hellfest se font de plus en plus rares. Je ne suis pas forcément super intéressé par le groupe, mais ça reste quelque chose à avoir vu, autant en profiter. The Offspring est un autre gros nom qui n’était jamais venu et que je serai bien content d’aller voir en festival. Le retour de Within Temptation, Korn et Dropkick Murphys ne pourra que ravir Serafina. De mon côté, c’est vraiment le retour de Blind Guardian après presque 10 ans d’absence à Clisson qui me rempli de joie, je n’ai jamais eu l’occasion de voir les allemands !

Hellfest 2016On restera tout de même perplexe sur l’énième retour de Black Sabbath et Korn qui donnent l’impression de voir la même affiche depuis trois-quatre années maintenant… On nous promet une tournée d’adieu pour Sabbath, et Korn ne revient pas nous faire le même show, mouais.

Chose étonnante, l’Altar propose un dimanche soir assez inhabituel avec trois groupes qui sont loin des clichés du Death: Paradise Lost et sa musique dépressive qui on l’espère jouera de son dernier album, Katatonia à l’ambiance tout aussi lugubre, et enfin, Grand Magus qui est bien plus Power que les autres. Bizarre.

Côté Temple -qui représente généralement la tente que nous aimons le plus- on retrouve comme d’habitude une ribambelle de groupes qui nous bottent carrément, les noms habituels comme Korpiklaani, Primordial ou encore Enslaved et Taake. Mais aussi deux ou trois beaucoup moins connus et qui font plaisir: les italiens de Fleshgod Apocalypse et leur Death Metal Symphonique, le Metal Gothique des allemands de The Vision Bleak ou encore le Viking Metal de Skálmöld qui a accompagné notre roadtrip sur les côtes islandaises.

Cette année encore on finira quelques fois sous la Valley pour quelques groupes de Stoner/Doom, avec Kadavar ou encore Torche évidemment. Mais tout cela n’est pas grand chose sur l’échelle de Richter des annonces de Hellfest, puisqu’à nouveau, un groupe nous fera aller devant la Warzone: Kvelertak et leur putain de Black’n’Roll melting pot qui défonce ! Vivement ! Un autre y parviendra aussi, Mantar, un groupe allemand qui a du Kvelertak en lui. Vivement Juin !


Ce janvier 2015 s’annonçait bien rempli de concerts pour nous avec Fields of the Nephilim (qui a malheureusement annulé sa prestation), Therion qui ramenait Luciferian Light Orchestra et une semaine après Tribulation pour la première fois headliner en France. Ils étaient eux aussi bien accompagnés par un groupe rétro et non des moindres, Grave Pleasures, le nouveau nom de Beastmilk. Deux groupes de l’affiche du Hellfest 2015 qui nous y avaient foutu une belle baffe. C’est donc avec un gros enthousiasme que nous nous rendions au Glazart en ce mardi 26/10 où le périphérique était sous les assauts de la grève des taxis et de leurs jets de pneus.

tribulation paris galzart 2016

Il faut croire que les parisiens avaient peur de cette manifestation puisque nous n’avons jamais atteint si vite le Glazart que ce jour là. Une première bonne nouvelle pour nous, la seconde étant que la salle n’avait qu’une vingtaine de minutes de retard. Une information à noter tant nous étions habitués à l’heure de retard avec cette salle, le comble ayant eu lieu pour le passage d’Hanzel und Gretyl l’année dernière.

Vampire au Glazart

La soirée commence avec les suédois de Vampire que je ne connaissais pas vraiment et qui n’ont pas une discographie bien longue pour le moment. Je ne les ai jamais écoutés, je ne savais pas à quoi m’attendre et je ne sais pas si j’étais fou, mais leur arrivée s’est vu accompagnée d’une odeur d’ail. Bon, vu le nom du groupe, je suppose que c’était volontaire. On est face à un Death Metal assez agressif à l’ambiance très particulière, j’avais vraiment l’impression d’y entendre de la musique à laquelle il ne manque pas grand chose pour que j’apprécie. N’aimant pas vraiment le Death, ce sont plutôt leurs influences malsaines et les petites notes de Thrash qui pourraient me conquérir.

Grave Pleasures au Glazart

Après ce petit apéritif et une petite pause, on enchaîne sur l’entrée avec les finlandais de Grave Pleasures. C’est la troisième fois que nous allons les voir sur scène, ils avaient ouvert pour In Solitude au Glazart justement, et au Hellfest 2015 évidemment. Le groupe vient défendre son deuxième album dont l’accueil a été plus mitigé que pour l’énorme Climax. Il faut avouer qu’ici on y trouve moins notre compte que pour le premier album, peut être moins rentre dedans et plus exigent en terme d’écoutes. En tout cas, on ne doit pas être les seuls car quand le chanteur demandera au public de choisir entre un nouveau et un ancien morceau, l’hésitation ne sera pas bien longue.

Cela dit, les morceaux de Dreamcrash passent plutôt très bien en live. Sur certains titres la batterie est vraiment omniprésente et marque le rythme certes, mais l’équilibre entre guitares et batterie/basse est complètement inversé. Les riffs de guitare ne faisant qu’office de fond sonore tandis que la mélodie est vraiment marquée par la batterie et la basse. C’est génial dans ces moments là, on regrettera juste une ou deux balades qui viennent quelque peu plomber l’énergie dégager par le groupe. Très à l’aise sur scène, la bande en envoie le reste du temps et on passera un très bon moment en leur compagnie.

Tribulation au Glazart

Tribulation Glazart Paris 2016

Quand les spots se rallument sur la scène, c’est un gros nuage de fumée que la lumière verte éclaire. Une ambiance très particulière où les musiciens jouent sans qu’on puisse vraiment les voir. Drôle d’ironie que d’aller à un show pour voir de la musique jouée en live sans voir les musiciens. Mais voilà, ça met tout de suite dans l’ambiance et ce n’est pas la longue introduction tout bonnement géniale que Tribulation joue qui va briser l’ambiance. Je ne saurai pas dire s’il s’agit bien de Ultra Silvam mais finalement le titre importe peu, l’important c’est qu’on y retrouve là tout l’art du groupe: un savant mélange entre des riffs agressifs, une mélodie envoutante le tout saupoudré par je ne sais quoi d’occulte. Génial.

C’est après cette superbe introduction instrumentale que le leader, chanteur et bassiste du groupe fait son apparition accompagné des deux guitaristes. Les spots les illuminent et ils se sont mis sur leur 31 pour nous en donner pour notre argent. Le chanteur est charismatique, impressionnant à un point qu’on aurait presque peur de le regarder. Il n’aurait pas fait tâche dans un film d’horreur, ancien roi d’un temps oublié qui vient de se réveiller d’entre les morts et vous en veut personnellement.

Le set démarre vraiment sur Melancholia qui fait honneur à leur troisième et actuellement dernière galette, The Children of the Night. Le morceau est génial, tout comme l’album, et il prend une profondeur bien plus grande encore en live. Le groupe va jouer une dizaine de titres au total, nombreux seront ceux issus de ce dernier album, mais on notera deux morceaux beaucoup plus Death old school qui rappellent qu’avant d’avoir pris un virage satanique à la Watain, le groupe officiait dans un genre que je n’appréciais pas du tout. M’enfin, il en faut bien pour les premiers fans.

Les musiciens vont être au taquet tout le long du show, on ne pourra qu’admirer le sourire Freedent du guitariste blond, qui nous en avait déjà mis plein les yeux au Hellfest (voir photos) et qui a ici récidivé. Franchement, un zico déguisé en vampire qui vous fixe pendant tout le concert en souriant à pleine dents genre le chat du Cheshire, ça a de quoi retourner les tripes.

Je ne sais pas si c’était un problème d’agenda, mais je n’aurai même pas eu le temps de m’apercevoir que le groupe était sortie pour son rappel. Du coup, c’est sans trop le comprendre et bien trop vite que nous sommes arrivés à la fin de ce concert qui méritait largement de braver la grève des taxis et la fermeture du périphérique pour le retour. J’ai hâte de vous revoir Tribulation !


Hanzel und Gretyl au Glazart

dabYo dans Concert, Musique le 24 décembre 2015, avec aucun commentaire

Il y a quelques années je découvrais Hanzel und Gretyl, un groupe américain qui fait de l’Indus qui tâche, très rythmique et avec des thématiques pas toujours très catholiques. Imagerie inspirée des nazis, blagues sur le troisième reich et chants en allemand, on peut dire que ça fait tâche. Évidemment, il s’agit là de pastiche et en aucun cas d’un groupe néo-nazi. Avec une telle musique, j’ai tout de suite été conquis et je n’avais qu’une hâte: les voir en live. Les années ont passé, les albums aussi, et voilà que sans crier gare, le groupe a été annoncé au Glazart par Dooweet !

Hanzel und Gretyl Glazart 2015

Et c’est une vraie affiche de qualité qui les accompagne. Le groupe américain fait la grande partie du show, mais on retrouve trois premières parties qui ne sont pas dégueu du tout. Un jeune groupe de Rock Indus avec Syndro-Sys, du Black Indus avec Pavillon Rouge et enfin, cerise sur le gâteau, le Cyber Metal de Herrschaft.

Syndro-Sys au Glazart

Synchro-Sys-au-Galzart-2015On commence par le plus jeune groupe de la soirée qui est sur le point de sortir son premier album, Corporation. Scéniquement on sent que le groupe fait des efforts pour mettre de l’ambiance dans cette froide soirée d’octobre. Dans les faits, il faut avouer que le public n’est pas encore très nombreux -malgré le retard pris par le concert- et pas très chaud non plus. Mais les artistes ne se laissent pas abattre pour autant et ça fait plaisir à voir.

Côté musique c’est un peu plus mitigé de mon côté. J’ai trouvé que malgré le style du genre, c’était assez mou en live. La voix de la chanteuse est bien posée certes mais se mêle mal à la musique, comme si ce n’était pas composé ensemble mais simplement rajouté par la suite. Le côté Corporation qu’ils essayent de mettre en avant n’est pas tant rendu que ça en live. Enfin bon, c’est un premier album et ça reste sympathique. Je leur souhaite de trouver leur équilibre.

Pavillon Rouge au Glazart

On enchaine avec Pavillon Rouge, un autre jeune groupe qui a sorti son premier album cette année. Ici place à du Black Metal Industriel qui a sa bonne dose de haine, d’agressivité et d’éléments électro. Je ne connaissais pas, j’ai écouté et j’ai pris une putain de claque. Sur album, le groupe nous en met plein la gueule, la musique est agressive mais super lisible, super bien produite, un putain de bon album en somme.

Pavillon Rouge Glazart 2015

Malheureusement sur cette date, le chanteur de la formation n’a pas plus se déplacer a été remplacé au pied levé. Son remplaçant fait plutôt bien le taff, il regarde peut être un peu trop le guitariste pour savoir quand chanter mais se débrouille assez bien et a une pêche d’enfer. Le voilà qui descend dans la fosse pour pogoter avec le public le temps de quelques ponts musicaux. Ils ont la fougue de la jeunesse et le montrent bien, ça déborde vraiment d’énergie.

Côté prestation musicale c’est par contre beaucoup plus mitigé. J’avais beau connaître pas mal de morceaux tout de même, j’ai trouvé le son horriblement brouillon. On ne pouvait distinguer quasiment aucune mélodie et c’est vraiment dommage. Ça donnait l’impression d’une bouillie musicale et seuls un ou deux morceaux comme Droge Macht Frei était vraiment reconnaissable. Était-ce un problème de balances ? C’est vrai que le Glazart n’est pas forcément réputé pour sa qualité sonore, je ne sais pas, mais j’ai été un poil déçu. Maintenant avec un tel premier album, on ne peut qu’attendre du bon pour le futur de la formation.

Herrschaft au Glazart

On continue avec du lourd cette fois, Herrschaft fait partie de cette sphère Indus française qui fait vraiment honneur au genre. Bien que j’adore ce type de musique, je ne suis pas un grand connaisseur du genre mais force est de constater que la scène française est vraiment truffée de pépite. Avec The CNK, Tantrum ou encore Punish Yourself, il y a vraiment de quoi faire.

Herrschaft Glazart 2015

Ils débarquent donc maquillés de blancs, un petit effort supplémentaire pour le chanteur, et devant trois backdrops avec le symbole du groupe. Les membres du groupes communiquent plutôt bien avec le public et mettent l’ambiance dans une fosse qui est déjà tout acquise à leur cause. Y a pas à dire, quand on a l’habitude de voir quasiment que des groupes étrangers, ça fait bizarre de voir un si bon groupe… parler français entre les morceaux.

C’est en tout cas vraiment efficace sur la plupart des morceaux, la musique et le chants passent bien avec un plutôt bon son. Pour le coup la balance du Glazart m’a semblé plutôt efficace. Je ne connais quasiment pas leur discographie, si ce n’est le dernier album Les 12 Vertiges qui sera plutôt bien représenté.

Le set fini sur une explosion de papiers paillettes sur l’avant dernier morceau, puis avec de la mousse sur le dernier, avec un effet lumineux du meilleur effet. Un très bon show en tout cas.

Hanzel und Gretyl au Glazart

Kaiser Von Loopy Galzart 2015Le problème des concerts à Paris c’est que les gens qui y vont sont souvent restreints par les transports en commun, du coup quand un set commence avec une heure de retard, ça pose un réel problème. De notre côté, avec deux heures de route en BlaBlaCar par exemple, c’était pas très bon signe. Mais bon, on est venu voir les américains, alors il a bien fallu négocier. Après une heure d’attente, les lumières s’éteignent enfin pour l’entrée en scène du duo.

Hanzel und Gretyl est un groupe à la carrière marquée par plusieurs changements assez radicaux de style musical. S’ils officiaient originellement dans une sorte d’EBM sous marihuana, leur style a changé du tout au tout avec Über Alles, où la musique est devenue beaucoup plus rythmée, tranchée, très Metal Indus. Avec leur dernier album Black Forest Metal, le groupe a pris une nouvelle orientation où la touche industrielle s’est mélangée à des influences plus Black Metal et beaucoup plus contemplatives. On reste sur du Hanzel und Gretyl, ça sent toujours largement la pastiche du nazisme, mais c’est beaucoup moins agressif et plus lent.

Le concert va commencer sur cet album avec un petit paquet de morceaux qui sont assez longs et lents en live. C’est du coup relativement dérangeant dans la mesure où il n’y a que deux musiciens avec une boite à rythme. Kaiser Von Loopy et Vas Kallas sont très charismatiques, le premier portant son masque de loup garou en jette un max. La seconde qui fait la basse et les chants nous en impose elle aussi. C’est bien, mais ça n’est pas pour autant rentre dans la gueule, ça manque d’un petit quelque chose pour passer du sympa à l’énorme.

Hanzel und Gretyl au Glazart 2015

Puis soudain Kaiser Von Loopy troque son masque de loup en métal pour son habituel casque de soldat romain (?), Overture de Über Alles est lancé et le groupe enchaîne sur l’énorme Unterstutzung 87. Musique répétitive, riff de guitare bien gras et lents, chant agressif et repris en coeur par le public, c’est comme si le concert démarrait vraiment !

Le groupe va enchainer un gros paquet de morceaux dans ce genre, très caractéristique de leur musique. On peut dire que la sauce prend, c’est juste génial en live. Les refrains étant très simple, tout le monde hurle et le Glazart prend feu, tout simplement.


Japanese MetalEn novembre dernier nous sommes retournés sur l’archipel japonais pour un deuxième voyage. Après avoir découvert la mégalopole de Tokyo et le calme de Kyoto, cette fois c’est en voiture que nous sommes aller faire le tour de la mer intérieure de Seto.

Du coup il nous fallait une bande son pour accompagner les nombreux kilomètres de piste à avaler. L’occasion de découvrir quelques groupes de Metal du coin en somme. Découvrez avec nous quelques groupes représentatifs de la scène japonaise !

Parmi les groupes en vogue au pays du soleil levant on retrouve Man with a Mission et ses cinq ans d’activité à son actif. Le groupe officie dans ce qu’on pourrait appeler un Nu Metal joyeux. Sur les premiers albums du groupe on se retrouve à la frontière entre le mélange des genres de Linkin Park, et les refrains entrainants et joyeux de All Killer No Filler de Sum41. Depuis sa signature chez Sony le groupe semble plus sage et œuvrer dans des balades proches de ce que produit aujourd’hui Linkin Park.

Si ni le mélange, ni l’évolution ne paraissent originaux en occident, on ne peut pas renier le fait que cela accroche plutôt bien l’oreille. Les chansons se retiennent bien, bien qu’elles soient chantées en japonais, chose que l’on ne peut que saluer. Les groupes de Metal de l’archipel chantent généralement en alternant les deux et c’est ce que fait Man with a Mission la plupart du temps. J’aurai évidemment une grosse préférence pour leurs deux premiers albums, l’éponyme Man with a Mission et Mash up the world qui sont assez rafraichissants.

A côté de cette musique finalement assez classique (mais efficace), on retrouve une recherche visuelle assez particulière. Le groupe cultive en effet le mystère autour de son apparence, puisque ses musiciens n’apparaissent que masqués de tête de loups en peluche. Daft Punk et le chanteur de Kvelertak n’ont qu’à bien se tenir.


Motocultor Festival 2015: Jour 1

dabYo dans Concert, Musique le 27 septembre 2015, avec aucun commentaire

A l’affiche du Motocultor 2015 on retrouvait une petite poignée de groupes que l’on adore ici, et hasard du calendrier, la plupart d’entre eux passaient le premier jour du festival. C’est donc avec une certaine impatience que l’on a foulé l’herbe de Theix pour trépigner d’impatience de voir Solstafir, Finntroll et Eluveitie.

Finntroll au Motocultor 2015

Après avoir fait un retour sur l’organisation du Motocultor 2015 et les photos du premier jour, il est temps de vous faire un petit retour sur les groupes de ce premier jour. Un premier jour bien rempli, qui sera marqué par quelques averses au début, histoire de faire regretter aux gens la longue queue pour rentrer…

Ancient Rites au Motocultor 2015
Mars Red Sky au Motocultor 2015
Sticky Boys au Motocultor 2015
Solstafir au Motocultor 2015
Finntroll au Motocultor 2015
Pentagram au Motocultor 2015
Eluveitie au Motocultor 2015
Triptykon au Motocultor 2015

Lire la suite de l’article Motocultor Festival 2015: Jour 1


Photos du Motocultor 2015: Jour 1

dabYo dans Concert, Musique le 19 septembre 2015, avec aucun commentaire

Nous sommes retournés à Theix cette année pour assister au Motocultor 2015, le petit festival nous a fourni cette année un très bon cru musicalement malgré quelques problèmes d’organisation. Après être revenu sur ces points là, il est temps de passer aux photos que nous avons pu prendre au long de ces trois journées de Metal ensoleillé. Cette année encore, un pass photo nous a permis de prendre des photos dans de plutôt bonnes conditions.

Eluveitie au Motocultor 2015

Ce premier jour du Motocultor était sans doute celui que j’attendais le plus pour mon shooting, car certains groupes que j’aime énormément mais que je n’avais jamais pu prendre en photo allaient enfin passer devant mon objectif. Parmi eux évidemment il y a Finntroll et Eluveitie. Vu que le festival est en plein air et qu’il n’y a pas de tente, côté photo les couleurs ne deviennent intéressantes qu’au départ du soleil, ce qui se ressent dans les photos. Comme chaque année au Motocultor, les conditions de shoot sont très bonnes avec un pit photo très bien organisé.


Photos de Ancient Rites au Motocultor 2015
Photos de Mars Red Sky au Motocultor 2015
Photos de Solstafir au Motocultor 2015
Photos de Finntroll au Motocultor 2015
Photos de Pentagram au Motocultor 2015
Photos de Eluveitie au Motocultor 2015
Photos de Triptykon au Motocultor 2015

Photos de Ancient Rites au Motocultor 2015

Ancient Rites au Motocultor 2015

Lire la suite de l’article Photos du Motocultor 2015: Jour 1


Motocultor Festival 2015

dabYo dans Concert, Musique le 2 septembre 2015, avec aucun commentaire

Le Motocultor Festival ou l’autre festival Metal breton, petit frère du Hellfest est désormais bien implanté dans la deuxième période des festivals de l’été. Nous avions malheureusement dû sauter ce rendez-vous de fin d’été des métaleux l’année dernière, mariage d’amis obligé. Ça nous faisait donc extrêmement plaisir de revenir dans la région de Vannes cette année pour notre deuxième dose de concerts en plein air. En 2013 le festival faisait d’énormes progrès avec un changement de site salutaire, une affiche travaillée et des conditions bien plus agréables pour les festivaliers. Qu’en est il deux années plus tard sur ce site pérennisé?

Solstafir au Motocultor 2015

Le site n’a pas changé et donc la capacité d’accueil du festival non plus. Cette année le Motocultor aura accueilli 22 500 personnes réparties sur les trois jours, soit quelques 7000 personne chaque jour. Pour le coup, on reste donc à taille humaine avec tous les avantages que cela amène. Un parking relativement petit et proche du site du festival, qui permet par exemple d’aller chercher des choses pour manger, s’abriter, etc. L’aller vers le camping est lui aussi beaucoup plus supportable que pour un Hellfest, où l’installation et le départ ressemblent plus à un cheminement spirituel vers la repentance et nécessite une certaine abnégation lorsqu’il s’agit de ramener de la bière.

Une organisation pas toujours au point

Ancient Rites au Motocultor 2015Un petit parking et un camping à tailles humaines donc, des bons côtés pour s’organiser et aller voir les concerts qui nous intéressent. Sauf sur un point, non des moindres, puisque les personnes ayant pris un pass pour une journée ne pouvaient pas en profiter. En effet, pour ceux là, toute sortie était définitive et nombreux n’ont pas semblé être au courant. Alors quand il fait beau cela peut aller mais quand il se met à pleuvoir et qu’on est coincé en t-shirt à l’intérieur, ça n’a pas dû être la meilleure des sensations.

L’organisation d’une manière générale est correcte. Les toilettes sont relativement propre et malgré le monde il ne faut pas faire la queue trop longtemps pour autant. De même, il y a des points d’eau accessibles et même si il ne faisait pas si chaud que cela, c’était parfois salutaire.

A côté de ces bons points, d’autres laissent à désirer. Par exemple, avec seulement quelques personnes pour fouiller les festivaliers, il peut parfois être très lent de faire rentrer tout le monde. Surtout que certains de ces fouilleurs font preuve d’un peu trop de zèle ce qui ne fluidifie pas vraiment les entrées. De même, bien qu’il y ait des personnes pour fouiller les femmes, ces dernières n’avaient pas d’autre chose que d’attendre avec les hommes pour ensuite refaire la queue. C’est ainsi que de nombreuses personnes sont restées à faire la queue dehors pendant que les deux, voir trois premiers groupes passaient. Ici aussi, c’était sous la pluie, et pas la meilleure façon de commencer le festival.

Triptykon au Motocultor 2015

Ce n’était pas le seul point de contention de cette édition malheureusement, les stands de nourriture ainsi que ceux pour acheter des tickets l’étaient aussi. Il est difficile de critiquer un petit festival comme celui-ci sur ces points: l’économie des festivals serait bien trop déficitaire si ce n’était pas des bénévoles qui s’occupaient de ces points là. Et donc, les limitations vont avec. Il y a eu d’abord l’incompréhension d’avoir à acheter des tickets différents pour la nourriture et la boisson, puis celle d’avoir tellement d’attente pour se faire servir. L’exemple le plus flagrant étant la bonne idée des files spécialisées (file de frites par exemple) mais qui était trop peu indiqué. Du coup, certains ont tout simplement eu une longue attente dans la mauvaise pour apprendre finalement que cela n’avait servi à rien.

Ces critiques vont souvent de paire avec ces petits festivals et on ne peut qu’espérer qu’ils arriveront à s’améliorer. Évidemment il est illusoire d’attendre à ce qu’il n’y ait pas d’attente vu le monde et le budget du festival, mais on peut espérer qu’au fil des années le problème soit moins flagrant.

Des conditions optimales pour la musique

Eluveitie au Motocultor 2015Bon, c’est bien beau de parler de l’organisation du festival côté sanitaire, mais ici nous sommes avant tout venus pour voir des groupes se produire en live. On ne reviendra pas sur l’affiche du Motocultor qui est évidemment petite quand on compare à un Hellfest, mais qui reste tout de même fourni avec de très nombreux gros groupes du festival pré-cités qui pourront être vus dans des conditions optimales.

Car qui va voir Finntroll se tape une Temple complètement bondé lorsqu’il est au Hellfest. Mais quand il est au Motocultor, il a tout simplement les meilleurs conditions possibles pour voir les finlandais en plein air. C’était juste génial de voir ces groupes à la popularité assez grande sur la scène Metal dans des conditions vraiment excellentes. Pour nous, ce fut du Solstafir à quelques pas de la scène sans avoir à squatter des heures, du Septic Flesh ou encore Eluveitie sans aucun problème.

Et puis il y a l’ouverture d’une troisième scène, qui devait être à l’origine une tente mais qui s’est avérée être une scène à cause de certains problèmes d’installation. Cette dernière rajoute un peu de choix aux festivaliers qui ne sont plus obligés d’attendre forcément le prochain groupe si celui qui passe sur la deuxième scène ne leur plait pas. Alors ce n’est pas le cas pour la scène principale certes, mais ça change vraiment tout et c’était vraiment appréciable. Bon, on regrettera toujours d’avoir eu à choisir entre Septic Flesh et Orange Goblin, mais soit…

Finntroll au Motocultor 2015

Au final, ce Motocultor 2015 était vraiment énorme côté son et conditions de concert. On a pu y voir des artistes qui nous en ont mis plein la gueule et chaque prestation était loin d’être chiche. Alors oui, il y a encore des problèmes d’organisation, et gageons que tous ne seront pas réglés pour la prochaine fois. Mais bon, l’association du festival en est conscience et on espère qu’ils arriveront cette année à sécuriser un budget suffisamment tôt pour pouvoir travailler avec les mêmes prestataires.


Après une première journée couverte par les nuages, c’est sur de bonnes prévisions météo que se poursuit le Motocultor 2015. Cette journée contient bien moins de groupes que nous attendons, on va donc en profiter pour faire quelques découvertes. Parmi celles-ci, le groupe français Bliss of Flesh qui a sorti récemment un nouvel album Beati Pauperes Spiritu.

Originaire de Calais, le groupe officie à l’origine dans le Death / Brutal, pas forcément des genres que l’on apprécie beaucoup ici. Oui mais, en jetant une oreille plus qu’attentionnée à leur dernier opus, on y observe de fortes traces d’un mélange Blackened Death comme Behemoth sait si bien nous en servir. Et du coup, c’est tout de suite plus intéressant !

Pour être honnête, ce dernier album m’a presque donné l’impression d’écouter le dernier Behemoth, que ce soit dans la mise en scène des lignes de chant ou dans l’instrumentation. Ce qui est loin d’être négatif ! Ils passeront aujourd’hui à 14h20 sur la Dave Mustage.


A l’affiche de ce premier jour du Motocultor 2015, on retrouve un groupe de Folk Metal que nous aimons beaucoup ici: Eluveitie. Ce ne sera pas la première fois que nous voyons les suisses sur scène et pour cause, on a pu apprécier leurs prestations sur la quasi totalité de leurs dernières tournées. La dernière fois, c’était à Limoges en février de début d’année pour la tournée autour de l’album Origins.

Celui-ci n’est clairement pas mon album préféré, c’est du Eluveitie plutôt agréable à l’oreille certes, mais il n’a pas ce petit quelque chose qui m’avait fait tant aimer les deux albums précédents, et notamment Helvetios. Comme pour chaque album, le groupe sort sa petite balade, et après A Rose for Epona, on a ici une balade catchy qui reste agréable à l’écoute mais beaucoup trop facile. Petite cerise sur le gâteau, le groupe la joue dans plusieurs langues et on peut être sûr que c’est en français qu’ils la joueront sur la scène du Motocultor 2015.

Mais la vraie question n’est pas là, la question c’est: est ce que le groupe refera un featuring avec Manau? On est sur les planches bretonnes, alors tout est possible… Réponse ce soir sur la scène Dave Mustage.


Hellfest 2015: Jour 3

dabYo dans Concert, Musique le 23 juillet 2015, avec aucun commentaire

C’est déjà le troisième jour du Hellfest 2015, et aussi le dernier volet de notre report fleuve annuel. Enfin ! On aura passé un excellent premier jour suivi d’un très bon deuxième jour où dans les deux cas la météo nous avait gâté. Bon, un peu chaud certes, il faut bien l’avouer, mais il vaut mieux crever de chaud que s’abriter de la pluie. On ne peut pas tout avoir.

Hellfest 2015 Jour 3

Ce dernier jour commence par des groupes qui ne nous intéressent pas beaucoup, jusqu’au passage de Tribulation sous la Altar. Du metal aux tendances occultes, ça nous intéresse toujours, même lorsqu’il s’agit d’un dérivé du Death ! Et puis, outre Grave Pleasures, de nombreux groupes à l’affiche qui nous promettent une journée bien remplie !

Hypno5e au Hellfest 2015
Nidingr au Hellfest 2015
Tribulation au Hellfest 2015
The Great Old Ones au Hellfest 2015
Khold au Hellfest 2015
Red Fang au Hellfest 2015
Russian Circles au Hellfest 2015
Dark Tranquillity au Hellfest 2015
Carach Angren au Hellfest 2015
Alestorm au Hellfest 2015
Life of Agony au Hellfest 2015
Epica au Hellfest 2015
Samael au Hellfest 2015
Saint Vitus au Hellfest 2015
Korn au Hellfest 2015
Superjoint Ritual au Hellfest 2015
Nightwish au Hellfest 2015

Lire la suite de l’article Hellfest 2015: Jour 3