Livres
150515284 831 articles

Dernièrement dans la section Livres d'if is Dead:

Belle de Robin McKinley

Serafina dans Critiques, Livres le 31 mai 2011, avec 2 commentaires
Critiques

Belle est un roman de Robin McKinley qui date de 1978 mais qui vient d’être réédité en français par les éditions Mnemos avec une superbe couverture de Alain Brion. Le roman avait été édité en 1993 chez Pocket SF et n’était plus disponible dans le commerce depuis un bon bout de temps déjà. Comme son nom l’indique, Belle est une version revisitée du classique conte de la Belle et la Bête. Il ne fait que 240 pages et se lit donc fort rapidement. Synopsis.

Belle de Robin McKinley

Belle n’est pas aussi jolie que ses deux sœurs. Issue d’une famille aisée mais maintenant ruinée, Belle coule de paisibles jours dans une maisonnette à la campagne où elle effectue diverses tâches champêtres. Jusqu’au jour où son père revient catastrophé d’un long voyage. Il a rencontré une Bête, qui lui a demandé de lui ramener une de ses filles, et c’est bien entendu celle qu’il considère comme moins jolie qu’il va choisir.

Bon, honnêtement, l’histoire nous la connaissons tous et toutes. Le dessin animé de Disney a fini de populariser ce conte. Vous ne trouverez donc pas de suspens, mais un peu de bonne niaiserie sentimentale matinée de Fantastique comme il se doit. Car effectivement cette relecture ne diffère pas tant que cela de ce qu’on connait du conte, et pour avoir déjà lu diverses adaptations, je dirais que cette relecture n’apporte aujourd’hui plus grand chose de nouveau si vous êtes féru du conte. La seule vraie différence se situe au niveau des sœurs de Belle, qui sont souvent dépeintes comme de vraies pestes et qui sont là sont des soeurs très normales et très gentilles.

Le roman est à la première personne, ce qui est sans doute le changement le plus subtil mais qui joue le plus dans notre appréciation de l’histoire. Nous sommes beaucoup plus proches de Belle. Et si le fait de mener un roman à la première personne, surtout dans un cadre sentimental comme celui ci, est un exercice périlleux, Robin McKinley s’en tire avec brio, présentant là une Belle très crédible, ni cliché, ni tête à claque. Le style est facile à lire et très direct. En plus c’est écrit plutôt gros, donc le livre se lit rapidement et sans accro.

Belle de Robin McKinleyBelle est évidemment un roman qui n’a que très peu d’action et qui se concentre surtout sur les relations entre les personnages. J’avoue avoir mis du temps à entrer dans l’histoire, tellement je ne voyais pas ce que la réécriture apportait. Et puis au fil des pages, on se rend compte qu’on s’est attaché aux personnages, et qu’on est ému ou inquiet pour eux. Le roman m’a finalement beaucoup plu , grâce a ses personnages tous très réalistes et très touchants. Le roman est aussi plus adulte que le conte normal. Il n’est pas enfantin, bien que pouvant tout à fait être lu par un jeune adolescent, il n’y a rien de choquant ou de sanglant dedans, mais on est loin des personnages manichéens des contes.

Au final, je garde un très bon souvenir de ce roman, malgré un démarrage difficile. Belle est un roman simple, qui n’en met pas plein les yeux, qui joue surtout sur la finesse et sur ses personnages mais qui arrive parfaitement à son but. Si vous aimez les contes, ou si vous aimez les jolies histoires n’hésitez pas. A noter que ce roman pourra plaire je pense à tout le monde, même aux personnes un peu réticentes au Fantastique car c’est un grand classique doublé d’un bien bel objet.


C’est Lundi, que lisez-vous ? #2

Chaque semaine partageons nos lectures du moment

Serafina dans Actualités, Livres le 30 mai 2011, avec 8 commentaires
Actualités

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. Comme on est des oufs dans nos têtes pour la deuxième fois consécutive, on va nous aussi vous parler de nos lectures du moment ! Donc, c’est lundi, que lisons-nous ?

dabYo

Elric: Les Buveurs d'ÂmesJe n’ai pas vraiment eu le temps de lire cette semaine, cependant, j’ai quand même pu bien entamer le nouveau Elric, Les Buveurs d’Âmes. Vous l’avez sans doute compris si vous avez tenté d’en gagner un exemplaire, mais il s’agit d’une collaboration entre son créateur, Moorcock, et l’auteur français Fabrice Colin.

Bien que je n’ai pas réellement apprécié la lecture du premier tome de la série, Elric des dragons, que je n’ai d’ailleurs pas réussi à terminer, ce nouveau tome m’a plutôt surpris. Une reprise de franchise comme ça, il faut avouer que ça sentait l’opération marketing à plein nez.

Je ne peux pas encore dire si cela en est une, si le tome aura une réelle influence sur la série ou si cela reviendra à un simple filer, mais je peux déjà dire que ça se lit très bien. Le style du roman est agréable, et l’histoire m’a presque convaincu, bref, aussi étonnant que ça puisse être, j’ai envie de savoir ce qu’il va se passer. Rendez vous la semaine prochaine pour la chronique, je pense.

illman

Je suis donc Toujours sur le tome 2 de l’Ennemi dans l’Ombre de David Weber, vu ma vitesse de lecture actuelle et l’intérêt pour ce bouquin qui me fuit, j’en ai encore pour un bon mois. Il faut que je me fasses violence en pensant à Metro 2034 qui m’attend, là, quelque part.

LuxtExMachina

Je viens de finir Les Marches Nocturnes de Franck Ferric, un recueil de nouvelles très sombre que j’ai beaucoup aimé, vous en apprendrez plus lors de ma chronique qui devrait arriver dans la semaine.

Et du coup, j’entame La triste histoire des frères Grossbart de Jesse Bullington aux éditions Eclipse.

Serafina

Autour de Londres de Lydie BlaizotJ’ai terminé la semaine dernière la Tour des Illusions de Anthelme Hauchecorne, mais pas le Trône de Fer Tome 2… Je l’ai juste assez avancé pour ne pas être dépassée par la série TV.

J’ai en parallèle commencé Autour de Londres de Lydie Blaizot, j’avais découvert cet auteur avec son roman La Maison de Londres au milieu de l’année dernière. Cette fois, il s’agit d’un recueil de nouvelles vampiriques aux éditions du Petit Caveau. Les nouvelles reprennent plus ou moins les mêmes personnages que le roman, et il peut se lire indépendamment. Jusqu’à présent, page 77 sur 200, c’est très bon.

Hop hop, et vous, que lisez-vous ? Va falloir nous le dire maintenant qu’on fait l’effort de continuer !


L’Enjomineur, 1792 est le premier roman de la trilogie l’Enjomineur de Pierre Bordage, initialement publié en 2004 aux éditions l’Atalante, et récemment sorti en format poche chez J’ai Lu. Ayant entendu plusieurs critiques, aussi bien positives que négatives, sur les autres livres écrits par cet auteur que je n’avais jamais lu, j’ai essayé de lire ce livre sans aucun apriori. Il s’agit d’un roman qui mêle Fantasy et réalité historique, servi par une superbe couverture de Vincent Madras. Synopsis.

L'Enjomineur, 1792, L'Enjomineur Tome 1, de Pierre Bordage

Emile est un jeune homme qui fut élevé par un prêtre. Il est réputé pour être le fils de la fée Mélusine, ce qui donne une bonne raison aux personnes de se méfier de lui. Préférant rester neutre entre les  deux factions se combattant au nom du roi de France ou de la République, sa vie va basculer le jour où il rencontre le « petit peuple », et Perette, dont il va tomber amoureux. En parallèle, nous suivons Cornuaud, un homme rustre, enjominé, ou envouté par une sorcière vaudou, après un viol sur un négrier. Sa seule motivation étant de trouver un remède à la malédiction pesant sur lui.

Comme vous l’aurez compris, nous suivons ici deux personnages bien distinct l’un de l’autre, tant au niveau physique qu’au niveau psychologique. Les deux protagonistes sont totalement indépendants dans ce volume. Emile se trouve en Vendée tandis que Cornuaud passe de Nantes à Paris. C’est l’un des regrets que j’ai eu en lisant ce livre. La trame principale n’est pas assez mise en avant. On se retrouve à suivre ces deux personnages sans savoir pourquoi, sans voir véritablement un lien entre eux. Cela aurait pu être acceptable sur une partie du livre mais c’est malheureusement sur l’intégralité de ce premier volume. On se rend compte à la fin que ce n’est en fait qu’une introduction de plus de 400 pages. Alors certes elle est nécessaire pour planter le décor, mais ça reste long, surtout pour une trilogie.

L’histoire se passe donc en 1792. La révolution française a eu lieu 3 ans avant et la situation dans le pays n’est pas ce que l’on pourrait appeler idyllique. Pierre Bordage a réussi à créer une atmosphère de tension qu’il nous fait ressentir à chaque instant. Que ce soit quand les deux factions, royalistes et républicains, se rencontrent ou lors des mises à sacs des maisons bourgeoises ou du palais royal. On a l’impression de vraiment s’y trouver. Tout ça grâce aux nombreuses recherches que l’auteur a faite sur cette époque. Le travail fourni pour recréer les évènements de cette époque permet une immersion complète dans l’univers et c’est, je trouve, le point fort du livre.

L'Enjomineur, 1792, L'Enjomineur Tome 1, de Pierre Bordage

Couverture de la version grande chez l'Atalante, là aussi par Vincent Madras

L’action est donc séparée par les deux personnages principaux mais aussi par les lieux. Cette séparation permet à l’auteur d’exposer des visions différentes de la révolution. En campagne, se sont les royalistes qui la mettent à feu et à sang, tandis qu’en ville ce sont plutôt les républicains. Pierre Bordage nous montre par ce fait la séparation entre les deux milieux. Cela est accentué par les dialogues, où lors des passages en Vendée, la plupart des personnages parle en vieux patois. C’est très déconcertant au début mais on arrive très vite à s’y faire. Au contraire de la ville où le langage, sans être distingué, est plus soutenu.  Il est à noter que l’auteur, afin d’accentuer l’immersion du lecteur, n’a utilisé que des mots et des expressions utilisaient à cette époque. Ce n’est pas la première fois qu’il joue sur ce registre, il l’avait déjà fait avec Les Fables de l’Humpur.

L’action est elle aussi divisée entre les deux héros. Il est rare de voir, du moins au début, des scènes de violences avec Emile, tandis qu’avec le second, on assiste aux combats sanglants qui régnaient à cette époque, entre les rafles chez la noblesse et la prise des Tuileries.

L'Enjomineur, 1792, L'Enjomineur Tome 1, de Pierre BordageIl est difficile de cataloguer le style du livre. Sans être un recueil cherchant à être précis sur les différents points historiques, il ajoute des éléments fantastiques avec maîtrise. Ainsi donc la magie existe mais reste à l’abri des regards. Toujours dans l’ombre, les sorts se font dans le sang, en pleine nuit. Les guérisseuses sont traitées en paria, mais tout le monde va les voir. De même, les créatures magiques sont traitées en tant que légendes. L’auteur utilise ces éléments comme on s’attend à ce que les personnes les traitent à cette période de l’Histoire. Tous ces éléments permettent au lecteur de s’intégrer à l’univers facilement.

L’Enjomineur, 1792 est pour moi un livre assez moyen. Alors que l’univers, l’Histoire, recréés pour l’occasion par Pierre Bordage nous donne envie, l’histoire du roman en lui même a énormément de mal à se mettre en place, elle semble un peu longue. Les personnages principaux, bien que sans défauts apparents, manquent de liens entre eux. Seul le style de l’écriture m’a fait continuer ce livre. Je lirai tout de même le second tome, L’Enjomineur, 1793 afin de voir s’il arrive à concrétiser cette longue introduction.


Nekropolis de Tim Waggoner fait partie des sorties récentes de l’éditeur Eclipse. Publié en version originale en 2009, ce roman catégorisé en Urban Fantasy est le premier tome de la série Matthew Richter: détective privé zombie. Il servi par une traduction de Sandy Julien et une couverture d’Alain Brion. Après avoir lu le tome 1 de l’Ennemi dans l’Ombre, j’avais besoin de quelque chose de plus léger, de plus easy-reading pour me remettre sur les rails. Mission accompli pour ce roman rempli de créatures qui hantent nos nuits ? A suivre dans le synopsis.

Nekropolis, Matthew Richter Tome 1, de Tim Waggoner

Matthew Richter est un zombie, mais pas n’importe quel zombie, il n’a pas de maître et pense par lui-même. C’est un ancien flic qui s’est fait zombifier à Nekropolis et qui, pour passer le temps, rend service à son entourage, profitant de ses capacités de non-vivant. Le jour où son chemin croise celui de Devona, une demi-vampire, enfin je veux dire « demi-sanguinée« , une course contre-la-montre s’engage contre la décrépitude de ses chairs mortes et le courroux d’un des seigneurs noirs.

Tout d’abord, l’univers. Nekropolis se trouve sur une planète où se sont exilés les noxiens (les monstres en quelque sorte) pour ne pas se faire casser les pieds par les humains. On trouve de tout dans ces bestioles, des vampires appelés ici sanguinées, des lykos et autres démons tous plus dégueulasses les un que les autres. Des variantes originales font leur apparition comme des vampires accros aux implants cybernétiques, et des lykos génétiquement modifiés. Tout cet écosystème est attroupé dans des dominions dirigés par un seigneur noir, au nombre de cinq. Ça m’a fait beaucoup penser à des stages dans jeu vidéo, avec des environnements variés que notre héros va devoir traverser. A part ça l’univers est bien décrit, on n’a pas de mal à plonger dans la puanteur et la liesse de la fête annuelle qui se déroule au moment des faits. On sent que Tim Waggoner pose les bases de son univers pour des suites.

En ce qui concerne les personnages on a droit à un peu de tout. On imagine bien Matt en pardessus de détective sillonnant Nekropolis, accompagné de Devona qu’on finit par percevoir en acolyte de charme, des clichés des histoires de détective privé. Matt trouvera sur son chemin une panoplie de personnages assez conséquente, tous très différents les uns des autres, en plus. Par contre j’ai trouvé les seigneurs noirs un peu bidons dans leurs comportements respectifs, trop mou à mon goût, pas assez dominant par rapport aux autres.

Nekropolis, Matthew Richter Tome 1, de Tim Waggoner

Avec  un gros Détective marqué sur la couverture, je m’attendais à une histoire avec une enquête un peu plus poussée qu’une suite d’indices évidents et d’indics qui parsèment la narration. Même si le pourquoi n’est révélé qu’à la fin, le comment est un peu trop rapide et évident. Globalement, on a beaucoup de mal à être surpris par l’histoire, c’est un peu dommage, vu l’univers décrit il y avait moyen de faire mieux je pense. Et je ne mentionnerai pas l’inévitable et téléphonée romance qui va ébranler le cœur mort de notre petit zombie en côtoyant sa vampirette.

Le style de l’auteur contient vraiment de nombreuses apartés à base de parenthèses, il se lâche même un peu trop à ce niveau là. C’est très présent au début mais heureusement ça diminue au fur et à mesure que le roman avance, sans vraiment disparaitre pour autant. Ça casse le rythme. Si l’on omet ce détail, Nekropolis se lit plutôt vite et l’action se déroule non stop, on ne s’ennuie pas et c’est tant mieux. Le coté lutte contre le temps est sympa, mais pas assez exploité à mon gout.

Nekropolis, Matthew Richter Tome 1, de Tim WaggonerL’édition d’Eclipse est toujours de bonne facture et je trouve l’illustration de couverture d’Alain Brion supérieur à celle de la version originale. On regrettera juste le sticker « Recommandé par Syfy« , qui est certes simplement collé, mais dont la matière est tellement fine qu’on évitera d’essayer de le faire. Ou comment gâcher bêtement une superbe couverture. On apprécie par contre toujours les marque-pages détachables dans la couverture, la marque de fabrique de l’éditeur.

Au final, même si Nekropolis de Tim Waggoner n’est pas un chef d’œuvre, il reste un bouquin d’Urban Fantasy plaisant à lire. Guère surprenant, on saura sans doute mieux apprécier la diversité de l’univers dans les prochains tomes. C’est une bonne lecture pour s’aérer la tête et passer le temps, si vous avez l’occasion, lisez-le.


Comme on vous le disait hier avec notre première édition de C’est Lundi, vous allez pouvoir remporter un exemplaire du dernier tome de la saga Elric de Michael Moorcock. Bon, c’est pas comme si toute la blogosphère vous permettait pas de le faire déjà, mais on sait jamais, ça peut toujours augmenter vos chances. Comme il n’y a pas de règlement scellé sous huissier et tout le tralala, ce n’est pas un concours à proprement parlé, sans quoi nous serions hors-la-loi. Et nous, on aime pas ça, être hors-la-loi. Sauf quand on joue à Red Dead Redemption. Mais là n’est pas le sujet.

Elric: Les Buveurs d'Âmes

Elric: Les Buveurs d’Âmes est un romain conjointement écrit par Michael  Moorcock et Fabrice Colin, il se place dans la chronologie de l’épopée du Prince Dragon sans pour autant nécessiter d’avoir lu les autres tomes. Ça tombe bien, puisque je suis entrain de le lire mais que je n’ai jamais fini le premier tome de la série ! Je suis trop peu avancé pour vous dire si le roman est bon, à peine vingt pages de lues, mais je peux au moins vous dire qu’il est bien écrit: la lecture est facile, et on ne se sent pas perdu, même sans connaître la mythologie du monde du prince.

Bon ok, c’est bien beau tout ça, mais que faut il faire pour remporter cet exemplaire des Buveurs d’Âmes ? Et bien, il vous suffit de répondre correctement à ces quelques questions par commentaire:

  • De quelle couleur sont les yeux d’Elric ?
    • Bleu
    • Noir
    • Rouge
  • Quel livre de Michael Moorcock avons nous déjà chroniqué ?
    • Elric des dragons
    • Gloriana ou la reine inassouvie
    • Elric: les Buveurs d’Âmes
  • Lequel de ces illustrateurs est derrière la couverture des Buveurs d’Âmes ?
    • Alain Brion
    • Vincent Madras
    • Brom
  • Vous pouvez augmenter vos chances de gagner de la manière suivante :
    • Si vous êtes fans sur facebook : +1 chance
    • Si vous tweetez l’article: +1 chance
    • Si vous parlez de l’article sur votre blog : +1 chance

Elric: Les Buveurs d'ÂmesVous avez jusqu’au 31 Mai 2011 pour participer, n’oubliez pas d’utiliser une adresse e-mail valide, pour que nous puissions vous contacter afin d’obtenir votre adresse postale. Les participations sont réservées aux personnes vivant en France ou en Belgique.

A noter, les commentaires ne seront pas validés tout de suite, pour empêcher les gens de copier vos réponses .  Si vous êtes le grand gagnant, vous aurez sept jours pour répondre à notre mail en nous fournissant votre adresse postale, sans quoi nous referons un tirage au sort. Les informations récoltées ne seront pas utilisées par if is Dead ni transmises. L’adresse postale du (de la) gagnant(e) sera transmise à la société Supergazole, chargée de la campagne marketing autour du livre, afin que l’envoi puisse avoir lieu. Le tirage sera fait au sort.


C’est Lundi, que lisez-vous ? #1

Chaque semaine partageons nos lectures du moment

Serafina dans Actualités, Livres le 23 mai 2011, avec 6 commentaires
Actualités

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. Comme on est presque aussi asociaux sur le net que dans la vrai vie, on n’avait jamais participé à l’expérience jusqu’à présent. Mais bon, on est aussi des oufs dans nos têtes. Donc on a décidé de faire des efforts et de participer nous aussi à cette mouvance. Donc, c’est lundi, que lisons-nous ?

dabYo

J’ai fini hier ma lecture d’un roman des éditions J’ai Lu, Le Shogun de l’Ombre de Jérôme Noirez. C’était une lecture tout aussi bonne que ma première rencontre avec l’auteur, Le Chemin des Ombres. Mais cette fois, le Fantastique se mêle à des intrigues plus policières, dans le Japon Féodale.

Elric: Les buveurs d'âmes de Moorcock et ColinDu coup, j’ai entamé la lecture d’un second livre, un nouveau tome de la saga Elric. Son éditeur tente actuellement de le placer au sein d’une sorte de buzz, à renfort de service presse et de concours. Vous pourrez d’ailleurs en remporter un exemplaire dès demain sur if is Dead, si tout se passe bien. Les buveurs d’âmes est un roman conjointement écrit par Michael Moorcock et Fabrice Colin, qui se situe en plein dans l’épopée du prince dragon, mais qui ne nécessite pas d’avoir lu les tomes précédents. Ça tombe bien puisque ce n’est pas mon cas. Pour le moment, vu que je n’ai lu qu’une vingtaine de pages, rien à signaler. Le style se lit bien, à voir pour la suite.

Serafina

Le Donjon Rouge, Trône de Fer Tome 2, George R.R. MartinPuisque je suis connue pour avoir diverses personnalités, je n’ai rien trouvé de mieux que de lire deux livres en parallèles. Tout d’abord, je lis le deuxième tome du Trône de Fer, Le Donjon Rouge.C’est en fait la deuxième partie du tome 1 en VO. Je le lis histoire de ne pas voir la série sans avoir préalablement relu le livre. J’en suis à la page 200 sur 500 et j’aurais sans doute terminé à la fin de la semaine. Il n’y a rien à dire, Le Trône de Fer de George R.R. Martin, c’est juste génial.

En parallèle je lis La Tour des Illusions de Anthelme Hauchecorne aux éditions Lokomodo, roman que j’ai choisi car l’auteur avait l’air sympa sur les photos promos (…). Le roman s’avère être du Fantastique très mordant sur notre société, avec de belles touches Pratchettiennes. J’en suis à la page 140 sur 250, et là encore je prévois de le finir dans la semaine.

illman

L'Ennemi dans l'Ombre Tome 2, de David WeberJe suis en ce moment sur le Tome 2 de L’Ennemi dans l’Ombre de David Weber. A l’ouest rien de nouveau, c’est toujours de la Hard SF, aussi douloureux pour moi que pour le premier tome.

Autant vous dire que je ne suis pas prêt de l’avoir fini celui-là étant donné que je n’en suis qu’à un cinquième du bouquin au bout de deux semaines. Je ne dis pas que c’est mauvais, ça me rase et j’ai peu d’espoir de sortir de cet état de fait…

Hop hop, et vous, que lisez-vous ? Bon ok, il y a de fortes chances que nous ne retentions jamais l’expérience, mais, on sait jamais !


Neverwhere de Neil Gaiman

Serafina dans Critiques, Livres le 16 mai 2011, avec 4 commentaires
Critiques

Neverwhere est un roman de Neil Gaiman écrit en 1996, qui est en fait l’adaptation en livre d’une mini-série de 6 épisodes diffusée sur la BBC et scénarisée par… Neil lui même. Le roman se situe dans la catégorie Urban Fantasy et a acquis une sorte de statut culte. En effet, initialement traduit par Au Diable Vauvert, puis édité en poche par J’ai Lu, il a été pendant quelques années introuvables, en faisant une sorte de St Graal de l’amateur de Fantasy… Il a récemment était réédité en grand format par son traducteur, puis de nouveau en poche par J’ai Lu au début de cette année 2011. Du coup, l’attente était forte quand j’ai entamé ce bouquin, et j’avais extrêmement peur d’être déçue. Synopsis ?

Neverwhere de Neil Gaiman

Richard Mayhew vit à Londres, une petite vie sans histoire, une jolie fiancée, bref, la vie d’un londonien lambda. Mais un jour, il sauve la vie d’une jeune fille : Porte.  Sans le savoir, Richard vient de faire basculer sa vie, il va tout perdre, et découvrir le Londres d’En Bas.

Je ne vous en dirais pas plus, mais je vais vous dire une chose : Neverwhere est à la hauteur de son aura et bien plus encore. Tellement qu’il est très difficile de commencer cette chronique. Neil Gaiman nous propose ici une histoire dans le plus pur style d’Urban Fantasy avec un monde qui cohabite avec le notre, se croisant parfois, mais que nous ignorons : bref, comme le monde des sorciers dans Harry Potter. Nous suivons Richard, totalement novice, qui découvre peu à peu le monde dans lequel il est tombé, et c’est l’occase pour nous de le découvrir aussi. En toute honnêteté, le personnage principal, donc Richard, est assez transparent, ce n’est pas forcément un personnage auquel on s’attache au contraire des personnages secondaires. Richard est juste là pour nous permettre de rentrer dans le monde via ses yeux.

Et quel monde fascinant. On retrouve le Neil Gaiman à l’humour corrosif et si souvent absurde qu’on avait pu apprécier dans De Bons Présages par exemple. Le roman est rempli de perles d’humour et de jeux de mots. Cependant, comme pour Stardust que j’ai lu il y a plusieurs années, le livre est très très fortement ancré dans la culture anglaise, et il est clair que si vous n’avez jamais été à Londres vous passerez à coté d’un certain nombre de références. Pour ma part je l’ai commencé dans l’Eurostar, car je trouvais que c’était l’occasion et j’avais bien raison. Certains jeux de mots sont carrément intraduisibles et expliqués avec des notes du traducteur, Patrick Marcel, en bas de page.

Neverwhere de Neil Gaiman

Couverture de la réédition du Diable Vauvert

Malgré cela, le roman est un vrai plaisir. Il développe un certain nombre de concepts absolument géniaux et qui ne donnent qu’une envie, descendre dans le Londres d’En Bas. Les personnages secondaires sont pour la plupart assez loufoques, et certains sont très attachants notamment une petite Parle Au Rat ou même Porte. L’histoire est assez proche d’un récit initiatique, et Richard se fait balader à la suite des personnages du Londres d’En Bas, mêlé à une sombre affaire de meurtre.

Neverwhere de Neil Gaiman Cependant, le récit atteint une certaine intensité, et au final, il est très dur de s’en décoller, jusqu’à la fin, qui vous laisse un poil abasourdi. Et triste aussi, de quitter ce monde merveilleux.

Neverwhere me faisait un peu peur, mais au final, c’est un livre qui vaut sa réputation, et qui m’a marquée comme peu de livres ont pu le faire. On ne s’ennuie pas une seconde et on alterne entre humour et passages très tristes, voir sombre. La mythologie mise en œuvre est tellement dense qu’on ne peut que regretter qu’il n’y ai pas de suite. Je ne serais pas loin de le placer au niveau d’un A La Croisée des Mondes, ce qui pour moi n’est pas rien. Il est à nouveau assez facile à trouver, vous n’avez donc aucune excuse pour ne pas lire ce bijou.


Ici et maintenant est le premier tome de la nouvelle série de Alyson Noël, Radiance. Il s’agit en fait d’un spin off de sa série Eternels, déjà chroniquée par Serafina, qui reprend le personnage de Riley Bloom. Ne connaissant pas la série principale, ce fut pour moi l’occasion de découvrir le style de l’auteur et de me replonger dans l’univers d’un roman jeunesse. Synopsis ?

Ici et maintenant, Radiance Tome 1, de Alyson Noël

Suite à un accident de voiture, Riley Bloom, jeune fille de 12 ans, se retrouve dans « l’ici et maintenant ». Un lieu où le temps ne compte pas et est juste une succession de moments présents.  N’ayant pu suivre sa sœur dans le monde des vivants, ni ses parents dans celui des morts, elle se retrouve coincée dans l’entre-deux mondes auquel elle a bien du mal à se faire.  Après avoir retrouvé une routine familière, avec ses parents et son chien dans un quartier imaginaire ressemblant au sien, elle doit faire sa rentrée des classes. Elle y est soumise à un examen de conscience par des anges et se voit alors assignée la fonction de passeur d’âme. Elle démarre sa nouvelle carrière assistée de Bodhi, son guide, et accompagnée par son fidèle golden retriever Caramel.

En relisant mon synopsis je m’aperçois de son manque de clarté, mais je vous rassure c’est tout aussi incohérent dans le roman. On ne sait pas vraiment comment fonctionne ce monde de « l’ici et maintenant » ni qui en est l’autorité, pas plus que la raison pour laquelle Riley se trouve avec ses parents et son chien qui sont sensés, eux, être bel et bien morts et dans un autre monde. De la même manière, d’autres incohérences viennent s’ajouter tandis que la jeune fille débute son apprentissage ; ne serait-ce que cette histoire d’école qui reste très brumeuse et dont le but n’est pas franchement clair. Cependant un personnage nous promet, via Riley, que l’on comprendra en temps voulu… Espérons que ce soit dans le prochain tome parce que pour le moment, ce n’est pas encore le cas.

Ici et maintenant, Radiance Tome 1, de Alyson Noël

Couverture de la version originale, très proche mais aussi plus pertinante

L’histoire est donc simple et n’est pas sans rappeler d’autres histoires de passeurs, notamment la série télévisée Ghost Whisperer. Les caractères sont imprimés assez gros, ce qui est courant pour un livre jeunesse et les lignes sont bien aérées. Le style de Alyson Noël est léger et se lit facilement, avec une petite touche d’humour toujours présente. Tout cela rend la lecture de ce roman très rapide, peut-être même trop. Difficile de ne pas regretter un approfondissement des règles de ce monde surnaturel qui aurait pu nous éclairer un peu. L’histoire est avant tout destinée à un public jeune de pré-adolescents. En effet il sera plus facile pour de jeunes lecteurs et surtout lectrices d’apprécier le personnage de Riley. Petite peste de 12 ans, elle en présente tous les traits qui la rendront attachante : fragile sous des airs bravaches, maline, dynamique et surtout perdue dans ce nouveau monde et ses nouvelles règles. De la même manière, le sujet de la mort et de son acceptation est relativement bien abordé tout en restant drôle grâce aux réflexions de la jeune fille.

Ici et maintenant, Radiance Tome 1, de Alyson NoëlMalheureusement n’étant plus vraiment une pré adolescente, je n’ai pas pu réellement apprécier ce roman.  Beaucoup de choses m’ont paru incohérentes, les personnages m’ont semblé fades et stéréotypés, ainsi que les péripéties du trio très convenues. La couverture aux jolies couleurs bleutées ne correspond pas franchement au contenu malgré l’image d’un pont en arrière plan. Je trouve cela dommage car j’ai pourtant apprécié d’autres livres jeunesse et je pense que le potentiel de celui-ci, bien que ne traitant pas d’un sujet très original, aurait pu être bien mieux exploité.

Au final, Ici et maintenant s’avère être une lecture rapide et agréable, que je conseillerai uniquement aux fans du style de l’auteur ainsi qu’aux très jeunes lectrices.


Malédiction du Sang de Celia Rees

Serafina dans Critiques, Livres le 9 mai 2011, avec aucun commentaire
Critiques

Malédiction du Sang est un roman jeunesse de Celia Rees édité aux éditions du Seuil au début de cette année avec une traduction de Anne-Judith Descombey. Celia Rees a écrit beaucoup de romans jeunesse du genre Fantastique, mais je n’en avais lu aucun avant celui-ci. Bien que servi par un titre un peu cliché et une couverture assez moyenne, voir mauvaise avec son montage assez grossier et mal fini, cela a été ma première lecture du Read-a-Thon d’Avril 2011. Synopsis ?

Malédiction du Sang de Celia Rees

Ellen est gravement malade. Une maladie du sang assez obscure qui laisse les médecins perplexes. Elle séjourne chez sa grand-mère qui habite à Londres près de l’hôpital. En convalescence, la jeune fille explore la maison et notamment le grenier où elle découvre les journaux intimes d’une aïeule, fille d’un médecin en pleine époque Victorienne.

Le roman va donc alterner entre présent et passé, et les destins parallèles des deux héroïnes. C’est un procédé assez intéressant, qui a l’avantage d’être bien mené. Les passage dans le présent sont bien écrits, Ellen est une héroïne touchante. Mais j’ai préféré les passages dans le Londres Victorien , cela ne vous étonne probablement pas, l’aïeule est une fille forte, élevée dans l’ambiance des hôpitaux populaires et entourée de superstitions. Ce découpage a évidemment un effet simple, on a tellement envie de savoir la suite que cela se lit super vite.

Le style d’écriture de Celia Rees est fluide et simple, assez quelconque. Je l’ai trouvé neutre, et agréable, cela se lit bien, pas de problèmes à signaler, mais c’est pas franchement un style marquant. L’intrigue quant à elle est assez simple, je ne vous étonnerais pas en vous disant qu’il y vampire sous coussin. En même temps avec une telle couverture difficile de vous surprendre. J’ai rapidement deviné la résolution de l’intrigue, mais pour un livre jeunesse, ça ne me gène pas, cela ravira sans doute une personne plus jeune, et ce n’est pas trop niais pour que l’adulte soit agacée. Bref, un bon équilibre.

Malédiction du Sang de Celia Rees

Bien que parlant de vampires, nous sommes plus proches de ceux à la Carmilla ou Dracula que d’un Edward de Twilight. La partie Victorienne du roman parle notamment des avancées scientifiques (et des inconnues) autour du sang humain, et des épidémies de fièvres roumaines qui ont en partie forgé le mythe. Ce retour aux origines est grandement appréciable. Par contre, je reste assez perplexe sur la dimension scientifique qui est peut être difficilement compréhensible pour le public jeune. Je pense notamment aux incompatibilités de groupes sanguin, ou de rhésus qu’une jeune lectrice de 12 ans ne comprendra peut être pas. Ceci dit, cela peut être l’occasion de l’apprendre en en parlant avec un adulte.

Malédiction du Sang de Celia ReesLe roman est fortement imprégné par la ville de Londres, comme j’y suis allée il y a peu, cela m’a fortement aidée pour m’immerger. Cependant, il y ‘a de nombreux points discutables géographiquement parlant : la grand-mère habite apparemment vers Hyde Park (et plus précisément Nothing Hill), mais en même temps en face de Highgate Cemetery… Bon les quartiers ne sont pas explicitement cités, laissant un flou, mais cela gène un peu au niveau de l’exactitude.

Au final, Malédiction du Sang de Celia Rees est une excellente surprise. Que cela soit pour les deux histoires en parallèle, ou les vampires plus « fidèles » au mythe. Évidemment, l’ambiance Victorienne est un gros plus. Je recommande ce livre, peut être plus pour un public adolescent, mais un adulte aimant les vampires saurait y trouver son compte.


L’heure de l’ange d’Anne Rice est un roman de Fantastique qui vient tout juste d’être édité en poche par J’ai Lu dans sa collection Darklight. Serafina avait déjà publié son avis l’année dernière, lors de sa sortie en grand format chez Michel Lafon. Pour une présentation complète de l’œuvre, je vous invite à vous référer à son article car je vais aller à l’essentiel : mon propre avis sur ce livre.

L'heure de l'ange de Anne Rice

Tout d’abord, grosse déception concernant l’aspect du livre. Il y avait pourtant l’essentiel, une belle image aux couleurs sombres, une belle présentation de la quatrième de couverture mais qui sont malheureusement gâchées par ce bandeau rouge affichant « par l’auteur de Entretien avec un vampire », bandeau qui ne peut être retiré. De la même manière et bien que je conçoive l’argument commercial, je trouve dommage de mettre le nom de l’auteur aussi en avant au détriment du titre de l’ouvrage.

Enfin passons, j’étais surtout intriguée par son contenu car, bien qu’ayant lu beaucoup de romans d’Anne Rice, je reste très mitigée sur son style. J’ai un peu peiné à entrer dans l’histoire, les 40 premières pages me semblant s’étirer de manière interminable. Mais je me suis accrochée (sans doute par habitude du style de l’auteur) et je ne le regrette absolument pas. Car si la première vision que l’on a de Toby peut nous sembler totalement plate, malgré son métier d’assassin, sa rencontre avec Malchiah lance réellement le début de l’histoire. Je pense personnellement qu’on aurait pu se passer de ces pages d’autant que le passé de Toby n’est expliqué qu’ensuite et qu’elles risquent de rebuter les lecteurs peu acharnés.

Une fois cette première partie passée, l’immersion a été totale dans l’univers descriptif de l’auteur. On y retrouve la Louisiane qu’elle affectionne tant et j’ai apprécié le changement d’époque et le voyage en Angleterre du moyen-âge. Comme le soulignait Serafina, on ne peut que saluer le travail de recherche et de documentation qu’a effectué l’auteur. Ne connaissant rien avant cela de cette période sombre de l’histoire anglaise, j’ai trouvé sa représentation très réaliste. Sans être engagé, les persécutions des juifs sont bien traduites et la religion prend toute son importance sur le jugement des situations à cette époque.

L'heure de l'ange de Anne Rice

Couverture de la version grande chez Michel Lafon

En lisant la deuxième partie du roman je n’ai pu m’empêcher de songer à l’atmosphère du film Le nom de la roseSean Connery campe un moine détective au moyen-âge. Alors que je trouvais le personnage principal inintéressant au début, il prend toute son importance dès l’apparition des personnages secondaires et ses interactions avec eux. On suit dès lors avec plaisir ses questionnements et ses réflexions tout en s’attachant aux mêmes choses que lui.

Étant considérée par mes confrères d’if is Dead comme « anti religion », j’avais de gros a priori sur sa place dans le roman. Les anges oui, mais selon la façon dont ils sont traités. Ici, je n’ai eu aucun problème, bien que certains passages m’aient paru longuets. Le personnage de l’ange pourrait aussi bien être un extra terrestre puisqu’on le décrit au final assez peu et on ne ressent pas l’engagement de l’auteur concernant la foi. Les croyances de chacun sont décrites avec justesse et les personnages sont intelligemment traités.

L'heure de l'ange de Anne RiceMon seul regret au final sera sans doute la fin du livre que j’ai trouvé très raccourcie et sombrant quelque peu dans la facilité. Cependant le livre se suffit à lui-même et peut se lire seul, je n’ai d’ailleurs pas l’intention d’en lire la suite au vu de la critique faite par Serafina.

En conclusion, L’heure de l’ange est une excellente lecture qui va sans doute plaire aux fans d’Anne Rice malgré la quasi absence de créatures surnaturelles auxquelles elle nous avait habitués. Une fois passé le cap des 40 pages pour les non initiés, il sera facile d’apprécier cette immersion dans le monde de Toby.