C’est Lundi, que lisez vous ? #11

Chaque semaine partageons nos lectures du moment

Serafina dans Actualités, Livres le 1 août 2011, avec 3 commentaires
Actualités

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. Le retour du soleil n’a pas rimé avec lecture, cette fois, on dirait.

dabYo

Le Jeu de l'Ombre de Sire CédricJ’ai donc continué et terminé ma lecture du dernier Sire Cédric aux éditions le-Pré-aux-Clercs, Le Jeu de l’Ombre. Ce Thriller Fantastique, nouveau genre de prédilection de l’auteur, a comblé mes envies. Comme de nombreux livres du genre, il ne s’agira sans doute pas d’un roman qui marquera ma vie de lecteur, mais il n’empêche que c’était une lecture très agréable et idéale pour l’été.

J’ai ensuite commencé un roman de Science-Fiction traduit du grec, Qu’a-t-elle vu, la femme de Loth ? de Ioànna Bourazopoùlou. Pour l’instant, je n’ai lu que les trois premiers chapitres. Il semblerait que ce soit un roman épistolaire, avec un certain nombre de protagonistes différents mais liés. Je dois avouer que si le premier chapitre m’a carrément perdu, la suite m’a beaucoup plus plu, et le style est vraiment agréable à lire.

Serafina

Soleil Noir de Nicholas Goodrick-ClarkePersonnellement, cette semaine, je n’ai fait que lire les deux romans que j’avais commencé la semaine dernière. Il me reste 40 pages de Soleil Noir de Nicholas Goodrick-Clarke, l’étude sur les mouvements néonazis, leurs idéologies plus ou moins mystiques, et les risques que cela représente. Assez complet et très intéressant.

Le premier tome de Rose-Aimée de Béatrice Bottet quant à lui s’est révélé être un roman très intéressant, captivant et bien écrit. Il ne m’en reste plus que 100 pages, et c’est vraiment très bon. Cette semaine, je compte donc les finir et je ne sais pas ce que je lirais ensuite.

Et vous, qu’avez vous lu cette semaine ?


C’est Lundi, que lisez vous ? #10

Chaque semaine partageons nos lectures du moment

Serafina dans Actualités, Livres le 25 juillet 2011, avec 13 commentaires
Actualités

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. Chargée cette fois encore, d’ailleurs.

dabYo

Palimpseste de Charles StrossLa semaine a débuté avec la lecture de la fin de Palimpseste de Charles Stross, ce roman de Science-Fiction publié par J’ai Lu dans sa collection Nouveaux Millénaires. Comme je le redoutais, le bouquin a continué de me balancer mots scientifiques sur mots scientifiques, sans réel lien, matière entre eux. Et comme je m’en doutais, je dois avouer que je n’ai pas compris grand chose. Si ce n’est que cela me semble être une jolie imposture. Quiconque a un minimum de connaissance sait qu’un octet ne fait pas 6 bit. Alors écrire, noir sur blanc, que 6 x 1025 bit = 1025 octet, et être scientifiquement crédible, ce n’est pas possible. Ironiquement, le livre m’a plu.

Je n’ai pas continué A Dance with Dragons, par contre, j’ai bien entamé le dernier Thriller Fantastique de Sire Cédric: Le Jeu de l’Ombre. Il y a quelques années maintenant, avant l’arrivée de l’auteur chez Le Pré aux Clercs, j’avais beaucoup apprécié son recueil Déchirures. J’étais donc ravi de retrouver l’auteur, bien qu’il ait quitté le Splatterpunk pour un genre un peu plus mainstream. On retrouve cependant de nombreux ingrédients qui m’avaient conquis, et au bout de 100 pages, tout est en place pour donner envie de connaître la suite. J’ai hâte.

Et enfin, j’ai commencé à lire la suite de Locke & Key. Si vous ne connaissez pas, vous pouvez aller jeter un œil à ma chronique de Bienvenue à Lovecraft.

illman

J’ai fini de lire Metro 2034 de Dmitry Glukhovsky, je ne peux m’empêcher d’être un poil déçu, le roman étant en deçà de la claque qu’était Metro 2033.

J’ai enchainé avec l’étude de Greg Graffin, Evolution and Religion. Il ne me reste plus qu’à lire les transcripts des interviews dans les annexes. C’est intéressant mais peut être un poil trop complexe pour moi.

Serafina

Pour ma part, j’ai terminé les trois livres entamés la semaine dernière : Les Mystères de Harper Connelly, Vampire Kisses et l’étude sur le Black Metal Satanique. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les trois livre en question mais on en reparlera.

La belle qui porte malheur, Rose Aimée Tome 1, de Béatrice BottetJ’ai donc enchainé avec La belle qui porte malheur, Rose Aimée Tome 1, de Beatrice Bottet, un roman français se déroulant entre le Paris du XIXème siècle et la ruée vers l’or publié aux éditions du Matagot. Pour le moment, j’adore, autant pour la reconstitution historique que pour le rythme agréable du roman. J’en suis à la page 120 sur 500.

Dans un tout autre registre, à l’opposée même, j’ai commencé Soleil Noir, une étude de Nicholas Goodrick-Clarke traduite et publiée aux éditions Camion Noir, sur l’expansion du mouvement néo-nazi en occident, ainsi que les croyances plus ou moins occultes des-dit courants. L’étude est extrêmement intéressante, il est cependant bien triste que cette lecture ait fait un regrettable écho avec l’actualité.

J’espère donc terminer ces deux romans dans la semaine.

Et vous, qu’avez vous lu cette semaine ?


Deus in Machina de John Scalzi

Serafina dans Critiques, Livres le 19 juillet 2011, avec aucun commentaire
Critiques

Deus in Machina est un court roman de 140 pages, on pourrait même dire une novella, de John Scalzi sorti en 2009 dans la langue de Shakespeare et publié en 2011 aux éditions l’Atalante avec une traduction signée Mikael Cabon. Il s’agit d’un roman totalement indépendant de son autre série , Le vieil Homme et la Guerre. Malgré une couverture de Vincent Chong qui me rebutais plutôt, j’ai eu envie de le lire car cela faisait un moment que je n’avais pas lu de roman de Science Fiction. Synopsis ?

Deus in Machina de John Scalzi

Les Dieux existent. Ils étaient plusieurs, se sont battus, et un a gagné. Les autres ont été réduits en esclavage. Les dieux sont les moteurs des vaisseaux spatiaux traversant les galaxies. La science n’existe plus, la foi domine le monde. On suit Ean, le commandant du Vertueux, dont le dieu est fourbe et vicieux.

En réalité le postulat de base, ces dieux vaincus et l’omniprésence de la foi, n’est pas aisé à saisir en premier lieu. En effet, comme dans la plupart des novella, on est propulsé au milieu de l’action, sans présentation du monde, c’est à nous de recoller les différents morceaux pour avoir une idée un tant soit peu correcte de l’état du monde. J’ai trouvé le monde assez original, ces dieux vaincus qui ont remplacés les machines, c’est quelque chose qu’on ne rencontre pas souvent, et qui pouvait amener à de nombreux points intéressants.

Le style ne m’a pas foncièrement marqué de John Scalzi, il n’a rien de réellement notable, mais a le mérite d’être clair. Je ne sais si c’est du fait de la traduction de Mikael Cabon, mais c’est très direct voir parfois un peu haché. Sans que j’ai trouvé cela particulièrement dérangeant pour autant. Du fait du format très court, forcément les personnages sont assez peu nombreux et pas forcément très développés. Cependant, l’univers mis en place par l’auteur prend très vite corps, et il est assez facile de se plonger dedans. On est face à un univers ultra-religieux mais qui sur certains points n’est pas sans rappeler Firefly, notamment par le personnage du Corbeau, qui m’a fait penser à la prostituée de la série de Joss Whedon, le tout mélangé à du Hyperion de Dan Simons. J’ai trouvé l’univers facile à imaginer et facile à intégrer, malgré le flou entourant la foi pendant les premiers chapitres. Le problème c’est que l’intrigue est du coup assez télescopée, format très court oblige, et on a l’impression que cela se passe très vite.

Deus in Machina de John ScalziComme tout bon roman de Science-Fiction voire Anticipation qui se respecte, Deus in Machina est une critique de la société, et veut nous faire réfléchir. Le problème c’est évidemment que lorsqu’on est face à un monde aussi religieux, la critique va forcément porter sur la religion. Et dans le cas présent, à mon avis, la morale est beaucoup trop manichéenne et basiquement « anti-religieuse ». Ce manichéisme m’a beaucoup déplu et déçu. Je pense qu’un sujet comme la religion est de toute manière très difficile à traiter de manière correcte en 140 page. Dans le genre, mieux vaut un Dune, mais on est évidement pas dans la même catégorie de bouquins.

En somme, Deus in Machina de John Scalzi partait d’un bon postulat, avec un très bon monde, mais le format est bien trop court pour un sujet d’une telle ampleur, et on a plutôt l’impression d’être face à un pétard mouillé. Dommage. Cependant, au vu de l’imagination et du monde très crédible, nul doute que je relirais des romans de cet auteur si l’occasion se présente.


C’est Lundi, que lisez vous ? #9

Chaque semaine partageons nos lectures du moment

Serafina dans Actualités, Livres le 18 juillet 2011, avec 5 commentaires
Actualités

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. Chargée celle ci, d’ailleurs.

dabYo

Cette semaine aura été un peu particulière, car j’ai fait ce que je me retiens toujours de faire: lire deux livres en parallèle. La semaine a d’abord commencé avec Palimpseste de Charles Stross. Il s’agit d’un roman orienté jeunesse de Science Fiction tout juste publié par J’ai Lu dans sa collection Nouveaux Millénaires. Il a remporté le Prix Hugo 2010, mais je dois avouer qu’il me laisse perplexe. Balancer des mots scientifiques à tout va ne rend pas un bouquin crédible pour autant, et c’est pourtant ce qu’il se passe ici. L’histoire est très intéressante, mais je n’arrive pas à entrer dans le livre. Pourtant j’en ai déjà lu la moitié. A voir avec la suite.

A Dance With Dragons de George R.R. MartinEt, vous vous en doutez bien, faible que je suis, j’ai fini par me procurer A Dance With Dragons de George R.R. Martin. Il s’agit donc bel et bien de la suite du Trône de Fer, en version originale cette fois. Le livre est sublime, vraiment, et il ne rougira pas d’une comparaison avec les éditions adultes de Harry Potter. Je n’ai lu que le prologue et le premier chapitre, mais c’est vraiment bon de repartir sur les terres de Westeros. L’anglais utilisé par Martin n’est pas trop compliqué, et malgré mon manque de lecture en version originale, j’arrive pour le moment bien à suivre l’action. Donc si vous êtes assez à l’aise avec l’anglais mais hésitez à sauter le pas, ça ne vous posera pas de problème. Sinon, je devrai refaire un point sur la sortie du tome 13 du Trône de Fer en France dans les jours à venir.

On fini avec deux ouvrages dessinés, d’abord le tome 1 du comic Locke & Key, très sympathique, et la BD franco-belge Lord of Burger, un poil plus classique mais tout aussi sympathique. J’en reparlerai bientôt en chronique.

illman

Le Héros des Siècles, Fils-de-Brume, de Brandon SandersonJ’ai terminé la trilogie de Sanderson, Fils-des-Brumes, avec le Héros des siècles. Un tome excellent mais qui part un petit peu dans la surenchère de pouvoir et de dieux à mon humble avis, il n’en demeure pas moins un must have à mes yeux.

J’ai commencé à lire le tome 3 du Donjon de Naheulbeuk: Le conseil de Suak. C’est sympa, un peu drôle et puis bon ça fait dix ans que je suis les pérégrinations de ces personnages, à force on s’attache. Une fois que j’aurai fini ça, je pourrais m’atteler à Metro 2034. J’ai eu aussi pas mal de manga et de comics à mon anniversaire, si j’ai le courage j’en ferai bien des articles pour iiD.

Serafina

Je suis une mauvaise élève. Comme je vous le disais la semaine dernière j’ai commencé le tome 2 des Mystères de Harper Connelly Pièges d’Outre-Tombes de Charlaine Harris. Il me reste 25 pages avant de le finir. Le roman est clairement à la hauteur du premier et confirme la qualité de la série. C’est une petite enquête policière, sans atermoiement, sans trop de romance, c’est simple et efficace. Bref je vous recommande cette série, meme si vous n’avez pas aimé son autre série de Bit Lit, La Communauté du Sud.

vampire kisses 2 par Ellen Shreiber Mais voilà, je n’ai pas su résister et j’ai entamé en parallèle Kissing Coffins, le tome 2 de Vampire Kisses. Renommé en Cercueil Blues pour la VF pour une raison que j’ignore, il vient de sortir aux éditions Castelmore, le label jeunesse de Bragelonne. Je l’avais déjà commencé en anglais mais comme j’adore la série, j’ai succombé. C’est toujours un plaisir de retrouver Raven et sa bonne humeur. Seul bémol, je trouve la traduction française assez moyenne sur de nombreuses expressions. Il me reste 50 pages, et on en reparlera donc bientôt. Si vous ne connaissez pas, je vous invite à lire ma chronique du premier tome de Vampire Kisses.

Et ensuite, je suis tombée sur une Fnac qui vendait des bouquins de chez Camion Noir, un éditeur que j’adore, j’ai donc acheté Le Black Metal Satanique : les seigneurs du chaos, que j’ai entamé dans la foulée. Ce n’est pas un roman de Fantasy, mais bel et bien une étude du milieu du Black Metal en Norvège et de ses origines, de son histoire. J’en suis à la moitié et c’est vraiment passionnant si vous vous intéressez à cette musique ou à ce milieu. Là aussi on en reparlera.

Cette semaine, j’espère bien finir tous ces livres entamés !

Et vous, qu’avez vous lu cette semaine ?


MdM#28: Sick Bubblegum de Rob Zombie

Actualité ou Coup de coeur, c'est le morceau du moment

Serafina dans Coup de Coeur, Musique le 17 juillet 2011, avec 1 commentaire

Il arrive parfois qu’un concert que l’on redécouvre un morceau d’un artiste, même lorsqu’on le connaît déjà bien. C’est plus ou moins ce qu’il s’est passé lors du passage de Rob Zombie au Hellfest 2011. Le leader du défunt groupe White Zombie, qui continue sa carrière en solo depuis, a en effet joué ce sublime morceau qu’est Sick Bubblegum en live.

Derrière ce titre assez mystérieux se cache sans aucun doute son plus grand hymne, Rock Motherfucker, Rock, Motherfucker. Des paroles recherchées comme on les aime, à crier en rythme dans le feu de l’action. Le clip, quant à lui, est des plus banales, surtout lorsqu’on considère que c’est un clip pour Rob Zombie. Car on avait été habitué à plus original qu’une simple vidéo de musiciens, aussi épileptique soit elle.


Autour de Londres de Lydie Blaizot

Serafina dans Critiques, Livres le 15 juillet 2011, avec 2 commentaires
Critiques

J’avais découvert Lydie Blaizot l’année dernière avec son roman La Maison de Londres sorti aux éditions du Petit Caveau. Un roman de Fantastique avec des vampires qui m’avait fort plu. Je m’attendais à ce que ce second titre, Autour de Londres, soit une suite directe du roman, mais en fait non. Il s’agit ici d’un recueil de nouvelles qui se déroule dans le même univers, certaines reprenant les mêmes personnages que le premier roman, parfois personnages principaux ou non. De ce fait il n’y aura pas de synopsis.

Autour de Londres de Lydie Blaizot

Bien que les nouvelles ne soient pas des suites directes, et se passent même souvent avant le roman paru l’année dernière, il me semble nécessaire d’avoir lu La Maison de Londres avant de commencer cet ouvrage. En effet, on risque sinon d’être un peu perdu au niveau du fonctionnement des vampires dans cet univers, la Maison de Londres, ou les Trois Mousquetaires ne sont pas réellement ré-expliqués. Ce n’est pas une condition obligatoire, mais je pense que c’est mieux pour tout comprendre.

On retrouve donc avec ce recueil le style très agréable de Lydie Blaizot. Celui ci est fluide, les descriptions passent bien et les actions sont bien rendues. Elle décrit à merveille le Londres  (et ses alentours) de  la fin du XIXème siècle, et vous vous en doutez, j’adore cette époque. En réalité, la progression est chronologique au cours des huit nouvelles, la première se déroulant en 1795 pour s’achever avec la dernière en 1895. Près d’un siècle de vampires, avec évidemment des personnages récurrents.

Les nouvelles font chacune quelques dizaines de pages, des longueurs que j’ai trouvé idéales, pas trop courtes pour ne pas trop condenser l’histoire sans être trop longues. On retrouve avec plaisir les personnages du premier roman mais aussi quelques nouveaux qui sont aussi plutôt bien décrits, et il est aisé de s’attacher à eux. Les héros des nouvelles, généralement vampires, sont assez variés, de la femme un peu bébête au vampire machiavélique.

Autour de Londres répond à un certain nombre d’interrogations qu’on pouvait avoir suite au premier opus : comment Jedediah est-il devenu Chef de la Maison de Londres, comment les 3 mousquetaires ont-ils été amenés à travailler ensemble, etc. Ça ne donne que plus de reliefs aux héros déjà appréciés dans le précédent roman.

Autour de Londres de Lydie BlaizotSi je suis généralement plutôt contente de la qualité des romans, en tant que livres, des éditions du Petit Caveau, je dois dire que j’ai été assez déçue. D’abord de la couverture, que je trouve un peu simpliste, mais surtout des dessins à l’intérieur.

En effet, il y ‘a un certain nombre de dessins entre les pages, qui représentent chacun des personnages. Si l’idée est bonne, le problème viendrait plutôt du niveau des dessins, ce dernier est quand même très discutable et donne un coté un peu amateur au bouquin. C’est dommage. Avec l’absence d’éléments explicatifs cités ci-dessus, ce seront quasiment les seuls reproches que je ferais au bouquin.

Car Lydie Blaizot utilise habilement le format des nouvelles pour étoffer son mythe vampirique, nous en présentant diverses facettes. C’est aussi l’occasion de creuser les personnages et scènes déjà entraperçues dans le roman La Maison de Londres. Nul doute que l’auteur a là matière à faire une série de livres sur ce thème. Je ne sais pas si c’est au programme mais je l’espère. En tout cas, si vous avez aimé La Maison de Londres, ne passez surtout pas à coté de ce recueil ! Et si vous n’êtes pas encore entré dans cet univers, je vous invite à le faire.


La Tour des Illusions de Anthelme Hauchecorne

Serafina dans Critiques, Livres le 13 juillet 2011, avec aucun commentaire
Critiques

La Tour des Illusions est un roman français, paru pour la première fois en 2008 aux éditions l’Atelier de Presse et édité en Janvier 2011 par les éditions Lokomodo au format poche. C’était là le premier roman de Anthelme Hauchecorne, qui va mêler Fantastique et Science Fiction. Je dois avouer que j’ai choisi le livre un peu par hasard, l’auteur avait sympathique sur sa photo de présentation et Terry Pratchett était cité dans les influences. Serait-ce un bon choix ? Synopsis.

La Tour des Illusions de Anthelme Hauchecorne

Myriam fuit son mari, violent, et trouve refuge avec sa fille dans un squat de SDFs. Parmi les démunis se trouve Justin. Justin qui a l’air bien bourru mais qui parfois laisse entrevoir un coté très cultivé. Nul doute qu’il cache quelque chose de pas très net. Pendant ce temps, à la campagne, un milliardaire excentrique semble mener des expériences douteuses et sans le moindre contrôle. Et si tout était lié ?

Il faut dire que la couverture de Mathieu Coudray n’était pas spécialement ce qui m’attirait le plus, mais avec seulement 250 pages écrites assez grosses, je me disais « pourquoi pas ». Et finalement, ce roman sera l’un des grosses claques de ce premier semestre. Je n’en attendais pas bien grand chose, et j’ai été épatée. Tout d’abord le style d’Anthelme Hauchecorne qui est extrêmement fluide, l’auteur manie très bien la langue française. Les références Pratchettienes ne sont pas usurpée, car on sent clairement l’influence que cela soit dans les tournures parfois alambiquées des phrases ou les fameuses notes en bas de page. Et évidemment l’humour pince sans rire, so british.

L’auteur français est cependant bien plus direct et emploi fréquemment de l’argot. Il a donc une sorte de double facette : l’élégance Pratchettienne et la gouaille qui, au final, va très bien aux personnages. Là où Pratchett fait surtout des ouvrages légers, celui ci sait être glauque et dépeindre des scènes d’horreur absolues qui n’auraient pas dépareillé dans un roman de Splatterpunk ! On a l’impression de jongler entre deux genres totalement opposés, le roman d’humour et le roman d’horreur. Ce n’est pas le genre d’acrobaties faciles à mener, pourtant Anthelme Hauchecorne y arrive haut la main et avec une fluidité impressionnante.

La Tour des Illusions de Anthelme Hauchecorne

Une des autres forces du roman, ce sont les personnages. La plus grosse partie de La Tour des Illusions est une plongée au sein du milieu SDF. Les personnages sont tous très bien rendus sans tomber dans la caricature. Cela m’a un peu fait penser au roman de Yasmina Khadra que j’avais lu : l’Olympe des infortunes. Sauf que là, il y a un peu moins de poésie et plus de Fantastique. Du coup, au vu du milieu, il fallait s’y attendre, c’est aussi un roman engagé. On trouvera des citations de groupes punks voir anarchiques, mais cela s’intègre au final plutôt bien à l’histoire et les idées véhiculées (et partagées ou non par l’auteur, je n’en sais rien) ne sont pas un handicap à la lecture si on ne les partage pas.

La Tour des Illusions de Anthelme HauchecorneLe roman mélange volontiers les genres et si il est étiqueté Fantastique voir SF, il est aussi très proche du Thriller, dans l’horreur ou de la littérature populaire dans ce qu’elle a de plus basique et de plus dénonciatrice. Du coup le roman est lisible je pense par tous, même si vous n’êtes pas forcément fan de fantastique. Le scénario dans l’ensemble se tient plutôt bien, mais on ne peut pas dire qu’il ne tombe pas parfois dans la facilité ou la coïncidence un peu trop grosse.

Malgré cela, le style excellent et la fluidité de la narration fait que ses ficelles passent toutes seules. Bref, La Tour des Illusions est un roman de Fantastique que je vous conseille grandement, surtout si vous appréciez l’humour Pratchettien et que le coté engagé ne vous gène pas. Anthelme Hauchecorne est clairement un auteur que je suivrais assidument !


A l’occasion de la sortie de la série télévisée Game of Thrones, j’ai décidé de relire le premier tome de la série de George R. R. Martin. Et pour fêter la sortie du cinquième tome outre Atlantique que nous attendons depuis des mois, quoi de mieux qu’en publier la chronique ? Ce premier tome a été en France découpé en deux sous les titres Le Trône de Fer et Le Donjon Rouge, puis réunifié lors de la sortie des éditions intégrales par J’ai Lu avec une superbe illustration de Marc Simonetti. Il est sorti en 1996 aux États-Unis et la première et seule traduction française date de 1998, elle est réalisée par Jean Sola. Pour les quelques perdu du fond, synopsis ?

Le Trône de Fer, Intégrale Tome 1, de George R. R. Martin

Le continent de Westeros a été unifié sous un seul roi, et actuellement c’est Robert Baratheon qui siège sur le Trône de Fer. Lorsque sa Main, sorte de premier ministre, meurt  il décide de faire appel à son ancien compagnon d’arme Lord Eddard Stark de Winterfell pour prendre la succession. Eddard doit donc quitter le nord, aller à la cour avec une partie de sa maison. Là-bas l’attendent luttes de pouvoirs, petits secrets et autres fourberies. Surtout que d’autres complots viennent de par delà les océans.

Faire le synopsis de ce premier tome, et de la série en général est incroyablement difficile et surtout incroyablement complexe. Le Trône de Fer est une série où chaque chapitre est narré du point de vue d’un des protagonistes, et des protagonistes il y en a beaucoup. On en suit plus d’une dizaine, dispersés aux quatre coins de Westeros mais aussi au delà des océans qui l’entourent. Cela peut faire peur, mais en réalité c’est une des grandes forces de ce roman.

Les personnages, très différents, permettant à chacun de trouver son préféré : on a le noble et droit Eddard, les saligauds sans foi ni loi, les jeunes filles innocentes, le bâtard paumé, bref, il y en a pour tous les goûts. Et comme tous ne sont pas intéressants en même temps, le fait que les passages « ennuyeux » ou lents soient intercalés avec des passages passionnants permettent de ne pas s’ennuyer à la lecture. C’est aussi une manière de rendre la lecture addictive, vu que chaque chapitre ou presque se termine par un cliffhanger qui, au fur et à mesure du tome, de la découverte de nouveaux éléments via d’autres personnages, devient de plus en plus insoutenable et nous force à avancer pour connaître la suite.

Le Trône de Fer, Intégrale Tome 1, de George R. R. Martin

Sortie de Game Of Thrones oblige, J'ai Lu a commencé à remplacer la superbe illustration de Marc Simonetti par des images tirées de la série... Sad.

Évidemment, à la première lecture, il n’est pas aisé de retenir qui est avec qui et autres liens entre les personnages. Je dois dire que j’avais loupé certaines informations lors de m première lecture. Heureusement on prend vite le pli et une fois assimilées les maisons et leurs liens, la lecture devient très fluide. Ce premier tome est assez long, 800 pages en intégral je crois, ce qui fait que ce n’est pas juste un tome de présentation et de placement des pions. Les 200 premières pages maximum le sont, mais c’est tout, après on rentre réellement dans l’histoire.

Et cette histoire est loin d’être simple ou manichéenne. George R. R. Martin présente là une histoire très réaliste et très nuancée, qui n’est pas sans faire penser à la saga des Rois Maudits de Maurice Druon, sauf que l’on est dans de la Fantasy. Enfin, pour ce premier tome, la magie est assez peu présente et à part pour les saisons qui durent des années, on pourrait très bien être dans un univers médiéval fictif. Le roman est donc accessible aussi aux personnes pas vraiment fanes du genre.

Cet aspect médiéval est très fortement renforcé par la traduction de Jean Sola. Le style original de George R.R. Martin est décrit comme assez sobre, voir simple, alors que la version française use (et abuse) de termes désuets ou de tournures de phrases vieillottes. Je sais que cette traduction divise les fans du Trône de Fer en France. Voir même rebute certains lecteurs, même dans nos rangs. Mais personnellement je l’aime énormément. Il est vrai que certaines traductions sont maladroites, que certaines phrases sont parfois incompréhensibles, mais malgré tout je trouve que le style désuet est une des forces du roman. C’est un argument de plus qui démarque Le Trône de Fer du reste de la Fantasy. Certains le verrons comme une trahison envers l’auteur, pas nous.

Le Trône de Fer Tome 1 de George R.R. Martin par Oliver Frot

La série des tomes individuels chez J'ai Lu été illustrée par Oliver Frot. Ici le premier tome.

Ce premier tome alterne les ambiances, un peu d’humour, du drame, de l’épique, je pense que tous ceux qui aiment les grands romans, ceux qui vous font trembler pour vos héros et vous tiennent en haleine jusqu’au bout pourront se jeter sans crainte dessus. Si il apparait au départ plus comme un bon roman sans être le chef d’œuvre qu’il est pourtant, pour moi le réel tournant se déroule vers le dernier quart du roman, avec un événement absolument inattendu qui montre à quel point la série de Martin est différente de toutes les autres.

L’auteur n’a aucune complaisance et n’obéit à aucun des schémas prédéfinis qu’on pourrait attendre. Cet événement, que les gens qui ont lu devinent fort bien, est pour moi l’un des chocs littéraires les plus forts que j’ai pu lire… avec un autre moment, se déroulant dans la même série un peu plus tard. Une scène inattendue, surréaliste et tellement incroyable qu’on passe les chapitres suivant à ce dire « non, ce n’est pas possible ». Et pourtant si. Ce genre de claques, peu de romans savent les amener et les gérer de façon cohérente, grâce à des éléments amenés intelligemment dans les pages précédentes. Le Trône de Fer est de ceux là.

Le Trône de Fer, Intégrale Tome 1, de George R. R. MartinEnfin, si la première lecture est une réelle découverte et une vraie claque, il faut bien le dire, la relecture est aussi jouissive que la première. On a beau connaitre les rebondissements, s’y préparer, on découvre de nouvelles choses et on comprend que certains événements qui se déroulent bien plus tard étaient déjà visibles à ce moment, juste là, sous notre nez.

Au final, il est bien difficile de faire une réelle chronique de ce premier tome du Trône de Fer. Je ne dirais qu’une chose, vous devez lire cette série, même si vous n’aimez pas trop la Fantasy, même si son style archaïque vous en détourne au début, et surtout si vous pensez avoir tout lu et vu dans le genre. Martin signe là un des chefs d’œuvre du genre, qui dépasse d’ailleurs les simples bornes de la Fantasy. D’autant que l’édition tant attendue des intégrales vous permet de bénéficier du découpage originel, bien mieux ficelé et beaucoup plus logique, et qu’avec la sortie prochaine du tome 13, le spectacle reprend pour notre plus grand plaisir.


C’est Lundi, que lisez vous ? #8

Chaque semaine partageons nos lectures du moment

Serafina dans Actualités, Livres le 11 juillet 2011, avec 2 commentaires
Actualités

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. Après deux semaines de Hellreport 2011, retour de la littérature sur if is Dead.

dabYo

Ça y est, j’ai enfin fini l’anthologie des éditions Mnémos pour les Imaginales, Victimes et Bourreaux. Faut dire que le retour du beau temps et des chaises pour lire au soleil a aidé. Au programme donc les trois dernières nouvelles du roman:

Victimes et BourreauxTout d’abord celle écrite par Lionel Davoust que je dois dire, j’attendais avec impatience. J’étais un des rares de l’équipe a n’avoir jamais rien lu de ses écrits, c’est désormais chose corrigée. Et je dois avouer que j’ai été plutôt charmé par la plume et l’histoire que nous offre sa nouvelle, Au-delà des murs. D’abord, parce que l’univers est intéressant, la narration aussi, l’univers et surtout l’approche de la thématique. Mais aussi et surtout parce qu’il réussit avec brio là où ses compères ont échoués: l’univers ne nous perd pas, les noms des personnages ne choquent pas, la narration est exceptionnellement claire, et la taille du texte bien choisie. Bref, je pense que c’est là ma nouvelle préférée du recueil.

Vient ensuite celle de Paul Beorn, intitulée Le Démon Mémoire. Il était difficile de passer après la précédente nouvelle, heureusement, celle ci est assez réussie. Si la nouvelle ne brille pas par son traitement du sujet, on assiste à une banale scène de torture, la narration des évènements concernés est plutôt bonne et intéressante. Une nouvelle rafraichissante en quelques sortes.

Et enfin, dernière nouvelle du roman, Mazbaleh de Xavier Mauméjean. Elle doit faire appel à des perceptions qui me sont inconnues, car elle m’a laissé complètement de marbre. Dommage, pour une fin de recueil.

illman

J’ai pas pu m’empêcher : direct après avoir fini de lire le second tome de Fils des Brumes de Brandon Sanderson, je me suis précipité en ville pour acheter le dernier tome de cette trilogie, j’en suis à un bon quart de l’histoire. Il y a un changement de ton, je trouve ça un peu en deçà des précédents pour l’instant. J’ai fini d’écrire la chronique du deuxième tome, ça ne devrait pas mettre trop longtemps à vous arriver sous les yeux.

J’ai aussi lu le premier volume du comics The Authority aux commandes de laquelle se trouve mon scénariste préféré, Warren Ellis. J’ai aussi un ou deux manga/manwha sous le coude, notamment Ares, excellent, et The Innocent, qui ne vaut principalement que par la campagne marketing qui avait accompagné sa sortie, dont vous risquez d’entendre parler sous peu sur if is Dead.

Serafina

Le Sang des Anges, Chasseuse de Vampires Tome 1 de Nalini SinghCette semaine, mon « C’est Lundi » va être chargé. En effet, j’ai terminé Le Sang des Anges, le premier tome de Chasseuse de Vampire de Nalini Singh, que j’ai beaucoup apprécié et dont la chronique devrait paraitre cette semaine. J’ai ensuite enchainé avec Deus in Machina de John Scalzi, que j’ai terminé dans la foulée, qui est un court roman (140 pages) de Science-Fiction aux éditions l’Atalante. Je dois dire que j’ai trouvé l’univers extrêmement intéressant et bien fait, je regrette cependant d’avoir eu l’impression d’être face à une critique un peu trop manichéenne de la religion.Bref, au final, un avis en demi-teinte mais j’aimerais bien relire des écrits de cet auteur.

Puisque je suis une fangrill et que le 13 janvier approche, j’ai ressorti mon septième et dernier tome de Harry Potter, Harry Potter and the Deathly Hallows, dont j’ai relu la partie correspondant au film qui sort cette semaine, les 300 dernières pages environ. Évidemment, j’ai trouvé cela extrêmement bon, extrêmement émouvant, et l’enthousiasme reste intact bien que je connaisse l’histoire par cœur. J’ai hâte de voir le film. Enfin, je commence tout juste Piège d’Outre-Tombe, le 2ème tome des Mystères de Harper Connelly par Charlaine Harris, dont j’avais adoré le premier tome, Murmures d’outre-tombe. Esperons que le tome 2 soit à la hauteur !


C’est Lundi, que lisez vous ? #7

Chaque semaine partageons nos lectures du moment

Serafina dans Actualités, Livres le 4 juillet 2011, avec 8 commentaires
Actualités

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. Alors certes, ifisDead a surtout été centré sur le Hellfest 2011 cette semaine, mais cela n’a pas empêché certains de lire !

dabYo

Victimes et BourreauxCette semaine encore, j’aurai consacré une bonne partie de mon temps libre à la correction et mise en page du HellReport 2011. Du coup, je n’ai que peu avancé dans ma lecture de l’anthologie Victimes et Bourreaux aux éditions Mnémos.

J’ai d’abord pu terminer la nouvelle de Jeanne-A Débats qui m’a laissé perplexe. L’univers et l’histoire sont intéressants, mais il y a tant de termes propres à l’histoire qu’on passe son temps à essayer de comprendre ce qui s’y passe. Il est presque nécessaire de lire la nouvelle deux fois pour pouvoir l’apprécier, dommage.

Et ensuite venu celle de Jean-Philippe Jaworski. L’auteur est très apprécié depuis quelques temps, c’était mon premier avant goût. C’est là la plus longue nouvelle du roman, mais bien que j’ai trouvé sa fin très intéressante, j’ai quand même eu l’impression qu’elle trainait un peu trop en longueur. Une revisite d’une scène du SDA bien sympathique, cela dit.

Enfin, dernière de la semaine, celle de Sam Nell. Avec une narration assez chaotique, j’ai eu du mal à situer les premières pages de la nouvelle, cela dit, je l’ai tout de même assez apprécié. C’est désormais à celle de Lionel Davoust que je m’attaque.

illman

Dans la semaine qui s’est écoulée j’en ai profité pour me relire l’excellent manga de baston de Togashi, Yu Yu Hakusho. J’ai aussi bien progressé sur Le puit de l’ascencion de Sanderson. Les personnages sont de plus en plus poussés et l’intrigue de plus en plus intéressante. Bref au moins celui-ci je ne devrais pas peiner à le terminer, ce que je compte bien faire dans la semaine

LuxtExMachina

Ce week end j’ai terminé l’Aube des dragons de la série La ballade de pern. La chronique devrait arriver la semaine prochaine, mais étant chargé cette semaine, il y a peu de chances qu’elle sorte là. C’est un livre que j’ai beaucoup aimé, qui mélange un peu les genres de sciences fiction et de fantasy. Pour la suite je pense commencer La volonté du dragon de Lionel Davoust, livre se passant dans le monde d’Evanégyre si je ne me trompe pas. J’avais déjà pu lire une nouvelle dans le recueil L’importance de ton regard, et ce que j’y avais vu m’avait beaucoup plu. J’ai hâte de retrouver cet univers.

Serafina

Cette semaine, j’ai uniquement avancé le tome 1 de Chasseuse de Vampire de Nalini Singh. Il me reste 60 pages sur les 500 je pense donc finir dans les prochains jours. Aucun doute, le tome continue sur sa lancée et bien que le coté tension sexuelle se fasse ressentir sur la fin du tome on est a mille lieues des mauvais exemples de Merry Gentry. Bref, je pense que je peux vous le recommander sans trop de risques.