Jeux de Société » Jeux de Cartes » Critiques
1 1 articles

RockBand Manager est un jeu de cartes créé par Antoine Bauza et illustré par Raúl Castellanos, sorti en 2010 chez Edge Entertainment. Acquis par hasard par illman en quête d’un jeu auquel il n’avait pas joué, c’est aussi par hasard que nous avons fini par en faire une partie. Après tout, un jeu de cartes qui promet de diriger un Rock Band, ça allait très bien après une partie ultra disputée de Rock Science, non ?

RockBand Manager de Antoine Bauza

Ce jeu de cartes se joue de 3 à 6 joueurs et les parties sont relativement courtes, 30 à 60 minutes à tout casser, le plus long étant d’en apprendre les règles. L’objectif, vous vous en doutez, est de créer un RockBand, soit groupe de Rock mais en anglais, et de le mener jusqu’à la gloire. Pour cela, il va falloir faire les plus gros concerts possibles, obtenir les meilleures ventes de CD et faire quelques coups bas. Une partie se découpe en trois phases distinctes, Recrutement, Début de Carrière et Apogée de votre groupe. La plupart des phases mêlent les trois même ingrédients: stratégie, enchère, et chance.

On commence donc la partie en recrutant des musiciens pour notre rock band, ce dernier devra se composer de cinq membres aux rôles distincts, voix, clavieriste, guitariste, bassiste et bien entendu, batteur. Cette phase là est une phase de pure enchère: il n’y a qu’un seul musicien par type d’affiché en même temps, ce dernier ayant des caractéristiques plus ou moins intéressantes. Chacun son tour, le joueur doit dire lequel des musiciens il veut recruter et pour combien d’argent, si personne ne s’y oppose, ce dernier rejoint son groupe. Dans le cas inverse, s’enchaîne alors une phase d’enchère pour déterminer le prix final du recrutement. Les musiciens, vous vous en doutez, ont chacun des points répartis dans différentes catégories, l’objectif étant de rafler les personnages les mieux dotés pour être parés pour la suite.

RockBand Manager de Antoine Bauza

Le design des cartes et des personnages est bien travaillé et propose un ensemble cohérent, style cartoon-manga

Malheureusement, il faut avouer que le principe n’est pas franchement folichon. On ne sait jamais réellement ce qui va tomber, et il faut y aller au pif. On peut au final payer très cher un musicien, pour que le suivant se retrouve être bien meilleur, inaccessible… et gratuit pour votre adversaire. Là dessus, malgré le système d’enchère, je trouve que la chance est de loin la plus dominante.

Et c’est aussi ce qu’on pourrait, quelque part, reprocher à la suite. Nos musiciens et leur talent vont nous permettre de remporter des disques d’or, des concerts d’anthologie, ou encore des coups bas. Il s’agit en fait d’une sorte d’étalage sur lequel est positionné plusieurs rangées de carte, et pour lesquels chaque joueur va se placer pour remporter la carte. Plus vos musiciens sont bons, plus vous pouvez aller vous placer sur des gains qui sont éloignés et inaccessibles pour vos adversaires. Les cartes donnant des points différents, il s’agira donc d’essayer de remporter les meilleures. Mais là aussi, c’est plutôt fortement basé sur la chance, d’autant que cela dépend de la phase précédente.

RockBand Manager de Antoine Bauza

Finalement, outre la chance, ce que l’on regrettera le plus, c’est sans doute le côté inintéressant du jeu. Il ne suffit pas d’avoir un joli design et de parler à l’amateur de Rock qui est en nous pour faire d’une partie quelque chose d’intéressant. La partie se révèle être franchement molle, sans réel enjeu, et on perd vite l’intérêt pour remporter les différentes enchères. Alors certes, on n’a joué au maximum à quatre joueurs, et peut être que cela monte en puissance par la suite, mais je suis perplexe.

Vous l’aurez compris, malgré un design très sympathique et un thème qui m’intéressait, RockBand Manager n’a pas réussi à gagner mes faveurs. Trop molles, sans réel intérêt, les parties ne passionnent pas et du coup, on n’a aucune envie de s’y investir. D’autant que le système de jeu limite quelque peu le renouvellement. C’est certes très abordable, vu le petit prix de 20€, mais si vous voulez passer un bon moment entre amis autour d’une thématique rock, investissez peut être plutôt dans Rock Science.