Motocultor Festival 2015: Jour 1

dabYo dans Concert, Musique le 27 septembre 2015, avec aucun commentaire

A l’affiche du Motocultor 2015 on retrouvait une petite poignée de groupes que l’on adore ici, et hasard du calendrier, la plupart d’entre eux passaient le premier jour du festival. C’est donc avec une certaine impatience que l’on a foulé l’herbe de Theix pour trépigner d’impatience de voir Solstafir, Finntroll et Eluveitie.

Finntroll au Motocultor 2015

Après avoir fait un retour sur l’organisation du Motocultor 2015 et les photos du premier jour, il est temps de vous faire un petit retour sur les groupes de ce premier jour. Un premier jour bien rempli, qui sera marqué par quelques averses au début, histoire de faire regretter aux gens la longue queue pour rentrer…

Ancient Rites au Motocultor 2015
Mars Red Sky au Motocultor 2015
Sticky Boys au Motocultor 2015
Solstafir au Motocultor 2015
Finntroll au Motocultor 2015
Pentagram au Motocultor 2015
Eluveitie au Motocultor 2015
Triptykon au Motocultor 2015

Lire la suite de l’article Motocultor Festival 2015: Jour 1


Ultimate Otaku Teacher de A-1 Pictures

illman dans Animes, Films le 22 septembre 2015, avec aucun commentaire

L’anime Ultimate Otaku Teacher est tiré d’un manga de Takeshi Azuma qui s’appelle Denpa Kyōshi en version originale. Cette série est actuellement en cours de diffusion au Japon et est disponible en simulcast sur la plateforme de SVOD ADN. Je n’ai vu que les sept premiers épisodes mais je me devais déjà de vous mettre en garde contre ce machin, histoire que vous ne perdiez pas votre temps.

Ultimate Otaku Teacher de A-1 Pictures

Junichirô Kagami est brillant physicien, un peu trop peut-être, reconnu suite à une publication. Il va toutefois devenir un vrai otaku à la sortie de la fac et même carrément finir par se transformer en NEET. C’est sans compter sur sa petite sœur qui est bien décidé à le faire trimer pour payer sa croûte. Et c’est sur le chemin de l’enseignement qu’elle va le balancer.

Je vais pas y aller par quatre chemins, c’est un sous-sous-GTO, il y a tellement de similarités que si le personnage principal était un peu voyou on crierait au plagiat. Sauf que voilà niveau charisme, Junichi se rapproche plus de l’huître que d’Onizuka, comme si sa voix imbitable ne suffisait pas. C’est donc un gros otaku à la moralité douteuse qui se croit plus malin que les autres, et il aurait pu l’être si pour le scénario on n’avait pas le droit à un recours massif aux intrigues qui se résolvent par l’opération du saint-esprit et de manière simpliste.

Ultimate Otaku Teacher de A-1 Pictures

Sérieusement, j’ai rarement vu des histoires aussi bancales, passons en étude de cas. Truc est un bagarreur asocial, il est ami d’enfance avec Machine, le prof le défit à un match de foot en menaçant de publier des photos compromettantes de Machine sous prétexte de lui faire la leçon et celui qui perd sera l’esclave de l’autre. Vu que c’est un otaku qui le défie en lui tendant un jeu vidéo, il s’entraîne dessus alors que c’est à un vrai match qu’il est défié. Bref le jour arrive, le prof lui a réservé l’équipe féminine pour l’aider tandis que lui aura l’équipe masculine. Shonen classique oblige, ils se prennent une peignée et à mi-match retournement de situation (qui bafoue aussi les règles du foot). Tout est pardonné Truc s’est fait des nouveaux amis dans le club de foot qui le trouvent « tro fôr ». Y’a rien qui vous choque ? parce qu’en plus j’ai enjolivé… C’est balourd, longuet, ça saute du coq à l’âne, on s’en fiche des enjeux et on change les persos de personnalité en un épisode, et en plus c’est un double épisode, cette torture.

L’insupportable arrive lorsque l’on vient à parler de l’animation. Alors que tout le monde râle sur Dragon Ball Super en ce moment, on a ici le même genre de problème d’intervalle bâclé mais sur tous les épisodes. Si j’ai arrêté de regarder la série, ce n’est pas pour l’histoire moisie, c’est tout simplement parce que je risquais le cancer de la rétine avec des dessins ultra basiques qui tendent vers le moche et une animation pour le moins boiteuse. Pourtant c’est le studio derrière Swort Art Online quoi, fichtre, quand on dit que le secteur est en crise ça déconne pas.

Ultimate Otaku Teacher de A-1 Pictures

Qu’est ce qu’il peut bien rester de positif ? A vue de nez, je dirai le générique de fin assez sympa à regarder, plus que la série du moins, avec un morceau de J-Pop bien produit. Bref vous l’aurai compris, ne perdez pas votre temps sur ce machin. Pour moi c’est plus jamais en tout cas.


Photos du Motocultor 2015: Jour 1

dabYo dans Concert, Musique le 19 septembre 2015, avec aucun commentaire

Nous sommes retournés à Theix cette année pour assister au Motocultor 2015, le petit festival nous a fourni cette année un très bon cru musicalement malgré quelques problèmes d’organisation. Après être revenu sur ces points là, il est temps de passer aux photos que nous avons pu prendre au long de ces trois journées de Metal ensoleillé. Cette année encore, un pass photo nous a permis de prendre des photos dans de plutôt bonnes conditions.

Eluveitie au Motocultor 2015

Ce premier jour du Motocultor était sans doute celui que j’attendais le plus pour mon shooting, car certains groupes que j’aime énormément mais que je n’avais jamais pu prendre en photo allaient enfin passer devant mon objectif. Parmi eux évidemment il y a Finntroll et Eluveitie. Vu que le festival est en plein air et qu’il n’y a pas de tente, côté photo les couleurs ne deviennent intéressantes qu’au départ du soleil, ce qui se ressent dans les photos. Comme chaque année au Motocultor, les conditions de shoot sont très bonnes avec un pit photo très bien organisé.


Photos de Ancient Rites au Motocultor 2015
Photos de Mars Red Sky au Motocultor 2015
Photos de Solstafir au Motocultor 2015
Photos de Finntroll au Motocultor 2015
Photos de Pentagram au Motocultor 2015
Photos de Eluveitie au Motocultor 2015
Photos de Triptykon au Motocultor 2015

Photos de Ancient Rites au Motocultor 2015

Ancient Rites au Motocultor 2015

Lire la suite de l’article Photos du Motocultor 2015: Jour 1


La Voie des Rois – 2ème Partie de Brandon Sanderson

Les Archives de Roshar

Serafina dans Critiques, Livres le 13 septembre 2015, avec aucun commentaire
Critiques

Je vous avais dit que j’avais réellement apprécié ma lecture de la première partie de La Voie des Rois de Brandon Sanderson. Je n’ai donc pas hésité très longtemps avant d’entamer la deuxième partie, qui frôle elle aussi les 700 pages. Pas de synopsis pour ce tome puisqu’il s’agit d’une suite directe du tome 2. Les deux ne forment en réalité qu’un seul livre découpé pour des raisons de praticité. Il est donc toujours traduit par Mélanie Fazi ce qui en fait une lecture très agréable.

La Voie des Rois – 2ème Partie de Brandon Sanderson

Nous continuons donc l’histoire où nous nous étions arrêtés. Les qualités du premier tome sont donc toujours là, sauf qu’on monte en pression et on s’attache de plus en plus aux personnages et notamment à Dalinar, réel héros de cette partie qui devient peu à peu le centre de l’intrigue. Évidemment, les personnages pour l’instant séparés commencent à se rejoindre et on commence à entrevoir un schéma plus grand que leurs destinées personnelles.

En dehors des trois personnages principaux que sont Kaladin, Dalinar et Shallan, on suivait depuis le début d’autres personnages sur quelques pages entre les chapitres des héros principaux. ils prennent ici tout leur sens et on comprend enfin leur utilité dans l’histoire qui va suivre.

La Voie des Rois – 2ème Partie de Brandon SandersonAu final, ce long premier tome des Archives de Roshar est à la fois une histoire en soit et l’introduction d’une histoire qui s’annonce bien plus complexe qu’elle ne l’était dans ce premier tome. Les avancées faites par les personnages sur les 100 dernières pages s’enchainent rapidement et préparent la suite.

Pour être tout à fait honnête j’ai lu assez rapidement ce deuxième tome et surtout les 200 dernières pages qui s’enchainent très vite,. Je ne peux que conseiller de lire les deux à la suite car ils sont fait pour cela. Ok, ça fait 1300 pages d’un coup mais ça vaut le coup. Il est clair pour ma part que je me précipiterais sur le prochain tome dès qu’il sortira !


La Voie des Rois – 1ère Partie de Brandon Sanderson

Les Archives de Roshar

Serafina dans Critiques, Livres le 6 septembre 2015, avec aucun commentaire
Critiques

La Voie des Rois est un gros pavé écrit par Brandon Sanderson se déroulant dans l’univers de Cosmere, soit le même univers que la saga Fils des Brumes qu’avait chroniqué illman il y a un moment. Enfin, ça je ne le savais pas en entamant le bouquin, je ne m’en suis rendue compte qu’en regardant la page Wikipédia. Traduit par Mélanie Fazi, la première partie de cet énorme roman est parue en début d’été aux éditions Le Livre de Poche. Synopsis ?

La Voie des Rois - 1ère Partie de Brandon Sanderson

Sur Roshar des tempêtes terribles rythment les saisons. Tandis que les jours s’écoulent plus ou moins doucement dans la capitale d’Alekthar, une guerre secoue les Plaines brisées suite à l’assassinat il y a 8 ans du roi par les alliés Parshes. Kaladin est un soldat, Béni des foudres il parait, mais qui est hanté par la perte de ses hommes. Shallan est une jeune fille de bonne famille venue étudier à la capitale, tout semble les éloigner, mais pourtant ils risqueraient bien de se croiser.

Alors je dois vous dire un truc : c’est de la Fantasy. Un monde avec plusieurs races, une organisation sociale vaguement medfan, plusieurs points de vues qui alternent entre les chapitres, salut le truc méga classique. J’ai une relation ambigüe avec la Fantasy. J’en ai lu beaucoup et certaines sagas sont dans mon top en terme de lectures, mais j’ai aussi fait une overdose, saoulée par tant de fantasy classique et au rabais. J’ai entamé La Voie des Rois car je me disais que j’en avais pas lu depuis longtemps, tant pis si c’était cliché.

Est-ce parce que j’ai fait une détox que j’ai été indulgente ou La Voie des Rois est-elle réellement une bonne série ? Je ne saurais dire, toujours est-il que j’ai adoré les 800 pages de cette première partie. Je pense d’une part que la traduction y est pour quelque chose. Même si je n’aime pas les romans que j’ai lu de Mélanie Fazi, il faut reconnaitre qu’elle manie très bien la langue et que du coup le niveau littéraire de ce pavé est tout de même elevé avec un bon niveau de vocabulaire et des phrases plutôt recherchées.

The Way Of Kings de Michael Whelan

En plus de cela, les personnages que nous suivons, Kaladin le soldat, Dalinar le général et Shallan la jeune étudiante, ont le mérite de ne pas être clichés et d’être attachants. Évidemment en 800 pages, l’auteur a de quoi les développer mais sans jamais être ennuyeux. On s’attache à eux, au désespoir de Kaladin, à Dalinar qui semble sombrer dans la folie et Shallan aux prises avec des conflits moraux. Les personnages ne se croisent pas du tout dans cette première partie et j’ai du mal à voir en quoi Shallan va faire avancer l’histoire. Je pense qu’elle est surtout là pour montrer comment se passe la vie en dehors des Plaines Brisées et en dehors de la guerre donc. Dalinar a beau être un général, c’est le personnage « mystique », qui subit des crises genre épilepsies et des visions. Il permet de comprendre un peu la mythologie de l’histoire.

La magie est présente mais peu. On a des pierres précieuses qui se rechargent au contact des tempêtes, on a un personnage capable d’utiliser la puissance des sphères pour marcher au mur mais c’est très discret. Il n’y a pas, en tout cas dans ce premier tome, de magie qui vient résoudre tous les problèmes. Elle n’est même pas spécialement spectaculaire. Je ne sais pas si cela changera dans la suite mais en tout cas, c’est un gros plus dans la série.

La Voie des Rois - 1ère Partie de Brandon SandersonVous l’aurez compris, on est certes dans de la Fantasy classique dans le sens où il y a des races diverses qui se foutent sur la gueule, des épées surpuissante et des sortes d’artefacts plein de magie. Cependant, par l’utilisation avec parcimonie de celle-ci, par ses personnages bien développés et loin des clichés, Brandon Sanderson me réconcilie ici avec la Fantasy. A noter, cette première partie s’achève très brusquement en plein milieu d’un arc, ce qui est voulu par l’auteur qui n’a pas souhaité faire une fausse accalmie de milieux de bouquin. Celui-ci ayant été pensé en une seule fois, un seul roman de 1600 pages. J’ai donc très rapidement entamé la deuxième partie et je vous en parlerais bientôt.


Motocultor Festival 2015

dabYo dans Concert, Musique le 2 septembre 2015, avec aucun commentaire

Le Motocultor Festival ou l’autre festival Metal breton, petit frère du Hellfest est désormais bien implanté dans la deuxième période des festivals de l’été. Nous avions malheureusement dû sauter ce rendez-vous de fin d’été des métaleux l’année dernière, mariage d’amis obligé. Ça nous faisait donc extrêmement plaisir de revenir dans la région de Vannes cette année pour notre deuxième dose de concerts en plein air. En 2013 le festival faisait d’énormes progrès avec un changement de site salutaire, une affiche travaillée et des conditions bien plus agréables pour les festivaliers. Qu’en est il deux années plus tard sur ce site pérennisé?

Solstafir au Motocultor 2015

Le site n’a pas changé et donc la capacité d’accueil du festival non plus. Cette année le Motocultor aura accueilli 22 500 personnes réparties sur les trois jours, soit quelques 7000 personne chaque jour. Pour le coup, on reste donc à taille humaine avec tous les avantages que cela amène. Un parking relativement petit et proche du site du festival, qui permet par exemple d’aller chercher des choses pour manger, s’abriter, etc. L’aller vers le camping est lui aussi beaucoup plus supportable que pour un Hellfest, où l’installation et le départ ressemblent plus à un cheminement spirituel vers la repentance et nécessite une certaine abnégation lorsqu’il s’agit de ramener de la bière.

Une organisation pas toujours au point

Ancient Rites au Motocultor 2015Un petit parking et un camping à tailles humaines donc, des bons côtés pour s’organiser et aller voir les concerts qui nous intéressent. Sauf sur un point, non des moindres, puisque les personnes ayant pris un pass pour une journée ne pouvaient pas en profiter. En effet, pour ceux là, toute sortie était définitive et nombreux n’ont pas semblé être au courant. Alors quand il fait beau cela peut aller mais quand il se met à pleuvoir et qu’on est coincé en t-shirt à l’intérieur, ça n’a pas dû être la meilleure des sensations.

L’organisation d’une manière générale est correcte. Les toilettes sont relativement propre et malgré le monde il ne faut pas faire la queue trop longtemps pour autant. De même, il y a des points d’eau accessibles et même si il ne faisait pas si chaud que cela, c’était parfois salutaire.

A côté de ces bons points, d’autres laissent à désirer. Par exemple, avec seulement quelques personnes pour fouiller les festivaliers, il peut parfois être très lent de faire rentrer tout le monde. Surtout que certains de ces fouilleurs font preuve d’un peu trop de zèle ce qui ne fluidifie pas vraiment les entrées. De même, bien qu’il y ait des personnes pour fouiller les femmes, ces dernières n’avaient pas d’autre chose que d’attendre avec les hommes pour ensuite refaire la queue. C’est ainsi que de nombreuses personnes sont restées à faire la queue dehors pendant que les deux, voir trois premiers groupes passaient. Ici aussi, c’était sous la pluie, et pas la meilleure façon de commencer le festival.

Triptykon au Motocultor 2015

Ce n’était pas le seul point de contention de cette édition malheureusement, les stands de nourriture ainsi que ceux pour acheter des tickets l’étaient aussi. Il est difficile de critiquer un petit festival comme celui-ci sur ces points: l’économie des festivals serait bien trop déficitaire si ce n’était pas des bénévoles qui s’occupaient de ces points là. Et donc, les limitations vont avec. Il y a eu d’abord l’incompréhension d’avoir à acheter des tickets différents pour la nourriture et la boisson, puis celle d’avoir tellement d’attente pour se faire servir. L’exemple le plus flagrant étant la bonne idée des files spécialisées (file de frites par exemple) mais qui était trop peu indiqué. Du coup, certains ont tout simplement eu une longue attente dans la mauvaise pour apprendre finalement que cela n’avait servi à rien.

Ces critiques vont souvent de paire avec ces petits festivals et on ne peut qu’espérer qu’ils arriveront à s’améliorer. Évidemment il est illusoire d’attendre à ce qu’il n’y ait pas d’attente vu le monde et le budget du festival, mais on peut espérer qu’au fil des années le problème soit moins flagrant.

Des conditions optimales pour la musique

Eluveitie au Motocultor 2015Bon, c’est bien beau de parler de l’organisation du festival côté sanitaire, mais ici nous sommes avant tout venus pour voir des groupes se produire en live. On ne reviendra pas sur l’affiche du Motocultor qui est évidemment petite quand on compare à un Hellfest, mais qui reste tout de même fourni avec de très nombreux gros groupes du festival pré-cités qui pourront être vus dans des conditions optimales.

Car qui va voir Finntroll se tape une Temple complètement bondé lorsqu’il est au Hellfest. Mais quand il est au Motocultor, il a tout simplement les meilleurs conditions possibles pour voir les finlandais en plein air. C’était juste génial de voir ces groupes à la popularité assez grande sur la scène Metal dans des conditions vraiment excellentes. Pour nous, ce fut du Solstafir à quelques pas de la scène sans avoir à squatter des heures, du Septic Flesh ou encore Eluveitie sans aucun problème.

Et puis il y a l’ouverture d’une troisième scène, qui devait être à l’origine une tente mais qui s’est avérée être une scène à cause de certains problèmes d’installation. Cette dernière rajoute un peu de choix aux festivaliers qui ne sont plus obligés d’attendre forcément le prochain groupe si celui qui passe sur la deuxième scène ne leur plait pas. Alors ce n’est pas le cas pour la scène principale certes, mais ça change vraiment tout et c’était vraiment appréciable. Bon, on regrettera toujours d’avoir eu à choisir entre Septic Flesh et Orange Goblin, mais soit…

Finntroll au Motocultor 2015

Au final, ce Motocultor 2015 était vraiment énorme côté son et conditions de concert. On a pu y voir des artistes qui nous en ont mis plein la gueule et chaque prestation était loin d’être chiche. Alors oui, il y a encore des problèmes d’organisation, et gageons que tous ne seront pas réglés pour la prochaine fois. Mais bon, l’association du festival en est conscience et on espère qu’ils arriveront cette année à sécuriser un budget suffisamment tôt pour pouvoir travailler avec les mêmes prestataires.