Films » Animes » Actualités
1 2 articles

Les Animes Crunchyroll de l’été 2018

Sélection et revue à chaud

illman dans Actualités, Animes, Films le 16 octobre 2018, avec aucun commentaire
Actualités

Etant abonné depuis le printemps 2016 à la plateforme de streaming d’animation japonaise et de drama légal crunchyroll, je me suis dit qu’il serait temps de se pencher sur les sorties de cette saison pour donner un avis presque à chaud. La liste suivante contient uniquement des séries dont j’ai regardé au moins l’épisode 1 pour me faire une impression. Je précise parce qu’il y’a des séries où j’ai clairement même pas le courage de commencer (ouais c’est à vous que je penses les machins d’Idols, entre autres) ou qui en sont à leur trouzmillièmes épisodes car commencé début 2018 voire 2017.

Les nouvelles licences d’anime pour l’été 2018

Angels of Death

Démarrage cryptique, va y avoir de l’hémoglobine et un chouïa d’angoisse au programme, avec une jeune fille qui se retrouve enfermée dans un complexe où se trouve un psychopathe à chaque étage, mais cet endroit est régit par des règles qui pourraient jouer à son avantage. L’animation est soignée, c’est clair mais c’est pour l’instant l’une des seules forces que je lui trouve. J’attends de voir mais je pense qu’on va avoir droit à 12 épisodes de masturbation intellectuelle et de sang. (et c’est aussi le premier d’une longue liste de série où le personnage principal est amnésique)

Island

Un gars amnésique (…) qui s’échoue sur une île, une histoire de voyage dans le temps amené au chausse-pied et des lolis, c’est à peu près le programme qui nous attend ici. Après avoir vu le début de la série ce qui me gêne principalement c’est que l’ambiance et la thématique ont un peu le cul entre deux chaises, on dirait qu’ils ont essayé de faire quelque chose de sérieux mais en collant de la vanne moisie un peu partout avec un scénar abracadabrantesque. Je vais sans doute continuer un peu histoire de voir mais je suis loin d’être convaincu.

How not to summon a Demon Lord

Bla Bla Isekai Bla Bla Jeux Video et Hikikomori Bla Bla Personnage principal surpuissant Bla Bla adapté d’un Light Novel Bla Bla Harem déconseillé aux moins de 16… Je crois que j’ai pas mal résumé la situation. C’est une histoire d’invocation d’un joueur à l’intérieur du jeu, qui est un joueur solo surpuissant et totalement asocial qui est obligé de rentrer dans son personnage de roi démon pour pouvoir parler aux autres. Du grand classique vu et revu. Et c’est la que le bât blesse parce qu’en dehors du coté ecchi un peu plus déployé on a affaire à une énième série d’isekai (Note de Seraf’ : le Isekai est un sous-genre de la fantasy japonaise dont l’intrigue tourne principalement autour d’un personnage normal qui est transporté ou piégé dans un univers parallèle.)

C’est propre mais ça pète pas trois pattes à un canard. Après faut pas non plus dramatiser, on est dans la moyenne haute de ce genre d’œuvres, en même temps ça reste dur de faire un truc aussi insipide que In Another World with my Smartphone ou Death March Rhapsody in a Parallel World. Je jetterais un œil sur la suite voire si ça part dans le bon sens.

Planet With

On me l’avait vendu comme une série de Mecha, je suis un peu perplexe sur la dénomination vu qu’au final cela ressemble plus à des armures un peu fat. Le design de ces « armures » est pas bien terrible et c’est un peu dommage. Coté animation, c’est sympa sans plus, j’espère qu’ils vont s’exciter un peu plus pour la suite, car oui je vais suivre la série, le début ayant réussi à m’intriguer avec ces ET bien louches et le passé trouble du héros. A suivre.

Mr Tonegawa Middle Management Blues

Je… Qu’est ce que fuck ? La série commence par te raconter l’histoire complète d’une autre série, Kaiji, qui date quand même de 2007, et cette série actuelle est donc un spin-off sur un des personnages secondaires, le semble t’il très méchant Mr Tonegawa. Déjà premier choc, le chara design est assez spécial avec ses personnages anguleux au possible pour appuyer cette histoire de prêteur sur gages/yakuza. Une chose qu’on ne peut pas lui retirer, c’est que le Seiyū qui fait la voix off est carrément habité par son personnage et heureusement parce que sans ça je n’aurait pas eu le courage de finir l’épisode 1. Difficile a conseiller tant j’ai eu l’impression de passer à coté de plein de trucs, surtout l’humour pas terrible, en plus de sa thématique pas super engageante.

The Master of Ragnarok & Blesser of Einherjar

Super, un autre isekai/harem adapté d’un Light Novel, à noter toutefois des variations plus que bienvenue dans la formule. L’histoire démarre 2 ans après l’invocation du personnage principal et surtout cela ne se passe pas dans l’univers d’un fichu jeu vidéo. En plus pour tordre le coup à certains clichés, le héros garde un lien avec son monde d’origine et recherche vraiment à y retourner (ce qui change quand même pas mal de d’habitude avec des persos en mode « Meh, j’suis bien ici »).

Le chara design du héros est par contre assez quelconque mais y’a un peu plus d’intérêt sur les persos féminins, qui n’est pas fou quand même. Je sens l’influence de la mythique série Arslan sur l’univers, même si on en restera à ce niveau, ça fait du bien de voir un effort de ce coté là.

Hanebado!

Une série sur le Badminton féminin, ça change. Ils ont mis les moyens niveau animation pendant les matchs, ça bouge bien et c’est presque aussi intense qu’un vrai match de pro. C’est la rentrée il faut se trouver un club, alors pourquoi pas le club de badminton. Des rivalités de haut niveau, avec la question récurrente des protagonistes « Pourquoi est ce que je fais du Badminton ? » La série démarre plutôt bien, malgré son caractère très classique pour de l’anime de sport. Une des séries à suivre de la saison.

Asobi Asobase

Je sais pas pourquoi mais Crunchyroll a pas eu le courage de faire un trailer officiel pour cette série, ce qui est un peu dommage vu que c’est sans doute la plus marrante du lot. Un graphismes qui fait parfois comme un effet aquarelle, donc mignon, des personnages hauts en couleurs (et stupides), des gags qui me font rire, on est bien parti. Avec cette bande de 3 amies, une qui déteste les jeux, l’autre qui se fait passer pour un américaine (et qui est une bille en anglais) et une miss compromis, elle vont former un cercle de joueurs dans leur lycée/collège. Et elle se balance des défis et autres fions dans la face, appuyé par un chara-design qui se plait à déformer les visages pour des grimaces de plus en plus improbables et hilarantes.

Holmes of Kyoto

Bienvenue dans le monde palpitant des antiquaires (ou pas), une échoppe de famille à Kyoto gérait par un jeune homme surnommé Holmes, expert en antiquités et qui décèle les contrefaçons à trois kilomètres se retrouve au coté de sa jeune acolyte Aoi. Je ne suis pas particulièrement emballé pour le moment, c’est propre sans plus. L’épisode 2 semble dirigé la série plus vers de l’enquête avec une légère romance. Bref pas grand espoir mais ça pourrait être sympa sur la longueur.

Phantom in the Twilight

Oh un harem peuplé de bishojo avec des pouvoirs surnaturels dans un café chelou de Londres, toute ressemblance avec Vampire Host (oui je lis du Kaori Yuki) serait purement fortuite. Bref une histoire de société secrète et d’héritière de grand pouvoirs comme on en a déjà vu. Rien de bien transcendant en somme.

Angolmois: Record of Mongol Invasion

Je me suis gardé le meilleur pour la fin. Une série historique avec des samouraï et des batailles. Des exilés sont envoyé sur l’île de Tsushima où, après un voyage mouvementé, ils vont se retrouver intimé de défendre l’île. Le chara-design est soigné et je suis un fan de la badassitude du héros, Jinzaburô Kuchii. Un filtre sur l’image donne un certain cachet et un peu de classe supplémentaire à l’ensemble. En dehors d’un OP et ED vraiment pas fou et pas vraiment à propos, je sens le potentiel pour une grande série.

 

Je me suis aussi infligé le premier épisode de Music Girls, mais je vais vous faire grâce de ça et ne plus jamais en reparler.

Les suites d’anime pour l’été 2018

Black Clover

On continue sur la lancée des épisodes précédents pour l’un des gros shonens de cette génération avec son héros sans magie et beuglant à tout va. Un nouvel arc vient tout juste de démarrer et annonce du lourd. Niveau animation, la saison précédente a eu des passages ultra cheapos que j’espère peu présent maintenant que la série entame sa quatrième dizaine d’épisodes… espoir trahi dès l’épisode 40 avec des dessins particulièrement immondes, les shonens au long cours ont vraiment des problèmes de budget animation. L’OP a changé à l’épisode 40 pour une chanson de Koda Kumi, qui me rappelle de bon souvenir, avec Guess Who is Back, qui déchire littéralement et parfaitement en sync avec le générique. Les combats sont dynamiques et par son système l’auteur se donne une très large liberté en termes de pouvoirs, donc on peut toujours avoir une petite surprise. Bref Black Clover fait partie des séries que je suis avec assiduité, ne m’intéressant pas au manga papier.

 

Comme la plupart du temps l’été, on n’est pas en face de séries majeures, il y’a du sympathique, mais pas d’instant classic. Le haut du panier est à mon sens trusté par Angomois talonné par Hanebado! et Asobi Asobase avec un gros peloton de « OK sans plus ». Du coup c’est un peu aussi les vacances en termes de visionnage d’animes, c’est pas plus mal, surtout si je retourne sur ADN et Wakanim à la rentrée.

 

 


Les déboires de Kaze TV sur FreeBox

Serafina dans Actualités, Animes, Films le 27 juillet 2009, avec 3 commentaires
Actualités

Il y a des initiatives de plus en plus sympa du coté des éditeurs d’anime. Apres Dybex qui permettait de voir légalement et gratuitement les derniers épisodes de la série Fullmetal Alchemist Brotherhood en VOST la semaine de la sortie au japon, c’est Kaze qui se lance… En effet pour ceux qui sont chez Free peuvent profiter depuis le 10 Juillet gratuitement de la chaîne Kaze TV, et ce pendant deux mois. Elle se trouve sur le canal 117. Il s’agit d’une chaîne exclusivement dédiée à l’anime et sponsorisée, comme son nom l’indique, par l’éditeur Kaze. La chaîne diffuse des séries relativement récentes, parfois en VOST mais souvent en VF. La chaîne sera ensuite payante à 4€ par mois.

Kaze TV

Si l’initiative est bonne, la logistique l’est moins. En effet, le programme de la chaîne est annoncé par quinzaine. Aujourd’hui commençait une nouvelle quinzaine, il n’y a toujours pas la grille. Apparemment, il semblerait que la chaîne rediffuse exactement les mêmes programmes que ceux qu’elle avait diffusé du 29 Juin  au 10 Juillet. Si vous voulez regarder la chaîne, il faudra donc suivre cette grille . Cependant, ce sont des extrapolations basées sur les programmes qui sont passés ce matin et quelques sites de manga.  En gros il n’y a aucune communication de la part de la chaîne, on est totalement dans le flou. On peut aussi se demander si le choix de diffuser ses programmer uniquement par documents PDF illisibles et géants était vraiment lumineux.

XXX Holic sur Kaze TV Bref, comme on voulait profiter de nos deux mois gratuits pour voir ce que cela donnait, on s’est quelque peu renseigné. D’après Manewsexpress le programme de la chaîne serait le suivant :

  • Du 27/07 au 09/08 CLAMP
  • Du 10/08 au 23/08 Heroïc Fantasy
  • Du 24/08 au 30/08 Science-Fiction

Bon,  ca serait donc une quinzaine spécial CLAMP, qui vous permettra de voir Tsubasa Chronicles et XXX Holic, qui sont de très bons mangas. Par contre je ne sais pas ce que vaut l’anime, on va regarder ce soir. Il y a aussi le film de X-1999, voir même Negima (qui n’a aucun rapport avec CLAMP mais bon).Les séries ne sont pas très récentes (enfin elles ont deux ou trois ans quoi) mais ce sont de bonnes series, suffisamment populaires pour ramener du public. Et puis XXX Holic c’est splendide.

Je ne nie pas trouver la grille alléchante. Et en plus je trouve l’initiative sympa. Mais c’est tellement dommage qu’il n’y ai pas plus de communication et que le public soit laissé dans le flou. Ce n’est pas comme ça qu’ils vont gagner des abonnés à leur chaîne ! D’autant plus que cette chaîne est finalement en concurrence direct avec les réseaux peer to peer, chers aux fans d’animation japonaise. C’est pas gagné.