Un auteur talentueux, un sujet passionnant, vous secouez le tout, et qu’obtenez vous ? Vous obtenez la Mythologie Viking, réinterprétée par Neil Gaiman. Sorti il y’a quelques années dans la langue anglaise, il est sorti récemment en français, en version poche, aux éditions Pocket. Pas de Synopsis pour ce roman, puisqu’il est un peu particulier.

En effet, Neil Gaiman le dit dès le début : il n’a rien inventé. Il à repris les mythes nordiques telles que nous les connaissons – ou pas -. C’est à dire que vous trouverez donc les récits de Odin, Thor et Frey. Les perfidies de Loki, le loup qui dévorera le monde, tout cela Neil Gaiman ne l’a pas inventé. A partir de là, quel est l’interêt de lire cette version ? Eh bien, il y’en a plusieurs.

D’une part, c’est trouver un livre, écrit de manière assez moderne, avec une bonne selection d’histoires, facilement, un livre permettant de comprendre rapidement et facilement la mythologie nordique. Un livre qui ne s’adresse ni uniquement aux experts ni uniquement aux néophytes. Bref, un livre dans le juste milieu qui va enfin permettre de comprendre de quoi causent donc les chansons de vos groupes de metal préférés – car on sait tous que c’est la vraie raison – . Je ne sais pas si les fins connaisseurs trouveront leur beurre avec ce bouquin, mais au pire, le style de Gaiman, c’est jamais le bagne.

Ensuite, il faut le dire, c’est un roman qui se lit très bien. La plupart des histoires font entre une et dix pages, donc c’est très facile à lire avant d’aller dormir, cela permet de bien s’imprégner de la mythologie nordique, sans pour autant être lourd et indigeste. Il est donc tout à fait possible de lire ce roman en parallèle d’un autre. Et c’est même ce que j’aurais tendance à conseiller, car parfois les histoires ont tendance à se répéter.

Enfin, car c’est Neil Gaiman. Si vous connaissez le bonhomme, vous savez que son style est clair, limpide, et non dénué d’humour. Un Neil Gaiman, c’est presque une assurance qualité. Alors certes, il n’a pas grande liberté dans l’affaire. Il doit se conformer à des histoires déjà bien connues. Mais cela ne l’empêche pas d’être drôle ou encore de rendre Loki attachant (oui, je vous l’assure).

Je vais vous l’avouer, je ne suis pas une experte des mythes nordiques, loin de là. Du peu que je connaissais, ça m’a paru fidèle. Je ne sais pas ce qu’en penserait une personne experte. Je devrais me contenter de croire la préface, ou Gaiman raconte un peu son expérience d’écriture, nous expliquant s’être entouré de nombreux professionnels, et avoir été le plus fidèle possible. D’ailleurs, il le dit lui-même, certains mythes se contredisent ou se répètent, mais c’est comme ça.

La Mythologie Viking de Neil Gaiman, c’est un peu écouter au coin du feu un des meilleurs écrivains de fantasy contemporaine faire vivre sous vos oreilles les personnages mythiques, devenus à la mode, via Viking ou via les Marvel. Une occasion de revenir aux sources, et aussi de combler une lacune culturelle.

Vous l’aurez compris, c’est un livre que je vous recommande. Surtout, si comme moi, vous chantez avec vos groupes de metal favoris les épopées de Nifelheim, mais que vous n’aviez aucune espèce d’idée de ce que c’est. Alors, on part faire un tour dans le vide de Ginnungagap ?


Apostasie de Vincent Tassy

Serafina dans Non classé le 29 novembre 2018, avec 1 commentaire

Avant l’été, j’étais arrivée à un moment ou je n’aimais rien de ce que je lisais. Trop de poncif, trop blasée, j’étais probablement trop difficile. Puis une copine m’a conseillé Apostasie, de Vincent Tassy que j’avais déjà dans ma bibliothèque. Je l’ai entamé le soir même et cela a dépassé mes espérances. Synopsis ?

Anthelme aime les livres. Il est jeune, et solitaire. Un peu inadapté aussi. Il s’installe dans une cabane au coeur d’un bois : La Sylve Rouge. Sa vie est rythmée par ses trajets à la bibliothèque du village où il emprunte des livres. Jusqu’au jour où il tombe sur un livre qui va le hanter et qui semble étrangement lié à l’endroit ou il habite. Et ce livre va l’amener à rencontrer le maitre de la Sylve Rouge : Aphelion.

J’aime beaucoup ce qu’écrit Vincent Tassy. J’aime aussi sa musique (puisque c’est lui derrière le groupe de musique Angellore). Je l’ai découvert avec sa nouvelle Mlle Edwarda qui m’avait fait forte impression, puis j’avais adoré son roman jeunesse Effroyable Porcelaine. Apostasie est à ma connaissance son premier roman adulte. Et autant vous le dire cela ne plaira pas a tout le monde tellement l’ambiance est particulière.

Chaque pas d’Anthelme est peuplé de mélancolie, le rythme est parfois très contemplatif, avec un niveau de vocabulaire soutenu. Je tiens d’ailleurs à saluer le style et le niveau de langage employé. Ce n’est pas tous les jours qu’un roman m’impose d’aller chercher une définition dans le dictionnaire. Et je ne dis pas cela pour me vanter, mais lisant beaucoup, ce genre de situation est assez rare.

Apostatie est aussi, et surtout, un roman très sombre, que j’ai du mettre en pause plusieurs fois car la mort y est belle . Très belle et tentante. Trop belle et tentante. Le roman ne vole pas son qualificatif de roman gothique. La peine et la fin sont belles. C’est un roman que j’ai trouvé magnifique, cependant, mieux vaut être dans une bonne disposition pour l’apprécier. Il est préférable de lire autre chose si on a des idées noires. car Anthelme vit dans un univers sombre, car la tristesse, l’envie d’en finir, la vacuité de l’existence, et tant d’autres sujets joyeux forment, quelque part, le noyau dur du livre.

Apostasie est un roman unique, une atmosphère que je peine à décrire, un adaptation très personnelle du mythe du vampire, loin de la bit-lit et des productions qu’on a pu lire ces dernières années. Le rythme étant assez peu rapide, je sais qu’il ne conviendra pas à tout le monde. Si vous aimez l’atmosphère des Hauts de Hurlevent, que vous mélangez ça à du Poppy Z. Brite – on ne vire pas dans le Splatterpunk, mais certaines scènes sont clairement gores- et que vous soupoudrez d’un peu de darkwave, vous trouverez peut être une idée de ce qu’est Apostasie.

Vous l’avez compris, je ne trouve aucun défaut à ce roman. Certains le trouveront trop long, trop alambiqué, trop contemplatif et parfois trop gore. Personnellement, je trouve que cela créé un univers absolument unique que j’ai absolument adoré. Je ne peux que vous conseiller de le lire, d’autant qu’il est depuis sorti en version poche.