Musique
1229 284 articles

Dernièrement dans la section Musique d'if is Dead:

Affiche du Hellfest 2015Les 19, 20 et 21 Juin 2015 se tiendra en terres clissonaises la nouvelle édition du plus grand festival français consacré au Metal, le Hellfest 2015.

L'équipe s'y rendant comme à son habitude pour avoir sa dose annuelle de concerts en plein air, nous vous proposons chaque dimanche de la semaine jusqu'aux jours J de découvrir l'un des groupes de l'affiche que nous comptons aller voir, à travers un clip ou une vidéo. Vous pouvez aussi consulter l'affiche du Hellfest 2015. C'est notre Highway to Hellfest 2015.

Au long des Highway to Hellfest je n’ai eu cesse de vanter les mérites du festival concernant la découverte de nouveaux artistes. J’avais évoqué évidemment Terra Tenebrosa, qui est un de mes gros coups de cœur et je ne pensais plus en découvrir de nouveau, encore moins un mois avant le festival. Et puis, je suis tombé sur le dernier album de Tribulation, groupe programmé sous la Altar, une scène à laquelle je ne prête même pas l’oreille en général…

Et cela aurait été cette année une grosse bêtise. Car Tribulation, bien que étiqueté Death Metal vu sa scène de passage et ses premiers albums, n’a plus grand chose en rapport avec le genre directement. On se situe en fait avec leur dernier album The Children of the Night dans un mix où la principale caractéristique serait plutôt l’ésotérisme. Tout respire Satan dans les compositions progressives à l’ambiance lancinante et malsaine, qui n’est pas sans faire penser aux grandes compositions de The Devil’s Blood ou même du petit côté « Heavy Satanique » de In Solitude.

Certaines compositions se rapprochent même des balades que Watain a inauguré avec leur dernier album The Wild Hunt, comme la superbe They Rode On. Très clairement, le Death de leur début a laissé peu à peu sa place à une musique d’ambiance « Heavy Satanique ».

Et du coup, alors que tous les Deatheux conspuant la nouvelle orientation du groupe bouderont sans doute leur passage, nous serons bel et bien devant l’Altar pour rendre gloire à Satan. Ha, vivement ce Hellfest 2015 !


Darkness in Stereo de Forgotten Tomb

Eine Symphonie des Todes

illman dans Critiques, Musique le 1 mai 2015, avec aucun commentaire
Critiques

Darkness in Stereo de Forgotten Tomb est un DVD live du groupe sorti en 2014 chez Agonia Records et regroupant trois concerts allemands de leur tournée de 2012, leur dernier faisant echo à la sortie de l’album … And Don’t Deliver Us From Evil. Les musiciens de la formation italienne pondent ici leur premier sacrifice vidéo où ils vont nous abreuver de leur Black Metal de gothique dépressif.

Darkness in Stereo de Forgotten Tomb

Je vais commencer par parler packaging parce que ça m’a un peu fait tiquer à l’ouverture. Tout d’abord, c’est un digibook, jusque là rien de bien extraordinaire, sauf si dans l’idée on voulait mettre un booklet et qu’on a pas pensé à tout. Car figurez vous que le booklet est collé par sa dernière page à l’intérieur du digibook et que dans mon cas il a été collé n’importe comment, c’est tellement gondolé qu’on se croirait à Venise.

Revenons en aux concerts, le premier s’est déroulé au Kings of Black Metal et possède la setlist la plus fournie, normal car c’est le concert principal du DVD. Il laisse une belle part du set, une bonne moitié, à l’album Under Saturn Retrograde qui contient le poutrissime Reject Existence qui ouvre le concert. La prestation est solide même si un gros blanc un peu gênant se profile avant Spectres over Venise, le public n’étant pas spécialement enthousiaste. Le concert se finira par un medley de Disheartnment/Alone/Steal my Corpse.

Darkness in Stereo de Forgotten Tomb

L’éclairage scénique est assez travaillé, renforçant l’atmosphère sombre des italiens. Au niveau montage et prise de vue, c’est le plus aboutis des 3 concerts. L’image est plutôt bonne pour un DVD de petit groupe. L’audio n’est pas en reste au vu de l’édition très lourde qu’a l’air d’avoir subi la bande, il est assez difficile de se dire qu’on est bien en train d’écouter un live par moment tellement le son est clean, c’est un peu dommage.

Pour les deux autres concerts qui sont sous la catégorie bonus du DVD, le constat est ben différent de ce coté là. Le son est bien plus raw et on entend bien mieux le public surtout pour celui au festival Under the Black Sun, celui-ci étant bien peu nombreux au K17, un club de Berlin. Pourtant c’est à ce dernier que l’on peut enfin goûter au titre éponyme de … And Don’t Deliver Us From Evil. L’indéboulonnable Reject existence est toujours du programme, c’est sur le dernier concert qu’on trouvera du changement de setlist, avec l’ajout de 3 pistes de leur tout fraîchement sorti nouvel album de l’époque.  On sent tout de suite que le shoot est un peu moins pro, déjà parce que les éclairages sont moins adaptés, c’est un véritable bain de soleil sur le second concert. Heureusement, l’image est encore une fois d’assez bonne qualité.

Forgotten Tomb

Au final, avec Darkness in Stereo de Forgotten Tomb vous aurez droit à pas loin de 3h de concert. Pour 14€ vous avez accès à un DVD qui plaira forcément aux fans du groupe, en tout cas, il m’a plu à moi.


Live at the Opera de Satyricon

dabYo dans Critiques, Musique le 28 avril 2015, avec aucun commentaire
Critiques

Le premier mai, c’est le jour du muguet, mais c’est aussi le jour officiel de la sortie de Live at the Opera de Satyricon chez Napalm Records. Il s’agit de la sortie sur disque de l’enregistrement d’un concert que le groupe a donné en novembre 2014 avec le chœur national d’opéra de Norvège, dans le cadre d’un festival de musique contemporaine. Chez nous ça paraitrait ouf, mais en Norvège c’est plutôt de l’ordre du normal. Vous prenez un groupe de Black Metal que j’aime de base, et vous me promettez d’y rajouter des chœurs, évidemment je me jette sur l’opus.

Live at the Opera de Satyricon

Il s’agit d’un concert live, c’est donc sur CD et sur DVD que leur performance a été réarrangée. Satyricon a joué pour cette occasion un set de 14 titres, qui reprend la plupart des morceaux les plus populaires de leur discographie et auxquels des chœurs vont venir s’ajouter, ça et là. Car en effet, contrairement à ce qu’on a par exemple pu connaître avec la collaboration de Therion ou d’Epica avec l’orchestre de Miskolc, il ne s’agit pas ici d’arrangements orchestral. La musique n’accueille pas de nouveaux instruments, mais est agrémentée de chœurs qui viennent souvent se placer à des moments clefs.

Live at the Opera de SatyriconOn pourrait naïvement penser que cela ne change pas grand chose, et pourtant, c’est tout le contraire. La musique de Satyricon est globalement assez variée, elle est passé d’un Black Metal pur et dur à parfois du Black’n’Roll très rythmique, d’autres fois à de l’atmosphérique au désespoir vraiment palpable. On voit tout de suite ce que pourrait donner des chœurs sur cette deuxième catégorie, un peu moins sur la première. Et pourtant, les chœurs féminins et parfois masculins sur les morceaux de Black’n’Roll en font des épopées lyriques d’un très bon niveau. On ne pourra que fondre devant l’arrangement de Now, Diabolical ou encore K.I.N.G.

La musique de Satyricon est épique, et ce coté ne peut être que renforcé par les chœurs. Ce ne sont pas des chœurs grégoriens à la Epica, on est sur pas mal de points plus proches d’un Therion à ce niveau. Les ajouts vocaux sont souvent très présents, mais sans faire trop pour autant, et donnent aux morceaux de Satyricon une nouvelle touche grandiloquente. C’est dans un style vraiment génial, qui parfois transforme les compositions en une bande son de tragédie grecque façon Black Metal.

Côté bande son c’est donc du tout bon, mais j’ai quelques réserves sur la partie vidéo. En effet, l’image est tout de même très sombre, les lumières sont assez mal exploitées et du coup, ce n’est pas toujours super intéressant à regarder. On a souvent des passages très noirs où l’on ne distingue pas grand chose. Bon, ça reste tout de même très acceptable et ça permet de rentrer clairement plus dans l’ambiance, bien que les musiciens soient relativement statiques.

Live at the Opera de Satyricon

Live at the Opera de Satyricon nous a donc plus que conquis et aura une place toute particulière dans la discographie du groupe. Des morceaux comme Now, Diabolical sonnent moins fort, moins dense, quand on les réécoute dans leur version originale, comme s’il manquait quelque chose. Prévu pour le 1er mai prochain, le pack comprend le live sur DVD avec un double CD pour près de 20€ suivant les éditions, ce qui est plutôt raisonnable. On a déjà préco, évidemment ! On rappelle que le groupe fait partie de l’affiche du Hellfest 2015.


Affiche du Hellfest 2015Les 19, 20 et 21 Juin 2015 se tiendra en terres clissonaises la nouvelle édition du plus grand festival français consacré au Metal, le Hellfest 2015.

L'équipe s'y rendant comme à son habitude pour avoir sa dose annuelle de concerts en plein air, nous vous proposons chaque dimanche de la semaine jusqu'aux jours J de découvrir l'un des groupes de l'affiche que nous comptons aller voir, à travers un clip ou une vidéo. Vous pouvez aussi consulter l'affiche du Hellfest 2015. C'est notre Highway to Hellfest 2015.

Parfois dans un genre qu’on apprécie plutôt il y a des gros groupes appréciés de tous dont on n’arrive pas à déterminer les raisons d’un tel succès. C’est clairement ce qu’il se passe entre moi et Mastodon, un des plus gros groupes du moment sur la scène Sludge/Stoner et qui pourtant me laisse perplexe à chaque fois que j’essaie d’en écouter les compositions.

Rien n’y fait, j’ai beau ne pas m’attarder sur les albums, passer des setlists avec leurs morceaux les plus populaires, je n’arrive pas à apprécier la musique de ces artistes américains. Leurs récents morceaux comme The Motherload ou le High Road ci dessus sont d’un cheesy abominable, bien loin du Sludge de leurs débuts à mon oreille.

Alors bon, ça s’écoute évidemment, ça reste du Metal, mais ce n’est tout simplement pas dans mes préférences. Quand ce n’est pas du cheesy, c’est trop lent et contemplatif, tel ce qu’on peut trouver avec Black Tongue. Pourtant avec leur album Leviathan il y avait de quoi faire et je dois avouer être un gros fan de Blood and Thunder qui est un morceau bien catchy et agressif. Ils le jouent souvent en live, alors pourquoi pas…

Headliners de la Valley du vendredi, Mastodon devrait passer en même temps que Satyricon ou Shining et il y a de fortes chances que les américains en pâtissent.


Affiche du Hellfest 2015Les 19, 20 et 21 Juin 2015 se tiendra en terres clissonaises la nouvelle édition du plus grand festival français consacré au Metal, le Hellfest 2015.

L'équipe s'y rendant comme à son habitude pour avoir sa dose annuelle de concerts en plein air, nous vous proposons chaque dimanche de la semaine jusqu'aux jours J de découvrir l'un des groupes de l'affiche que nous comptons aller voir, à travers un clip ou une vidéo. Vous pouvez aussi consulter l'affiche du Hellfest 2015. C'est notre Highway to Hellfest 2015.

Sur l’affiche de la Temple de ce Hellfest 2015 et donc des groupes de Black Metal qui seront programmés, on attend beaucoup de Satyricon. Il y a des gros bien connus et puis il y a quelques plus modestes, parmi eux on retrouve un groupe néerlandais de Symphonic Black Metal: Carach Angren. Ces derniers officient dans un genre macabre -évidemment puisqu’ils font du black metal- mais aussi et surtout très théâtrale.

Leur nouvel album This Is No Fairytale vient tout juste de sortir chez Season of Mist et je ne l’ai pas suffisamment écouté pour m’en faire un avis encore, c’est donc d’un ancien morceau que nous parlons ici: The Sighting is a Portent of Doom. Rien qu’au titre on a tout de suite compris qu’on était face à un groupe qui se gargarise de raconter des histoires dans ses morceaux. Ce n’est sans doute pas mon morceau préféré sur les setlists qu’ils jouent en concert, car je trouve que cela manque de rythme, mais c’est représentatif de la majorité de leur discographie.

Une discographie qui me laisse souvent perplexe car les mélodies tirent un peu en longueur, cela manque de regain d’intérêt et il faut vraiment aimer leur genre pour accrocher. Reste que c’est principalement via des playlist tirées de leurs concerts que je les écoute, et ils ont quelques perles que j’aime beaucoup Haunting Echoes From The Seventeenth Century par exemple qui est un morceau beaucoup plus rythmé, avec des breaks et un tempo intéressant qui en font je l’espère un groupe sympathique à regarder.

Nous serons donc sans doute sous la Temple lors du passage de Carach Angren au Hellfest 2015 ! A moins qu’ils ne soient en concurrence direct avec Terra Tenebrosa, mon gros coup de cœur…


HtH15: Drink de Alestorm

dabYo dans Actualité, Musique le 15 mars 2015, avec aucun commentaire

Affiche du Hellfest 2015Les 19, 20 et 21 Juin 2015 se tiendra en terres clissonaises la nouvelle édition du plus grand festival français consacré au Metal, le Hellfest 2015.

L'équipe s'y rendant comme à son habitude pour avoir sa dose annuelle de concerts en plein air, nous vous proposons chaque dimanche de la semaine jusqu'aux jours J de découvrir l'un des groupes de l'affiche que nous comptons aller voir, à travers un clip ou une vidéo. Vous pouvez aussi consulter l'affiche du Hellfest 2015. C'est notre Highway to Hellfest 2015.

Que serait un Hellfest sans un groupe de Folk Metal avec une chanson à boire sous la Temple, entrainant tout le monde pour faire la chenille ? Pas grand chose sans doute. L’année dernière c’était à Trollfest que revenait cette lourde tâche, en 2013 c’est Korpiklaani qui s’en occupait, et cette année ce sera donc Alestorm !

Le groupe écossais officie dans le Pirate Metal, une sorte de coloration du Folk mélangé au Power, qui il faut bien l’avouer, se ressent vraiment bien avec ce groupe. Leurs hymnes sont épiques tout en sentant la crasse bien comme il faut, les caraïbes aussi, le rhum, tout ça. L’accent du chanteur fait vraiment vrai, d’origine contrôlée pirate.

Drink n’est pas vraiment un morceau représentatif de leur discographie. Beaucoup plus Folk, plus rythmée, c’est un peu un morceau de Korpiklaani sur lequel on aurait foutu un filtre de piraterie. Cela dit, pour un single, c’est sans aucun doute un des morceaux qu’ils ont le mieux léché et poli. C’est entrainant, y a des passages bien funs, et puis le refrain est vraiment entrainant. Le clip laisse songeur, mais il colle à l’ambiance.

Du coup, cela faisait un moment que j’avais envie de voir Alestorm en live, le Hellfest 2015 ce sera une très bonne occasion de le faire sous la Temple du dimanche soir.


Affiche du Hellfest 2015Les 19, 20 et 21 Juin 2015 se tiendra en terres clissonaises la nouvelle édition du plus grand festival français consacré au Metal, le Hellfest 2015.

L'équipe s'y rendant comme à son habitude pour avoir sa dose annuelle de concerts en plein air, nous vous proposons chaque dimanche de la semaine jusqu'aux jours J de découvrir l'un des groupes de l'affiche que nous comptons aller voir, à travers un clip ou une vidéo. Vous pouvez aussi consulter l'affiche du Hellfest 2015. C'est notre Highway to Hellfest 2015.

Quand il y a près de 150 groupes à l’affiche d’un festival, il est facile et rapide de passer à côté d’un groupe bien cool que l’on ne connaît pas. C’est bien ce qui a failli se passer avec Giuda si illman n’avait pas veillé au grain en venant m’interpeller subtilement: « Wook regardes le genre« . Car Giuda est présenté comme du Glam Punk, un mélange des genres dont nous n’aurions jamais ne serait-ce qu’imaginé l’existence. La futilité des glameux avec les revendications sociales de punks ? Vraiment ?

Bon, loin de l’étiquette que leur a collé le Hellfest parce qu’il faut toujours en mettre une, il faut bien avouer que le mélange de Giuda est assez particulier, une musique très funky et pop psyché, mais sans tomber dans les travers du fuzz technique, plutôt avec l’aspect simple et rentre dedans que peuvent parfois avoir les compositions punks des débuts. Bref, une sorte de coktail qui est vraiment sympa à écouter et met tout de suite de bonne humeur.

Le groupe est milanais et ça se voit bien dans leur clip Wild Tiger Women. Un clip qui parle de femme, thématique très chère aux groupes de Glam mais le tout chanté par des gars qu’ont une bonne tête de punk tout de même. Le tout sous font de harcèlement de rue, je ne peux pas dire que je l’ai trouvé génial, bien qu’il reste clairement décalé pour le coup. La musique est par contre vraiment sympa, avec ces riffs bien sympathiques, ces chœurs très punk et une voix fluette pour mettre l’ambiance. Du tout bon accompagné d’une chorégraphie de qualitay.

Je suppose que Giuda passera assez tôt vu leur emplacement sur l’affiche du Hellfest 2015, sous la Valley car je les vois mal investir la Warzone malgré l’étiquette. Si il n’y a rien en même temps, j’espère bien pouvoir assister à leur présentation.


Extinct de Moonspell

Serafina dans Critiques, Musique le 5 mars 2015, avec aucun commentaire
Critiques

Moonspell fait partie de ces groupes cultes que nous avions déjà écouté d’une oreille mais sans qu’ils n’entrent réellement dans notre top. Et puis il y a eu ce dimanche au Hellfest 2013, où nous avons décidé d’assister au concert des portugais sous la Altar, de loin. Du moins au début, car nous avons pris une grosse claque ce jour là, et nous avons adoré le show. Nous avons par la suite exploré la discographie du groupe, notamment leur dernier Alpha Noir/Omega White que nous avions acheté à sa sortie sans trop l’écouter. Moonspell est depuis entré dans mon top personnel, j’attendais donc avec impatience leur nouvel album Extinct qui sort le 6 mars chez Napalm Records.

Moonspell-Extinct-cover-e1419439904361-720x340

La couverture est encore une fois signée Seth Siro Anton qui officie dans Septic Flesh. L’album se compose de 10 pistes donc vous trouverez les titres ci-dessous. Certaines éditions intègrent aussi 4 bonus tracks ainsi qu’un documentaire de 90 minutes. Nous n’avons pas entendu ni vu ses bonus nous ne les évoquerons pas dans cet article.

1. Breathe (Until We Are No More)
2. Extinct
3. Medusalem
4. Domina
5. The Last of Us
6. Malignia
7. Funeral Bloom
8. A Dying Breed
9. The Future Is Dark
10. La Baphomette

Si Alpha Noir et Omega White séparaient de manière assez nette les diverses influences de Moonspell, ici, on retrouve les deux facettes du groupe mixées et équilibrées. Le chant clair est relativement présent, avec la voix de crooner si caractéristique de leur chanteur. Le grunt est quasiment absent, ce qui donne un album assez accessible. Personnellement, j’adore, même si je comprend que l’on puisse trouver cela cheesy, pour la fane de Type O Negative que je suis, je ne peux qu’apprécier. Les thèmes sont très Moonspell : l’amour, mais l’amour dans la mort, un monde sombre mais pourtant pas dénué de beauté. Les paroles sont parfaitement représentées par la musique, assez sombre tout en ayant de belles éclaircies. On dirait que je présente la météo en disant ça…

moonspell2014bandpromo_edgar_638

Pour le coup, l’influence gothique de Moonspell est bien plus présente que sur certains vieux albums. Difficile de ne pas penser à Sisters of Mercy en écoutant Medusalem. Medusalem est d’ailleurs un de mes titres préférés, son tempo relativement élevé, sa construction éloignée du traditionnel couplet-refrain en font un des temps fort de l’album. Le groupe a toujours eu une facette mélodique, mais pour une fois, l’orchestration utilisée est un orchestre turque et cela se ressent énormément, notamment sur le break de Breathe (Until We Are No More) et sur Medusalem.

Pour le coup, cela permet aux portugais d’avoir une réelle originalité dans le genre. La plupart des groupes qui décident d’intégrer des orchestres vont plutôt chercher des orchestrations « classiques ». Je les aime aussi, mais c’est du déjà vu. Ici l’orchestre turque a apposé sa patte sur pas mal de titres, formant une sorte de ligne directrice pour toute la première partie de l’album. La deuxième partie, dès Domina est plus proche de Omega White.

Bien sur, comme sur Omega White, on est sur des structures assez simples, en mode couplet-refrain, assez efficaces. Seul bémol, certains morceaux sont réellement trop axés sur des refrains, répétés dix fois, comme c’est le cas sur Extinct ou encore The Future is Dark qui est d’ailleurs assez faible à mon avis par rapport au reste de l’album. Domina aussi a tendance à marteler le refrain, mais le long passage instrumental et son solo compensent le classicisme qu’on aurait pu redouter. L’outro, La Baphomette est clairement la surprise de l’album, puisque c’est une valse, sans guitares …. chantée en français !  Je n’ai toujours pas décidé ce que je pensais de ce morceau ovni.

En résumé, Extinct est un album de Moonspell dans la droite lignée d’Omega White, avec des touches d’Alpha Noir. Si vous n’avez pas aimé cet album bonus, vous n’aimerez probablement pas celui-ci. Mais si comme moi c’est un de vos albums préférés, vous ne pourrez qu’aimer Extinct. Moi il tourne déjà en boucle sur mon iPhone.


Affiche du Hellfest 2015Les 19, 20 et 21 Juin 2015 se tiendra en terres clissonaises la nouvelle édition du plus grand festival français consacré au Metal, le Hellfest 2015.

L'équipe s'y rendant comme à son habitude pour avoir sa dose annuelle de concerts en plein air, nous vous proposons chaque dimanche de la semaine jusqu'aux jours J de découvrir l'un des groupes de l'affiche que nous comptons aller voir, à travers un clip ou une vidéo. Vous pouvez aussi consulter l'affiche du Hellfest 2015. C'est notre Highway to Hellfest 2015.

La bête noire de l’Amérique de la fin des années de 90 est de retour au Hellfest après un passage au Hellfest 2009 que nous n’avions pas raté. A l’époque, le diable médiatique ne nous avait pas franchement emballé et on avait eu quelque peine à voir qu’il n’arrivait pas à se détacher de son ancien personnage. L’eau a coulé sous les ponts depuis, Born Vilain est sorti en 2012 puis cette année c’est pour supporter The Pale Emperor que l’artiste reviendra sur la scène clissonnaise, sans même avoir le statut de tête d’affiche de la MainStage02. Cruel.

Deep Six est extrait de ce nouvel opus qui marque la continuité de ce qu’avait commencé le groupe avec Born Vilain, quelques titres accrocheurs qui n’arrivent pas à égaler les gros succès aux yeux des fans, quelques balades pas toujours accrocheuses quant à elles. Mais bizarrement, plus les gens crachent dessus, plus j’ai envie d’aimer. C’est comme ça parfois. Le titre s’écoute bien mais il faut malheureusement avouer que côté clip, on voit que le temps de l’argent est fini. Les effets sont relativement cheap, on est loin des œuvres qu’étaient les clips de la belle époque.

Reste qu’avec le nouveau départ que son leader semble vouloir prendre, j’espère quand même pouvoir me mettre devant la MainStage02 et apprécier quelques bons vieux titres qui font toujours leur petit effet. Car après tout je suis encore un adolescent qui aimerait bien recevoir enfin la claque d’un bon concert de Marilyn Manson.


Le M-Fest c’est le petit festival de notre région qu’on a bien envie de voir grandir. L’année dernière nous n’y étions pas, lui ayant préféré (sic) un festival parisien, et pas des moindres: le Fall Of Summer 2014. Mais que voulez-vous, c’est difficile de résister à l’appel d’un Watain. Cette année cela dit, le choix risque d’être un peu plus difficile il y a eu tout d’abord l’annonce de Orphaned Land, un groupe de Metal Oriental que Serafina aime beaucoup (et moi, un peu moins).

M-Fest 2015

Et puis, il vient d’y avoir l’annonce de la venue de Belphegor et Melechesh. Oui, vous avez bien lu, ces deux groupes internationaux de Black Metal à la très bonne réputation viennent débarquer dans l’Indre et Loir. Franchement, j’ai encore du mal à y croire quand je repense au site de l’édition 2013, ça va leur faire bizarre !

Mais quelle bonne nouvelle pour nous autres, si la salle utilisée est d’aussi bonne qualité, ce sera l’occasion d’apprécier ces deux pointures dans un cadre assez rare, loin des grandes scènes du Hellfest. Melechesh est un groupe oriental lui aussi, mais qui met cette touche sur un Black Metal agressif, rythmique, endiablé que j’adore tout simplement. Leur nouvel album vient tout juste de sortir et c’est une tuerie.

Rien que pour cela, je concède déjà ce week-end au M-Fest 2015… Sauf si Kvelertak était annoncé ailleurs le jour même, évidemment ! Retrouvez toutes les infos du festival sur sa page Facebook.